Announcement

Collapse
No announcement yet.

Protests in Syria

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Protests in Syria


    Vendredi 18 Mars 2011 -- Quatre manifestants ont été tués et des centaines d'autres blessés vendredi par les forces de l'ordre en Syrie, où plusieurs villes ont connu des manifestations contre le pouvoir sans précédent depuis l'arrivée du président Bachar al-Assad en 2000. À Deraa, à 120 km au sud de Damas, "les forces de l'ordre ont ouvert le feu à balles réelles sur les manifestants", a déclaré à l'AFP un militant des droits de l'Homme sur place, joint par téléphone depuis Nicosie. "Quatre personnes ont été tuées: Akram al-Jawabra, Houssam Abdelwali Ayash, Ayham al-Harri et un membre de la famille Abou Aoun", a-t-il précisé. Selon lui, "des centaines de manifestants ont été blessés. Beaucoup d'entre eux ont été enlevés par les services de sécurité de l'hôpital et emmenés vers une destination inconnue". La Syrie a confirmé via son agence officielle Sana que des actes de sabotage et des violences avaient eu lieu à Deraa: "Certains ont profité d'un rassemblement à Deraa, près de la Mosquée al-Omari, pour provoquer l'anarchie par des actes de violence, provoquant des dégâts matériels". "Les fauteurs de troubles ont incendié des voitures et des boutiques, ce qui a incité les forces de l'ordre à intervenir pour les disperser", a ajouté Sana. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a jugé "inacceptable" le recours à la force contre des manifestants pacifiques. La présidence américaine a elle "fermement" condamné la violence de la police.

    Des manifestations ont également eu lieu à Damas et dans d'autres villes du pays après l'appel à un "Vendredi de la dignité", pour réclamer plus de libertés et de démocratie, sur le site internet Facebook. Dans la capitale, des agents de sécurité en civil ont dispersé par la force une manifestation devant la Mosquée des Omeyyades. "Il n'y a de Dieu que Dieu", a scandé la foule à l'intérieur de la mosquée. Les manifestants ont été dispersés par des agents de sécurité en civil portant des bâtons et déployés en masse sur les lieux. Au moins deux manifestants ont été emmenés par des agents de sécurité qui ont donné des coups de pied à l'un d'eux, selon des correspondants de l'AFP. Une manifestation en soutien au président Assad, brandissant des drapeaux syriens et pour certains un portrait de Hafez al-Assad, prédécesseur et père de Bachar. De nombreux enregistrements vidéo des rassemblements dans plusieurs villes ont été diffusées sur Facebook. Une vidéo montre une centaine de manifestants défilant devant une mosquée à Homs, à 150 km au nord de la capitale, en scandant "Dieu, Syrie, liberté". Une autre montre des manifestants criant des slogans hostiles au régime dans une ville présentée comme étant Deraa.

    À Banias, ville portuaire dans l'ouest, une centaine de manifestants on scandé "Dieu, Syrie, liberté et c'est tout". Les manifestants répondaient à un appel lancé sur une page Facebook intitulée "La révolution syrienne contre Bachar al-Assad 2011", qui comptait vendredi près de 50.000 membres. La Syrie avait été jusqu'à présent épargnée par la contestation qui a secoué le monde arabe. Personne n'avait bravé la loi d'urgence en vigueur dans le pays depuis 1963 lors d'un premier appel pour une journée de la colère en Syrie le 4 février. Les manifestants réclament plus de liberté et de démocratie dans le pays où les inégalités se sont accentuées, la pauvreté touchant 14% des 22 millions de Syriens. "Nous réclamons nos droits, la dignité pour les Syriens", annonçait la page Facebook. La capitale syrienne avait déjà connu deux petites manifestations violemment dispersées cette semaine. Mercredi, 34 personnes avaient été arrêtées lors d'un rassemblement de proches de prisonniers politiques. Trente-deux d'entre elles ont été inculpées jeudi d'"atteinte au prestige de l'Etat", selon une organisation de défense des droits de l'Homme.

  • #2

    March 18, 2011 -- At least three people were killed in Syria as security forces scrambled to restore order after peaceful protests in several towns and cities. Three protesters, named as Hussam Abdel Wali Ayyash, Akram Jawabreh and Ayhem al-Hariri, were killed in the southern city of Deraa, according to one resident. "The confrontations are ongoing. They are heavy," the resident told Reuters. The demonstrations amounted to Syria's gravest unrest in years. State television said some "infiltrators" in Deraa caused "chaos and riots" and smashed cars and property before they were chased off by riot police. It said a similar demonstration in the coastal town of Banyas was dispersed without incident. Amateur footage on YouTube and Twitter showed large groups of protesters in several cities throughout Syria, but its authenticity could not be confirmed. One amateur video appeared to be show Syrian government trucks spraying water on marchers. Two others purport to show several thousand men gathering in the cities of Homs and Baniyas. Activists in the capital, Damascus, said plainclothes security officers forcefully dispersed about a dozen protesters who were calling for more freedoms.

    Comment


    • #3

      Comment


      • #4

        Comment


        • #5

          March 20, 2011 -- Syrian President Bashar al-Assad sacked the governor of the southern city of Daraa on Sunday, in a bid to restore calm to the area amidst ongoing anti-government protests, Deutsche Presse-Agentur reported. Assad removed Faisal Kolthoum from his post "based on the requests by Daraa residents that he be removed for fatal errors while handling protests in the area," state news agency SANA reported. Five protesters were killed in Daraa on Friday in clashes with security forces. Government officials visited the city to offer condolences to the families of the victims. Several people detained during the protest were released, according to state media. A witness in Daraa told the German press agency Deutsche Presse-Agentur that 15 students who were arrested on Friday were released, in a move aimed at easing tension in the city.

          Meanwhile, thousands of anti-government protesters gathered in the city for a third day. They chanted "We want freedom," and urged people in other parts of the country to take to the streets. Tribesmen in the southwestern district of al-Quneitera, near the border with Israel, announced in an audio message released on the internet that they had joined "the honourable uprising against the current regime." On Friday, thousands of anti-government protesters took to the streets in the capital Damascus and the cities of Homs, Aleppo and Deir al-Zor. Some demanded greater freedoms and an end to emergency law in the country, and others called for the government to step down. Inspired by anti-government uprisings sweeping the Arab world, Syrian activists are using Facebook and Twitter to organize demonstrations in the country, which has been ruled by the Baath Party since 1963. Assad has been president since 2000, a post he inherited from his father, Hafez al-Assad.

          Comment


          • #6

            Lundi 21 Mars 2011 -- Des milliers de personnes ont défilé lundi à Deraa, dans le sud de la Syrie, après l'enterrement d'un manifestant tué la veille, ont indiqué à l'AFP des témoins. Les manifestants en masse ont commencé à défiler du cimetière vers la Mosquée Omari après l'enterrement de Raëd Akrad, tué dimanche par les forces de l'ordre lors d'une manifestation. "Révolution, révolution", "Dieu, la Syrie, liberté et c'est tout", scandaient les manifestants, a indiqué cet habitant de Deraa selon qui des éléments armés sont postés aux entrées de la vieille ville. "Par notre âme et notre sang, nous nous sacrifierons pour toi, notre martyr", ont également scandé les protestataires, selon une correspondante de l'AFP sur place. "Plusieurs personnes ont été blessées après avoir inhalé des gaz lacrymogènes, et les forces de sécurité qui sont déployées en force, ont arrêté plusieurs personnes", a dit à l'AFP un autre témoin aux abords de la Mosquée Omari. "Les forces de sécurité ont tenté d'empêcher une participation massive aux obsèques mais des milliers se sont rassemblés quand même", a-t-il ajouté. "Les forces de sécurité se sont aussi déployées aux entrées de la ville".

            Deraa est depuis quatre jours le théâtre de manifestations malgré une loi d'urgence en vigueur en Syrie depuis 1963. Des centaines de manifestants ont mis le feu dimanche au palais de justice et à d'autres bâtiments et voitures à Deraa au sud de Damas, à la suite de heurts avec les forces de l'ordre qui ont fait un mort et 100 blessés. Une délégation gouvernementale composée du vice-ministre des Affaires étrangères Fayçal Meqdad et du ministre de l'Administration locale Tamer al-Hijé, s'était rendue dimanche à Deraa pour présenter ses condoléances aux familles de deux manifestants tués vendredi. Le mouvement de protestation a été lancé le 15 mars à Damas après un appel d'une page Facebook, intitulée "La révolution syrienne contre Bachar al-Assad 2011", à manifester pour "une Syrie sans tyrannie, sans loi d'urgence ni tribunaux d'exception, sans corruption ni vols ni monopole des richesses". La France a dénoncé lundi les violences contre les manifestants en Syrie et demandé la libération de toutes les personnes détenues pour avoir participé au mouvement de protestation.

            Comment


            • #7

              Comment


              • #8

                Comment


                • #9

                  Comment


                  • #10

                    Comment


                    • #11

                      Comment


                      • #12

                        Comment


                        • #13
                          Sonia Lyes :


                          Vendredi 25 Mars 2011 -- Le vent de révolte qui souffle depuis plusieurs mois sur le monde arabe gagne la Syrie. La contestation populaire contre le régime de Bachar Al Assad a touché vendredi 25 mars plusieurs villes de Syrie, notamment Deraa, épicentre de la contestation où plus de cent personnes ont été tuées depuis le 18 mars, ou encore Sanamein, Daael (sud), la capitale Damas, Banias et Hama. Des vidéos diffusées sur Youtube ont montré également des manifestations à Homs, au nord‑est de Damas et à Lattaquieh, alors qu'une page Facebook a fait état de protestations à Deir el‑Zor et à Raqa (nord‑est), selon des agences de presse.

                          À Damas, 200 personnes ont également défilé dans la vieille ville avant d'être dispersées violemment par la police. Les manifestants ont scandé notamment des slogans hostiles au pouvoir. Ces manifestations, les premières de cette ampleur dans ce pays, interviennent après un appel sur facebook de «l'Union de la jeunesse syrienne» demandant à Bachar Al Assad, l’homme fort de Damas, et les membres de son régime à démissionner pour que soit mis en place un «gouvernement de transition formé de toutes les composantes du peuple». Jeudi, dans une tentative d’absorber la colère née à Deraa, le gouvernement syrien s’est engagé pour une série de mesures dont l’annulation de l'état d'urgence en vigueur depuis 1963, la mise en place de nouveaux instruments de lutte anti‑corruption, la libération d'opposants politiques ainsi qu'une augmentation des salaires des fonctionnaires.

                          Comment


                          • #14

                            Comment


                            • #15

                              Comment

                              Unconfigured Ad Widget

                              Collapse
                              Working...
                              X