Announcement

Collapse
No announcement yet.

Phone conversation with Djamila Bouhired

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #16
    Mercredi 30 Décembre 2009 :


    L’extraordinaire élan de solidarité, spontané et chaleureux, par lequel vous avez répondu ?* mon cri de colère m’a profondément émue et bouleversée. De nombreux messages venant d’Algérie mais aussi de France, d’Australie, du Canada, d’Amérique et d’ailleurs m’ont réconfortée, c’est dire que la solidarité n’est pas un vain mot chez les Algériens. Beaucoup, au prix de grands sacrifices, se sont proposés qui pour donner un ou des organes, qui pour offrir ses biens, qui pour donner sa pension de chahid. Cela m’a énormément touchée. Sans oublier les larmes de ceux qui ne pouvaient pas les retenir. Cet élan de solidarité a amené les responsables de la CNAS ?* laquelle j’étais affiliée ?* me délivrer une prise en charge pour aller me faire soigner ?* l’étranger. J’ai raté mon rendez-vous programmé cette semaine. Je ferai mon possible pour me déplacer le plus tôt possible. Je vous ferai part des sommes récoltées grâce ?* votre générosité, des dépenses effectuées et de l’utilisation des reliquats comme je vous l’avais annoncé dans ma première lettre. Je ne voudrais pas terminer sans vous dire, ?* vous tous, mes frères et sœurs toute ma reconnaissance, et le mot est trop faible, et toute ma gratitude. Merci pour votre confiance. Merci ?* tous ceux qui ont prélevé sur un salaire modique, un peu de leur nécessaire, pour me maintenir en vie. Merci en espérant revenir guérie en pleine possession de mes moyens.

    Mme Djamila Bouhired

    Comment


    • #17

      Vendredi 8 Janvier 2010 -- L’Association nationale des anciens condamnés ?* mort (1954-1962) est-elle en train de laisser tomber Djamila Bouhired, ancienne condamnée ?* mort durant la guerre de Libération ? Lors de la réunion tenue hier ?* Alger, le président de l’association, Mustapha Boudina, a insisté sur « l’intérêt accordé ?* cette catégorie (les anciens condamnés ?* mort) par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika », et a souligné « l’amélioration progressive de sa condition sociale durant ces dernières années, notamment après l’augmentation de la pension dont elle a bénéficiée ». Bouhired avait justement vertement interpellé le président Bouteflika, ?* travers son propre cas, sur la prise en charge des anciens moudjahidine. Dans sa lettre, elle s’adressait ainsi au président Bouteflika : « Je vous demanderais de ne plus nous humilier et de revaloriser notre dérisoire pension de guerre afin de vivre dans un minimum de dignité le peu de temps qui nous reste ?* vivre ». Ce n’est apparemment pas l’avis du président de l’Association nationale des anciens condamnés ?* mort.

      Comment


      • #18
        Quelle bande d'ingrats !

        Comment


        • #19

          Comment


          • #20


            Lundi 18 Janvier 2010 -- La moudjahida Djamila Bouhired se trouve actuellement dans la capitale française pour y suivre des soins. Elle loge ?* hôtel George-V, un établissement digne de sa stature et bénéficie d’une voiture pour les besoins de ses déplacements pour ses soins. Selon notre source, Djamila Bouhired a bénéficié d’une prise en charge pour se faire soigner ?* Paris. C’est la moindre des gratitudes de la part de l’État algérien ?* l’égard de celle qui est qualifiée ?* juste titre d’icône de la Révolution algérienne.

            Comment


            • #21

              Lundi 8 Mars 2010 -- Nizar Kabani lui a dédié un des plus beaux poèmes, elle est mondialement considérée comme le symbole de la résistance et de l’abnégation, Djamila Bouhired est, en effet, ce symbole de la femme arabe contemporaine, qui a tu pendant sa situation par amour pour l’Algérie, comme elle s’est tue face aux tortionnaires. Celle qui souriait en toute occasion et répétait « je suis algérienne, je n’ai fait que mon devoir pour la patrie », a fini par sortir de son silence, pour demander un peu plus de considération et pour adresser un appel, qui a suscitée autant d’élans de sympathie que de réactions hostiles de personnes qui l’ont jugé « ingrate », oubliant tout ce que l’Algérie avait fait pour elle. Le monde entier s’est alors demandé comment, au temps de l’Algérie indépendante, la plus célèbre résistante arabe face aux colons doit demander une aide financière pour pouvoir se soigner ?!

              L’appel de Djamila Bouhired, même s’il a offusqué certaines personnes, reste un appel ?* l’aide d’une résistante qui a donné sa jeunesse ?* l’Algérie dont elle est un des symboles pour le monde entier, quelques soient les critiques qui lui ont été adressées son glorieux parcours est tout ce qui compte. Si nous devions juger tout ceux qui ont usurpé des postes du fait de leur passé historique ou en s’en créant un, ceux qui ont pillé les richesses du pays, ce qu’a pris Djamila Bouhired- si tant est qu’elle ait pris quelque chose- ne représentera qu’une goutte dans l’océan. Elle n’a demandé ni villa ni voitures luxueuses tout ce qu’elle a demandé c’est que sa mère patrie se charge de sa prise en charge médicale, ce qui est son droit le plus absolu. Comment cette Algérie indépendante peut-elle déboursée des milliards pour des artistes venues d’on ne sait où et abandonner ?* son sort une femme qui s’est battue pour elle. Ce que Mme Bouhired a subit est un exemple de la situation de la femme algérienne. Cette dame de 74 ans continue ?* se battre et lutter pour ses droits que son statut de moudjahida est pourtant sensé lui assurer. En aurait-il été autrement si elle avait un homme ? Assurément.

              Comment


              • #22

                تم، نهار أمس، فتح أول متحف للماء ببلدية توجة ببجاية، وذلك بمبادرة من جمعية جهيماب التي يرأسها الجامعي جميل عيساني وبحضور المجاهدة جميلة بوحيرد.

                وحضر عملية التدشين آلاف المواطنين وغياب شبه كلي للمسؤولين المحليين بسبب الدعوة التي وجهت للمجاهدة جميلة بوحيرد. وحسب عيساني، فإن متحف توجة للماء هو الأول من نوعه في الجزائر، وهو عبارة عن بناية كبيرة تضم طابقين فيهما عدة زوايا نشرت فيها لوحات تاريخية عن الماء في بلدية توجة منذ العهد الروماني إلى اليوم، حيث كانت مدينة ''صلداي''، بجاية حاليا، تزود بالماء عن طريق القنوات المعلقة التي تمتد على مسافة 50 كلم من توجة إلى بجاية. وحسب الوثائق المعروضة، فإن المتحف يضم قطعا أثرية مثل أعمدة القنوات المعلقة وصور عن منبع توجه الشهير. وخلال العودة إلى بجاية فضل المنظمون أخذ الطريق التي مرت منها القنوات المعلقة في العهد الروماني من المنبع الأصلي بوسط توجة إلى حي دار الناصر ببجاية.

                Comment

                Unconfigured Ad Widget

                Collapse
                Working...
                X