Announcement

Collapse
No announcement yet.

Le journal d’Ann Sjoberg, une Suédoise en Algérie

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #16
    Chawki Amari, Jeudi 16 Juillet 2009 :


    Trouvé tel quel, oublié sur l'ordinateur d'un cybercafé, ce journal d'une Suédoise de passage en Algérie :

    - Cher Björn, je t'envoie mon journal de la semaine, comme tu me l'as demandé.

    Cette semaine, il a encore fait une chaleur comme je n'en n'ai jamais vue de ma vie, même dans les films, ça n'existe pas, l'équivalent d'un micro-ondes en plein air, puissance max. Heureusement le soir, il fait meilleur et on peut aller à des concerts, ce qui est souvent très rafraichissant. De fait, ici, la vie est agréable entre 18 heures, quand la chaleur descend, et 21 heures, quand il y a encore un peu de monde dehors. Trois heures par jour, pendant lesquelles tout le monde semble heureux. Je me suis dit que c'est comme dans le grand Nord, près de chez nous, où les gens ne vivent que 6 mois par an à cause de l'hiver boréal, soit une heure sur deux en moyenne. Statistiquement, il fait donc meilleur vivre en Algérie qu'au Pôle Nord, sauf qu'en ce moment, j'aimerais bien être au Pôle Nord, il fait vraiment trop chaud et je préfèrerai vivre avec un manteau en phoque plutôt qu'ici, où même en short, il fait chaud et on n'a pas le droit d'être en short.

    La journée, je reste avec les femmes à la maison, à éplucher toutes sortes de légumes devant le climatiseur, quand il n'y a pas de coupures d'électricité, ce qui arrive souvent. Mais avec cette chaleur, ce n'est pas moi qui me plaindrait de la misogynie algérienne qui confine les femmes dans leurs foyers. Comme je n'ai rien de spécial à faire puisque personne ne travaille à cause de la température, j'ai même eu le temps de suivre une polémique assez étrange et à laquelle je n'ai rien compris, entre l'Algérie et la France. Si j'ai bien suivi, ce sont des moines trapézistes qui ont fait tout un cirque après avoir été assassinés par le GIA lors d'une tournée. Le GIA c'est complexe, je crois que ce sont des Chiites mais qui ont été repentis pour bonne conduite. En fait, à l'origine de l'affaire qui a brouillé les relations entre l'Algérie et la France, il y un duo de chanteurs de raï, Hassani et Mami qui ont eux aussi ont fait des bêtises lors d'une tournée, ils auraient kidnappé des enfants pour une sombre histoire de trafic d'organes ou pour changer de nom, Hassani serait devenu Hasseni et Mami, dont le prénom était Cheb, a tout simplement décidé de vivre sans prénom et en prison. Mais en France.

    Bref, je ne sais pas si j'ai bien résumé l'affaire mais de toutes façons, elle est très compliquée, comme l'Algérie et comme ses rapports avec ses voisins. La semaine prochaine, j'essaierai de te parler des relations de l'Algérie avec ses voisins, la Tunisie, et surtout le Maroc et un autre pays qui n'existe pas encore mais qui est en Algérie, le Polyzario. C'est encore plus compliqué parce que le Maroc veut prendre un bout de l'Algérie mais l'Algérie veut mettre du bout du Polyzario au Maroc pour construire des trémies pour aller sur la mer. Je t'en dirais plus la semaine prochaine, si j'aime bien mes voisins à Alger et les trouve agréables quoique un peu trop curieux, il semble qu'il y ait un gros problème de voisinage à l'échelle maghrébine.

    Comment


    • #17
      Chawki Amari, Jeudi 23 Juillet 2009 :


      Trouvé tel quel, oublié sur l'ordinateur d'un cybercafé, ce journal d'une Suédoise de passage en Algérie :

      - Cher Björn, je t'envoie mon journal de la semaine, comme tu me l'as demandé.

      Je n'ai jamais vu une chaleur pareille, depuis quelques jours, je me sens comme une pizza à la viande hachée en phase de cuisson, prête à être mangée. Encore que je ne devrais pas m'exprimer ainsi, je ne te l'ai pas dit mais en Algérie, pour désigner l'acte entre un homme et une femme, on utilise le terme « manger ». Pour manger d'ailleurs (quelque chose à manger), on dit exactement le contraire. Mais bref, je ne vais pas m'étaler comme une pâte à pizza sur ce sujet, juste pour te dire que quand on est une femme en Algérie, il ne faut pas dire qu'on va se faire manger, c'est âib. Oui, c'est un mot que j'ai appris, le aîb ou 3ib c'est tout ce qui ne se fait pas. Dire du mal du président, boire un verre, fumer dans la rue ou mettre une jupe trop courte, bref, c'est un mot important qui désigne un tas d'interdits.

      Je ne sais pas encore si c'est une bonne nouvelle mais le week-end va changer. En fait, il était fixé au jeudi et vendredi pour se démarquer du week-end occidental qui est le samedi et dimanche, je sais que tu le sais. Donc pour s'approcher sans se rapprocher, l'Algérie va adopter le vendredi samedi. Une mesure qui parait-il, est destinée à rendre plus efficaces les transactions bancaires internationales. J'avoue que j'ai un peu de mal à y croire, la semaine dernière je suis partie retirer ma paye à ma banque, un établissement public algérien, et ils n'avaient pas d'argent. Ils m'ont dit de revenir dimanche. Quand je suis revenu, le caissier était parti parce que son frère a subi une opération chirurgicale à l'oeil gauche, c'est ce qu'on m'a dit du moins. Non non, ce n'est pas le caissier qui a été opéré, c'est son frère et il ne travaille pas à la banque. Je sais que c'est difficile à comprendre mais les Algériens sont comme ça, très solidaires avec leurs familles, même si d'après ce que j'ai compris, ils adorent leurs mères et leurs frères mais détestent leur père et leurs soeurs.

      Mais bref, je suis revenue le lendemain mais comme il faisait très chaud, l'agent de sécurité m'a dit que personne n'était venu aujourd'hui. Il m'a même proposé de me prêter de l'argent, ce que j'ai refusé, « pour pas me faire manger ». Je ne sais donc pas si ces mesures d'efficacité d'adaptation du week-end vont changer quelque chose. Comme dit mon banquier, de toutes façons, l'Algérie a de l'argent, pourquoi travailler ? Je lui ais dit que justement, si on ne travaille pas, on n'aura plus d'argent. Il m'a dit que le pétrole c'est comme de l'eau, ça coule tout seul dans les oléoducs comme les oueds, et la conversation s'est arrêtée là, il devait sortir acheter un climatiseur pour sa fille. Non, je n'ai pas eu ma paye mais je fais des crédits un peu partout, tout le monde m'avance de l'argent. Et me fait des avances, cela va de soi, je suis encore une belle femme, même reteintée en brune.

      Mais pourquoi pas, Sarah, mon amie la coiffeuse, m'a dit que c'était une bonne chose que quelque chose change, le week-end ou autre, les Algériens étant tellement bien installés dans leurs habitudes. Bien sûr, pour elle, il y aura quelques mesures d'adaptation, les jours de circulation ne seront plus les mêmes, on ne mangera pas de brochettes le vendredi mais le samedi. À moins qu'on ne garde le vendredi pour les brochettes mais que faire le samedi alors, d'autant qu'il n'y aura pas la prière collective où tous les magasins sont fermés ? On s'ennuiera le samedi, m'a dit Sarah, et peut-être même le vendredi. Et pourquoi pas le reste de la semaine ? Pour les administrations par contre, les jours de réception vont changer mais comme les responsables ne sont jamais là, rien ne va changer, que ce soit dimanche, mardi ou un autre jour. Mon voisin, qui n'a jamais travaillé de sa vie et qui traîne toute la journée en pyjama rayé (on l'appelle « zèbre dormant » dans l'immeuble), m'a dit qu'à son avis, on devrait avoir 4 jours de week-end par semaine, jeudi, vendredi, samedi et dimanche, et 3 jours de travail. Mais du vrai travail. Ça par contre, ça pourrait changer beaucoup de choses. Mais pas mon voisin parce que lui, il ne travaille jamais. Même pas en dehors des week-ends.

      Comment


      • #18
        Chawki Amari, Jeudi 30 Juillet 2009 :


        Trouvé tel quel, oublié sur l'ordinateur d'un cybercafé, ce journal d'une Suédoise de passage en Algérie :

        - Cher Björn, je t'envoie mon dernier journal.

        Ça y est, je vais rentrer. Je dois partir et quitter ce pays dont je ne sais plus vraiment s'il est chaleureux ou simplement très chaud. Depuis que je suis arrivée, je me sens toute molle, affectivement et physiquement, prête à tomber amoureuse à chaque coin de rue et toute flasque à cause de la chaleur qui distend tous les tissus. Quels souvenirs je garde de cet étrange pays ? Essentiellement des souvenirs de femme, on m'a demandé 50 fois en mariage, on m'a pincé le derrière une centaine de fois dans la rue et traité de chienne (on dit kelba, un mot qui revient souvent) une vingtaine de fois. Mais on m'a aussi offert des centaines de fleurs, invité 1 000 fois au restaurant et un homme m'a même dit qu'il se ferait GSPC pour moi, ce que je n'ai pas bien compris.

        J'ai appris plein de nouveaux concepts, que je vais essayer d'exporter avec moi en Suède. Comme délestage, bipage, dégraissage, flashage. En tous les cas, je ne suis pas restée longtemps mais je me suis attaché à ce pays, même si je n'ai pas bien compris comment il était géré et dirigé. Je n'ai jamais vu de dirigeant d'ailleurs, ni maire ni wali ni ministre, sauf à la télé. Oui je sais Björn, chez nous, on peut les rencontrer dehors, dans un café ou dans la rue. Mais ici, c'est différent, les dirigeants vivent dans des bunkers étanches où ils ne sortent qu'en escorte et lunettes noires, comme des mafieux colombiens.

        Mais bref, le peuple des dirigés comme les appelle mon voisin toujours en pyjama rayé n'est pas comme ça. Les Algériens sont généreux et cruels, ouverts et fermés, méchants mais si tendres, et les Algériennes sont tout simplement formidables. J'ai proposé à Sarah, mon amie coiffeuse de venir à Stockholm ouvrir un salon de coiffure pour blondes où l'on offrirait plein de teintures et de rumeurs sur les gens, mais elle a refusé, m'expliquant qu'elle devait s'occuper de sa grand-mère, une vieille femme qui a 200 ans et qui envisage sérieusement de se remarier. Avec un homme plus jeune qu'elle, évidemment. Mais je te dirais ça bientôt de vive voix Björn. J'espère que tu seras à l'aéroport et à l'heure, sinon comme m'a dit Sarah, tu n'auras pas ton dessert.

        Comment


        • #19
          Originally posted by Al-khiyal View Post

          Trouvé tel quel, oublié sur l'ordinateur d'un cybercafé, ce journal d'une Suédoise de passage en Algérie :

          - Cher Björn, je t'envoie mon dernier journal.

          ..... même si je n'ai pas bien compris comment il était géré et dirigé. Je n'ai jamais vu de dirigeant d'ailleurs, ni maire ni wali ni ministre, sauf à la télé. Oui je sais Björn, chez nous, on peut les rencontrer dehors, dans un café ou dans la rue. Mais ici, c'est différent, les dirigeants vivent dans des bunkers étanches où ils ne sortent qu'en escorte et lunettes noires, comme des mafieux colombiens.

          .............J'espère que tu seras à l'aéroport et à l'heure, sinon comme m'a dit Sarah, tu n'auras pas ton dessert.
          Bravo Ann Sjoberg..
          ENFIN... T`AS TOUT COMPRIS

          DES MAFIA`S

          and Good work by the way
          http://www.ville-ge.ch/en/autorites/...rie/150908.pdf
          A government that robs Peter to pay Paul can always depend on the support of Paul.
          By: George Bernard Shaw

          Comment

          Unconfigured Ad Widget

          Collapse
          Working...
          X