Announcement

Collapse
No announcement yet.

L’Algérie pourrait rejoindre l’OMC en 2011 ? (rire)

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • L’Algérie pourrait rejoindre l’OMC en 2011 ? (rire)

    ALGIERS, May 19 (KUNA) -- The 10th round of negotiations on Algeria's membership in the World Trade Organization (WTO) begins next month, a government official said Friday.

    Minister of Commerce Al-Hashemi Jaboub told reporters Algeria had met all requirements and cancelled some laws in line with WTO rules.

    Jaboub said Algeria was awaiting the positions of the WTO members.

    The fact Algeria had made many WTO-compatible changes allowing it to "enter WTO from the wide door," he added.

    He said the year 2006 would mark Algeria's membership in WTO following the amendments of tens of laws and establishing new ones.

    Jaboub said Algeria's partnership and association agreement with the European Union (EU), which entered force last September, would allow the North African country to deal with others within "very tough" regional and international competition.

    Algeria starts WTO accession membership June - minister

  • #2
    Algeria will launch the 10th round of its membership talks with the World Trade Organization (WTO) in June, Algerian Minister of Commerce El-Hachemi Djaaboub said on Saturday.

    Algeria has responded to more than 100 inquiries concerning its entry presented by WTO members, and also amended and abolished some domestic laws and regulations conflicting with WTO rules, Djaaboub told state radio.

    But he added that Algeria would not sacrifice principles for seeking WTO membership and accept some unrealistic conditions imposed by others.

    He also said Algeria still has to narrow its differences with some WTO members on the issue of agricultural subsidies.

    Nevertheless, Djaaboub said he was optimistic about the prospect of joining the WTO by the end of this year.

    Algeria applied for joining the WTO in 1996 and has held several rounds of talks on its membership with the WTO since 1998. As part of its efforts to join the WTO at an early date, the Algerian government has embarked on a set of reforms, including abandoning the planned economy system and implementing the opening up policy in trade.

    Source: Xinhua

    Algeria to launch new round of entry talks with WTO in June

    Comment


    • #3
      Arab nations form group for WTO trade negotiations

      CAIRO: Arab countries yesterday agreed to form a grouping in the WTO in order to improve the coordination of their positions in the Doha round of trade talks, Egyptian Trade Minister Mohamed Rashid said.

      “We have an Arab group; this didn’t exist until today,” Rashid told reporters after a meeting in Cairo with several other Arab trade and industry ministers.
      He said the announcement of the new grouping would be formally handed to World Trade Organisation Director General Pascal Lamy in Geneva next week.
      The group will consist of the WTO’s 12 Arab members – Bahrain, Djibouti, Egypt, Jordan, Kuwait, Mauritania, Morocco, Oman, Qatar, Saudi Arabia, Tunisia and the United Arab Emirates.

      Six more countries with observer status but no voting rights will be included in the consultations, Rashid said. They are Algeria, Iraq, Lebanon, Libya, Sudan and Yemen.

      The 149-member WTO is officially committed to a year-end deadline for the completion of Doha round negotiations on the liberalisation of global trade, which kicked off in 2001 but talks remain deadlocked.

      “We don’t expect to be in agreement on all files,” Rashid said.

      “It may be difficult to find common ground, but there is a minimum of understanding. Previously there was no coordination, and we have to have a joint position in the WTO talks.”

      The Arab bloc will the latest of several WTO groupings giving a voice to developing countries – such as the G-20 and G-90 – in the battle with US and European trading giants.

      The US and the European Union are under pressure from developing countries to ease subsidies to agriculture and to reduce import tariffs on farm products from poor countries.

      Washington and Brussels are in turn pressing emerging economies to make their markets more accessible to industrial goods and services.

      “We are coming a bit late in the negotiations but it doesn’t mean we will have no influence,” Rashid said.

      “One of the most important things (for Arab countries) is keeping our preferential treatments. We feel that this treatment is helping our development,” he added.

      Arab nations form group for WTO trade negotiations

      Comment


      • #4
        WTO accession negotiations:

        Algeria is waiting for a WTO correspondence from in order to set the 10th negotiations round in view of its accession to the organization, a trade ministry official told El Khabar. The source added that this round may be the last one in negotiations process since Algeria answered all USA, EU and Australia’s questions addressed last May.

        According to reliable sources president gave instructions to trade ministry El Hashmi Djaboub in view of speeding up Algeria’s accession to the WTO as well as the Arab free exchange zone during his last meeting with him in the framework of government staff activity evaluation by the president. In this respect, the ongoing negotiations, embarked on since ten years, are due to Algeria’s refusal to adhere to the WTO at all costs, as Algerians rejected to comply with injunctions that endanger Algeria’s interests in the future.

        Yet the official accession has to pass through the parliament approval of the adherence convention as a WTO accession prerequisite condition in addition to a law governing foreign commerce protection in line with WTO accession pre-conditions.

        Algeria waits for last round

        Comment


        • #5
          L’Algérie pourrait rejoindre l’OMC en 2007

          Mercredi 31 Janvier 2007 - - Le processus de négociation Algérie-OMC, semble avancer, il en est «au stade final», selon une déclaration faite par le négociateur en chef algérien, Cherif Zaaf, cité par l’agence Algérie Presse Service (APS). Cherif Zaaf a annoncé que l’Algérie pourrait en devenir membre en 2007. Il se dit «optimiste», indiquant qu’il ne reste plus que «quelques questions» pour lesquelles les membres de l’Organisation ont demandé des clarifications et sur lesquelles «nous travaillons actuellement dans la perspective de la 10ème session de travail, prévue, a-t-il avancé, dans les prochaines semaines». Et, parmi les obstacles au processus d’accession ?* l’OMC, le négociateur en chef a cité des «volets liées aux normes, aux mesures sanitaires, aux licences d’importation et aux restrictions ?* l’importation». Les derniers rounds de négociations ont notamment buté sur la question de l’interdiction de l’importation d’alcool, une disposition votée par le Parlement, dans le cadre de la loi de finances 2004 et reconduite par la loi de finances 2005. Elle a fait que des membres influents de l’Organisation mondiale du commerce, notamment des pays de l’UE, ont demandé ?* l’Algérie des explications sur cette interdiction, en évoquant la réciprocité en matière commerciale. Cette disposition ?* problème a été cependant levée dans la loi de finances complémentaire de 2005. L’Algérie avait, ?* la faveur des négociations antérieures, traité des contingents et tarifs douaniers, des subventions ?* l’énergie et ?* l’agriculture ainsi que des modalités touchant aux brevets, aux droits ?* la propriété intellectuelle et ?* la normalisation de la législation économique et financière du pays. Elle a également fait un point de situation des discussions bilatérales et multilatérales et présenté les derniers ajustements économiques. Elle a aussi débattu avec ses vis-?*-vis de l’OMC, de l’accès aux marchés pour les marchandises et les services. Une lecture du rapport du groupe de travail chargé de l’adhésion de l’Algérie a été faite ?* la délégation algérienne, ?* Genève, lors du septième round. Le document s’est révélé «très positif», selon la partie algérienne. Avant d’en arriver au neuvième round de négociations, l’Algérie a mené une série de rencontres bilatérales, une phase qu’elle a bouclée. Elle a répondu ?* plus de mille deux cents questions posées par des membres de cette institution. Les questions concernent, de façon générale, le mode de fonctionnement de l’économie nationale et la législation qui la sous-tend. Cette législation, l’Algérie a promis ?* ses vis-?*-vis de l’OMC de la mettre ?* niveau. Elle s’y est engagée.

          Pour mémoire, le formulaire de candidature de l’Algérie ?* cette institution multilatérale est vieux de vingt ans. Il y avait été fourni ?* l’époque du GATT, l’ancêtre de l’OMC. Les négociations que l’Algérie a conduites, depuis, n’ont pas eu la régularité qui devait être la leur. Au pic de la crise sécuritaire, elles ont été carrément bloquées. Elles n’ont repris officiellement qu’en 2000.

          L’Algérie pourrait rejoindre l’OMC en 2007

          Comment


          • #6
            Head of the Algerian negotiators group for Algeria's accession to the World Trade Organization (WTO) Cherif Zaaf said on Tuesday (January 30th) in Algiers that he is "optimistic" about Algeria's accession to the organization this year. "We are due to enter the final stage of the WTO accession process,” he said, adding that only a handful of issues remain unresolved. The group is working to prepare for the 10th working session, which is expected to clear away various disagreements - including double taxation of natural gas imports and a ban on alcohol imports. Membership in the WTO will enable Algeria to sign a Free Trade Agreement with the United States.

            Algeria to enter WTO this year

            Comment


            • #7
              ALGIERS, Jan 31 (KUNA) -- In order to joint the World Trade Organization (WTO) Algeria has to open its energy sector for global competition, said Mina Mashaikhi, chairperson of section of WTO Diplomacy and Talks of the U.N. Symposium on Trade and Development, here Wednesday.

              Algeria will certainly be asked to follow suite of other oil-producing countries and open wide its energy and services sectors before being accepted into the WTO, she told reporters on the fringe of the ongoing symposium.

              The duplicity of energy rates in Algeria, especially the gas rate, still constitutes a problem for local economists and industrialists, she pointed out.

              A single rate for energy is unlikely to harm the small- and medium-size enterprises in the country. On the contrary, it is likely to accelerate Algeria's membership in the world trade arbiter, according to Mashaikhi.

              One of the longest WTO accession talks, Algeria's is still encountering obstacles in the areas of services, agriculture and intellectual property rights.

              Algeria had first applied for the then GATT membership in 1987 and failed to joint the organization throughout nine rounds of talks.

              The country is bracing for a tenth round of talks with the WTO in the coming few weeks, according to chief Algerian negotiator Sherif Zaaf who voiced hope that the country would join the organization before the end of 2007.

              Algeria has to open energy sector for competition to join WTO - official

              Comment


              • #8
                ALGIERS, March 15, 2007 (AFP) Spain's King Juan Carlos on Thursday backed Algeria's bid to join the World Trade Organisation and called for closer economic ties between the two countries.

                "The negotiations for Algeria's membership of the WTO, which Spain firmly supports, are currently going on," said the king at a meeting of Algerian and Spanish business leaders.

                Spain considered Algeria as one of the priority countries for investment and the development of economic ties, he added.

                "Over and above the energy sector, numerous areas of cooperation exist between the two countries," he said, citing transport, ship-building, public works, hydraulics and the pharmaceuticals industry.

                The king was speaking on the third day of a visit with Queen Sofia to Algeria, during which he has met with President Abdelaziz Bouteflika, Prime Minister Abdelaziz Belkhadem and Energy Minister Chakib Khelil.

                The royal visit has combined business-related meetings with cultural events.

                On Tuesday, the two countries signed six cooperation agreements relating to economic, diplomatic and parliamentary links.

                Spain is Algeria's third largest trade partner both in terms of imports and exports. Trade between the two countries is worth three billion dollars (2.3 billion euros).

                Comment


                • #9
                  Algeria has been waiting for more than 16 years , never one country has wait as long as Algeria, and every year they said this year we will join, so no surprise to see in 2008...2009

                  all this because of Taxation going to some hypokrites pockets
                  A government that robs Peter to pay Paul can always depend on the support of Paul.
                  By: George Bernard Shaw

                  Comment


                  • #10

                    Le ministre du Commerce, Hachemi Djâboub, a indiqué que les négociations pour l’adhésion de l’Algérie ?* l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) sont arrivées ?* une étape très avancée, et que l’Algérie avait répondu, jusqu’?* présent, ?* 1500 questions posées par les pays membres de l’OMC. Djâboub a posé une nouvelle fois la problématique du foncier agricole et industriel, indiquant que 20 000 commerçants ont été exclus sur un total de 1,1 million de commerçants actifs.

                    Le ministre du Commerce a précisé, lors d’une conférence tenue hier au cinquième forum économique organisé ?* l’Institut national de statistiques et de planification de Ben Aknoun, que l’Algérie va entrer dans le système de libre zone avec l’Union européenne ?* partir de 2017, et il a considéré l’intégration au réseau commercial et économique mondial comme un aspect positif, bien qu’il ait posé le problème de l’uniformité des exportations algériennes, représentées par les produits pétroliers, en plus de l’absence d’une véritable industrie lourde, capable de concurrencer les industries internationales; cela est dû au problème du foncier et au manque de main d’œuvre qualifiée.

                    Djâboub a confirmé les démarches du ministère afin de casser cette uniformité commerciale et économique, comme cela s’est passé récemment avec la crise du lait, qui a connu un dénouement provisoire.

                    Dans le même contexte, l’expert Bachir Mustapha a expliqué ces profonds échecs par des erreurs commises au niveau des décisions politiques, résultant de la marginalisation des compétences et des institutions spécialisées, dans la prise de décisions économiques.

                    Comment


                    • #11
                      Les négociations d’adhésion ?* l’OMC :

                      Comment


                      • #12
                        Dimanche 16 septembre 2007 -- Abdelaziz Belkhadem, chef du gouvernement, a présidé hier une réunion du comité gouvernemental chargé du suivi et de la supervision de l’accession de l’Algérie ?* l’Organisation mondiale du commerce (OMC). La réunion a été consacrée ?* l’examen de l’état d’avancement des négociations engagées depuis plusieurs années. Le processus s’est arrêté au chapitre des négociations bilatérales. Les membres du comité de suivi ont ?* l’occasion effectué une évaluation des discussions avec les différents partenaires. Une synthèse a été faite, suivie d’une proposition de mandat de négociation relatif ?* l’accès aux marchés des marchandises et des services.

                        Selon le communiqué de la chefferie du gouvernement, la suggestion retenue en matière d’accès aux marchés et au secteur des services est de nature ?* faire progresser le processus de l’accession de l’Algérie ?* l’OMC. Cependant, la nature de cette « proposition » n’a pas été révélée. Pour rappel, le processus d’adhésion ?* l’OMC a été engagé en 1995, soit depuis maintenant douze années. Depuis le début des négociations, l’Algérie a répondu ?* plus de 1500 questions sur son système économique et la législation correspondante. Ces questions émanaient de pays membres, notamment les Etats-Unis qui se sont montrés trop exigeants. La politique des privatisations et de l’investissement, les services, les prix de l’énergie, les tarifs douaniers et les subventions agricoles sont l?* quelques questions auxquelles notre pays a déj?* formulé des réponses.

                        Le 10e round de négociations a eu lieu en juin 2006 ?* Genève, ?* l’occasion duquel l’Algérie a présenté les amendements et les abrogations de certaines lois qu’elle a introduites, suivant les exigences des pays membres de cette organisation internationale de commerce. La même année, l’équipe algérienne a été contrainte de répondre ?* 100 questions additionnelles posées par les Etats-Unis, l’Union européenne, l’Argentine et l’Australie. Il faut dire que l’une des entraves ?* l’avancement des négociations reste l’accord d’association avec l’Union européenne, que l’Algérie est tenue de respecter.

                        Comment


                        • #13

                          Comment


                          • #14
                            Djaâboub plaide pour l’adhésion ?* l’OMC dans les plus brefs délais :


                            Mercredi 26 septembre 2007 -- Le ministre du commerce M. Hachemi Djaâboub a souligné la nécessité de l’adhésion de l’Algérie ?* l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) avant la fin du cycle de Doha. Il a aussi affirmé que l’instabilité politique qui a caractérisé l’Algérie durant les années 90 ?* cause du terrorisme l’a contraint ?* ne pas être un membre constitutif de l’OMC.

                            Le ministre a également révélé la phase des négociations entre l’Algérie et l’OMC. Dans les jours ?* venir, l’Algérie présentera une nouvelle offre concernant les droits douaniers et les services aux Etats négociateurs, et ce après l’avoir modifiée selon la requête des 19 Etats négociateurs.

                            Par ailleurs, le ministre a affirmé qu’un nombre considérable d’entreprises algériennes sera poursuivit en justice car elles n’ont pas encore remis leurs comptes sociaux au centre national des registres de commerce, puisque parmi plus de 99 000 entreprises seulement 24 000 ont remis leurs bilans.

                            Comment


                            • #15


                              Lundi 15 octobre 2007 -- Trân Van Thinh Paul a été le premier ambassadeur de la Commission Européenne. Il était accrédité auprès de l’Office des Nations-Unies ?* Genève et auprès du GATT/OMC de 1979 ?* 1994. Tout au long de sa carrière, il a négocié au nom de l’Union Européenne 82 accords bi et multilatéraux, dont l’Accord de Marrakech de 1994 créant l’O.M.C. L’Ambassaseur Trân est spécialiste des problèmes du développement et est connu pour son militantisme pour la cause des pays en développement.

                              Vous avez été pendant 16 ans l’Ambassadeur de l’Union Européenne auprès de l’OMC, quel est , ?* votre avis , l’intérêt pour un pays mono-exportateur comme l’Algérie ?* entrer ?* l’O.M.C. ?

                              La mondialisation des économies, désormais irréversible avec ses effets bénéfiques et maléfiques, rarement bénins, laisse présager une gouvernance ?* l’échelle planétaire inéluctable ?* terme, ne serait-ce que pour éviter la destruction de notre planète. Dans les années 70, l’Algérie avec la Yougoslavie avaient même lancé l’idée de la création d ’un "nouvel ordre économique international " : c’était ?* la Conférence d’Alger de 1973. Pour l’heure, au niveau politique fondé sur la souveraineté des Etats, depuis 1945 la Charte de San Francisco est l’instrument constitutif de l’Organisation des Nations Unies qui compte 192 Etats membres parmi les 209 Etats souverains de la Planète Terre. Sur le plan du commerce, l’Organisation Mondiale du Commerce dont l’origine remonte ?* la Charte de La Havane de 1947 (Conférence des Nations Unies sur le commerce et l’emploi) régit les échanges commerciaux entre ses 151 membres sur la base des règles négociées : cadre de négociation par excellence, l’O.M.C constitue un Etat de droit multilatéral comportant un mécanisme de règlement des différends.

                              L’Algérie bénéficie actuellement du statut d’observateur dans cette enceinte en compagnie de 29 autres pays dont la Fédération de Russie, l’Iraq, l’Iran, la Jamahiriya arabe libyenne, l’Afghanistan, le Liban… qui préparent et négocient leur adhésion. Pour relever le défi de la mondialisation qui implique l’interdépendance croissante des économies, l’Algérie gagne, en tout état de cause ne serait-ce que pour éviter d’être marginalisée, ?* accéder ?* l’O.M.C. pour bénéficier des droits découlant de l’Etat de droit commercial multilatéral,en contrepartie des obligations générales résultant des règles en vigueur ainsi que des obligations spécifiques découlant de la négociation d’adhésion en cours et ?* venir.

                              L’adhésion ?* l’O.M.C. ne sera pas l’aboutissement d’un processus mais le point de départ d’une restructuration économique, législative et réglementaire au niveau national. L’appartenance ?* l’O.M.C. offre en effet ?* l’Algérie un cadre de référence multilatéral pour stimuler sa croissance, pour définir comme pour gérer sa politique commerciale et sa politique économique, tout en évitant les dérives toujours possibles et tentantes. Quant au qualificatif mono exportateur, voici quelques remarques rapides : les ressources d’hydrocarbures ne sont pas inépuisables et de toute façon l’Algérie n’a pas vocation ?* rester un pays mono exportateur. En effet le peuple algérien, surtout sa jeunesse, possède le potentiel et la capacité pour produire, dans une économie dynamique et diversifiée, de la richesse matérielle dans le domaine des marchandises et immatérielle dans celui des services.

                              A quel niveau est arrivée l’Algérie dans ses négociations avec l’O.M.C. ? D’après vous, quelle est la date prévisionnelle de son accession ?* cette organisation ?

                              Depuis 20 ans l’Algérie est en négociation par intermittence. Le Groupe de travail de l’accession de l’Algérie a été établi le 17 juin 1987. Son président actuel est l’Ambassadeur Guillermo Valles Galmes d’Uruguay. Actuellement ce groupe est composé des membres suivants : Argentine, Australie, Brésil, Bulgarie, Canada, Chine, Communautés Européennes et Etats membres, Croatie, Cuba, Egypte, Etats-Unis, Inde, Israël, Japon, Malaisie, Maroc, Mexique, Nouvelle Zélande, Paraguay, Pologne, Qatar, République de Corée, République kirghize, République slovaque, République tchèque, Suisse, Taipei chinois, Thaïlande, Tunisie, Turquie, Uruguay, Venezuela. Ce groupe s’est réuni pour la première fois en avril 1998. Les négociations bilatérales en matière de concessions d’accès aux marchés sont toujours en cours sur la base d’offres révisées concernant les marchandises et les services. L’examen multilatéral du régime du commerce extérieur est toujours en cours. La 9ème réunion du Groupe a eu lieu en octobre 2005. Un projet de rapport révisé du Groupe a été distribué en juin 2006. En l’état actuel de la négociation, il n’est pas possible d’en prévoir l’issue et il n’est pas avisé de prendre le risque d’en prédire la conclusion dans le temps.

                              Des investissements importants ont été réalisés ces dernières années dans le secteur de l’industrie pharmaceutique nationale . Les fabricants locaux ?* travers l’UNOP et le SAIP demandent aujourd’hui une protection de la fabrication locale pour une période de transition qui leur permettra ?* terme de faire face ?* la concurrence internationale, est-ce une démarche possible et compatible avec les règles de l’O.M.C. ?

                              Les investissements réalisés, surtout en R&D ( recherche et développement-ndlr), ont toujours besoin de suffisamment de temps pour permettre ?* la production nationale de se mettre ?* niveau pour être en mesure d’affronter la concurrence. Le développement de la production nationale dans le secteur pharmaceutique contribue ?* la création de l’emploi et ?* l’amélioration de la balance commerciale. En l’occurrence, la production nationale trouve sa légitimité dans la politique de santé publique au-del?* de la politique industrielle. Un équilibre entre cette légitimité et les obligations au titre de l’O.M.C devrait pouvoir être trouvé dans la négociation.

                              L’industrie algérienne du médicament souffre en effet de la dépendance extérieure excessive (80% des médicaments sont importés) alors que les pays voisins du Maghreb (Tunisie et Maroc) couvrent leurs besoin ?* hauteur de 70%. Cette dépendance est extrêmement préoccupante ?* tous égards car elle constitue une véritable bombe ?* retardement. Il faudrait, comme en Tunisie, au Maroc et également en Turquie, en Egypte, au Pakistan, et autres pays similaires, un cadre réglementaire pour développer les capacités locales de production de façon ?* couvrir au moins les ¾ des besoins.

                              En tout cas, une période de transition appropriée parait souhaitable ?* défaut de tout autre instrument pour développer et rentabiliser l’outil industriel déj?* en place en direction de la production nationale de génériques ?* bas coût. Il convient de rappeler que l’Algérie est le seul pays africain qui dispose d’un véritable système de sécurité sociale. Ce système couvre 80% de la population et assure le remboursement de la majeure partie des dépenses des assurés en médicaments. Le remboursement des médicaments importés correspond dès lors au financement public indirect du profit des firmes étrangères. Toute croissance du développement national algérien de la "conception et/ou invention" d’éléments nouveaux constitutifs de produits pharmaceutiques susceptibles de protection au titre de la propriété industrielle et intellectuelle serait donc souhaitable.

                              Un tel développement au niveau national permettrait ainsi de constituer un patrimoine de droits immatériels y afférents notamment, la protection des inventions de molécules au titre de brevets, protection des noms de médicaments déposés ?* titre de marques, protection des logiciels servant ?* la fabrication et ?* l’exploitation de ceux-ci au titre du droit d’auteur ou copyright, protection des bases de données au titre du droit d’auteur et d’un droit sui generis, protection de savoir-faire et de secrets de fabrique ?* différents titres, selon la stratégie commerciale propre ?* l’entreprise. Dans ce contexte, les effets pervers de la mondialisation ne peuvent être ignorés.

                              Depuis les années 80, la mondialisation financière a modifié la morphologie, la structure, la stratégie des grandes entreprises : le développement du recours ?* la sous-traitance, l’actionnariat diversifié pour répartir les risques, les délocalisations … finissent par concentrer les aléas et les risques sur l’emploi salarié. La conséquence est par exemple qu’un logiciel coûte moins cher ?* produire qu’?* concevoir. Dans le secteur pharmaceutique, le plus difficile est de découvrir une molécule innovante. Le coût de la fabrication du médicament est infiniment plus faible que l’amortissement des investissements de recherche/développement (R&D) qui est répercuté dans le prix des médicaments sous licence ou sous brevet. L’un des enjeux majeurs des pays du Sud est de pouvoir contribuer ?* leur tour ?* la production immatérielle et ainsi de devenir des concepteurs et inventeurs…. L’O.M.C en promouvant le recours ?* des mécanismes nouveaux de règlements des différends commerciaux devrait contribuer ?* rétablir un meilleur équilibre entre les nations partenaires...

                              Comment

                              Unconfigured Ad Widget

                              Collapse
                              Working...
                              X