Announcement

Collapse
No announcement yet.

Regime change via Western bombing : Libya on the brink

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Comment


    • Comment


      • Comment


        • Comment


          • Rafik Tadjer :

            Originally posted by Al-khiyal View Post

            Lundi 11 Avril 2011 -- Les démentis du ministère des Affaires étrangères n’ont pas suffi à convaincre les insurgés libyens. Ce lundi 11 avril, ils ont renouvelé publiquement leurs accusations à l’encontre de l’Algérie concernant la présence de mercenaires de notre pays sur le sol libyen aux côtés des troupes de Kadhafi. Cette fois, c’est Moustapha Abdeljalil, le chef du Conseil national de transition (CNT) libyen en personne qui porte les accusations contre l’Algérie. Au cours d’une conférence de presse qui a suivi la visite à Benghazi des médiateurs de l'Union africaine (UA, il a affirmé avoir évoqué avec eux la question des mercenaires venus des «pays arabes et africains». «Et quand je dis pays arabes, je veux parler spécifiquement de l’Algérie. C’est dommage», a‑t‑il dit. Comprendre : pour le CNT, le pouvoir algérien est complice dans l’envoi de mercenaires sur le sol libyen. Le CNT a également rejeté les propositions de l’UA pour une sortie de crise car elles n’évoquent pas un départ du dictateur libyen. L’initiative de l’UA est soutenue par l’Algérie. Cette déclaration, la première faite publiquement par un haut dirigeant du CNT, intervient au lendemain de l’annonce par les insurgés de la capture de 15 mercenaires algériens à Ajdabiya et de la mort de trois autres pendant de violents combats samedi dans cette ville, dans l'est de la Libye. Une ville tombée dimanche après‑midi entre les mains des opposants au régime de Kadhafi. Des affirmations démenties par le ministère algérien des Affaires étrangères. «Le ministère des Affaires étrangères a déjà démenti ces allégations fallacieuses à plusieurs reprises. Je tiens encore une fois à démentir de la manière la plus catégorique et la plus ferme possible une quelconque implication de l’Algérie dans cette prétendue opération de mercenariat», a indiqué un porte‑parole du ministère. «Ces informations relayées de manière cyclique et récurrente par différents canaux n’ont aucun fondement», a‑t‑il ajouté.

            Comment


            • Comment


              • Samir Allam :


                Lundi 11 Avril 2011 -- Sans surprise, Mouaamar Kadhafi a accepté ce lundi 11 avril l’initiative de l’Union africaine (UA) pour une sortie de crise en Libye. Sans surprise aussi, le Conseil national de transition (CNT) a rejeté les propositions de l’UA car elle n’évoque pas la principale revendication des Libyens : le départ de Mouaamar Kadhafi et de ses enfants du pouvoir. La surprise est en fait venue du contenu de la feuille de route de l’UA. Que propose cette initiative soutenue par l’Algérie ? Cinq points sont contenus dans la feuille de route : la protection des populations civiles et la cessation des hostilités ; l’assistance humanitaire tant aux populations libyennes affectées qu’aux travailleurs migrants étrangers, en particulier africains ; l’initiation d’un dialogue politique entre les parties libyennes en vue de s’accorder sur les modalités de sortie de crise ; la mise en place et la gestion d’une période de transition inclusive ; et l’adoption et la mise en œuvre des réformes politiques nécessaires pour répondre aux aspirations du peuple Libyen. Si elle avait été proposée il y a deux mois, avant le déclenchement de la révolte du peuple libyen et la répression farouche qui a suivi la demande pacifique de changements politiques, l’initiative de l’UA aurait eu un sens et beaucoup d’intérêt. D’ailleurs, l’UA serait plus inspirée de l’amender en enlevant toute référence aux violences et la proposer aujourd'hui à des pays comme l’Algérie et le Maroc où les populations attendent un vrai changement démocratique. Mais dans le cas de la Libye, la feuille de route de l’UA ressemble beaucoup plus à une tentative de sauvetage du régime qu’à une initiative sérieuse qui vise à mettre fin aux souffrances du peuple libyen. Comment en effet est-il possible d’envisager que Mouaamar Kadhafi, qui a tiré sur son propre peuple avec des armes lourdes et utilisé des avions de combat contre des manifestants pacifiques au début de la révolte, puisse être un acteur du processus démocratique en Libye ? La seule solution qui lui reste est le départ. Une option que la feuille de route de l’UA n’a pas prévu.

                Comment



                • April 11, 2011 -- The international "contact group" on Libya will hold its first meeting on Tuesday (April 12th) in Doha. UN Special Envoy to Libya Abdel Elah Al-Khatib will attend the Qatar event. The United Nations delegation will include representatives of the UN Development Programme (UNDP) and the UN Office for the Co-ordination of Humanitarian Affairs (OCHA). The contact group was established at the London Conference on Libya at the end of March. On Thursday, UN chief Ban Ki-Moon, Arab League Secretary-General Amr Moussa, AU Commission Chairman Jean Ping, OIC head Ekmeleddin Ihsanoglu and EU foreign policy chief Catherine Ashton will meet at the Arab League headquarters in Cairo to co-ordinate the international response to the crisis in Libya.

                  Comment


                  • Comment


                    • Comment


                      • Comment



                        • Lundi 11 Avril 2011 -- La délégation de dirigeants mandatés par l'Union africaine (UA) pour tenter de faire cesser les combats en Libye est arrivée lundi soir à Alger pour y rencontrer le président Abdelaziz Bouteflika, a indiqué l'agence APS. La délégation est composée du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et de son homologue congolais Denis Sassou Nguesso (Congo), du président de la Commission de l'UA, Jean Ping, ainsi que du ministre ougandais des Affaires étrangères, Henry Oryem Okello, selon la même source. Au cours de cette visite de deux jours, les médiateurs africains doivent avoir des "entretiens politiques" avec le président Bouteflika, a précisé APS. "Nous œuvrons à trouver une solution à cette question complexe et nous poursuivons nos efforts pour sortir de cette crise", a déclaré le président mauritanien à la presse à son arrivée à Alger. La délégation a été accueillie à l'aéroport international d'Alger noatament par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, le représentant personnel du chef de l'Etat, Abdelaziz Belkhadem, et le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci. Les médiateurs africains venaient de Libye où ils avaient rencontré dimanche à Tripoli le colonel Kadhafi et lundi après-midi à Benghazi des représentants des rebelles. L'UA propose une "feuille de route" prévoyant la cessation immédiate des hostilités, un acheminement facilité de l'aide humanitaire et le lancement d'un dialogue entre les parties libyennes en vue d'une transition. La rébellion a rejeté lundi le cessez-le-feu proposé par l'UA, accepté la veille par Mouammar Kadhafi, expliquant qu'elle refuserait toute médiation ne prévoyant pas un départ immédiat du dirigeant.

                          Comment


                          • Originally posted by Al-khiyal View Post

                            April 12, 2011 -- An Algerian Foreign Ministry official has categorically denied implication in mercenary activities in Libya, according to state-run APS news agency. Asked about the alleged presence of Algerian mercenaries in Libya, the chief communication officer at the Foreign Ministry Amar Belani denied such "slanderous allegations," which he described as a disinformation campaign meant to implicate Algerian authorities in mercenary activities. Libyan rebels said on Sunday they had captured 15 Algerian mercenaries and killed another three during fierce fighting in the eastern town of Ajdabiya. Rebels regularly denounce the presence of mercenaries, particularly from Africa, among the forces loyal to the embattled Libyan leader Muammar Gaddafi.

                            Comment



                            • April 12, 2011 -- Algeria, on behalf of several African countries, has urged European countries and the U.S. to resolve the Libyan crisis, in order to avoid the infiltration of elements of Al-Qaida in the Islamic Maghreb (AQIM) into Libya, an Algerian official source said on Monday. The local Algerian El Khabar newspaper has quoted a well informed source as saying that AQIM has started training a dozen volunteer terrorists of different nationalities to send them to Libya. The source specified that Libyan terrorists affiliated to AQIM have recently paid allegiance to a new leader, likely of Libyan origins, who belongs to terrorists activating in the African Sahel region, and who was endorsed by the leader of AQIM, Algerian Abdelmalek Droudkel. The terror group is preparing to launch a new war in Libya by training recruits from Morocco, Tunisia, Egypt, Niger and Mali, in mobile training bases, the source said. The same source said foreign military aircrafts have recently carried out air strikes on desert lanes in the Libyan Sahara, 50 km from the border with Algeria. The air strikes were aimed at tracking down terrorists attempting to reach Libya via Niger, the source added. Several Algerian high-level officials have already warned that the security situation on the border with Libya is worrying, because of the withdrawal of the Libyan army and border guards, adding that "AQIM could lay hands on heavy weapons and harm the stability in the region."

                              Comment



                              • Mardi 12 Avril 2011 -- Le président Abdelaziz Bouteflika s'est entretenu mardi matin à Alger avec la délégation de dirigeants mandatés par l'Union africaine (UA) pour tenter de faire cesser les combats en Libye, a indiqué l'agence APS. La délégation composée du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et de son homologue congolais Denis Sassou Nguesso, du président de la Commission de l'UA, Jean Ping, ainsi que du ministre ougandais des Affaires étrangères, Henry Oryem Okello, est arrivée lundi soir à Alger en provenance de Libye. M. Bouteflika s'était entretenu auparavant en tête à tête avec le président mauritanien. «Nous œuvrons à trouver une solution à cette question complexe et nous poursuivons nos efforts pour sortir de cette crise», avait déclaré le président mauritanien à la presse à son arrivée à Alger. L'Algérie s'est inquiétée la semaine dernière de la présence croissante d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et d'une plus grande circulation d'armes chez son voisin. Les insurgés libyens ont accusé l'Algérie de soutenir Mouammar Kadhafi. Ils ont affirmé que notre pays «fermait les yeux» sur la venue de mercenaires, ce qu'Alger a démenti «de la manière la plus catégorique et la plus ferme possible».

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X