Announcement

Collapse
No announcement yet.

Don de sang

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #91

    Mardi 1 Septembre 2009 -- La campagne de collecte de sang, lancée il y a près d’une semaine dans les mosquées de Constantine, en coordination avec le Centre de transfusion sanguine (CTS), n’a pas apporté vraisemblablement les résultats escomptés. La moyenne des pochettes de sang collectées par soirée ne dépasse guère la soixantaine. Selon le docteur Lynda Boubguira, médecin-chef au CTS, l’année passée était meilleure en matière de collecte de sang durant le mois sacré. Et de poursuivre : «Nous mettons ces résultats sur le compte du jeûne et du chamboulement des habitudes caractérisant les premiers jours du mois sacré. Nous espérons que la semaine prochaine, nous récolterons plus de pochettes de sang.» Ceci avant de lancer : «Nous comptons beaucoup sur la générosité des donneurs afin d’alimenter notre banque de sang. Je saisis aussi l’occasion pour lancer un appel, via votre quotidien, à toute la population de Constantine afin de réussir cette campagne qui s’étalera jusqu’au 19 septembre.» Dans le même volet, notre interlocutrice a affirmé qu’en moyenne 120 pochettes de sang sont transférées quotidiennement vers les différents services du CHU Benbadis. «Les services de maternité, des urgences et le CAC consomment à eux seuls jusqu’à 120 pochettes de sang par jour, d’où le besoin de demander continuellement aux citoyens de faire preuve de générosité. Les malades et les accidentés ne connaissent pas de saison estivale ou le carême, il faut en permanence leur assurer la quantité de sang dont ils ont besoin», dit-elle. D’autre part, la direction des affaires religieuses et des wakfs de la capitale de l’Est a mobilisé pour cette campagne 80 mosquées sur le territoire de la wilaya. L’opération se déroule après la prière des Taraouih. Un véhicule mobile du CTS se déplace chaque soirée à la mosquée désignée, alors qu’un deuxième choisit une artère du centre-ville de Constantine. Pour rappel, l’année passée, la ville du Vieux Rocher s’est classée première à l’échelle nationale en matière de collecte de sang avec pas moins de 30 000 dons, concrétisés essentiellement grâce aux 5 000 donneurs réguliers que compte le CTS, mais aussi grâce aux véhicules mobiles de collecte de sang, lesquels sillonnent à longueur d’année les quartiers de la ville, et sont arrivés à assurer jusqu’à 80 % de l’ensemble du sang collecté.

    Comment


    • #92

      Mercredi 23 Septembre 2009 -- Le nombre de donneurs de sang durant le mois de Ramadhan dans la wilaya de Blida a augmenté cette année pour atteindre les 1300. Même si ce chiffre demeure en-deçà des besoins des hôpitaux, il est quand même encourageant vu que les dons de sang sont d’habitude rares durant le mois sacré. Les initiateurs de cette opération (le grand centre relevant de l’unité hospitalière M’hamed Yazid et les petits postes de transfusion sanguine, en collaboration avec l’association des cancéreux Nassima) ont ciblé, surtout des fidèles à la prière des ‘‘tarawih’’, en installant les camions équipés spécialement pour les dons de sang devant les mosquées. Que ce soit à Blida, Boufarik ou El Affroun, le constat est le même : la générosité des donneurs a été au rendez-vous durant le mois du Ramadhan. Dans la région ouest de la wilaya de Blida, la campagne de collecte de sang initiée par le poste de transfusion sanguine relevant de l’EPH d’El Affroun a aussi connu, selon ses organisateurs, un franc succès. Quatre localités ont été concernées par cette opération menée durant le mois sacré. Et c’est dans la commune de Oued Djer que le plus grand nombre de donneurs de sang a été enregistré. Avec 71 poches de sang récoltées, les citoyens de cette localité ont ainsi fait preuve d’une générosité exemplaire. Il en est de même à Mouzaïa où une soixantaine de personnes se sont présentées au niveau du camion mobile installé à côté de la mosquée des Martyrs pour donner un peu de leur sang. Ce sont plutôt les jeunes, en grande partie, et dont l’âge varie entre 20 et 40 ans, qui ont tenu à marquer cette campagne durant ce mois de piété et de partage.

      La participation féminine a été très timide puisque 8 femmes seulement ont fait don de leur sang sur un total de 218 prélèvements qui ont eu lieu dans quatre communes situées à l’ouest de Blida. La réussite de cette opération a été rendue possible grâce à l’implication des imams pour la sensibilisation des citoyens et aux moyens mis en œuvre par l’EPH d’El Affroun. Par ailleurs, le record au sein de la wilaya a été enregistré, la veille du 27e jour du mois sacré, au palais des sports de Bab Essebt (Blida) lorsque, en deux heures seulement, plus de 227 fidèles de la mosquée El Badr se sont présentés sur les lieux pour faire dons de leur sang afin de sauver des vies, parfois liées à la disponibilité ou à l’indisponibilité d’une seule poche de ce liquide vital. Il faut dire que la wilaya de Blida dispose de plusieurs structures hospitalières (chirurgie, maternité, centre anti-cancer…) qui ont besoin en permanence de sang pour traiter notamment les nombreux accidentés de la route et les leucémiques. Les besoins en poches de sang seront encore plus importants après l’ouverture de l’institut national du rein spécialisé dans la greffe. « Cela constitue un devoir pour moi de penser aux malades au moment où je suis en bonne santé… », nous dira un donneur. Un enseignant universitaire dira, pour sa part, qu’il donne du sang car il pourrait, lui-même, en avoir besoin un jour. « Il faut penser aux autres afin de trouver une personne qui pensera à nous en cas d’urgence ; la vie est ainsi faites », insistera-t-il. De leur côté, les médecins et les paramédicaux n’avaient pas cessé, durant chaque opération de don de sang, de rassurer les donneurs qu’il n’y a aucun risque d’attraper des maladies puisque le matériel utilisé est stérile et à usage unique. Bien au contraire, cela est même bon pour la santé puisque les cellules sanguines du donneur se régénèrent et se rajeunissent après l’acte. Ce dernier constitue aussi une opportunité pour subir des tests sanguins et connaître son groupage.

      Comment


      • #93

        Dimanche 27 Septembre 2009 -- Plus de 3 400 poches de sang ont été collectées à Constantine durant la campagne de don de sang organisée pendant le mois de ramadan à travers les mosquées et les écoles coraniques, a-t-on appris hier de la responsable du centre de transfusion sanguine (CTS). Initiée par cette structure qui relève du centre hospitalo-universitaire (CHU) Ibn-Badis, cette opération de solidarité a été organisée au profit des malades hospitalisés au CHU, en collaboration avec la direction des affaires religieuses et des wakfs, a ajouté le Dr. Lynda Boubguira, précisant que plus de 50 mosquées à travers les 12 communes de la wilaya ont été touchées. La campagne est considérée comme une «totale réussite», comparativement à celle menée durant l’été, avant le mois du jeûne, qui n’avait permis de collecter qu’un millier de poches, ce qui était, selon le Dr. Boubguira, «bien en deçà des attentes et inférieure à la demande». Les quantités de sang obtenues durant le mois sacré ont été acheminées vers le CTS pour analyse avant leur utilisation au profit, notamment des victimes des accidents de la circulation et des enfants anémiques ou atteints de cancer, a rappelé la responsable du CTS. D’autres campagnes similaires seront organisées «régulièrement» par le même centre en collaboration avec le Croissant-rouge algérien (C-RA) durant les mois prochains au profit des malades d’autres structures sanitaires de la wilaya, notamment l’hôpital de la cité El-Bir, la maternité de Sidi Mabrouk ainsi que l’hôpital de cardiologie Er-Ryad, a-t-elle ajouté.

        Comment


        • #94

          Jeudi 29 Octobre 2009 -- Encourager encore et toujours plus les citoyens à faire don de leur sang, tel est le leitmotiv de l’équipe de médecins et infirmiers affiliés au centre de transfusion sanguine du CHU Benbadis de Constantine. Le don de sang a été au cœur d’une manifestation organisée en début de semaine à la maison de la culture El-Khalifa de Constantine, coïncidant avec la célébration de la Journée mondiale du don du sang. Des placards publicitaires renseignant sur l’utilité de la collecte de sang, la manière dont l’opération est effectuée, le tout accompagné de diffusion de vidéos rappelant l’importance d’un tel geste civique dans la préservation des vies humaines, ainsi que la présentation du matériel utilisé dans la collecte, tels étaient les atouts utilisés pour sensibiliser encore une fois la population. «Nous avons tenu à remercier en cette journée nos donneurs permanents, nos partenaires dans la réussite de nos multiples collectes de sang, et nous avons aussi lancé une énième campagne de sensibilisation», avait déclaré le docteur Lynda Boubguira, médecin – chef au CTS. Et d’ajouter : «Assurer du sang à toute personne qui en a besoin est notre objectif, d’où notre souci permanent d’alimenter notre banque de sang». Toute régression dans le nombre de donneurs constitue une véritable alerte pour l’équipe du CTS, afin de redoubler d’effort, notamment dans la sensibilisation. «Aujourd’hui, nous avons 5 000 donneurs réguliers. Ils représentent 53 % de l’ensemble des donneurs. L’année dernière, la wilaya de Constantine s’est classée première en matière de collecte de sang avec pas moins de 30 000 dons. Et nous sommes aux normes internationales avec 32 dons pour 1 000 habitants, grâce surtout à la promotion de la culture du don du sang», avait souligné notre interlocutrice. D’autre part, les statistiques du CTS du CHU Benbadis indiquent que les bénévoles du groupe sanguin «O» sont les premiers donneurs, dans une proportion de 46 %. Ceux du groupe sanguin «A» sont classés en deuxième position avec un taux avoisinant les 31 %. Le groupe sanguin «B» est à la troisième position avec 17 %, alors que les bénévoles appartenant au groupe «AB» représentent près de 6 %. S’agissant des services concernés par la dotation en poches de sang, ceux de la chirurgie, des maladies du sang et de la médecine interne sont considérés comme les plus demandeurs, à un taux de 15 %. Les urgences chirurgicales et la pédiatrie viennent juste après avec un taux de 13 %.

          Comment


          • #95

            Mardi 24 Novembre 2009 -- Un regroupement régional réunissant les DSP des quatre wilayate rattachées à l'agence régionale du sang de Constantine, à savoir Mila, Skikda, Oum El-Bouaghi et Constantine, les présidents des Conseils médicaux ainsi que l'ensemble des directeurs d'établissements de santé, a été présidé hier à l'école de formation paramédicale de la capitale de l'Est, par le professeur Kezzal, directeur général de l'Agence nationale du sang. Lors de ce regroupement, le représentant du ministère a expliqué le nouveau décret relatif à la réorganisation du système de don du sang en Algérie. «Cette loi rend la collecte du sang plus efficace, a estimé ce responsable. Notre rôle à nous est de faire en sorte d'avoir une autosuffisance en produit sanguin dans la plus grande sécurité transfusionnelle. Ce système qui a donné naissance à 12 agences régionales dans le pays, dont chacune chapeaute de 3 à 5 wilayas, a également le mérite de faire de l'ANS la seule responsable de la gestion du sang en Algérie». Ce qui est important dans ce nouveau système, selon l'appréciation de ce responsable, est cette individualisation du sang qui va introduire de nouveaux rapports avec le citoyen en lui garantissant un meilleur accueil. Dans l'avenir, indiquera-t-il, il y aura dans chaque wilaya un centre extra hospitalier du sang et des banques de sang à l'hôpital. Intervenant pour expliquer les performances réalisées par la wilaya de Constantine dans le domaine de la collecte du sang, le directeur de la Santé de la wilaya de Constantine, le Dr. Damèche, dira : «Il est désormais de notoriété publique que la wilaya de Constantine vient en tête en matière de don du sang, de sa qualité et de son traitement». Cette affirmation a été étayée par les chiffres réalisés durant la dernière décennie où l'activité transfusionnelle a connu une évolution significative. Les indicateurs pour la wilaya font apparaître qu'en 2000 le nombre de dons était de 19.502 et qu'en 2008 il était passé à 29.844. Le nombre de dons par 1.000 habitants, lui, a dépassé la norme universellement admise pour un pays émergent en atteignant le taux de 32,30%. À la fin de la rencontre, les participants ont été invités à se déplacer dans la nouvelle ville d'Ali Mendjeli pour visiter le nouveau centre de transfusion sanguine de la wilaya qui sera opérationnel prochainement.

            Comment


            • #96

              Lundi 15 Mars 2010 -- Depuis son admission à l'hôpital de Skikda après l'agression barbare qu'elle a subie, les habitants de Merdj Eddib demeurent suspendus à la moindre nouvelle sur son état de santé. Chaïma Khemis, une lycéenne de 16 ans, a été lâchement agressée, mercredi dernier, par un homme âgé de 37 ans. C'était le jour du marché hebdomadaire de Merdj Eddib, la petite Chaïma, venait d'apporter une bouteille d'eau à un vendeurs installé à côté de chez elle qui ne pouvant abandonner son stand, le lui a demandé. Son geste accompli, elle s'en alla innocemment rejoindre son domicile ignorant que son bourreau l'attendait à l'entrée de l'immeuble où le forcené lui tomba dessus et lui asséna avec acharnement plusieurs coups de couteau. Il aura fallu l'intervention d'un badaud pour l'extirper de ses mains. Les policiers de la 5° sûreté urbaine n'eurent aucun mal à l'appréhender pendant que le corps ensanglanté de la jeune fille inanimée est rapidement évacué vers les urgences de l'hôpital.

              La nouvelle se propagea très vite à Merdj Eddib et fit le tour de la ville en un temps record. Chaïma était dans un état critique et avait un besoin pressant de sang pour remplacer l'importante quantité qu'elle avait perdue. En un temps record, on assista à un vaste mouvement de sympathie et de solidarité et un grand nombre de citoyens ont accouru vers l'hôpital pour donner de leur sang pour que vive Chaïma. La cité était sous le choc et n'avait d'yeux que pour l'hôpital où son père, lui-même médecin connu et respecté pour son extrême gentillesse et sa disponibilité, veillait au chevet de sa fille encore plongée dans un profond coma. Lorsque nous nous sommes rendus à l'hôpital, la fille était encore en réanimation. Il était là, près d'elle, depuis le premier jour et ne la quittait pas une seule minute. À travers la vitre qui nous séparait, il nous a salués d'un regard plein d'amertume, nous montrant la main de sa fille qui retenait la sienne, comme pour s'excuser de ne pas pouvoir la quitter et venir à nous.

              Un infirmier nous expliquera en aparté que la fille avait de graves lésions et que son état est jugé très sérieux et qu'elle ne s'était pas encore réveillée de son coma. C'était un moment d'émotion intense qui nous donna à tous des larmes aux yeux et c'est sur cet air que nous quittâmes l'hôpital d'un pas lourd sans se dire un mot, implorant le ciel de protéger la gentille Chaïma et de lui rendre rapidement le sourire ainsi qu'à sa famille et ses amies. Hier encore, elle était toujours à l'hôpital, elle s'est réveillée enfin de son coma mais son état reste très sérieux. Elle a été isolée cependant car elle était encore sous le choc a expliqué son père qui affirme qu'elle est prise de terreur à chaque fois qu'elle voit venir un visiteur qu'elle assimile à un tueur venu l'achever… en tous cas, l'élan de solidarité et de sympathie témoigné pour Chaïma montre si besoin est, toute l'estime des habitants de Merdj Eddib qui prient Dieu pour la rendre à sa famille complètement rétablie. À la superette de Mekkiou où convergent la plupart des habitants de Merdj Eddib pour leurs emplettes, un gars qui ne nous connaissait pourtant pas, nous apostropha et nous demanda: «Wech Chaïma? « (Comment va Chaïma?)». Une question qui suscita soudain l'intérêt de tout le monde.

              Comment


              • #97
                Merouane Mokdad :


                Mercredi 31 Mars 2010 -- En dix ans, le nombre des dons de sang a doublé pour atteindre 400.000 en 2009. “Il y a un effort de sensibilisation a mener pour augmenter le nombre de donneurs. On constate souvent que les citoyens ont peur de donner leur sang”, a déclaré Kamel Kezzal, diercteur général de l’Agence nationale du sang, invité mercredi de la chaîne III de la radio nationale. Il a annoncé une nouvelle organisation de cette agence qui deviendra l’unique opérateur du sang en Algérie. “Un nouveau décret organise d’une manière pyramidale le don de sang en Algérie. Il y aura une plus grande concentration des moyens pour une meilleure organisation”, a-t-il précisé. D’ici 2014, l’agence nationale aura vingt-quatre antennes régionales pour prendre en charge localement les besoins du sang. “Entre la région Centre et la région Sud du pays, les besoins ne sont pas les mêmes compte tenu du nombre des habitants”, a-t-il dit. Des banques de sang seront également installées dans chaque hôpital. Leur nombre sera de 200 en 2012, selon le plan tracé par l’agence. “Les centres de transfusion n’auront dans l’avenir qu’un rôle de collecte de sang et de distribution de produits sanguins. Les centres de wilaya, dotés de tous les moyens, auront la charge de tout gérer y compris le transport du sang vers les hôpitaux. Ceux-ci n’auront plus à recruter des donneurs de sang mais à donner le sang aux malades”, a-t-il indiqué. Il a regretté que 50 % seulement des wilyas ont un véhicule de collecte de sang. “D’ici 2011, 24 véhicules seront réceptionnés et affectés aux wilayas qui n’en ont pas”, a-t-il noté relevant que chaque wilaya devrait être autosuffisante en matière de collecte de sang. Kamel Kezzal a révélé aussi que les réserves actuelles de sang ne sont pas suffisantes. D’où la nécessite d’augmenter les délais de conservations des poches. “Un véhicule collecte de 30 à 40 poches par jour. Les pertes ne sont pas importantes”, a-t-il souligné. Selon lui, les groupes sanguins négatifs (O, B, A) manquent. La raison est que moins de 10 % de la population algérienne est de groupe Rh négatif.

                Comment


                • #98

                  Jeudi 1 Avril 2010 -- Mostaganem était au rendez-vous de la célébration de la Journée maghrébine du don de sang, coïncidant avec le 30 mars de chaque année. À cet effet, les services de la santé publique, le Croissant-Rouge algérien (CRA) ainsi que la radio locale Radio-Mosta FM, étaient de la partie, pour sensibiliser les citoyens, pour les uns, et procéder à la collecte des dons de sang, pour les autres. Supervisée par un personnel médical et paramédical spécialement requis, l’opération de collecte s’est déroulée au niveau des CTS (Centres de transfusion sanguine) des hôpitaux de Mostaganem, Aïn Tedles, et Sidi Ali, aux urgences médico-chirurgicales de Tigdit, à la mosquée de Salamandre et à l’antenne du CRA sise à la Pépinière. En préalable au prélèvement, les bienfaiteurs étaient soumis à un contrôle médical afin de s’assurer de leur bonne santé et de leur aptitude à faire don de leur sang.

                  À Sidi Ali, où trois opérations similaires avaient été initiées durant l’année 2009, et à la mi-journée de mardi, quelque 140 bienfaiteurs étaient dénombrés au niveau du centre de collecte ouvert. Dans une campagne entamée deux jours auparavant, la radio locale s’est mobilisée pour convaincre ses auditeurs quant à la nécessité de l’opération de la collecte de sang, tout en leur communiquant des informations sur les conditions et les précautions à prendre en vue de procéder au prélèvement. Jusque-là, la wilaya de Mostaganem comptait quelque 4 000 donneurs de sang, régulièrement identifiés. L’an dernier, 4 575 dons de sang ont été collectés à Mostaganem, 1 704 à Aïn Tedles et 1 602 à Sidi Ali.

                  Comment


                  • #99

                    Samedi 3 Avril 2010 -- Devenus de véritables partenaires du centre de transfusion sanguine de Mila, les donneurs de sang réguliers ont été honorés mardi dernier, à l'occasion de la célébration de la Journée maghrébine de don de sang coïncidant avec le 29 mars. Une cérémonie a été organisée en leur intention au niveau du centre de transfusion sanguine à l'hôpital Tobbal de Mila où des cadeaux symboliques leur ont été décernés. La direction de la Santé et celle des Affaires religieuses ont pris part à ce rendez-vous annuel organisé par l'Association des donneurs de sang et le centre de transfusion sanguine. Mise à profit par les participants, cette occasion a été saisie par le représentant de la direction des Affaires religieuses qui rappellera, durant son allocution, que le don de sang est un acte humanitaire louable qui tire son essence de notre religion et que le donneur de sang reste un modèle de citoyen chez qui la pratique de la vertu et le sens de solidarité envers ses pairs sont devenus plus qu'une réalité, mais un mode de vie. Pour sa part, le directeur du centre de transfusion sanguine a survolé tous les bienfaits du don de sang sur la santé du donneur: “ Des études scientifiques ont démontré que les donneurs de sang réguliers (2 dons par an) sont immunisés contre de nombreuses maladies, dont le cancer du sang”, dira t-il en substance. Pour ce qui est des opérations de collecte mobile de sang organisées durant l'année 2009, les chiffres fournis parlent de la collecte de 1.140 poches de sang qui ont profité pratiquement à tous les services de santé publique à travers la wilaya. Le bilan du premier trimestre de l'année en cours fait état, quant à lui, de la collecte de 197 poches jusqu'au début du mois de mars écoulé.

                    Comment


                    • Mohammed Zerrouki :


                      Jeudi 15 Avril 2010 -- L’Agence nationale du sang (ANS) va réceptionner 24 véhicules de collecte de sang dans le cadre d’un marché public conclu avec la Société nationale des véhicules industriels (SNVI), dont les prototypes ont été présentés hier, à Rouiba, lors d’une cérémonie organisée à cet effet. Il s’agit de 12 véhicules type châssis-cabine dotés de trois lits de prélèvement et de 12 autres de type autobus, également dotés de trois lits de prélèvement. Ces véhicules, fabriqués par la SNVI, seront tous réceptionnés avant la fin de l’année 2011, selon les termes du marché. La cérémonie d’hier s’est déroulée en présence du ministre de la Santé, M. Saïd Barkat, du directeur général de l’ANS, M. Kamel Kezzal, et du président-directeur général de la SNVI, M. Mokhtar Chahboub. «Cette opération nous permet de nous rapprocher encore plus du citoyen. En plus des points fixes de collecte qui existent déjà, ces véhicules mobiles permettront à l’agence de se rapprocher encore plus des donneurs de sang», a déclaré le ministre de la Santé, M Barkat. Et d’ajouter qu’«il est prévu l’acquisition de 5 véhicules pour la collecte de sang avec 4 lits de prélèvement type châssis-cabine, de 16 clinomobiles destinées à la collecte de sang et de 24 véhicules pour transporter le sang collecté».

                      En marge de cette cérémonie, le directeur de l’ANS a déclaré que «la réception de ces véhicules nous permettra de mieux gérer la collecte du sang. Ces véhicules seront affectés à travers les wilayas du pays». Et d’ajouter que d’ici à 2014, l’ANS aura 24 antennes régionales pour prendre en charge localement les besoins en sang. «Entre les régions Centre et Sud, les besoins ne sont pas les mêmes compte tenu du nombre des habitants», a-t-il dit. «Notre objectif est d’augmenter le nombre des donneurs de sang, qui était de 400 000 en 2009. Il faut faire un travail de sensibilisation afin d’inciter les citoyens à donner du sang», a-t-il ajouté. Interrogé sur la qualité du sang, M. Kezzal a répondu qu’il est contrôlé à 100 % en soulevant, néanmoins, le problème de sa conservation dans l’est du pays. Concernant le manque de plaquettes de sang soulevé par les patients et signalé généralement dans les hôpitaux, M. Kezzal a répondu que ce problème est dû, essentiellement, «au manque de moyens dans les établissements hospitaliers. Cette opération nous permet justement de satisfaire les demandeurs de plaquettes».

                      Comment



                      • ينظم الهلال الآحمر الجزائري حملة ممع للدم تدوم ثلاثة أيام، بمناسبة اليوم العالمي للتبرع بالدم بالتعاون مع المؤسسة الاستشفائية المتخصصة في طب الآطفال بكاناستيل. الحملة تنطلق يوم 13 جوان. وتتم هذه العملية في مقر الهلال الأحمر بشارع جيش التحرير الوطني.

                        Comment



                        • Lundi 5 Juillet 2010 -- Un appel au don de sang a été lancé mercredi par la Fédération algérienne des donneurs de sang (Fads) à l’ensemble de la population. La Fads appelle les citoyens âgés entre 18 et 65 ans et en bonne santé, à se présenter au centre de santé le plus proche pour des dons de sang. “Ce geste banal et anodin rendra l’espoir et le sourire à des milliers de personnes qui souffrent en silence dans l’attente d’une transfusion salvatrice à leur éventuelle guérison”, souligne la Fads.

                          Comment


                          • Djamila Kouarta :


                            Mercredi 27 Octobre 2010 -- Le don de sang reste un geste indispensable. Des vies humaines sont ainsi chaque jour sauvées. Un geste de générosité, d’humanisme et de solidarité qu’on ne peut monnayer. Il est administré gratuitement à toute personne malade. «Le sang est gratuit. Il ne doit pas être spécifié dans une facture», a déclaré, au forum d’El Moudjahid, le professeur. Kezal, directeur général de l’Agence nationale du sang, en réponse à la question portant sur le payement des poches de sang par les malades dans les cliniques privées. Ces établissements, a-t-il précisé, sont conventionnés avec des hôpitaux qui leur fournissent ce liquide. «Il n’est pas question de payer le sang», a-t-il insisté avant de signaler que la collecte durant le mois de Ramadhan dernier a permis d’avoir 37.017 dons de sang. «Les campagnes nationales de collectes de sang, en particulier celles organisées en période estivale et durant le mois de Ramadhan sont d’un grand apport dans l’évolution des dons», a-t-il mentionné.

                            À travers le territoire national 409.067 dons de sang ont été collectés en 2009, soit une augmentation de 6,44% par rapport à l’année précédente, a-t-il ajouté. Réduire les dons familiaux est l’objectif fixé par l’Agence nationale du sang et encourager les dons provenant de donneurs bénévoles, dont le taux est aujourd’hui de 63%. Cette rencontre, organisée à l’occasion de la Journée nationale du don et des donneurs de sang, se veut également une journée de sensibilisation du citoyen sur l’importance du don de sang et l’encourager à donner régulièrement son sang avec l’assistance de la Fédération algérienne des donneurs de sang. Placée sous le thème «Un bras pour le don de vie et un bras pour la construction de l’Algérie», «cette journée a pour objectif de sensibiliser sur le don de sang et encourager les donneurs à devenir réguliers. Cette année l’action est en direction des jeunes donneurs afin de pérenniser ce geste», a souligné M. Gherbi, président de la Fédération algérienne des donneurs de sang. «C’est également l’occasion pour nous de rendre hommage à ces héros anonymes que sont les donneurs de sang», a-t-il ajouté.

                            Un semi-marathon sera organisé le 30 octobre à Bouira. Le directeur de l’Agence de sang a indiqué que la sensibilisation ne doit pas se limiter à la Journée nationale (25 octobre) ou mondiale (14 juin) du sang, mais doit se faire de manière permanente afin d’ancrer, au sein de la société, la culture du don du sang. Par ailleurs, il a annoncé qu’un nouveau centre de collecte et de traitement du sang pouvant accueillir 100.000 dons par an sera opérationnel à Alger (Chéraga) au courant de l’année 2011. «Outre la collecte de sang, ce centre remplira d’autres mission,s à l’instar de la séparation, du contrôle et de la distribution des dérivés du sang au profit des structures hospitalières du centre du pays», a t-il précisé. Concernant les aspects liés à la sécurité du sang collecté, le Pr. Kezzal a souligné que toutes les mesures de sécurité sont prises et qu’aucun détail n’est laissé au hasard.

                            Comment



                            • Lundi 16 Mai 2011 -- L'ambassade de France a lancé ce lundi 16 mai une opération de don de sang en partenariat avec l'hôpital Mustapha Bacha d'Alger. Pendant trois jours, les employés de l'ambassade pourront donner leur sang, qui sera ensuite mis à la disponibilité des médecins de l'hôpital. C'est la première fois que cette opération a lieu et l'ambassadeur lui-même a participé à l'opération.

                              Comment

                              Unconfigured Ad Widget

                              Collapse
                              Working...
                              X