Announcement

Collapse
No announcement yet.

La Tunisie devrait accueillir jusqu'?* 80 % de nos vacanciers :

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #16

    Comment


    • #17

      Samedi 3 mai 2008 -- M. Abdesselem El Zelmati, directeur des marchés arabes et des marchés Intérieurs au niveau du ministère du Tourisme Tunisien a reconnu qu’il est difficile de réunir les conditions favorables pour accueillir les touristes algériens durant les mois de Juillet et Aout.

      M. El Zelmati a animé, hier, * Annaba, une conférence de presse, en compagnie du consul général de la Tunisie et le représentant de l’Office national Tunisien du Tourisme en Algérie, * l’occasion de la tenue d’un atelier de travail regroupant les responsables de plus de 20 agences touristiques algériennes et un nombre de propriétaires d’hôtels tunisiens. Il a déclaré que le Ministère du Tourisme Tunisien a pour objectif, cette année, de recevoir plus d’un million de touristes algériens. Ils étaient estimés l’année dernière * 981 mille touristes, qui ont permis * la Tunisie de réaliser un bénéfice de 270 millions de dollars.

      Il a ajouté que la partie Tunisienne veut réduire la surcharge dans les centres de transit sur les frontières. Elle travaille également * transmettre aux touristes algériens la culture de l’hébergement dans des hôtels afin de réduire le nombre de familles algériennes qui vont chez des particuliers.

      Les statistiques de 2007 indiquent qu’uniquement 350 mille touristes algériens, des 900 mille, résident dans des hôtels, avec une moyenne dépassant trois jours par personne.

      Comment


      • #18

        Comment


        • #19

          Mardi 20 Mai 2008 -- Jeudi, 24 avril 2008. Aéroport international Houari-Boumediene. Une représentante de l’Ontt * Alger nous accueille pour accomplir et faciliter les formalités. L’Éductour, le premier * être dédié aux professionnels des médias et signé Fawzi Basly, nouveau responsable du même organisme en Algérie et successeur de Ziad Ben Hassen, durera du 24 au 28 avril. 12h40 tapantes, nous décollons * bord d’un avion de la compagnie aérienne Tunis Air vers la Tunisie. Mission : (re) découvrir Tunis, Hammamet nord, Hammamet Yasmine, Sousse et bien d’autres lieux de détente que fréquentent les Algériens tout au long de l’année. Mais surtout durant la haute saison, * savoir du 1re juillet au 31 août de chaque année. Après une heure de vol près, nous atterrissons * l’aéroport international de Carthage, * 10 minutes de Tunis. Les formalités accomplies, un représentant de l’Ontt, Kaïs Mejir, exerçant au même aéroport depuis une dizaine d’années, nous annonce la couleur : l’Éductour devra durer 4 jours pleins et nous devons sillonner, en plus des sites touristiques connus, les quartiers authentiques de la Tunisie, les forts, les marinas et les ports de plaisance, les marchés populaires du vieux bâti et des lieux féeriques comme Sidi Boussaïd. En passant évidemment par la célèbre médina de Hammamet, une œuvre splendide inaugurée en 2003-2004 et signée Ben Ayed.

          Pour le commun des mortels, la Tunisie est un pays touristique par excellence. Et la Tunisie mise de gros sous pour améliorer sa position mondiale dans ce secteur névralgique, première ressource de ce pays voisin. Et si l’objectif de cet Éductour est de préparer beaucoup plus la prochaine saison estivale et de donner un aperçu exhaustif des nouveautés, il est clair que les Tunisiens veulent également garder leur position sur le marché algérien et conquérir une clientèle qui, jusque-l*, est orientée par les tour-opérateurs vers d’autres destinations, tant au Maghreb qu’en Europe. “Les Algériens connaissent très bien les produits touristiques de la Tunisie. Ils y viennent tout au long de l’année, surtout par voie terrestre. Il est vrai que les Algériens sillonnent pratiquement tous les sites, mais la grande majorité est concentrée * Hammamet nord, Hammamet Yasmine, Nabeul et Sousse. Mais il y a aussi Tunis. Il y a également une forte concentration d’Algériens au centre de la capitale”, souligne Kaïs, titulaire d’un BTP (Brevet de technicien professionnel) du célèbre Institut supérieur d’hôtellerie et de tourisme de Sidi Drif. Notre accompagnateur connaît au détail près le produit touristique. Après une nuitée au Royal Azur Thalasso Golf, un somptueux hôtel 5 étoiles, notre accompagnateur nous suggère une virée au vieux bâti de Hammamet nord où la grande affluence des touristes commence * se faire sentir.

          Une brève rencontre avec le commissaire régional du tourisme de Hammamet Yasmine nous donnera un aperçu détaillé sur cette station, un joyau du tourisme du Cap-Bon. Englobant Nabeul et Sousse, cette région a eu droit * un investissement de 1 000 millions de dinars tunisiens. Avec ses 46 hôtels, dont 3 en cours de réalisation, une marina, 7 centres de soins en thalassothérapie, 33 restaurants touristiques, comme la Bouillabaisse, et seulement deux agences de tourisme, Yasmine Hammamet est également cette grande station où l’histoire, la culture, les jeux et la détente font bon recette. À la médina Méditerranée, Carthage Land, plus connue sous le nom de Médina, le touriste pourra réellement vivre, l’espace d’une virée par bateau dans un long tunnel, l’histoire des frères Barberousse qui nous renvoie * l’histoire de Tunis jusqu’* nos jours. Avec un décor digne des contes de Kaïs oua Leïla, ce grand parc de jeux est “un véritable un concentré de toutes les parties de la Tunisie profonde”. Ici, le client ne payera qu’un seul ticket, valable pour plusieurs entrées durant la journée. La responsable commercial, Galloubi Sendes, résume en quelques mots la Carthage Land : “C’est un site de rêve où le touriste, quelle que soit sa provenance, peut trouver un peu de tout. Les familles se retrouvent vraiment. Et les enfants ne demandent pas mieux. Côté infrastructures, jeux et détente, le Carthage Land est un espace idéal. Il attire tout le monde et * longueur d’année. Nous enregistrons une moyenne de 4 000 * 5 000 entrées par jour. En été, cet espace grouille de monde avec une moyenne quotidienne de 7 000 * 8 000 entrées par jour. Même les adultes viennent ici pour passer du temps et se détendre.” Nous ne quitterons pas Hammamet Yasmine sans visiter les merveilles de sa Casbah, pied dans l’eau, son fort ancestral situé * la limite de la zone touristique qui longe le front de mer et le célèbre Musée des trois civilisations et religions qui sont passées par la Tunisie (islam, christianisme et judaïsme).

          De Sousse * Sidi Boussaïd, la Tunisie nouvelle

          Au troisième jour, nous prenons la route vers la ville de Sousse. À 80 km de Hammamet Yasmine. Sur l’autoroute, deux grands projets attirent l’attention des visiteurs et des routiers. Le tout nouvel aéroport, “le plus grand en Afrique” pour paraphraser nos interlocuteurs, situé sur la grande aire de Nfidha et “la ville du siècle”, sous forme d’une “bouheïra” et qui regroupera toutes les activités touristiques. Du tourisme de masse jusqu’au tourisme d’affaires. Ville natale du président Zine El-Abiddine Benali, Sousse est une ville portuaire située * 143 kilomètres au sud de la capitale et ouverte sur le golfe de Hammamet. Capitale du Sahel tunisien par excellence, perle du Sahel par définition pour les hôtes de la Tunisie et chef-lieu du gouvernorat du même nom, Sousse est aussi cette ville incontournable pour les millions de touristes étrangers mais également pour les Tunisiens. Troisième grande agglomération du pays après Tunis et Sfax, elle est jumelée avec 13 grandes villes du monde, dont Constantine depuis les années 1980. D’où la forte concentration des Algériens dans cette zone par ailleurs la plus fréquentée par les touristes tout au long de l’année. À deux jours de notre retour, Kaïs nous proposera donc Tunis, la ville de la Tunisie, capitale du pays sans interruption depuis le 20 septembre 1159 sous l’impulsion des Almohades. Chef-lieu du gouvernorat du même nom depuis sa création en 1956, Tunis est bâtie sur des collines surplombant ses grands lacs. Elles font suite aux coteaux de l’Ariana, Notre-Dame de Tunis, Ras Tabia, la Rabta, La Casbah, tout en laissant se dominer par les monts de Sidi Boussaïd, la grande mosquée d’El-Abiddine, inaugurée il y a quelques années seulement par le président Benali, et enfin le somptueux Palais royal, un quartier résidentiel dédié aux personnalités et hôtes de la Tunisie, mais qui s’ajoute * ce décor intégré du tourisme tunisien. À Tunis, les Algériens se retrouvent en toute convivialité. Ils louent leur quartier général * la limite ouest du boulevard Habib-Bourguiba, soit * l’entrée du plus vieux souk de Tunis aux mille et une ruelles. Ici, nos compatriotes font leur shopping au quotidien.

          Les taxis desservant plusieurs régions d’Algérie, dont Annaba, Jijel, Constantine, Tébessa, El-Oued et même Alger, occupent, eux aussi, un coin facilement repérable pour les habitués de Tunis. Accoutumés depuis des lustres aux Algériens, les Tunisois les considèrent comme partie intégrante de la capitale d’affaires au point que les accents des uns et des autres se confondent. L’avant-dernier jour sera exclusivement consacré au merveilleux site de Sidi Boussaïd, * 20 km de l’hôtel Africa, de la chaîne El-Mouradi, où nous avons élu domicile pour les deux derniers jours de l’Éductour. Perché sur une falaise et dominant Carthage et le golfe de Tunis, au bord de la mer, Sidi Boussaïd est un village où repose ce marabout, un bienfaiteur très apprécié par les populations locales. Lieu de pèlerinage des familles tunisiennes, mais également des touristes étrangers, ce site mythique offre une blancheur éclatante au-dessus d’un port de plaisance et d’autres stations balnéaires. Ici, le café des Nattes, le plus fréquenté, offre une vue panoramique sur la mer où les promeneurs chutent au café Sidi-Chebaâne pour mieux dominer un coucher du soleil des plus féeriques. Autant de lieux qui s’ajoutent * d’autres, que les Algériens visitent chaque année en centaines de milliers, et que l’Ontt voudrait fidéliser pour optimiser un marché des plus potentiels que celui de l’Algérie. Et si la Tunisie excelle d’année en année dans le réceptif, il est évident que les pouvoirs publics ne cessent d’établir des plans de développement sectoriels pour tout intégrer dans un tourisme * la carte où chaque touriste se retrouve, tant que les Tunisiens reposent toute leur compétitivité sur une économie nommée tourisme. La veille de notre départ, les Tunisois vivent au rythme des préparatifs de la visite de trois jours du chef de l’État français, Nicolas Sarkozy, avec en appoint un décor de bienvenue planté tout au long du boulevard Habib-Bourguiba, où Benali et son hôte auront droit * un bain de foule, mais également aux alentours de Tunis jusqu’* l’aéroport international Carthage de Tunis.

          Comment


          • #20

            July 1, 2008 -- Overall proceeds generated by Tunisia's tourism industry amounted to 1.2 billion dinars in the first six months of the year, an increase of 8.5%, preliminary figures released by the Tourism Ministry showed on Monday (June 30th). Tourism proceeds in 2007 exceeded the 3 billion-dinar benchmark for the first time ever. Some 2.6 million tourists visited the country in the first half of 2008, up 4.75%. European visitors remain the backbone of the industry. Tunisia also expects more than one million Algerian tourists during the summer holidays, Echourouk reported. Tunisia is the preferred tourist destination for Algerians, not only during the summer season but throughout the whole year, said Tunisian Tourism Office director Fawzi El Basali.

            Comment


            • #21

              August 6, 2008 -- Tunisian tourism officials anticipate a record-breaking year, thanks to visitors from neighbouring Algeria and Libya, Le Quotidien reported on Wednesday (August 6th). These two countries accounted for 2.4 million visitors in 2007, while some 600,000 Algerians and 800,000 Libyans have already travelled to Tunisia this year. Officials cite the absence of visa requirements and easy access by car as the main reasons for the swell in regional tourism.

              Comment


              • #22

                August 1, 2009 -- 37% of Tunisia’s visitors came from Algeria and Libya in the last 6 months. According to Tunisian official statistics, this percentage is on the increase, considerably boosting tourism revenues. This is all the more true as Algerian and Libyan tourists spend more than their European counterparts with an average of some 350 per week.

                North African tourism in Tunisia is essentially a family tourism, which also has positive effects on the local economy (small trades, restaurants, car and house rentals), as well on the health sector especially insofar as thalassic therapy and private clinics are concerned. Tunisia attracts each year an average of 1,5 million Libyan tourists who come both for health reasons, but also for sight seeing with a predilection for the cities of Sfax, Djerba and Tunis. Most of the Libyan tourists in Tunisia come by car crossing the border at Ras El Jedir.

                More than 1, 2 million Algerians also visit Tunisia each year; 87% of them come by car or buses through the 10 border crossings between Tunisia and Algeria. For the past three years an increasing number of Algerian nationals come by charter flights to Tunisia from Algiers, Annaba or Constantine. A number of Algerians residing in France also fly or sail to Tunisia from Paris, Marseilles and Genoa. Algerian tourists usually prefer to relax and shop in the Cap Bon region and especially in the coastal resorts of Nabeul and Hammamet, as well as Sousse. Apart from the legendary Tunisian hospitality, the increasing number of Algerian tourists in Tunisia can also be explained by the cultural similarities between Tunisia and Algeria, as well as the absence of visa requirements for nationals from Maghreb countries

                Latest figures released last week show an increase of 4,6% in tourism revenues for the first term of 2009. The figures show that revenues from tourism amount to 1,39 billion dinars in spite of the lesser demand from European visitors as a result of the global economic downturn. During the same period, 2,9 million tourists visited Tunisia, an increase of 1% in comparison with last year’s figures. In 2008 revenues reached 3,3 billion dinars, against 3 billion dinars in 2007, with a record of 7 million tourists who visited the country.

                A success story

                Mr Taleb Rifai the Secretary General of the World Tourism Organisation (WTO) said that in these times of crisis Mediterranean, Arab and African destinations can be successful in 2009 if they open up their skies by adhering to the “Open Sky” agreement, diversify their products and set up aggressive promotional campaigns. Mr Rifai added that Mediterranean, Arab and African destinations are also likely to take advantage of the change in the tourist map within the next years, and tap into the Chinese market for instance, which by 2012 should comprise some 90 million tourists.

                Tunisia, said Mr Rifai, is called upon to boost its promotional campaigns as a favourite southern Mediterranean destination, adding that southern Mediterranean destinations must exert more efforts to preserve their market shares, especially in the context of the current global economic downturn. Mr Rifai who is currently on a work visit to Tunisia a few months following his election at the Head of the WTO (2010-2013) hailed Tunisia’s action to promote tourism within the WTO, saying that “Tunisian tourism is seen today as a success story.”

                Multi-attraction

                Beach tourism is not the only attraction Tunisia offers, Saharan tourism, golf tourism, cultural tourism, sport tourism, and health tourism are also increasingly luring millions of holiday seekers to Tunisia. Tourism is also one of the country's key economic sectors, hence the great attention given to it by the authorities. Since the change of November 7, 1987, tourism has witnessed both a quantitative and qualitative change. During the years of the change, it has been given a boost for progress, as it represents one of the foundations of comprehensive development. Like many other strategic sectors, it has had considerable influence, especially in light of the constant Presidential determination to make Tunisian tourism more efficient and dynamic, and more competitive at the regional and international levels.

                Comment


                • #23

                  Dimanche 2 Mai 2010 -- La Tunisie reste toujours la destination préférée des touristes algériens. Les dernières statistiques des officiels tunisiens font état d'une augmentation de plus de 10% du nombre d'Algériens ayant visité la Tunisie depuis le début de l'année 2010. Selon l'AFP qui cite les chiffres de l'office national du tourisme tunisien ONTT, la Tunisie a enregistré durant le premier trimestre 2010 l'arrivée de plus d'un million de visiteurs, soit une croissance de 0,6% par rapport * la même période de 2009. Selon les mêmes sources, la Tunisie, qui a développé un tourisme axé sur la santé, a attiré plus de 176.000 Algériens (+10,8%) et environ 464.000 Libyens (-6,2%) depuis le début de l'année. Le nombre des nuitées (nombre de nuits en hôtel) a atteint 4,5 millions en 2010 contre 4,2 millions en 2009, soit une hausse de 4,6%. Les statistiques ont révélé en outre que les Français viennent en tête des visiteurs européens avec plus de 173.000 touristes durant les trois premiers mois (+1,3%) suivis par les Allemands et les Britanniques.

                  Selon l'agence française qui cite le ministre tunisien du Tourisme, M. Slim Tlatli, les perturbations du trafic aérien sous l'effet du nuage de cendre qui avait couvert l'Europe depuis l'éruption du volcan islandais, n'ont pas affecté le tourisme tunisien. «Il y a eu des annulations des vols (40.464 touristes) mais elles n'ont pas été définitives puisqu'il y a eu des reports», a indiqué le ministre. La Tunisie table sur des recettes de 15 milliards de dinars en 2014 (8 milliards d'euros). Le même responsable a signalé que les recettes du tourisme en Tunisie ont atteint au premier trimestre 2010 quelque 545,3 millions de dinars (289 millions d'euros), soit une baisse de 7,4% par rapport * la même période de 2009. «Le tourisme a connu une année (2009) difficile * cause de la crise économique faisant reculer la croissance de ce secteur dans le monde * 5,5%, a indiqué le ministre tunisien, précisant que « la Tunisie a pu résister * cette crise puisqu'elle n'a enregistré qu'un recul de 2,5% seulement».

                  Les Algériens sont chaque année de plus en plus nombreux * passer leurs vacances en Tunisie. Leur nombre dépasse le million de touristes chaque année et la destination Tunisie représente une moyenne de 65% du volume total des voyagistes algériens. Selon les statistiques de l'office tunisien du tourisme, le marché algérien fait partie des trois marchés touristiques qui enregistrent un grand nombre d'entrées en Tunisie chaque année, notamment en période estivale et durant le mois de ramadan. Les études initiées par les spécialistes tunisiens en matière de tourisme ont en outre révélé que le touriste algérien est classé parmi les plus dépensiers avec pas moins de 500 dollars par semaine ce qui le classe parmi les clients les plus importants. Selon les mêmes statistiques, le nombre de touristes algériens visitant la Tunisie atteint 1,2 million de touristes chaque année. Faute de visa pour l'Europe, les Algériens se rabattent vers la Tunisie. L'affluence grandissante des Algériens en Tunisie s'explique aussi par les similitudes culturelles entre les deux peuples, la proximité des frontières, les prix avantageux et la non imposition de visa.

                  Comment


                  • #24

                    قام العديد من المواطنين بتوكيل محامين لمقاضاة قرابة عشر وكالات سياحية نظمت لهم رحلات جماعية إلى تونس لقضاء عطلة الصيف، بتهمة التحايل عليهم، بعد أن وجدوا أنفسهم بعد وصولهم إلى الأراضي التونسية بدون إيواء وإطعام ولا حتى مرشدين سياحيين، في ظل فوضى كبيرة حوّلت المتعة السياحية إلى كابوس.

                    وفي اتصال بـ''الخبر''، أكد العديد ممن قرروا قطع عطلهم في تونس والعودة إلى أرض الوطن، أنهم شرعوا في إجراءات المقاضاة الجماعية لعدد من الوكالات السياحية التي نظمت لهم رحلات جماعية إلى سوسة، حيث اكتشفوا بعد وصولهم إلى الأراضي التونسية أنهم وقعوا ضحية تحايل، وتحولت الفنادق الفاخرة التي دفعوا مقابلها إلى مراقد جماعية، والمطاعم التي حجزوا أماكن فيها إلى مطاعم شعبية تفتقد لأدنى شروط الرفاهية.

                    وقال المشتكون إنهم التقطوا صورا لمعاناتهم هناك لاستعمالها كأدلة تكشف الفارق بين ما دفعوا ثمنه وبين ما وجدوه على أرض الواقع، مؤكدين أن الوكالات التي توزعوا عليها تجمعت، وعوض توفير لكل مجموعة مرشد خصصوا في مجموعهم مرشدا واحدا لكل السياح، ويتعلق الأمر بوكالات بكل من باب الوادي في العاصمة والقليعة في تيبازة وأخرى في ولاية البويرة.

                    من جهة أخرى حاولنا الاتصال بمسؤولي تلك الوكالات لمعرفة وجهة نظرها، غير أنه تعذر علينا، لكن مصادر مسؤولة بوزارة السياحة أكدت أن باب الشكاوى مفتوح أمام المتضررين وعليهم التوجه إلى المديريات الولائية للسياحة لإيداع شكاويهم.

                    وسيتم اتخاذ الإجراءات العقابية التي قد تصل إلى حد سحب رخصة الوكالة، فضلا على منع المتورطين في ممارسة النشاط مدى الحياة.

                    Comment


                    • #25

                      تؤكد إحصاءات شهر أوت الفارط الصادرة عن وزارة السياحة التونسية والتي تناقلتها وسائل إعلام محلية أمس، تراجع نسبة الوافدين من الجزائر وليبيا رغم الجهود التي بذلتها الوزارة للتخفيف من تأثير شهر رمضان على توافد السياح إلى تونس وخاصة من السوقين الجزائرية والليبية. وبلغت النسبة الإجمالية لتراجع الوافدين خلال الشهر الفارط حوالي 13 بالمائة رغم الزيادة الطفيفة في مؤشرات السوق الأوروبية بحوالي 3 بالمائة، ارتاح لها البعض نسبيا من منطلق أن شهر الصيام لم يؤثر على توافد السائح الأوروبي. وسجلت السوق السياحية المغاربية تراجعا في حدود 41 بالمائة مقارنة بنفس الفترة من السنة الماضية.

                      وتشير المؤشرات الإجمالية للوافدين خلال الثمانية أشهر الفارطة إلى تراجع في عدد السياح في حدود 2,2 بالمائة مقارنة بالسنة الماضية. وينظر المهنيون بقلق كبير إلى تواصل تراجع مؤشرات بعض الأسواق الهامة على غرار السوق الألمانية ''تراجع بأكثر من 7 بالمائة''، مع انخفاض المداخيل السياحية بـ 7,0 بالمائة خلال الثمانية أشهر الماضية من السنة الجارية.

                      وحسب المعطيات والأرقام المسجلة، تعود أسباب هذا التراجع الحاد في عدد السياح والمداخيل في تونس إلى عوامل آنية تمثلت في تواصل تأثير الأزمة الاقتصادية العالمية إضافة إلى تزامن شهر رمضان مع ذروة الموسم السياحي وعوامل أخرى هيكلية تتصل ببعض الهيئات في القطاع، منها ما يتصل بمحدودية ميزانية الترويج وطرقها إلى جانب غياب التنويع في المنتوج السياحي وموسمية النشاط وغيرها من العوامل. وتبقى آمال قطاع السياحة التونسية في إنقاذ بقية الموسم والخروج بأخف الأضرار تنصب حاليا على ما تبقى من الموسم الحالي والموسم المقبل، خاصة أن منظمة السياحة العالمية تتحدث عن بداية تعافٍ تدريجي للحركة السياحية العالمية.

                      وكان متعاملو السياحة التونسية قد عبروا، في وقت سابق، بشأن عدم قدرة الوجهة السياحية التونسية على التوصل لتحقيق نتائج إيجابية هذا الموسم نتيجة العوامل المذكورة سابقا. وتسعى السلطات في تونس من أجل إنقاذ موسمها السياحي إلى الترويج للوجهة الصحراوية من خلال استئناف نشاط خطوط جوية من ميلانو الإيطالية ومدريد الإسبانية إلى توزر، خلال شهر نوفمبر القادم. فيما تسعى الخطوط التونسية بالتعاون مع مهنيي السياحة بالجنوب إلى تنظيم ورشتي عمل بكل من ميلانو ومدريد في الأسابيع القادمة، حسب معلومات صحفية تونسية، وذلك بهدف التعريف بالخطين الجويين وضمان مردودية أكبر لهما لم يتمكنا من تحقيقها خلال السنة الفارطة بسبب ضعف الدعاية.

                      Comment


                      • #26

                        Comment


                        • #27

                          April 22, 2011 -- From a massive advertising campaign to journalist workshops and guided tours, Tunisia is on a mission to lure back Algerian tourists. Almost a million Algerians visit their eastern neighbour every year, with 350,000 of them spending their summertime there. What if they desert Tunisia this year? The government is going on the offensive to reassure Algerians about the security situation in the wake of the revolution. Sixteen Algerian journalists visited Tunis April 4th-7th to witness the situation first-hand.

                          The trip was extensively covered by the Algerian media. During this visit, Tunisian Tourism Minister Mehdi Houas said in a statement reported by L'Expression, which dispatched a correspondent to Tunis, that "sea links between Algiers and Tunis are on the agenda". The Algerian press focused on the enthusiasm of the Tunisian authorities, who are relying heavily on the brotherly ties between the two nations to support the Tunisian economy, which has been hit hard by falling tourism revenues. "The journalists were invited to discover Tunisia as a destination so that they could write reports about various tourist resorts in the country," a journalist from Le Maghreb wrote April 9th. This initiative is a "discreet appeal from the Tunisian authorities aimed at Algerian tourists," the journalist added. Bassem Ouertani, regional tourism commissioner in Yasmine Hammamet, said in an interview with La Tribune that "recent events have had repercussions that may be described as negative on tourism on Tunisia".

                          The authorities in the region organised an "educational tour" for about 40 Algerian travel agencies from the central, eastern and western regions of the country to visit Yasmine Hammamet and Hammamet, Ouertani said. They also held a "workshop in Monastir which was attended by Algerian and Tunisian tourism workers". In addition, he announced that the tourism minister "will make a visit to Algeria in due course". But things will not stop here. In a further bid to restore confidence among Algerian tourists, the authorities are planning to launch a promotional campaign backed by a hefty budget of 60 million Tunisian dinars. The effort will be worth it, because according to the Tunisian tourism minister, in the course of just two months, "the Algerian market has contracted by 33%". The programme comprises several aspects, including an advertising campaign in the Algerian media. Tunisian representatives will attend tourism fairs in Algiers and Oran on April 12th and April 24th. The Annaba-Hammamet rally is also in the pipeline.

                          Nevertheless, some Algerians remain unsure if they are ready to resume their visits to Tunisia. Amina Dilmi is among them. Hammamet has become her favourite summertime destination over the past five years. With two months left before the holiday season, she "hasn't booked yet" and prefers "to wait to see how things pan out". Selimi, who owns a travel agency in Algiers, confirmed this trend. Tourists' hesitation forced him to focus on other destinations such as Morocco. "I'm usually fully booked at this time of the year, but that's not the case this time around," he said.

                          Comment

                          Unconfigured Ad Widget

                          Collapse
                          Working...
                          X