Announcement

Collapse
No announcement yet.

Le dépeçage universitaire de l’homme sur l’autel de l’état.

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Le dépeçage universitaire de l’homme sur l’autel de l’état.

    L’heure est grave, elle ne peut plus être celle des garden-party où l’esprit bon enfant se donnerait ?* cœur joie ?* ces festins primitifs de la préhistoire, ces festins cannibales en pleine place publique où l’«Homme» est consommé vif dans un carnaval où les convives portent chacun un masque ?* la mesure de sa faim, tantôt d’ethnologue tantôt de sociologue, tantôt de psychologue, tantôt de linguiste et j’en passe, y en a marre de cette armada de bêtes disciplinées par l’Ordre Etatique de déchiquetage du malheureux «Homme».

    Le concept de l’Humain.

    Il faut avouer que le concept même de « Humanité » dont est revêtu l’animal parlant n’est autre que ce concept rationnel de son universalité, c’est ?* dire du « concept-logos » de l’Un mis ?* sa disposition en vue de son self-accouchement ?* la vie, ce n’est pas sorcier et c’est surtout mathématique et enfantin, il suffit tout juste de savoir compter de Un ?* Un.

    L’«Homme» doit être le concept politique par excellence, sinon au moins au même titre que ces concepts bidons que sont les citoyennetés cannibales référées aux Etats Primitifs. Il pourrait paraître naturellement ?* l’animal parlant très difficile d’assumer ce « devoir-être-homme », qu’il se détrompe et qu’il ne pense surtout pas qu’il serait alors tenu de porter le monde sur son dos, il n’est rien puisque tout ce qu’on lui demande c’est de donner au moins libre cours ?* sa langue d’attester son identité réelle. Plus d’un pense que le monde est ailleurs que dans le langage, quelque part dans le « faubourg du saint-honoré » cirque des bêtes, il est pourtant clair que notre sort est suspendu ?* ces deux petits bouts de phallus dont notre procréation est dotée, ?* savoir la langue d’en bas et celle d’en haut.

    Adam, sa Psyché et son Soma.

    L’«Homme» est la Citoyenneté par excellence, « Adam » n’est pas comme le prétendent ces débilités monothéistes un individu humain ayant vécu dans un passé lointain de la préhistoire, notre cher « Adam » est bel et bien l’Etat-Excellence, car le premier Etat ?* s’être instauré, juridiquement institué sur la planète terre, est l’Etat-Adamique, et cet Etat-Adamique est toujours d’actualité puisqu’il relève d’un ordre intellectuel et non animal, et même s’il se trouve condamné au support des bêtes il reste quand même toujours de nature intellectuelle. La corporéité matérielle d’Adam ne réside pas dans une individualité humaine d’un hypothétique Adam préhistorique, mais repose bel et bien actuellement sur la corporéité collective de la totalité des êtres humains de la planète sans frontières ni murs de fer. Son intellect est cette unité actuelle de conscience humaine universelle, de laquelle chacun de nous puise actuellement sa propre existence. Et le « principe généalogique » qui fonde l’identité humaine des enfants d’Adam est celui défini par la troisième méthode de représentation dite « circulaire », celle où l’ancêtre identifié comme étant le plus lointain est placé en un centre autour duquel ses descendants sont placés en cercles concentriques, voici la règle essentielle de cet épineux dossier des « Structures Elémentaires de la Parenté » dont le Chaman Claude Lévi Strauss de l’Académie Française a fait son « délirium tremens » sur la place universitaire française.

    Adam et son Temps.

    « Adam » est un Etat Anhistorique dont le territoire s’étale entièrement sur le globe terrestre ?* l’image de cette libre conscience de son fils l’Homme qui doit elle aussi s’étaler sur la totalité de sa corporéité. Dés lors qu’il y a amputation de cette Adamité par l’émergence d’un Etat second, infirme et pédantesque appelé politique, venu se superposer ?* l’Etat Nature Adam, il y a aussi re-production d’une nature humaine seconde, infirme elle aussi et pathétique appelée citoyenneté, venue voiler l’état de conscience premier de cet «Homme» l?*. C’est cet état irrationnel et donc illégal de re-production humaine dans la fabrique de l’Etat qui a poussé l’épistémologie occidental de faire recours au fameux concept miracle de la « re-présentation » . Un concept appelé ?* la rescousse de l’hystérie institutionnelle dont est animé le cirque de l’Etat dans tous ses habillages sociopolitiques et montages juridiques. Un concept venu présenter le Temps de la Mort dans l’hécatombe des bêtes.

    A vrai dire bien qu’il n’y ait aucun doute sur la naissance de l’animal parlant, la naissance accomplie de l’«Homme», quant ?* elle, reste suspendue ?* un perpétuel accouchement pour cause de complications politiques, et pour certaines bêtes il serait même ?* craindre que cette opération ne s’achève par un état avortif.

    L’«Homme» s’éprouve aliéné et asservi par la bête de l’Etat Occidental, son lieu d’être est continuellement assailli par ces sanglants assauts politiques sur la scène internationale, sa personne est terrorisée par cette affreuse et infatigable métamorphose de la face du politique atteinte du virus de la « re-présentation » de la mort. Pas plus que le destin des hommes n'est inscrit dans la nécessité de l'ordre naturel des choses, leur malheur contingent est le résultat des vicissitudes politiques, un destin inséparable de la prose de « l'Histoire ». Dés lors le penseur de l'Histoire se trouve être le penseur de l'Etat.

    On le voit ?* merveille dans cette « Historisation » politique des lectures bibliques concernant la signification de la notion centrale d'Adam, et de bien d'autres notions essentielles d'ailleurs, comme étant un vulgaire personnage soumis l'ordre temporel de l'Histoire, c'est ?* dire au même ordre politique du pouvoir temporel de l'Etat. Un mystérieux Etat solidement assis sur l'action d'institution du « Temps » grâce ?* ses divers impératifs sociotemporels insoupçonnables, et dont la tâche première consiste notamment et essentiellement ?* faire lire ?* sa bête citoyenne son Temps, un temps nommé « Histoire ». Dés lors qu'il y a Histoire au sein d'une structure sociopolitique, il ne pourrait plus y avoir de laïcité ?* moins que l'on veuille tenir un discours hystériforme, quoique l'on puisse dire dans les amphithéâtres baroques et chaotique des opérettes universitaires de l’Occident un sain d'esprit ne pourrait manquer de reconnaître la filiation entre le « Religieux » et la prise de conscience du Temps par Adam, ou en d'autre terme la filiation entre le « Religieux » et la mise en lecture du Temps par l'Etat, l’Histoire est la galère sur laquelle on embarque les bêtes de somme ?* la dimension du Temps de la Mort, le Temps de la Race, en l’occurrence Sémite et Aryenne, et le spectacle sanglant qu’on nous a offert durant la seconde guerre mondiale le prouve.

    Il faut avouer que c'est ici même, sur cette frontière entre l'Etat Nature Adam et l'Etat Sauvage Politique que s'édifie l'essentiel des pathologies ?* caractère schizophrénique, qu'elles soient individuelles ou collectives, et c'est aussi ici même que réside toute sorte de clivage identitaire notamment ce fameux clivage Conscient-Inconscient tant aimé par la littérature sémite. D'ailleurs pour finir cette intervention nous prions nos chers disciples du Duo de charlatans « S.Freud-/-C.L.Strauss » d'aller exercer leur commerce en mystère sur la planète des singes afin d’aérer la Nation Humaine et surtout d’assainir son ambiance. La fameuse trouvaille du charlatan Freud, le fameux « Inconscient », n’est autre que cette réalité humaine universelle confisquée par les politiques et dont l’expression reste tronquée par la littérature intellectuelle sémite dans les écuries universitaires de l’Occident, on veut bien leurs accorder le droit d’allégeance ?* leurs Gourous qui leur donne le privilège d’être affiliés au registre du commerce sur le dos de la misère humaine qu’eux mêmes fabriquent, mais enfin quand est-ce qu’ils vont se la boucler un peu ces sangsues collées sur le dos de l’Humanité pour laisser l’homme placer un mot, un seul mot et il se la boucle ?* son tour : l’Homme mes frères, l’Homme…





    Algéria

  • #2
    Mais quel langage ? quel français? c'est fortiche tous cela !! Je me demande d'où tu as puisé pour aboutir ?* un tel exploit.
    Mais malheureusement quel obscurité, quel ciel étroit?

    Un conseil que je crois que tu ne démérite pas, ouvre plus
    grands tes yeux, scrute mieux ton horizon, " scan " plus loins et encore plus loins peut être que tu verras autre chose que ces scenes macabres.

    Je te dis une chose.. ça fait mal ici chez nous.. mais on ne doit pas vivre pour voire mais on doit vivre pour essayer, c'est de cela qu'on rendra compte.

    Comment

    Unconfigured Ad Widget

    Collapse
    Working...
    X