Announcement

Collapse
No announcement yet.

Regime change via Western bombing : Libya on the brink

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts


  • May 1, 2011 -- The Libyan government on Sunday (May 1st) alleged that Moamer Kadhafi's youngest son was killed in "a direct operation to assassinate the leader of this country". Spokesman Moussa Ibrahim said that Saif al-Arab, 29, and his three children were hit by a NATO strike "with full power" late Saturday. He added that Moamer Kadhafi himself and his wife were in the building but escaped unscathed. A roar of celebration rose up in rebel capital Benghazi, where residents took to the streets. NATO, however, has not confirmed the claims. The alliance does "not target individuals", operation commander Charles Bouchard said in a Sunday statement. "I am aware of unconfirmed media reports that some of Kadhafi's family members may have been killed," Bouchard said. "NATO is fulfilling its UN mandate to stop and prevent attacks against civilians with precision and care — unlike Kadhafi's forces, which are causing so much suffering." British Prime Minister David Cameron on Sunday reiterated the sentiment, telling BBC that the NATO targeting policy was "in line with UN resolution 1973". Cameron refused to comment on "the unconfirmed report". The allegations came two days after Libyan rebels rejected Kadhafi's cease-fire offer. "The people of Libya cannot possibly envisage or accept a future Libya in which Gaddafi's regime plays any role," rebel spokesman Abdelhafed Ghoga said.

    Comment


    • Comment


      • Comment


        • Comment


          • Comment


            • Ryad Benkrim :


              Mardi 3 Mai 2011 -- Dahou Ould Kablia, ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, a réfuté ce mardi 3 mai les accusations du Conseil national de transition (CNT) libyen contre l’Algérie. Dans un entretien au quotidien arabophone Echorouk, M. Ould Kablia a estimé que «les accusations du CNT ne sont que des purs mensonges. Personnes ne pourra croire ces présomptions infondées». Et d’ajouter : «l’histoire de l’Algérie prouve que nous avons toujours respecté les volontés des peuples sans nous ingérer dans les affaires internes des pays». Mais contrairement à Mourad Medelci, Dahou Ould Kablia ne se contente pas de dénoncer et de rejeter les accusations des insurgés. Il prévoit des relations «très tendues» entre Alger et Tripoli si le CNT arrive au pouvoir en Libye. «Si les rebelles et le Conseil national libyen de transition (CNT) arrivent au pouvoir, les relations entre les deux pays risquent de se tendre davantage notamment du point de vue sécuritaire», a‑t‑il dit. Comprendre : Alger n’est pas favorable à une arrivée du CNT au pouvoir en Libye. Les déclarations de Dahou Ould Kablia pourraient être perçues comme un nouveau soutien d’Alger au régime du colonel Kadhafi. La crainte d’une dégradation de la situation sécuritaire a déjà été exprimée par les chefs d’état‑major des pays du Sahel. Ces derniers se sont réunis le 29 avril dernier au Mali pour renforcer leur lutte contre le terrorisme dans la région d’une part, et se concerter sur ce qui se passe en Libye de l’autre. Selon eux, la violence en Libye risque de s’aggraver d’autant plus qu’il y a parmi les insurgés qui combattent le régime de Kadhafi des combattants libyens originaires du Sahel où ils comptaient parmi les recrues d'Al Qaïda au Maghreb islamique. Depuis le début du conflit, le CNT a accusé à plusieurs reprises l’Algérie de soutenir le régime libyen en lui fournissant des armes et en facilitant le transport de mercenaires. Le premier responsable du CNT, Mustapha Abdeldjalil, a réitéré, à plusieurs reprises, l’accusation selon laquelle, le régime algérien avait fourni des avions militaires pour transporter des mercenaires africains ainsi que des armes aux troupes de Kadhafi.

              Comment


              • Comment


                • Comment


                  • Comment


                    • Comment


                      • Hajer Naili, à New York, Mercredi 4 Mai 2011 :


                        À peine quelques heures après la mort de l’homme le plus recherché du monde, Oussama Ben Laden, les Etats-Unis et l’Algérie ont rappelé l’importance de poursuivre la lutte anti-terroriste. Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a été reçu mardi 3 mai à Washington par son homologue américaine Hillary Clinton. S’exprimant devant la presse avant leur entretien, les deux responsables ont souligné l’excellente relation qui existe entre les deux pays, notamment en matière de lutte anti-terroriste. «Nous sommes très reconnaissants envers l’Algérie pour sa coopération dans la lutte anti-terroriste et les questions de sécurité en général», a déclaré Mme Clinton. De son côté, M. Medelci s’est réjouit de «l’excellence» des relations américano-algériennes tout en soulignant l’importance de renforcer plus encore cette coopération. «Ces relations qui sont déjà extrêmement importantes vont devoir se développer encore davantage sur les différents plans qui constituent la lutte contre le terrorisme mais également ce qui fait le développement global de notre pays», a souligné M. Medelci. Le chef de la diplomatie algérienne, en visite de travail dans la capitale américaine, s’était déjà entretenu la veille avec d’autres hauts responsables de l’administration Obama : Daniel Benjamin, Coordonnateur de la lutte anti-terrorisme et Williams Burns, Sous-secrétaire des Affaires politiques au Département d’Etat. L’agenda du ministre incluait aussi une importante rencontre avec John Brennan, Conseiller spécial du Président Barack Obama dans la lutte contre le terrorisme.

                        Washington "encouragé" par les réformes politiques annoncées

                        Lundi, Washington s’est dit «encouragé par les efforts continus engagés par l’Algérie dans le domaine des réformes pour répondre aux aspirations du peuple algérien». Une déclaration que le conseiller principal du Président Barack Obama pour la sécurité intérieure et la lutte antiterroriste, John Brennan, a faite après que Mourad Medelci lui a présenté le contenu du programme de réformes annoncé par le président Abdelaziz Bouteflika le 15 avril dernier, et détaillé lors du Conseil des ministres de lundi. Le chef de la diplomatie algérienne a eu aussi un entretien avec le sous-secrétaire d'Etat adjoint pour les Affaires politiques, William Burns. Ce dernier a salué «l’engagement de l’Algérie dans sa démarche volontariste en matière des réformes». Bien que William Burns ait rappelé que Washington considérait le partenariat avec l’Algérie comme «fiable et confiant», le responsable américain a cependant souhaité une diversification de l’économie algérienne afin d’ouvrir la voie aux investissements américains.

                        Lors de sa rencontre avec le Coordonnateur pour le contre-terrorisme au département d'Etat, Daniel Benjamin, Mourad Medelci s’est félicité du développement de la coopération algéro-américaine sur le plan de la lutte antiterroriste. Cependant, le ministre a mis en garde contre les répercussions de la crise libyenne sur la région notamment au Sahel à travers «la circulation des armes et des fonds et les relais idéologiques». Louant les efforts engagés par l’Algérie au niveau de la région du Sahel pour lutter contre ce fléau, Daniel Benjamin a répété que la coopération entre les Etats-Unis et l’Algérie dans ce domaine a atteint un «stade de maturité». La semaine dernière déjà, Daniel Benjamin avait souligné que les relations entre les deux pays en matière de lutte antiterroriste s’étaient «considérablement améliorées au cours des deux dernières années». À l’occasion d’une conférence consacrée à Al Qaida et ses groupes affiliés à la New America Foundation à Washington, le Coordonnateur pour la lutte contre le terrorisme au Département d’Etat avait déclaré qu’«un des aspects les plus importants, tel que le partage d’information et le développement militaire, avait permis d’améliorer nettement les relations des Etats-Unis avec le gouvernement algérien». L’officiel américain avait entre autre fait référence à la première rencontre du groupe de contact entre les deux pays qui s’était tenue en mars dernier à Alger et à laquelle il avait lui-même participé.

                        Divergences sur la Libye

                        Outre la lutte contre le terrorisme, la visite de Mourad Medelci a été dominée par la crise libyenne. Washington et Alger présentent des divergences sur le conflit en Libye. Alors que Washington soutient le mouvement de protestation populaire, l’Algérie ne cache pas son soutien à Kadhafi. Alger considère que les relations avec Tripoli pourraient se dégrader si l’opposition venait à prendre le pouvoir. Les Etats-Unis, qui participent à l’opération militaire aérienne lancée il y a plus deux mois contre le régime de Kadhafi, ont appelé à plusieurs reprises à la démission du colonel libyen. À Washington, Mourad Medelci a adopté un discours plus policé que son collègue du gouvernement Daho Ould Kablia. Il a souligné l’importance de suivre la «feuille de route» proposée par l'Union africaine afin de trouver une issue pacifique au conflit. Le document propose une cessation immédiate de toutes les hostilités, l'acheminement de l'aide humanitaire et l'ouverture d'un dialogue entre le régime et l'insurrection. Le ministre algérien a assuré à Washington que la position du gouvernement algérien respectait «scrupuleusement» les deux résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité, rejetant ainsi les accusations de l’opposition libyenne sur une coopération militaire avec les forces du colonel Kadhafi. Lors de ses entretiens avec les responsables américains, Mourad Medelci a insisté sur l’importance d’instaurer un cessez-le-feu en Libye, accompagné d’un mécanisme de supervision, tout en définissant les contours d’un dialogue politique inclusif entre les parties libyennes.

                        Comment


                        • Comment


                          • Comment


                            • Comment


                              • Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X