Announcement

Collapse
No announcement yet.

Privatisations en Algérie

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Privatisations en Algérie

    ALGIERS -(Dow Jones)- Algeria plans to privatize about 300 small- and medium-sized companies this year, Minister of State Shareholdings and Promotion of Investment Hamid Temmar told Dow Jones Newswires Thursday.

    "Only privatization will save the Algerian industrial sector and allow it to enter the European market," Temmar said on the sidelines of an investment fair in the capital Algiers.

    The 300 companies being sold in 2006, compared with 270 privatized in 2005, will include construction companies, manufacturing and textiles factories and small public works companies. In the first four months of this year, 63 small- and medium-sized companies have already been sold.

    Algeria's privatization process has so far raised around 55 billion Algerian dinars ($1=DZD73) in revenue for the state. Temmar said 75% of buyers are domestic investors.

    Measures such as allowing investors to make a 30% initial payment for a company, paying off the balance over the next five years, have speeded up the privatizations.

    The privatization process has gathered momentum in Algeria since 2001, with only the petroleum sector excluded. It now involves 1,060 companies, of which 265 are classed as small businesses, 650 are medium-sized and 145 are big companies.

    Larger companies slated for privatization include Air Algerie, Asmidal fertilizers, industrial vehicles manufacturer SNVI, and cigarette manufacturer Societe Nationale des Tabacs et Allumettes, and the pharmaceutical company Saidal, Temmar said.

    Saidal has already floated a 20% stake on the Algiers Stock Exchange which was created in 1999.

    Consulting firms to advise on these larger upcoming privatizations will be selected by July, Temmar said.

    He cited as a successful blueprint for Algerian privatizations Mittal Steel Co. (MT) acquisition of a 70% stake in Algeria's El-Hadjar steel-making complex in 2001.

    "It was a success story. They are doing good business and creating jobs, and we're looking for this kind of privatization," Temmar said.

    >>>Source<<<

  • #2
    Algeria to sell BDL bank, 800 companies

    MILAN (Reuters) - Algeria will sell a stake in Banque du Developpement Locale (DBL) to private investors as the country accelerates its privatisation programme, Minister of Investment Promotion Abdelhamid Temmar said on Monday.

    The sale of BDL, one of the country's largest lenders, would follow that of Credit Populaire d'Algerie (CPA), Algeria's third biggest bank, Temmar told Reuters in an interview in Milan during a visit to meet Italian investors.

    Algeria has privatised 384 companies in the last year and aims to sell about 800 more to investors in the coming years, Temmar said.

    "All sectors are open except for public utilities," Temmar said.

    Algeria's privatisation programme was put on hold when the country plunged into violence after the military cancelled the 1992 legislative elections that an Islamic party was poised to win. Authorities had feared an Iranian style revolution. About 200,000 people were killed in the violence.

    In the last few years the government has contained the Islamic insurgency and offered amnesty and cash to militants who lay down their arms.

    To attract investors Algeria has reduced its corporate income tax to 25 percent from 30 percent and allows companies to transfer their profits out of the country, Temmar said.

    Together, BDL and CPA have 18 percent of the Algerian market, Temmar said. Algeria will invite international banks by October to bid for CPA, the country's first bank privatisation, and expects to conclude a deal by February.

    BDL, which specialises in lending to small and medium-sized enterprises, has one of the north African country's largest branch networks and authorised capital in 2004 stood at 13.4 billion dinars.

    There are six state-owned banks, which own 90 percent of total assets and loans of the banking system, and a handful of small private banks which focus on financing imports. Foreign banks including BNP Paribas, Societe Generale, Citibank and Arab Banking Corporation are also present in the market.

    Officials at BDL were not immediately available for comment.

    Algeria, a member of the Organisation of Oil Exporting Countries, is not planning to further open up its oil and gas exploration and production sector, Temmar said.

    "The international market has changed dramatically," Temmar said. "We know oil prices will not go down and if they do they will fall only a little. In this context we don't see why we would want further exploitation of our resources now that we have too much money."

    Algeria's revenues from oil and gas sales amount to about $50 billion a year.

    Arab, Italian and U.S. investors have shown the most interest in Algeria's privatization process so far, Temmar said.

    Algeria to sell BDL bank, 800 companies

    Comment


    • #3
      Algeria: Italian businesses invited to privatisations

      Milan, Jul 17 - Algeria is ready to welcome Italian entrepreneurs' investments. That is what has been learnt from the meeting in Milan today between a delegation of Algerian businesses led by the Minister for Privatisation and the Promotion of Investments, Abdelhamit Tebbar, and Italian entrepreneurs. In his speech, Minister Tebbar presented the progress made by his country. The Algerian GDP was 6.7 percent in 2005. In 2006 it will remain at 6.4 percent. Purchasing power doubled since 1999 and is expected to triple by 2009.

      Unemployment, according to the Minister, fell by 33 percent since 1999 and 15 percent since 2005. According to Tebbar, this is thanks to the political stabilisation which has greatly changed the country. "Along with South Africa, Algeria is the only African country to have achieved true democracy. This especially means consultations and cooperation between the government and trade unions." Tebbar declared that "As far as I know, there is no other country in the sub-region with such a good economic situation."

      The Minister took the opportunity of this favourable situation to invite Italian entrepreneurs to participate in the privatisation of some "important" Algerian businesses. "630 Algerian companies are available for privatisation. These are especially in the textiles or in the lumber industry, that is, the countries which are suffering China's competition in Italy. Why not invest in Algeria, where an engineer costs 100 euros a month?" The Minister added that "The companies in question are good but have debt problems." Even here, the new and slimmer laws on privatisation guarantee that the choice be made by the foreign company which desires the privatisation. Tabbar is aware that often the obstacles stopping Italian businesses abroad do not just concern the characteristic small size of businesses (the SMB's), but, especially in Algeria, the necessity is that of lightening the bureaucracy and the public administration. Also due to this, it is expected that the establishment of an Algerian General Consulate in Milan next August, with an economic and commercial section, will improve the paperwork for visas.

      Algeria: Italian businesses invited to privatisations

      Comment


      • #4
        Privatization: U.S. company interested in Sotramo, Oran



        The US harbours construction specialised company recently sent a group of experts to the Western great maritime works company “Sotramo” located in Oran, to get ready for its assets purchasing in the framework of its capital opening.

        The company’ delegates took stock of the “Sotramo” overall real and movable estates, as a prelude to deciding on entering as an associate with this strategic company following the central authorities decision to open its capital.

        According to well informed sources, the US delegation came up with an exhaustive assessment of “Sotramo” properties, they visited also the principal headquarters and the houses situated in Mostaghanem wilaya, moreover they took stock of fees plan, human resources and other issues related to management, given that the completion of company’s assets procurement procedures is expected to take place as soon as possible.

        The Algerian company Sotramo, which experienced big scandals arising out from the company’s funds squandering, made a parallel assessment, in preparation for receiving the expected offer by the US company executives keen on getting its assets.

        U.S. company interested in Sotramo

        Comment


        • #5
          Liquidate or privatize?: 500 companies to be sold by the end of the year

          The government is expected to sell about 500 state owned companies by this year’s end. Since last January, among 1055 companies targeted for privatization, 63 companies have been totally and partially privatised, while 270 companies were sold from June to December last year according to the last economic and social council (ECOSOC) report.

          The recorded operations allowed the buyers to procure 55bn Dinars, equal to 610 million euros in addition to 32bbn Dinars i.e. 345 million euro, and allowed also the creation of seven million jobs.

          According to the recent statements by the minister of participation and investment promotion, Hamid Temmar, three thirds* of the privatized companies have been sold to Algerian investors, and 160 state owned companies declared bankruptcy within the last two years.

          According to well informed sources Temmar is striving to speed up the privatisation operations, he made it clear for twenty eight state participations management companies’ C.E.Os, that the government priority in the next phase ending just before the elections due date, is to get rid of as many companies as possible.

          Well informed sources close to the issue of the privatisation portfolio say that Temmar’s conviction is that if the state’s assets are to be well managed, it is necessary to get rid of them.

          They further mentioned that during Temmar’s meeting with the companies' C.E.Os he said that he is charged by the President of the Republic to speed up the pace of privatisation, which has been repeatedly delayed, more precisely since 1995, highlighting that the most adequate environment to implement the new plan elaborated on the basis of ex-Eastern Germany's and the Hungarian republic's experiences.

          State owned companies constitute 85% of the national market, whereas the remainder is owned by private and foreign companies, bound to adapt their situation with the new private and foreign banks and financial institutions creation regulation law fixing the minimum social capital by 30 million dollars.

          The governmental sources point out that the tiring and exhaustive privatisation process remained frozen by political and economic milieus as well as trade unions apprehensions about the impact it will have on their economic and maybe political future. The economic experts see patently that privatization is dependent on the political situation.

          500 companies to be sold by the end of the year

          *The use of 'three thirds' seems odd here - it would have been easier to say 'all' or '100%' so perhaps there is an error here and 'two thirds' was intended.

          Comment


          • #6
            Privatisations en Algérie

            La liste des entreprises publiques soustraites * la privatisation n’est pas encore définitive, a appris L’Expression, de sources gouvernementales. La centaine de sociétés annoncées par le ministre des Participations et de la Promotion des investissements a été dégagée, après une étude sommaire du dossier des privatisations. Nos sources vont même jusqu’* dire que le nombre d’entreprises qui resteront dans le giron de l’Etat dépasse plusieurs centaines.

            «Plus de 25% des sociétés listées comme privatisables seront purement et simplement reversés dans le portefeuille de l’Etat», révèle un cadre qui soutient que les récentes déclarations des ministres des Transports et du Tourisme ne sont, en réalité que la partie apparente de l’iceberg. Et pour cause, le gouvernement va bientôt rendre publique sa nouvelle «stratégie industrielle» qui tranche, radicalement, avec la démarche suivie jusque-l* par le même Exécutif.

            Ainsi, classé comme une démarche stratégique irréversible en Algérie, le processus des privatisations marque, désormais, le pas. Le ministre des Participations et de la Promotion des investissements, Abdelhamid Temmar, vient d’ajouter un autre fait probant * ce recul et * l’assouplissement des convictions ultralibérales des dirigeants algériens. «L’Etat protégera de la privatisation une centaine d’entreprises de notre tissu industriel», a déclaré M.Temmar, lundi dernier, sous le regard jubilatoire du patron de la Centrale syndicale, Sidi-Saïd, lors d’un séminaire sur l’expérience suédoise dans la privatisation et le dialogue social. Au passage, le ministre a même ajouté que «la question de l’industrie en Algérie est importante, car elle est notre locomotive, si nous voulons entrer dans le commerce international. Il ne faut pas nous tromper». Après la course effrénée * la libéralisation tous azimuts, on entame, non pas la vitesse de croisière, mais la marche arrière.

            L’intérêt brusque exprimé par M.Temmar pour sauvegarder le secteur industriel va * contre-courant de la stratégie gouvernementale poursuivie depuis les cinq dernières années.

            La privatisation de l`ensemble des sociétés industrielles publiques quel que soit leur bilan, a été déclarée, admise, adoptée, défendue et applaudie par le pouvoir politique. Les dirigeants justifiaient les privatisations par la situation catastrophique du tissu industriel national. C’est ainsi qu’ils concevaient le désengagement de l’Etat de la sphère économique, érigé en principe absolu de l’économie moderne. Et * la Centrale syndicale de répliquer maintenant qu’elle est en position de force, qu’il n’est pas question que l’Etat se désengage de ses responsabilités économiques: «L’Etat doit se désengager de la gestion et non de la sphère économique».

            Au fait, la loi sur les hydrocarbures a été la meilleure illustration de cette volte-face inattendue des pouvoirs publics. La polémique a été violente dans la presse nationale au sujet de la loi Khelil. Votée par le Parlement en avril 2005, et publiée au Journal officiel, la loi n’a jamais été mise en oeuvre.

            Le président de la République n’a pas signé les décrets d’application. Une autre version de cette loi revue et corrigée, est alors remise aux députés en 2006 pour l’adopter de nouveau. Dans cette démarche «* reculons», le système bancaire est, lui aussi, directement concerné. La Banque nationale d’Algérie (BNA) et la Banque extérieure d’Algérie (BEA) ne sont plus privatisables. Figurant dans l’agenda de Temmar, celles-ci connaîtront, contre toute attente, une opération profonde de modernisation.

            En juin dernier, le FMI a, pourtant, estimé que l’Algérie doit faire des efforts pour accélérer le processus de privatisation des grandes banques publiques pour mieux soutenir la réforme et la modernisation du système bancaire algérien. Il n’y a pas que le FMI qui a été surpris par la démarche des dirigeants algériens. L’UE a, également, été prise de court par cette volte-face. En janvier dernier, l’Algérie devait bénéficier d’un financement de 8,15 millions d’euros de l’Europe, destiné * accélérer le programme de privatisation des entreprises publiques. L’aide est destinée * redynamiser cette opération, selon la lettre d’information hebdomadaire sur le partenariat euro-méditerranéen. Même les observateurs les plus aguerris en stratégie économique, les revues internationales qui éclairent l’opinion mondiale sur l’économie, se sont leurrés dans leurs analyses. «Le processus des privatisations a pu se concrétiser au niveau de quelques banques, des entreprises publiques et le secteur des télécommunications. Même s’il paraît assez lent, le processus des privatisations a toutes les chances d’être totalement achevé durant la période qui s’étalera de 2008 * 2010», a écrit la revue The Economist Intelligent. Une autre victime, puisqu’avec le revirement actuel, le processus ne sera pas achevé mais tout simplement stoppé. «Ceux qui ont appliqué le socialisme avec zèle sont les mêmes qui se sont reconvertis au libéralisme, ils sont extrémistes et dangereux», a soutenu la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, pour ne citer que cette politicienne.

            Privatisations: La volte-face du gouvernement

            Comment


            • #7
              Algerian Participation and Investments Minister Abdelhamid Temmar announced Tuesday (December 5th) that 100 public companies have been excluded from the privatisation process. The government project for privatisation includes 1,200 public companies. Temmar did not reveal the names of the companies, but reportedly they include Sonatrach, electricity and gas producer Sonelgaz and airline Air Algérie. Since the beginning of the year, 63 state-owned firms have been privatised - including 45 partial or total privatization operations, 6 transfers of assets, 5 employee buyouts and 17 transfers to public institutions. Algeria has commenced privatization procedures for state-owned telecoms, several banks and cement plants.

              Algerian government excludes 100 firms from privatisation process

              Comment


              • #8
                Temmar chargé d’élaborer le nouveau plan d’assainissement financier :


                Des sources gouvernementales ont assuré * El Khabar que le ministre des Participations et de la Promotion des investissements, Hamid Temmar, sera chargé d’élaborer un plan afin d’entrer dans une deuxième phase d’assainissement financier des entreprises publiques.

                Nul ne sait jusqu’* présent le montant réservé par le gouvernement * l’assainissement des portefeuilles des sociétés publiques qui souffrent d’asphyxie financière, après qu’ait été prouvé l’échec des gouvernements successifs afin d’attirer de nouveaux détenteurs d’actifs ou de nouveaux investissements, et devant le forum des chefs d’entreprise, mardi dernier, * l’hôtel El-Aurassi, le Chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem, a fait allusion * cet échec, confirmé par les sources qui ont assuré * El Khabar que : « depuis 10 ans, les programmes de privatisation que nous avons entrepris n’ont pas porté les fruits escomptés ». Quant aux raisons de l’échec, elles sont * situer au niveau du « manque de précision dans les objectifs ».

                Les sources ont déclaré qu’après l’examen de la situation, il a été décidé de continuer l’opération * travers la protection des moyens de production et des postes d’emploi, la rénovation des installations vétustes, et la création de marchés pour les produits de l’activité.

                On préconise, par ailleurs, la transparence du début * la fin de l’opération, * travers le renforcement du rôle de la surveillance et du contrôle.

                En jetant un regard sur ce qui a été réalisé, les chiffres du gouvernement indiquent que le Trésor public contient actuellement pas moins de 160 milliards de dinars, ce qui équivalut * 1,4 milliard de dollars entre 2005 et 2006, et durant la même période, 24 000 postes d’emploi ont été conservés, et 12 000 autres ont été créés.

                Comment


                • #9

                  Comment


                  • #10
                    Dimanche 3 juin 2007 -- Cette démarche entre dans le cadre de la mise en œuvre du programme du gouvernement, relatif * la privatisation des entreprises publiques, en vertu duquel Gestramar a été mandatée par le conseil des participations de l’Etat d’engager le processus de privatisation des sociétés en portefeuille.

                    L’appel * manifestation d’intérêt s’adresse * toute personne morale ou physique, pour peu qu’elle ne tombe pas sous le coup d’une interdiction d’exercice d’activité industrielle ou commerciale. La SGP précise néanmoins qu’il ne sera répondu qu’aux manifestations qui feront état d’une expérience réussie en matière de gestion dans le domaine.

                    Les candidats sélectionnés seront invités * retirer un dossier de consultation complet, comprenant le cahier des charges spécifiant les conditions de soumission ainsi qu’un mémorandum indiquant les principaux éléments sur la ou les entreprises choisies.

                    Les candidats intéressés par cette privatisation ont jusqu’au 30 juin pour déposer ou transmettre par courrier leur candidature * l’adresse du président du directoire de Gestramar. GEMA et sa filiale Filtrans cumulent toutes deux un chiffre d’affaires de 790 millions de dinars.

                    La première est une société de consignation de navires, de courtage, d’avitaillement et de transit au capital de 300 millions de dinars avec 10 unités régionales réalisant un résultat d’exploitation de 184 millions de dinars pour un chiffre d’affaires de 299 millions de dinars en 2006.

                    GEMA détient 90 % du capital de Filtrans (10 % restant sont la propriété de Gestramar) ainsi que d’autres participations dans d’autres entreprises qui lui procurent des revenus de 64 millions de dinars. Filtrans, qui est dotée d’un capital de 10 millions de dinars, exerce les activités de commissionnaire en douane, de commissionnaire en transport, de gestionnaire de parc de conteneurs vides et de manutentionnaire.

                    Elle s’occupe aussi d’entreposage sous douane, de pointage, de surveillance maritime et de conseil et organisation en matière de transport. Cette filiale dispose d’un réseau de 6 agences au niveau des principaux ports de commerce et réalise un résultat d’exploitation de 77 millions de dinars pour un chiffre d’affaires de 491 millions de dinars.

                    Enfin, Nashco est une filiale de CNAN-Group, au capital de 120 millions de dinars, qui s’occupe des activités de consignation maritime, de gestion et de suivi des conteneurs, de recrutement, de fret et de manutention. Elle est également présente dans les principaux ports de commerce du pays.

                    En 2006, elle a réalisé un résultat d’exploitation de 136 millions de dinars pour un chiffre d’affaires de 604 millions de dinars.

                    Comment


                    • #11

                      Lundi 4 Juin 2007 -- Le ministère des Participations et de la Promotion des investissements (MPPI) devrait se prononcer avant la fin de l’année en cours, au sujet de la privatisation ou de l’ouverture du capital de l’Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV). C’est ce qui ressort de la déclaration du premier responsable de ladite entreprise, en l’occurrence M. Mohamed Halkoum, lors de son passage hier, au Forum El Moudjahid, où il a déclaré que «notre entreprise a déj* travaillé sur ce dossier, mais nous ne savons pas encore quelle option nous sera réservée, puisque la décision revient au ministère des Participations et de la Promotion des investissements, qui doit se prononcer avant la fin de cette année».

                      En effet, l’ENTMV a affrété pour la prochaine saison estivale qui sera ouverte dans quelques jours, un troisième car-ferry afin de parer * l’indisponibilité du «Tassili II» qui va durer presque toute la saison estivale, car «actuellement en réparation * Gènes [Italie], le Tassili II rentrera de nouveau en service le 15 août prochain». La panne dudit bateau ne va apparemment pas pénaliser le programme des traversées, puisque l’ENTMV a affrété un troisième car-ferry dont la capacité supplémentaire est estimée * 100 000 places pour les passagers et * 27 000 voitures.

                      Mieux encore, l’entreprise va augmenter ses capacités d’exploitation pour cette saison, ainsi les possibilités globales offertes par Algérie-Ferries pour la période allant du 15 juin au 15 septembre 2007 s’établissent autour de 554 964 passagers et 158 600 véhicules, cette nouvelle offre dépasse celle proposée en 2006, avec plus de 1 500 passagers et 8 900 véhicules. Avec ces chiffres l’entreprise «maintient sa part de marché estimée * pas moins de 53 % pour les passager et 53 % pour le transport de véhicules», a expliqué le conférencier, et ce, malgré la concurrence qui s’annonce de plus en plus rude surtout après l’arrivée d’une compagnie espagnole depuis trois années déj*.

                      Ainsi, et pour mieux gérer cette situation les dirigeants de l’ENTMV ont opté pour le développement de nouveaux services, notamment la proposition des tarifs promotionnels. L’une des solutions qui a permis * l’entreprise de remplacer le manque * gagner, après l’application de la loi interdisant l’importation des voitures de moins de trois années en 2006, une action qui a pénalisé l’entreprise touchant un des plus juteux créneaux qui représentait pas moins de 20 % de son chiffre d’affaires. Et comme * quelque chose malheur est bon, l’entreprise a pu enregistrer un plus de clientèle pour l’année 2006 qui dépasse de 23 000 passagers celui enregistré en 2005 et 5 000 voitures supplémentaires pour la même période.

                      A ce propos, l’invité du forum a précisé que «les deux lignes Alger-Marseille et Oran-Alicante absorbent * elles seules 70 % des capacités offertes durant la saison estivale». Abordant le sujet relatif * la santé financière de l’entreprise, l’intervenant a tenu * préciser que «l’année 2006 a été marquée par le débout du remboursement de la dette relative * l’investissement [achat des deux navires, ndlr]», s’ajoute * cela la réévaluation du dinar par rapport * l’euro, «l’écart s’est creusé ce qui a pesé sur l’endettement de l’entreprise» a expliqué M. Halkoum, qui demeure confiant «l’entreprise est suffisamment outillée pour faire face * cette situation».

                      Utile de préciser, qu’* l’occasion du vingtième anniversaire de la création de l’ENTMV, les passagers auront le plaisir d’assister * des festivités tout au long de leur traversée et durant toute la saison estivale, a tenu * souligner M. Halkoum.

                      Comment


                      • #12
                        Lundi 4 juin 2007 -- Parmi ces mesures «contraignantes», le P-DG de l’ENTMV a cité la suppression de l’importation des véhicules de moins de trois ans qui représentait, selon lui, 20 % du chiffre d’affaires de l’entreprise. Pour amortir le choc et parer * ce manque * gagner, Algérie-Ferries a instauré les tarifs promotionnels en basse saison.

                        «Nous avons réduit les navettes tout en augmentant le nombre de passagers, ce qui a amélioré le taux de remplissage par rapport * 2005», a-t-il expliqué. «Ces mesures nous ont au moins permis de maintenir le chiffre d’affaires * 7 milliards de dinars durant l’exercice 2006, c’est-*-dire le même que celui de 2005», s’est-il félicité.

                        Le directeur de l’audit * l’ENTMV, M. Mahiout, a souhaité que l’entreprise bénéficie d’un assainissement de la dette au même titre que d’autres entreprises publiques. Outre le poids de l’endettement qui pèse lourdement sur l’entreprise, M. Halkoum a posé le problème du prix du fuel qui n’est pas subventionné par l’Etat.

                        «Nous achetons le fuel au prix international au même titre que les autres compagnies, parfois même plus cher», a-t-il déploré, en ajoutant que l’achat de ce carburant a coûté * l’entreprise 140 milliards de dinars durant l’exercice 2006.

                        Le P-DG de l’ENTMV a, toutefois, conclu que beaucoup reste * faire pour pouvoir atteindre les objectifs tracés par son entreprise et répondre * une demande de plus en plus croissante. «On souhaiterait développer le transport maritime des voyageurs, mais il faut savoir que ce marché a des limites», a-t-il noté.

                        Parmi les contraintes qui limitent le marché, M. Halkoum a cité les visas Schengen délivrés au Algériens et qui n’excèdent pas les 400 000 par an. Interrogé sur la date prévue pour l’ouverture du capital de l’entreprise au partenariat privé, M. Halkoum a répondu que le dossier de la privatisation est au niveau du ministère des Participations et de la Promotion des investissements qui devrait rendre sa réponse avant la fin 2007.

                        Hausse des capacités d’accueil en prévision de la saison estivale 2007 Le P-DG de l’ENTMV a, d’autre part, annoncé que l’entreprise a décidé d’augmenter ses capacités d’exploitation durant la saison estivale pour faire face * la croissance de la demande.

                        Algérie-Ferries aura dans ce cadre une capacité d’accueil de 554 964 passagers et 185 600 véhicules pour la période allant du 15 juin au 15 septembre 2007, soit une hausse de plus de 1 500 passagers et 8 900 véhicules par rapport * l’année écoulée.

                        Les deux lignes Oran-Alicante et Alger-Marseille absorbent * elles seules 70 % des capacités offertes durant la saison estivale, a-t-il précisé. Le même responsable a affirmé que cette saison verra l’affrètement d’un 3e car-ferry pour pallier l’éventuel retard dans la livraison du Tassili II, actuellement en réparation * Gènes (Italie).

                        La flotte qui sera utilisée est composée de trois navires en propriété et trois autres affrétés. L’apport en capacités supplémentaires du 3e navire affrété est estimé * 100 000 places pour les passagers et * 27 000 pour les voitures.

                        Ceci va s’ajouter aux capacités initiales pour atteindre une capacité globale de 664 964 passagers et de 185 600 voitures. Pour la présente saison, M. Halkoum a fait savoir que les ventes de la billetterie ont débuté en Europe en mars dernier, soulignant que 90 % des capacités offertes sont affectées au réseau ventes en Europe.

                        Il a annoncé, par ailleurs, que son entreprise se dotera en septembre prochain d’un nouveau système de réservation qui permettra * ses clients de réserver leur place par Internet. «C’est un produit finlandais qui répond * toutes les applications modernes», a-t-il assuré.

                        Comment


                        • #13

                          June 8, 2007 -- According to sources close to the Cement By-products Company of Algiers and its suburbs, the privatisation of this company is underway on the basis of problems arising from the use of hazardous asbestos cement as it is one of the most used materials in this factory.

                          More than 500 employees work in the Cement By-products Company, workers’ representatives told Echorouk.

                          They said the company was likely to be closed in spite of the practical results achieved and the net profit margin that reached 130 million DA.

                          According to the same source, the company got ISO 9002 certification in 2002.

                          Trade unionists of the company said that the workers benefited from bonuses and no delay was recorded in terms of their salaries. They added that the number of workers is still the same.

                          On the other hand, the trade unionists mentioned that the problem of the asbestos cement is false as the company uses this material after adding water and cement to it.

                          According to them, the asbestos cement used is 0.025 fibres per cubic centimetre while the laws of WHO (the World Health Organisation), allow for using 1 fibre per cubic centimetre.

                          Thus, the production of the Cement By-products Company is not hazardous. In this regard, the workers’ representatives said equipments were purchased in 1998 such as a battery with an air-absorbing system in order to produce non-hazardous material.

                          Additionally, the Minister of Environment said the factory would not be closed in 2004 because it did not represent any risk. The representatives indicated that they submitted a demand to authorities in 2001 to replace asbestos cement usually imported from Russia and Canada by another material.

                          They have not received any reply to their demand so far, they say.

                          Comment


                          • #14
                            Lundi 18 juin 2007 -- Alors que d’aucuns et notamment les parlementaires de la sixième législature s’attendaient * ce que l’Exécutif se présente devant l’APN avec, soit un bilan d’une année, soit * tout le moins une déclaration de politique générale, c’est plutôt * un programme légèrement révisé qu’ils auront droit * partir de samedi prochain. Ce sera donc la deuxième année consécutive que l’Exécutif dispensera les élus du peuple de son bilan.

                            L’année dernière, * la veille de la présentation de la déclaration de politique générale, le prédécesseur de Abdelaziz Belkhadem s’est vu opposer une fin de non-recevoir par ses partenaires dans l’Alliance présidentielle que sont le FLN et le MSP, qui n’ont eu de cesse de tirer * boulets rouges sur Ahmed Ouyahia. Allant jusqu’* adopter un comportement de défiance qui s’est traduit par : «Où il part de son propre gré ou on le fera partir.» Une phrase prononcée devant un parterre de journalistes dans un grand hôtel de la capitale.

                            Ce qui augurait de la préparation d’une motion de censure. Dès lors, et une fois Ahmed Ouyahia hors du coup, Belkhadem prendra les rênes de l’Exécutif avec la même composante gouvernementale pour poursuivre l’application du programme présidentiel. Une année après, le même Exécutif, légèrement remanié, compte se présenter sans bilan devant l’Assemblée avec un programme ambitieux au demeurant, et faisant montre de très bonnes intentions. Mais c’est certainement sur le secteur économique que le chef du gouvernement est attendu de pied ferme par les locataires de l’édifice Zighoud Youcef.

                            En ce sens que le projet gouvernemental prévoit plusieurs mesures qui n’apportent pas beaucoup de nouveautés, * l’exemple de la réforme financière qui, prévue déj* depuis 1999, n’arrive pas encore * trouver ses marques, et encore moins * se mettre * niveau pour être au diapason des différents établissements financiers de par le monde, au moment où les opérateurs économiques se plaignent des dysfonctionnements des banques algériennes et où les scandales financiers ne cessent d’alimenter les chroniques judiciaires.

                            Cependant, l’Exécutif estime que la privatisation totale du CPA pourrait contribuer pour une grande part * la réforme financière. Sur le plan des entreprises, le programme du gouvernement préconise le redéploiement du secteur public productif * travers la mise * niveau des entités économiques pouvant être sauvées par l’injection d’enveloppes financières * même de les élever au niveau de performance requis. Toutefois, * aucun moment il n’est dit dans le document gouvernemental que des entreprises fermées pourraient éventuellement être rouvertes dans le cadre justement de l’investissement public et de la relance de la production * l’image du secteur du textile.

                            Par ailleurs, le projet de programme prévoit la poursuite de la privatisation des entreprises, le gouvernement estimant que c’est l* une manière d’encourager l’investissement étranger et la création d’emploi ainsi que la préservation de l’appareil de production. Mieux, l’Exécutif compte rester sur la même cadence accélérée des privatisations. Cela, dans le cadre bien entendu de la stratégie industrielle présentée il y a quelques semaines par Abdelhamid Temmar qui ne gère plus les participations de l’Etat. En ce sens qu’il a déclaré que les sociétés de gestion des participations de l’Etat n’ont plus leur raison d’être.

                            Elles seront par conséquent dissoutes. A la place, il compte proposer l’instauration d’un conseil national de l’industrie, toujours dans le cadre de la stratégie industrielle. Un conseil dans lequel figureraient des représentants de plusieurs ministères, mais aussi des représentants des opérateurs économiques et ceux des travailleurs. En plus clair, le gouvernement compte poursuivre le processus de privatisation en y faisant contribuer les partenaires sociaux lesquels seraient apparemment conviés * accompagner les cessions des entreprises.

                            Ce serait donc la réforme de la quatrième génération. Sur un autre registre, l’Exécutif prévoit la lutte contre l’informel mais sans dire par quels moyens il compte y arriver. Dès lors que les pouvoirs publics se sont déclarés incapables d’imposer les paiements par chèque lorsque la somme dépasse les50 000 DA comme prévu dans la dernière loi des finances pour 2007 et que le commerce n’est pas encore maîtrisé.

                            La lutte contre le chômage demeure, * n’en point douter, le cheval de bataille de l’Exécutif qui estime qu’il est possible de le réduire * moins de 10% après la création d’emplois enregistrée ces dernières années. Le hic demeure cependant dans le fait que les emplois créés sont précaires, dès lors que très peu sont permanents. Et l’on ne sait toujours pas combien de personnes ont perdu leur poste de travail * l’expiration de leur contrat ou * l’achèvement de l’activité pour laquelle elles ont été embauchées.

                            Enfin, il va sans dire que les débats attendus * partir de samedi prochain seront passionnés et passionnants, les députés attendant de pied ferme des réponses convaincantes de la part de l’Exécutif.

                            Comment


                            • #15
                              Mardi 19 Juin 2007 -- La firme allemande Linde vient d’acquérir 66% du capital de l’Entreprise nationale algérienne des gaz industriels (ENGI) aux termes d’un accord qui a été signé hier * Alger, a annoncé le groupe allemand. L’État algérien, avec 34% des parts, s’assure une minorité de blocage au sein de la nouvelle société de droit privé algérien qui sera créée et qui sera dirigée par un P-DG allemand désigné par Linde. La nouvelle société lancera deux unités de gaz de l’air, ainsi qu’une unité de gaz carbonique et d’oxyde de méthylène.

                              Les trois unités de la société française Air Liquide (Alger, Oran et Ouargla) avaient été nationalisées après l’indépendance de l’Algérie en 1962 et leurs activités confiées * la Société nationale de sidérurgie (SNS). Après la vague de restructurations de l’industrie algérienne de 1983, la division gaz industriels de la SNS a donné naissance * l’ENGI qui gère actuellement sept unités.

                              Selon le World Trade Center algérien, Air Liquide, qui n’a pu entrer dans le capital de l’ENGI, reviendrait en Algérie grâce * une nouvelle société de droit privé algérien créée en partenariat.

                              Comment

                              Working...
                              X