Announcement

Collapse
No announcement yet.

Trans-Saharan Highway project

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Trans-Saharan Highway project

    The Trans-Saharan Highway project has been several decades in the making and received a new lease on life with the founding of the New Partnership for Development in Africa, especially as one of its aspects deals with regional integration projects. The road will be the route for a fibre optic link between Algeria and South Africa. It will also be the route followed by an oil pipeline which will supply Nigerian oil to Europe via Algeria.

    The Algerian Minister of Public Works, Amar Ghoul, announced in Algiers on Wednesday (April 4th) that roughly 7,000 km of the highway have been completed, constituting approximately three-fourths of the total distance of 9,800 km. The highway will ultimately link Algiers to the Nigerian capital of Lagos, passing through Algeria, Tunisia, Mali, Niger, Nigeria and Chad.

    The minister, speaking at the opening of the 47th session of the Trans-Saharan Highway Liaison Committee (CLRT), was delighted with the significant developments made on this long-standing project. "The CLRT officials, who have been working for a long time, and with limited financial resources, have managed to make a large part of their ideas a reality on the ground," he stressed.

    "However, there is still much work to do," said Ghoul, pointing out the urgent need to remove all the technical and financial obstacles to completing the remaining 2,800 km.

    Aside from the Algerian portion (3,000 km), which is adequately financed, the Trans-Saharan project has been funded in part by the Islamic Development Bank (IsDB) and the Arab Bank for Economic Development in Africa (BADEA), both represented at the meeting.

    Of the remaining 2,800 km, some 600 km lie on Algerian territory, said CLRT Secretary-General Mohamed Ayadi, who expects completion of this segment of the road before the end of 2008.

    Ghoul declared that a thousand kilometres of the Algerian stretch should be converted to a dual carriageway in the medium term.

    In Niger, a 250 km section remains to be built, as well as the 600 km link between the Algeria-Mali border and the Malian town of Bourem.

    The major leg from Agadez to Zender in Mali measures 200 km in length. Work on this span began in February, and 50 km have already been completed.

    Work on the 200 km section from Arlit to the Algerian border has been scheduled for later this year, according to Ayadi, who says that the funds needed to complete these legs are now available.

    Since it was begun in the mid-1970s, the Trans-Saharan Highway project, previously called the "Road of African Unity" is believed to have cost more than 400m dollars.


  • #2
    Another way of looking at 'progress':

    ALGIERS, April 10 (AFP) More than 30 years after it began, funding problems have left the Trans-Saharan road project, which would open up huge areas of African desert, far from its destination.

    The planned route from the Algerian capital to Lagos in Nigeria aims to link up the Maghreb to the African countries south of the Sahara.

    During a meeting in Algiers of the six countries involved this week, Algerian Public Transport Minister Amar Ghoul said 3,000 kilometres (1,864 miles) of a total 10,000 km (6,213 miles) of road still needed building.

    Nigeria has completed its 1,300 kilometres (808 miles) of road and so has Tunisia - but Algeria, Chad, Niger and Mali are yet to finish their sections.

    The situation has barely changed since the last meeting of the liaison committee on the Trans-Saharan route (CLRT), which sees the countries meet twice a year to discuss the project's progress.

    Almost half of the stretch that still needs building does not have financing, including a 600-km part in Mali, 200 km in Niger and 600 km in Chad, the CLRT said.

    Despite a tentative economic revival in Algeria, construction work has been held up by a lack of funding, and Ghoul urged his African partners to prepare a dossier to present to investors at their next meeting in September in Paris.

    The committee's general secretary, Mohammed Ayadi, put the cost of each kilometre of road at about 100,000 euros (133,669 dollars).

    According to Hocine Necib, Algeria's director of roads, the missing sections "will not be built until all the financial resources are mobilised."

    He called for participating countries to set a deadline for the project, which was originally due to finish in 2010.

    Another sticking point is the weak trade links between the Trans-Saharan partners. CLRT general secretary Ayadi warned that this had to change because the profitability of the project depended on it.

    The road's promoters are relying in part on the new Trans-Saharan gas pipeline, which will link up Nigeria and Algeria via Niger from 2015, to improve commercial relations.

    Alongside the 4,000-kilometre-long (2,485-mile) pipeline will be a fibre optic cable which will link up the six countries.

    The pipeline is to cost an estimated 10 billion dollars (7.5 billion euros) and, with a capacity of 20 to 30 billion cubic metres per year (700 to 1,000 cubic foot), is aimed primarily at supplying Europe.

    The main sections that still need building are: in Algeria, between Tamanrasset and In-Gezzam, towards Niger, and Tamanrasset to Timiaouine, towards Mali; in Chad, between the Nigerian border and N'Djamena; in Mali between Bourem and Timiaouine, on the Algerian border; and in Niger between Agadez and Zinder and Inguezam and Arlit.

    Comment


    • #3
      Mardi 17 juillet 2007 -- L’Algérie et le Nigeria, de même que la Tunisie ont achevé leurs parties du projet de route transsaharienne devant relier Alger * Abuja sur 9800 kilomètres, selon le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul. Pour ce dernier, il reste encore * réaliser les parties nigérienne, tchadienne et malienne de ce projet, le problème du financement se posant notamment pour la réalisation de 600 kilomètres au Mali.

      En rappelant que l’Algérie est concernée par la réalisation de 3000 km dont le coût a été estimé * plus de 400 millions de dollars, ayant consacré 250 millions de dollars pour parachever un tronçon restant (600 kilomètres). Lors de tables rondes ou des récentes sessions du Comité de liaison de la route transsaharienne (CLRT), (regroupant l'Algérie, la Tunisie, le Tchad, le Niger, le Nigeria et le Mali), notre pays a toujours appelé * une contribution plus importante des bailleurs de fonds et institutions financières internationales. Le problème du financement qui sera soulevé lors du prochain congrès mondial des routes qui se tiendra en septembre dans la capitale française et où l’Algérie a été mandatée par les pays africains pour y formuler les attentes du continent noir.

      Comment


      • #4
        November 29, 2007 -- The 48th session of the Trans-Saharan Highway Liaison Committee opened here on Thursday with representatives from Mali, Tunisia, Algeria, Nigeria, Chad and Niger, APA learnt here.

        The Trans-Saharan Highway is among the nine major trans-Africa highways set to "enhance the road network in our states,” Niger Equipment Minister Moumouni Lamido said.

        The highways include the Cairo-Dakar, Algiers-Lagos, Tripoli-Windhoek, Cairo-Gaborone, Dakar-N’Djamena, N’Djamena-Djibouti, Lagos-Dakar, Lagos-Mombasa, and Beira-Lobito corridors.

        « The Trans-Saharan highway is perfectly in line with the vision of the African Union vision and the NEPAD programme, » Lamido said.

        The regional economic communities in the continent « had undertaken actions to develop the infrastructures and facilitate the movement of goods and people, » he added.

        The Trans-Saharan Highway, due to link the six member countries (Algeria, Mali, Niger, Nigeria, Chad and Tunisia), will also help « link peoples sharing the same history and separated by the world’s largest desert, the Sahara, » he said.

        Once completed, the Trans-Saharan Highway will foster investments in each member state and increase inter-regional exchanges, he said.

        The Trans-Saharan Highway, whose main section is Algiers-Lagos which is over 4,500 km long, covers secondary branches such as Zinder-N’Guigmi (Niger), the Chadian border and others in Mali and Chad.

        The progress of the Algiers-Lagos is « very satisfactory, » Lamido said.

        Once completed, the Trans-Saharan Highway will go along way in reducing the time of transit between Europe and Niger where maritime transport through the Cotonou and Lomé Ports causes long delays.

        Comment


        • #5

          January 27, 2008 -- The Islamic Development Bank (IDB) has agreed to lend $362 million to partially finance the Algiers-Lagos Trans-Saharan highway, APS reported on Saturday (January 26th). The announcement was made by IDB President Ahmed Mohamed Ali at a January 24th round table on infrastructure development in Saly Portudal, Senegal.

          Comment


          • #6
            Samia Amine :


            Mardi 18 Mars 2008 -- Considéré comme facteur important dans le développement économique de la région, le méga projet panafricain de route transsaharienne devrait être réceptionné dans quatre ans, a appris aujourd’hui toutsurlalgerie.com d’une source proche des constructeurs.

            Prévue sur une longueur de 9 000 kilomètres, la Transsaharienne traversera six pays : l’Algérie, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Tchad et la Tunisie.

            Une enveloppe financière de l’ordre de 400 millions de dollars a été jusqu’* présent déboursée.

            L’achèvement de ce projet, lancé dans les années 1970, sera d’une aide précieuse d’abord pour le transport du pétrole.

            «Les pétroliers et les professionnels des autoroutes de l’information ont maintenant besoin du goudron * travers tout le Sahara, voil* pourquoi la Transsaharienne va être achevée, cette fois», explique cette source qui précise que le taux d’avancement du projet a dépassé les 75 %, soit environ 7 000 kilomètres de routes bitumées. Un tronçon de 300 kilomètres, reliant In Salah * Tamanrasset en Algérie, doit également être réhabilité.

            Les spécialistes de ce secteur restent convaincus que la route transsaharienne est «nécessaire au développement des échanges économiques entre ces six pays». L’important retard accusé dans la réalisation de cette gigantesque infrastructure est lié * la mobilisation des capitaux, ont-ils noté.

            Comment


            • #7

              Comment


              • #8

                Jeudi 15 Mai 2008 -- L’Algérie s’engage * donner un statut d’autoroute Nord-Sud * sa partie de la Transsaharienne. La partie algérienne (3500 km) de la Transsaharienne touche * sa fin. Elle sera totalement achevée * la fin 2008, a indiqué hier * l’hôtel El Aurassi le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, lors de la 49e session du comité de liaison de la route transsaharienne (CLRT). Sur le tronçon algérien du projet devant relier Alger * Lagos, 2840 km sont déj* revêtus et il reste seulement * achever, d’ici fin 2008, la partie reliant Tamanrasset * la frontière du Niger, qui est distante de 415 km. Il reste en tout 175 km entre Tamanrasset et In Guezzam * réaliser d’ici la fin de l’année. Mais aussi le tronçon Tamanrasset-Mali dont l’étude vient d’être achevée. M. Ghoul a cependant mis en exergue l’extrême importance du projet reliant Alger * Lagos, lequel bénéficie, selon lui, d’un caractère prioritaire au sein du gouvernement.

                Selon le premier responsable du secteur, la réception de ce projet prévue avant 2010 devrait coïncider avec celle du gazoduc algéro-nigérian qui suit le même tracé et traverse le territoire algérien en direction du marché européen. Le projet de câbles de fibres optiques reliant les six pays devrait être achevé lui aussi en même temps que la Transsaharienne. L’Algérie a consacré une enveloppe d’un montant de 65 milliards de dinars, soit près d’un milliard de dollars entre 2005 et 2009, pour la réalisation de sa partie de la Transsaharienne, a fait savoir M. Ghoul. Cette enveloppe était destinée aux travaux de modernisation, de réhabilitation et de développement. Selon le ministre, « ce projet est passé * un stade supérieur d’intérêt du fait qu’il se trouve aujourd’hui au cœur de Nepad avec l’engagement des pouvoirs publics africains des pays concernés comme gage de bonne volonté ». M. Ghoul s’est engagé * « reclasser » la partie algérienne de la Transsaharienne en statut d’autoroute Nord-Sud devant faire jonction avec l’autoroute Est-Ouest. Un premier tronçon d’autoroute Nord-Sud, d’un montant de 70 milliards de dinars est en cours de réalisation entre Alger et Ghardaïa, a indiqué le ministre.

                M. Ghoul a par ailleurs évoqué l’idée de « meubler » la Transsaharienne (ses deux rives) en créant des zones de vie et d’échanges économiques avec les pays voisins. De son avis, « la route doit être un vecteur de développement et peut stimuler les investissements ». Dans ce cadre d’ailleurs, un accord a été signé entre le CLRT et le groupement algéro-koweïtien TAEP/Cegep pour l’étude d’identification des potentialités d’échanges commerciaux entre les pays membres du CLRT. Cette étude sera financée par la Banque arabe de développement économique de l’Afrique (BADEA) * hauteur de 400 000 dollars. Le secrétaire général du CLRT, Mohamed Layadi, a axé son intervention sur l’importance de cette étude sur l’identification des échanges commerciaux entre les pays du CLRT. Il a observé que le volume des échanges par la Transsaharienne demeure « très faible » et que les échanges entre l’Algérie, le Mali et le Niger ont représenté moins de 10 millions de dollars en 2007, ce qui conforte, selon lui, l’idée de présenter des projets de développement d’ensemble pour « vivifier » cette route.

                Le projet de la Transsaharienne, longue de 9800 km, a débuté en 1973 mais a connu des problèmes d’ordre essentiellement économique dont certains pays membres du CLRT ont affecté le financement de ce projet. Il est actuellement financé partiellement par les bailleurs de fonds et les institutions financières internationales, telles que la Banque islamique de développement (BID) et la Banque arabe de développement économique pour l’Afrique (BADEA) qui accompagnent financièrement le Mali, le Niger et le Tchad.

                Comment


                • #9

                  Jeudi 15 Mai 2008 -- Aller vers une véritable coopération sud-sud, et plus loin donner corps aux ambitions du Nepad sont, entre autres, les objectifs de la route transsaharienne qui commence * prendre forme * la lumière des données délivrées * l’ouverture de la 49e session du comité de liaison de la route transsaharienne, hier, * Alger.

                  La partie algérienne de cet axe et accès vers les profondeurs de l’Afrique — jusqu’* Lagos au Nigeria, dans un premier temps, mais il est possible d’ouvrir vers d’autres pays —, constituée de l’ancienne route qui a besoin de travaux de réfection, de réhabilitation et de confortement, avance considérablement. Le tronçon Tamanrasset-Aïn Guezzam de 175 km sera livré * la fin de l’année en cours alors que dans le Nord, il est question, dans une première étape, de transformer la route Alger-Ghardaïa en voie express.

                  Pour rentabiliser et donner vie * la transsaharienne, un contrat a été signé hier par le CLRT et un groupement de deux bureaux d’études (algéro-koweïtien) pour faire une étude d’identification des potentialités d’échanges commerciaux entre les six pays membres du comité (Algérie, Tunisie, Niger, Mali, Tchad et Nigeria). Et le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, de dresser une nomenclature de possibilités d’investissements, de coopération et de valorisation des ressources dans les pays concernés.

                  Il est vrai que le volume des échanges dans cette région est infime. Hormis les échanges entre le Niger et le Nigeria, qui connaissent une croissance, le reste ne dépasse pas les dix millions de dollars. Les spécialistes des six pays devront s’ingénier et réfléchir * de nouvelles idées * partir des potentialités qu’identifiera l’étude qui doit s’étaler sur une année. Ainsi donc, résume M. Ayad, secrétaire général du CLRT, la situation : “Nous voulons ces projets de construction de routes comme d’un programme de développement”, saluant le soutien de la BAD et de la BID qui accompagnent ce gigantesque projet.

                  Invité surprise, l’ancien ministre des Travaux publics, M. Kortbi, qui remontera jusqu’au rêve des années 1970 réalisé par de jeunes cadres et des jeunes du Service national, auxquels a été rendu un hommage. M. Ghoul n’a pas manqué non plus de rendre un vibrant hommage * ces pionniers qui ont affronté les difficultés pour créer ce rêve. Et “ceux qui ont laissé leur vie sur les chantiers de la Transsaharienne”.

                  Le ministre a souligné l’importance de ce projet qui est au centre du programme des infrastructures du Nepad. “C’est un gage de garantie, d’engagement et de conviction du président et de ses homologues”, a précisé M. Ghoul. Mettant l’accent sur les perspectives de développement économique que suggère la position actuelle du continent “qui est convoité” de partout. D’où l’intérêt pour les Africains d’opérer ce saut qualitatif et de s’engager pour cet échange Sud-Sud qui constitue, a souligné le ministre, “un axe principal dans le tableau de bord de l’Algérie”. Pour preuve, elle a consacré une enveloppe de 70 milliards de dinars, soit 1 milliard de dollars pour les 3 500 km, qui englobe tous les travaux liés * la Transsaharienne, “meublée” et les liaisons avec les ports, aéroports et le rail. “La route du développement passe par le développement de la route”, dit-il.

                  Paix, stabilité, désenclavement, mise en valeur des richesses, rapprochement entre les peuples et les cultures sont autant d’objectifs annexes, en plus de la lutte contre le commerce informel, la contrebande et l’immigration clandestine, surtout par la stabilisation des populations * travers “l’ameublement” de la RT. En plus de la RT, des ramifications vers le Mali et la Mauritanie sont des projets retenus. “Pourquoi pas des liaisons avec toute l’Afrique ?” avoua hautement M. Ghoul, son rêve.

                  Comment


                  • #10

                    April 6, 2011 -- Algerian President Abdelaziz Bouteflika visited Tamanrasset on Tuesday (April 5th) to inaugurate major infrastructure initiatives for the southern region, El Khabar reported. One project transfers potable groundwater across a 750km line from Ain Salah to Tamanrasset. Bouteflika also opened the 420km segment of the Trans-Saharan Highway between Tamanrasset and Ain Guezzam. The 4,500km road, which links Algiers to the Nigerian capital of Lagos, passes through Tunisia, Mali, Niger, Nigeria and Chad. The thoroughfare will serve as the route for a fibre optic link between Algeria and South Africa. The highway also defines the route of a hydrocarbon pipeline from Nigeria to Europe, via Algeria.

                    Comment

                    Working...
                    X