Announcement

Collapse
No announcement yet.

Desertification: Environmental refugees

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #61
    Fayçal Abdelghani :


    Samedi 3 Avril 2010 -- Les pays du Sahel vivent une situation dramatique, la plus grave depuis une décennie. La sécheresse qui s’amplifie dans la région s’ajoute au climat d’insécurité et ?* l’absence de perspectives de développement économique. La menace s’intensifie et risque de peser lourd si les Etats sahéliens ne se déploient pas rapidement avec leurs propres moyens pour sauver les populations. En tout cas, les différents rapports dressent un constat alarmant sur la sécheresse qui affecte le corridor sahélien depuis plus de 20 ans. L’un des derniers rapports émanant du comité inter-Etats sahéliens de lutte contre la sécheresse (CILSS) déplore que «70 % de la partie saharo-sahélienne reçoive moins de 300 mm de pluie en moyenne annuellement alors que 25 % de ces pays n’enregistrent qu’entre 300 et 750 mm». Une situation qui affecte durablement les contrées désertiques où les points d’eau sont rares, sauf dans la région est du Soudan où les précipitations peuvent atteindre 1 200 mm par an. Les experts sahéliens, réunis le 25 mars dernier ?* Ouagadougou, ont alerté les autorités de ces Etats pour «mettre plus de moyens dans les projets d’appui en matière de ressources hydriques en tablant sur les moyens satellitaires de détection de nappes phréatiques».

    Il convient de noter ?* ce propos que les pays sahéliens comptent maintenant sur les moyens satellitaires pour explorer d’éventuelles nappes phréatiques. L’Algérie dispose, pour l’heure, d’un satellite efficace pour identifier les besoins d’eau dans la région désertique. Elle serait sur le point d’aider ces pays dans le cadre d’une convention globale qui engagerait tous les intéressés. Il convient de noter par ailleurs qu’?* ce niveau les aides des Etats sahéliens ont profité d’un projet d’accompagnement de l’Algérie pour la création de forages et de bassins de captage d’eau au Mali et au Niger. Ce projet, qui a obtenu un succès certain, selon des responsables algériens, serait sur le point d’être généralisé au reste des pays. Cependant, on évoquerait davantage «la prise en charge d’un cadre partenarial de sous-régions et de régions avec plus de financements dans les projet structurants». À ce niveau, les spécialistes réitèrent leur recommandation de «réactiver le projet de muraille verte dont le financement est assuré par tous les Etats de la région». Un projet qui s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la désertification.

    La région menacée d’implosion

    Le nombre des populations menacées par la famine ne cesse de s’amplifier dans la mesure où 1,7 million d’habitants entre le Niger, l’est du Mali et le Tchad se déplacent vers le Nord ?* la recherche de contrées plus clémentes. Le CILSS, réuni jeudi dernier ?* Lomé (Togo), a estimé que la situation nutritionnelle dans certains pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest est très inquiétante au point que «la production céréalière de 16 millions de tonnes a reculé cette année de 9 %». Conséquence : près de 2 millions de personnes au Tchad et 2,7 millions au Niger ont besoin d’une assistance d’urgence. Les pays de la région ont souhaité que les «pays interviennent pour développer des actions d’urgence en facilitant l’accès ?* l’eau et pour prévenir les conflits qui pourraient naître». Si certains veulent travailler dans un cadre régional, d’autres souhaitent élargir cette aide aux pays d’Europe tels que la France, l’Italie, la Grande-Bretagne…, voire une implication internationale. Et l’on sait que ces interventions ne sont jamais neutres, du moment que les pays puissants chercheraient des prétextes pour asseoir une présence militaire sous le label humanitaire.

    Comment


    • #62

      October 5, 2010 -- Executive Secretary of the United Nations Convention to Combat Desertification (UNCCD) Luc Gnacadja will begin a three-day working visit to Algeria on Tuesday (October 5th), APS reported, Gnacadja and Algerian Agriculture Minister Rachid Benaisssa will reportedly discuss the work of the UNCCD African group, currently chaired by Algeria.

      Comment


      • #63
        Merouane Mokdad :


        Jeudi 7 Octobre 2010 -- La communauté internationale n’est pas suffisamment préoccupée par l’avancée du désert dans les pays du Sud, comme en Algérie. Constat établi jeudi matin par Luc Gnacadja, Secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, invité de la chaîne III de la radio nationale. «Au Nord, l’image qu’ont les gens du changement climatique ce sont les ours polaires qui vont disparaître. Au Sud, ce sont les vies humaines qui sont en danger du fait de la sécheresse devenue plus longue et de la pluie qui vient d’une façon inattendue. Les États doivent comprendre le coût de l’inaction face ?* la désertification notamment en Afrique», a-t-il dit.

        Selon lui, les opinions publiques doivent être informées sur les dangers de la désertification. «Des dangers liés ?* la sécurité alimentaire, ?* la disparition des pâturages et ?* l’instabilité. Dans le monde, 80 % des crises violentes sont concentrées dans les zones arides. Des crises alimentées par la compétition pour accéder aux terres fertiles et ?* l’eau», a-t-il souligné. Mettre un dollar dans la sauvegarde des terres dégradées permet, d’après lui, d’améliorer la sécurité alimentaire et de réduire la pauvreté. Il se dit préoccupé par le peu d’intérêt accordé ?* la mise en valeur des terres en Afrique. «Pourtant l’Afrique est le continent le plus affecté par la désertification. Le désert occupe plus de 40 % du continent. Les forêts n’occupent que 11 % du continent. Les populations les plus affectées par le phénomène de désertification se trouvent en Afrique aussi», a relevé Luc Gnacadja.

        L'Algérie préside actuellement le comité consultatif africain installé dans le cadre de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification. «L’Algérie est un pays précurseur dans la mise en œuvre de cette convention. Dans les années 1970, l’Algérie a lancé le barrage vert qui a permis d’avoir de bons résultats et d’apprendre de bonnes leçons. Ce projet permet ?* l’Algérie de mettre en action une démarche d’intégration assez remarquable», a-t-il noté. Selon lui, il est important de changer la perception sur les zones arides et d’accorder plus d’investissement public ?* ces régions. «Dans le monde, plus de moitié du cheptel vit dans les zones arides. En plus, 44 % des systèmes de production alimentaire sont dans les zones arides. Nous allons de plus en plus manger des protéines animales. La sécurité alimentaire ne sera pas assurée si l’on ne préserve pas les sols dans les zones arides. Il est important de fixer les populations de ces régions et d’investir sur les infrastructures et sur la maîtrise de l’eau», a-t-il conseillé.

        Comment


        • #64

          صنفت الأمم المتحدة 75 بالمائة من مساحة الأراضي الفلاحية المخصصة لزراعة الحبوب في الجزائر ضمن المناطق المهددة بالتصحر. وتوقعت دراسة متخصصة أن تصبح الإقامة في بعض مناطق الصحراء الكبرى الجزائرية غير ممكنة بسبب ارتفاع درجة حرارة الأرض. وأشار تقرير اللجنة الاقتصادية الإفريقية التابع لمنظمة الأمم المتحدة إلى أن 97 بالمائة من مجموع مساحة الجزائر هي أراض جافة بالمقاييس المناخية الدولية، وأن أكثر من 400 ألف كلم مربع هي أراض شديدة الجفاف. وأوضح التقرير أن 40 بالمائة من مجموع مساحة الجزائر هي إما صحراء أو معرضة للتصحر. وتهدد الرمال المتحركة نحو 40 بالمائة من الأراضي الزراعية المروية، و75 بالمائة من المساحة المخصصة لزراعة الحبوب و84 بالمائة من مساحة المراعي.

          وصنفت دراسة متخصصة لمنظمة دولية الجزائر ضمن 30 دولة تهدد الصحاري أراضيها الفلاحية، ضمن قائمة تضم 100 دولة عبر العالم. وتوقعت دراسة أوروبية استندت لصور قمرين صناعيين متخصصين في المناخ تابعين لفرنسا والولايات المتحدة الأمريكية، تواصل دورات الجفاف واستمرارها لفترات طويلة بصورة غير عادية في شمال إفريقيا .

          وتعني هذه التقارير بأن الإنتاج الزراعي الجزائري سيتضرر كثيرا. وقد تنخفض المساحة المخصصة لإنتاج الحبوب سنة بعد أخرى. ما يعني استحالة رفع الإنتاج الوطني من المواد الغذائية ذات الاستهلاك الواسع.

          وتشير ذات التوقعات إلى الأضرار الجسيمة التي قد تصيب قطاع تربية المواشي والأبقار في الجزائر، الذي يعول عليه للحد من التبعية الغذائية للخارج.

          Comment


          • #65

            ALGIERS, November 24, 2010 — Rapid action is required to stem desertification in north Africa, a major environmental and economic threat in the region, an Algerian minister said on Wednesday. "The fight against desertification must take a greater place on the international community's agendas and financing," Rachid Benaissa, Algeria's minister for agriculture and rural development, was quoted as saying by APS news agency. Countries need to use all means at their disposal to prevent desertification, which is threatening a third of the planet, the minister said. Benaissa was speaking at the opening in Algiers of a regional centre for desertification prevention, a UN initiative. Benaissa also leads the African group of the UN Convention to Combat Desertification. The regional centre has an important role to play in co-ordinating anti-desertification efforts, Benaissa said.

            Comment


            • #66

              Comment


              • #67

                Comment

                Unconfigured Ad Widget

                Collapse
                Working...
                X