Announcement

Collapse
No announcement yet.

Le commerce informel / Algeria's black market economy:

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Le commerce informel / Algeria's black market economy:

    ALGIERS, June 12 (Reuters) - Algeria's Islamist-driven black market could pose a political menace if it keeps growing, a business leader said on Tuesday, adding intelligent foreign investment was the best way of countering a "bazaar" economy.

    Redha Hamiani, president of the Business Leaders Forum, said the informal sector, long tolerated by the state as a safety valve for youth unemployment, now had a sizeable hold on the weak non-energy sector of the north African country's economy.

    "The informal sector poses a lot of danger," Hamiani, a former government minister, told Reuters in an interview.

    "If there isn't a serious revival of investment and growth with a foreign contribution, we risk sinking not only into the informal sector but also into Islamism," he added, referring to an ideology that advocates an Islamic state.

    "If one leaves the national economy to evolve without the contribution of foreign investors and without state regulation the result is a bazaar economy."

    The big country on the southern shores of the Mediterranean is gradually recovering from 15 years of often brutal conflict between Islamist rebel groups and government forces.

    The Islamist revolt has largely been quelled and Islamist groups are on the defensive politically, but they have emerged as important economic players through their black market role.

    The National Economic and Social Council think tank estimates the parallel market in OPEC-member Algeria is worth 32 to 38 percent of non-oil gross domestic product.

    The state-owned Council estimates 700 informal street markets emerged in the politically turbulent 1990s, selling everything from counterfeit car spare parts to gold.

    Many are controlled by Islamists, and Hamiani said they now constituted a network of influence outside state control.

    "The informal sector is the translation in economic terms of hostility to the government ... not to obey the rules, the law, not pay taxes and not present bills.

    "Networks of vested interests became established, and today the big actors of the informal sector are Islamic leaders."

    Hamiani, whose forum groups 120 business leaders including bankers who employ a total of 128,000 Algerians, estimated 40 percent of money in circulation is outside the banking system. Officials have tolerated the black market's growth, conscious of the need to create wealth and jobs in order to shore up political stability. The unemployment rate among adults under 30 is more than 70 percent, according to official figures.

    Hamiani said this tolerance had "a high price".

    "The informal sector started with suitcases. Now it's containers - and also a state of mind."

    "This state of mind has brought lots of connections. Before, we had petty corruption but it was manageable and marginal. But with the informal sector, corruption has grown. What is serious today is that the informal sector has a hold on the economy."

    Hamiani said quality foreign investment and firmer state regulation would counter the black market's growth.

    "Quality investment can be made only by foreigners because the key thing they bring is technology and know-how," he said, adding multinational investors' compliance with business standards would rub off on local firms and boost performance.

    Better state regulation was also vital, he said, complaining the antiquated Soviet-style bureaucracy hindered business.


  • #2

    ALGIERS, March 12, 2008 (Reuters) - Algeria's informal sector is a threat to economic growth but not to its overall stability, President Abdelaziz Bouteflika said on Wednesday of a growing phenomenon critics say is dominated by Islamist businessmen.

    In written replies to submitted questions, Bouteflika added that the government was trying to modernise the centralised economy, boost the private sector, which was "still young", and reduce the OPEC member country's dependence on oil and gas.

    "Wherever it exists and whoever the culprit, the informal economy is a danger that threatens economic expansion, notably through unfair trade, the decline in production, the loss of tax income, as well as the risks for public health and security," he said.

    "These are phenomena that we find everywhere in varied degrees, including in developed countries. In Algeria this phenomenon exists of course, but not to a level that represents a danger for the stability of the country."

    Economic commentators say the black market, apparently tolerated by state officials as a safety valve for youth unemployment, now has a sizeable hold on the weak non-energy sector and could pose a political menace if it keeps growing.

    The big country on the southern shores of the Mediterranean, almost totally reliant on oil and gas for its foreign exchange earnings, is gradually recovering from 15 years of often brutal conflict between Islamist rebel groups and government forces.

    The Islamist revolt has largely been quelled and analysts say Islamist groups are on the defensive politically, but they have emerged as important economic players through their black market role.

    The National Economic and Social Council government think tank estimates the parallel market in Algeria is worth 32 to 38 percent of non-oil GDP.

    Bouteflika told Reuters the government was fighting graft, money laundering, smuggling and forgery, while promoting control mechanisms and creating "new economic champions".

    "The reforms have...allowed for banks to take a bigger role in the economy, reduced fiscal pressure, the liberalisation of foreign trade, the commercial convertibility of the national currency, simplification of customs formalities."

    The International Monetary Fund said Algerian real GDP growth rose to 4.6 percent in 2007 from two percent in 2006, reflecting strong growth in the nonhydrocarbon sector, driven by services and construction and public works.

    The president, who has launched an $150 billion economic reconstruction programme, is accused by critics of hesitating to reform a command economy dominated by loss-making state banks and blighted by inadequate access to credit.

    But Bouteflika suggested that centralisation of the economy, entrenched after independence from France in 1962 by an embrace of socialism and collectivism, would eventually weaken.

    "The private sector is still young in our country. It is, of course, only the product of our economic history. As you know, our economy was essentially administrative and centrally managed for many decades."

    "Nonetheless you can see that several private Algerian industrial firms are doing business today and have been leaders in different economic sectors for some years now."

    Comment


    • #3
      Ali Idir :


      Mercredi 19 Mars 2008 -- Entamée en 2007, la hausse de l'euro sur le marché parallèle des devises se poursuit. La monnaie unique européenne s'approche * présent de la barre symbolique de 120 dinars l'unité. Un record historique. Dans les banques, l'euro s'échange entre 105 et 106 dinars l'unité.

      Après une très forte baisse en 2006 due en très grande partie * l'interdiction d'importer les voitures de moins de 3 ans, l'euro reprend donc l'ascenseur et revitalise du coup le marché noir des devises.

      Le premier facteur qui peut expliquer cette hausse de l'euro sur le marché noir pourrait être l'effet d'annonce par le gouvernement début 2008 de la levée, durant cette année, de l'interdiction d'importer les véhicules de moins de 3 ans. Explications : importateurs et particuliers achètent des euros pour, éventuellement, acquérir des voitures d'occasion * l'étranger, une fois l'interdiction levée. Les banques n'accordent pas de crédits pour financer l'achat de voitures usagées * l'étranger.

      Le deuxième facteur serait la présence de plus en plus importante en Algérie de travailleurs étrangers, notamment asiatiques et africains. Ces derniers sont généralement rémunérés en dinars. Et pour envoyer des devises * leurs familles restées dans leur pays d'origine, ils reconvertissent les dinars en euros dans les bureaux de change clandestins, loin de tout contrôle de l'Etat.

      Le troisième et dernier facteur pourrait être la suppression de la loi des 20 millions de dinars pour la création de sociétés d'importations. Entrée en vigueur en 2007, cette loi n'est plus en vigueur depuis janvier 2008, ce qui a sans doute permis aux petits importateurs, sans grands moyens financiers, de reprendre les opérations d'importation. Pour financer leurs achats * l'étranger, les petits importateurs s'approvisionnent en euros généralement auprès du marché parallèle afin d'éviter les procédures et les lenteurs bancaires pour l'obtention de crédits en devises.

      Comment


      • #4

        Dimanche 23 mars 2008 -- Les marchés informels sont * l’origine de la dégradation du cadre de vie et des dysfonctionnements du tissu urbain. Le commerce se pratique en plein air dans les rues, quartiers et cités lesquels, dès la levée du jour, sont envahis par des jeunes, moins jeunes et adultes, qui proposent des marchandises dont on ne connait ni l’état, ni l’origine, encore moins la composante, * des prix attractifs. Ces marchands occasionnels, sans registre de commerce, sont constamment sur le qui-vive, dans la crainte d’être appréhendés par les services de la sûreté. Le soir venu, ils laissent derrière eux des montagnes de déchets et ordures, rendant la tâche difficile aux agents de nettoiement, nuisant ainsi au cadre de vie déj* mis * mal par l’absence d’entretien du bâti, des routes, des espaces verts et des lieux publics.

        Cette situation, qui consacre la clochardisation de la vie sociale, ne peut plus durer, sinon elle mènera celle-ci tout droit * la déchéance, au moment où l’on parle de création de pôles touristiques d’excellence, dont Annaba fait partie. L’association Bled El Anneb tire la sonnette d’alarme, proposant de remédier * cette situation par la préservation du patrimoine historique et du cadre de vie. Celle-ci a présenté, mercredi dernier, * la Chambre de commerce et d’industrie Seybouse (CCI), un projet de création de marchés de proximité, destinés * lutter contre les activités commerciales informelles. Les objectifs de ce projet, proposé par l’association Bled El Anneb, visent * « intégrer les sites périphériques de la ville au périmètre » et * « créer un rapport physique entre les différents quartiers * travers le déplacement croisé des habitants en quête d’un besoin hors de leur espace urbain ».

        Ces marchés de proximité s’inscrivent également dans la lutte contre la promiscuité et l’occupation anarchique des espaces publics, faits pour la circulation, de même qu’ils participent * l’animation qualitative et durable dans les quartiers et cités où ils sont implantés, * la résorption du chômage, et * la création de pôles de rencontres citoyennes. La ville de Annaba compte 6 marchés informels, * savoir Saf Saf, El Hattab, la cité du 11 Décembre 1960, Didouche Mourad, Oued Forcha et place du 10 Août 1956, selon les statistiques de l’association Bled El Anneb, qui estime que « ce nombre ne reflète pas la réalité du commerce informel, qui se pratique même sur les murs ». Ces marchés, qui couvrent plus d’un hectare d’espaces urbains, sont exploités dans la plus totale illégalité par 621 personnes, exerçant le commerce des fruits et légumes, d’habillement et chaussures. Un comité, composé de citoyens de divers horizons socioprofessionnels, a été désigné lors de cette rencontre pour réfléchir sur la faisabilité de ce projet et de son impact sur la société, avant d’être soumis aux pouvoirs publics.

        Comment


        • #5
          Originally posted by Al-khiyal View Post

          Comment


          • #6

            Mercredi 16 Avril 2008 -- Des pharmaciens mettent en garde contre l’achat de médicaments hors circuit règlementaire. Cette alerte donnée par les professionnels vient suite * l’apparition d’un phénomène nouveau sur le marché informel. Un médicament, un corticoïde, est en vente chez les marchands ambulants de la ville nouvelle et de Sidi El Bachir alors qu’il ne peut être commercialisé que sur ordonnance. Ce produit est disponible chez les commerçants africains qui exposent leur marchandise, composée de cosmétiques, herbes et autres * même le sol. Il est présenté aux clients qui souffrent de maigreur et désirent prendre du poids. Selon un pharmacien qui s’est procuré lui-même ce médicament chez l’un des marchands de Sidi El Bachir, «le produit a été acheté * 700 dinars le flacon contenant 100 comprimés et ne comportant aucune notice». Sur l’emballage, une petite boite dorée, est écrit en rouge «Dexamethasone», flacon de 100 comprimés avec un sigle, en forme de feuille, du laboratoire producteur. En bas de la boite, on peut lire en anglais, «manufactured by Unlink Pharma (P) LTD, India». Quant au flacon, il est de couleur grise avec un couvercle vert et portant aussi une étiquette sur laquelle est bien mentionné que le médicament ne doit être vendu que sur prescription médical et doit être placé * l’abri de la lumière et dans un endroit * température moyenne. Cependant, malgré ces indices, le médicament, on ne le trouve pas chez les pharmaciens, mais chez des commerçants clandestins. Contacté pour donner son avis sur ce produit, un pharmacien a été stupéfait de constater qu’un médicament fabriqué pour soigner des rhumatismes, soit recommandé, par des commerçants qui n’ont aucune relation avec la profession, pour les personnes qui veulent grossir. Ce spécialiste dans le domaine affirme qu’effectivement d’après ce qui est mentionné sur la boite, ce médicament est bien un corticoïde et ne doit être prescrit que par le médecin. Il explique aussi que les corticoïdes font grossir et cela ne signifie nullement qu’ils sont destinés pour les personnes maigres.

            Risque imminent

            Un médecin généraliste a indiqué, pour sa part, que de tel médicament peut être dangereux pour la santé s’il est pris sans un avis médical. «Il n’y a que les pharmaciens qui sont autorisés * vendre les médicaments. Un corticoïde n’est donné que par le médecin et sur ordonnance car il peut avoir des effets secondaires. La personne mise sous un tel traitement, ne grossit pas mais peut avoir des enflures». Sur la gravité de prendre ce médicament juste pour prendre du poids, le même médecin affirme que «si une personne prend un corticoïde de façon prolongée, elle peut avoir de graves problèmes de tension artérielle et de reins et peut facilement attraper le diabète». Sur la notice d’un corticoïde, il est clairement mentionné que le produit provoque «gonflements, rougeur du visage, prise de poids, une élévation de la tension artérielle, l’apparition de bleus, trouble du sommeil, fragilité osseuse, trouble de la croissance chez l‘enfant, faiblesse des muscles, ulcère et glaucome». Revenant sur le problème de la disponibilité de ce médicament sur le marché informel, un pharmacien évoque le problème des produits pharmaceutiques qui «échappent» au contrôle. Il affirme que tous les médicaments vendus chez les officines sont contrôlés au niveau des laboratoires, tandis que ceux qui sont sur le marché informel ne peuvent provenir que des particuliers qui transportent des quantités de médicaments dans des valises et les font rentrer dans leurs bagages en voyageant par avion ou par bateau. Aucune mesure n’a été prise dans ce sens pour lutter contre ce phénomène qui touche * la santé publique.

            Comment


            • #7

              Comment


              • #8

                Mercredi 30 avril 2008 -- La lutte contre le commerce informel se poursuit, conformément aux instructions du ministère du Commerce. Au niveau des cinq wilayas de l'ouest du pays et qui sont Oran, Aïn Témouchent, Sidi Bel-Abbès, Mostaganem et Tlemcen, 892 interventions ont été menées dans ce cadre par les différents services relevant de la direction régionale du Commerce.

                En effet, le contrôle opéré dans les cinq wilayas a permis aux inspecteurs chargés de ce dossier, de relever que les commerçants s'adonnaient * des activités sédentaires sans registre de commerce, soit exerçaient une activité réglementée sans une autorisation au préalable délivrée par les services compétents, ou soit que l'activité est exercée mais sans que le commerçant ait un local commercial. Trois principales infractions qui encouragent la prolifération de ce commerce dont les préjudices restent énormes pour l'économie nationale. A vrai dire, le dispositif mis en place par la direction régionale du Commerce continue * donner ses fruits, selon des sources proches du dossier. Dans ce cadre, l'on nous précise que ce sont 117 commerçants qui ont été verbalisés pour ces infractions et les agents du contrôle ont proposé 74 commerces * la fermeture.

                L'objectif est d'inciter ces commerçants * se conformer au code du commerce, car l'informel peut encourager la spéculation sur les prix des produits et peut porter atteinte * la santé du consommateur dans le cas où sa provenance et l'absence de l'étiquetage mentionnant la raison sociale de l'importateur, du fournisseur ainsi que d'autres indications viennent * manquer. C'est dans cette optique, que des instructions ont été données aux services de sécurité pour renforcer le dispositif de lutte contre le commerce informel compte tenu du danger que peut encourir le consommateur. Notons que les campagnes de sensibilisation incitant ces commerçants * se conformer * la loi en vigueur sont toujours lancées et ce, afin de les obliger * exercer en application de la réglementation en vigueur.

                Comment


                • #9
                  Samia Amine :


                  Mardi 13 Mai 2008 -- L'arsenal juridique de lutte contre le blanchiment d'argent et l'économie informelle sera renforcé prochainement par l'adoption d'un texte sur l'obligation de l'usage du chèque pour les paiements, a annoncé aujourd'hui le président de la cellule de traitement du renseignement financier (CTRF), Abdelmadjid Amghar dans un entretien * la radio. Cette mesure sera opérationnelle * partir de l'année prochaine.

                  Selon lui, «ce décret législatif vise * instaurer la confiance entre les usagers et les banques. La généralisation de ce nouveau système de paiement encourage la multiplication des agences bancaires. Les opérateurs économiques doivent comprendre que l'usage du chèque est le seul moyen pour pouvoir travailler en toute légalité».

                  Dans un premier temps, ce nouveau système concernera des secteurs d'activités précis, avant sa généralisation. Adjelmajid Amghar a déclaré que dans certains secteurs, comme les marchés de gros des fruits et légumes, l'usage du chèque demeure encore difficile. Le montant * partir duquel le paiement par chèque sera obligatoire sera fixé entre 300 000 et 600 000 dinars. Ce montant variera en fonction des utilisateurs : opérateur économique, personne physique ou particulier.

                  M Amghar a indiqué que ce nouveau projet visait aussi * sensibiliser et * informer les hommes d'affaires sur les risques d'effectuer des transactions commerciales en dehors du circuit financier formel. Ce projet de décret exécutif permettra enfin * la Cellule de traitement du renseignement financier de suivre la traçabilité des transactions commerciales.

                  Comment


                  • #10

                    Dimanche 10 Août 2008 -- La neutralisation du commerce informel s’est imposée comme une étape nécessaire pour la maîtrise de l’économie nationale. L’ampleur prise par le phénomène pousse de manière discontinue les autorités * prendre différentes mesures pour rétablir l’activité commerciale légale dans toute sa diversité. Officiellement, une campagne sans merci est menée contre tous ceux qui activent dans ce créneau. Alors qu’il est impératif d’éradiquer ce genre d’activités qui empoisonne l’économie nationale, les mesures prises par les pouvoirs publics semblent pécher par leur inefficience. La preuve : les marchés informels prolifèrent. Comme si ceux qui y activent échappaient * tout contrôle. Les citoyens s’en rendent compte dès qu’ils sont * la recherche d’un objet * acheter. Ils sont informés dès lors de «la disponibilité de l’objet dans certains marchés et * un prix très abordable». Devant un pouvoir d’achat en net affaiblissement, les Algériens n’hésitent pas naturellement * aller * la recherche de l’achat le moins coûteux.

                    La population se soucie très peu de la qualité de la marchandise mise en vente. A El Hamiz (Alger), tout se vend et tout s’achète, sans la moindre facturation. A Tedjanent, c’est le même constat. Dans ces lieux, les règles commerciales n’ont pas leur place. Tout le monde préfère vendre et acheter en marge de toute réglementation. Manifestement, les services concernés par l’opération de contrôle se révèlent impuissants devant l’extension de cette activité. Ce n’est pas le renforcement du nombre de contrôleurs qui va freiner la vitesse du phénomène même si le ministère du Commerce tente d’étoffer son personnel en lançant, il y a deux semaines, un appel de recrutement de 500 inspecteurs principaux de la qualité et de la répression des fraudes. Il est * noter que le niveau du commerce informel s’accroît * l’approche de chaque rentrée sociale avec l’exposition * la vente de différents articles scolaires…

                    Devant l’incapacité du gouvernement * neutraliser ces zones de nuisance * l’économie nationale, plusieurs acteurs du secteur ont émis des propositions, dont la défiscalisation et la régularisation de ceux qui s’adonnent * cette activité. Pour le président de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie, «l’allègement des charges fiscales et parafiscales des entreprises est une solution idéale pour lutter contre le marché informel en Algérie». Le même responsable avait ajouté que «le marché informel en Algérie constitue un danger car c’est une activité qui ne paye pas d’impôts et exerce une concurrence déloyale sur une activité déclarée». Certains disent que le problème se pose au niveau de l’importation. Pour le président de l’UGCAA, «il existe une loi qui régit et qui classe les importateurs. Cette loi fixe le minimum du capital qui permettrait * toute personne d’exercer l’importation». La mesure est bonne, selon M. Souilah, car, avait-il expliqué précédemment, la nouvelle disposition juridique va permettre * tout le monde d’accéder * l’importation. La nouvelle loi va encourager la concurrence dans le domaine de l’importation, ce qui favorisera la lutte contre l’informel. Ainsi, les personnes intéressées par l’importation ne seront pas contraintes de travailler dans la clandestinité.

                    Comment


                    • #11

                      Dimanche 10 Août 2008 -- Que ce soit les piétons, les automobilistes ou, plus grave, les commerçants, tout le monde en souffre. Le commerce informel, ou ce qui est appelé communément les trabendistes des trottoirs, fait fureur * Tizi Ouzou, au grand dam du semblant d’économie locale. Le chiffre d’affaires des commerçants, notamment ceux qui proposent les articles qui envahissent les trottoirs, et même la chaussée, a baissé de moitié, selon des commerçants exerçant dans le centre-ville de Tizi Ouzou. Et c’est le budget de l’Etat, entre la mairie et la wilaya, qui reçoit le coup fatal puisque la taxe sur l’activité professionnelle (TAP) s’est réduite comme une peau de chagrin ces dernières années. Rue Lamali Ahmed. Il est 8h et le long du trottoir qui longe le CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou, il n’y a déj* pas de place pour le stationnement. Et pour cause, de nombreux véhicules, pour la plupart utilitaires, y sont déj* garés. Leurs propriétaires s’affairent * «décharger» la marchandise de façon anarchique, * même le trottoir. Il faut faire vite et ranger plus tard. Tout est proposé, vêtements, lingerie, chaussures, vaisselle, biscuits et parfois… de la nourriture périssable sous le soleil. Première observation : un petit tour tout le long du trottoir permet de remarquer que plus de 90% des véhicules garés sur les lieux sont immatriculés dans les wilayas de Boumerdès et d’Alger. Tous les commerçants de la ville ont remarqué cette «anomalie». «Non seulement ils ne payent aucune charge comme nous mais en plus ils viennent d’autres wilayas, cela veut dire que même le commerce informel ne profite pas aux jeunes de la wilaya», disent deux commerçants de Tizi Ouzou rencontrés ensemble. Ils profitent de notre présence pour signaler que certains commerçants de Tizi Ouzou, et même des grossistes, se sont mis de la partie en trouvant des coins sur des trottoirs de la ville. Ces dernières semaines, cette anarchie a connu une extension vers d’autres rues de la ville comme l’avenue Abane Ramdane (la Grand-Rue) ou la rue colonel Amirouche (ancienne route d’Alger) où toutes sortes d’articles sont proposées * même le sol * des prix qui défient toute concurrence. C’est la seconde observation faite après un autre tour mais du côté de la Grand-Rue de Tizi Ouzou. Et c’est tout naturellement que les commerçants de la ville de Tizi Ouzou, qui exercent légalement, deviennent furieux * cause de la passivité des pouvoirs publics. Dans une wilaya qui souffre du manque d’entreprises économiques, source de richesse et d’emploi, la dernière chose * faire pour des responsables en quête du bien-être de leurs concitoyens, c’est de tuer le commerce légal. Et le laxisme des autorités devant le diktat de ces commerçants favorise ce crime contre le commerce dans la ville de Tizi Ouzou et, par ricochet, dans toute la wilaya. De nombreux commerçants pensent changer d’activité pour éviter la faillite, mais ils semblent coincés dans la mesure où, pratiquement, toutes les activités sont victimes du commerce informel, * l’exception des cafés et des restaurants. Et comme Tizi Ouzou a connu une multiplication vertigineuse de ces activités, l’hésitation chez ceux qui veulent changer est tout * fait naturelle. A moins que les autorités agissent…

                      Comment


                      • #12

                        Dimanche 10 Août 2008 -- «Les pouvoirs publics nous ont ignorés. Tout ce que vous voyez est illégal. Les rackets, les vols, les insultes et les rixes se font au quotidien. Les clients, pour acheter un kg de pomme de terre, doivent mettre en danger leur propre vie […].» Ces propos, * quelques nuances près, sont ceux des citoyens habitant aux alentours du marché informel des Trois Horloges, * Bab El Oued. Ils se plaignent de la présence des vendeurs ambulants. Ces derniers, au vu et au su des autorités compétentes, ont même installé dans les ruelles des quartiers alentours leurs étals de fortune. Résultats : les clients, en majorité des femmes, s’y bousculent. Des rixes et des vols * la sauvette sont enregistrés tous les jours. A cela s’ajoutent les odeurs nauséabondes des égouts. «Les responsables de l’APC ont fui leurs responsabilités. On les a avertis par des correspondances, mais ils n’ont pas daigné nous répondre. Le chef de daïra, après maintes réclamations, a refusé de nous recevoir», nous a affirmé M. Ayad, gérant d’une pharmacie située au cœur de ce marché. Même sentiment chez les habitants des quartiers avoisinants. Ces derniers ont montré du doigt le silence des autorités compétentes, * leur tête le président de l’Assemblée populaire communale (APC). «Les gens qui occupent illégalement les trottoirs viennent en dehors de la wilaya d’Alger», précisent-ils. Au-del* de l’aspect sécuritaire et de l’hygiène, les commerçants du marché des Trois Horloges sont montés, eux aussi, au créneau et ce, depuis quelques jours. Le motif avancé par le biais du président de l’Association de protection de l’activité commerciale au niveau d’Alger a trait * la prolifération de ces étals de fortune. «Comment voulez-vous qu’on travaille. Eux occupent des trottoirs illégalement sans payer aucune taxe et durant toute la journée, et nous on vend conformément * la loi, et seulement la matinée. Ils doivent être transférés dans des marchés couverts», nous ont expliqué certains vendeurs dudit marché. Pour ce faire, une grève a été organisée durant le mois de juillet dernier pour protester contre ce genre de pratique. En vain. Durant notre virée sur les lieux, les marchands ambulants continuaient * vendre en toute impunité. Côté clients, les avis sont partagés. Certains déplorent la présence de ces commerces informels. D’autres affirment qu’ils trouvent leurs comptes… «Franchement, ils [les marchands ambulants, ndlr] rendent service * ceux qui veulent acheter le soir et les après-midi» expliquent-ils.

                        Comment


                        • #13

                          Dimanche 10 Août 2008 -- Sidi Bel Abbès, cette région où le commerce est florissant, commence * attirer des centaines de familles venant de différentes régions du pays, notamment Mascara, Saïda et Tlemcen. La rentrée scolaire approchant, les parents veulent en finir avec les achats au plus tôt pour faire face au mois de ramadhan qui sera au rendez-vous dans quelques jours. Les pères de famille sont confrontés * trois événements budgétivores : la rentrée scolaire, le Ramadhan et l’Aïd. La situation semble déj* pénible malgré les augmentations de salaires qui... s’effritent en quelques jours. Pour les parents, la situation est inquiétante. Aussi cherchent-ils comment s’en sortir tout en satisfaisant les besoins de leurs enfants et de leur famille. Déj*, pour l’achat des effets vestimentaires et autres affaires scolaires, la parade est trouvée : la friperie. Dans cette wilaya, on compte un nombre élevé de friperies et de vendeurs * la sauvette. Tout le périphérique du centre-ville est conquis par des commerçants qui étalent * même le sol leurs marchandises. Pour les parents sans ressources, les friperies sont les seuls lieux où ils pourraient dénicher la bonne occasion pour satisfaire leurs enfant sans se ruiner. Et ils sont de plus en plus nombreux * y recourir. Même si le taux de pauvreté a baissé dans certaines localités du pays, au niveau de certaines villes de l’Ouest, il subsiste cependant un nombre important de familles qui vivent dans le dénuement total. C’est une réalité et les statistiques du Croissant-Rouge sont l* pour le confirmer. Les responsables doivent prendre en considération cette situation et agir en conséquence pour améliorer le pouvoir d’achat de ces citoyens qui, sans être au chômage, n’arrivent cependant pas * nourrir les familles qu’ils ont * charge. La rentrée sociale finira, nous dit-on, par mettre les parents sur la paille. Aux effets vestimentaires s’ajoutent les fournitures scolaires et autres frais d’inscription qui, * eux seuls, arrivent * bout d’un salaire moyen. Le mois de ramadhan portera le coup d’estoc pour laisser derrière lui zéro économie et des dettes. Et comme le citoyen ne peut y échapper, il n’a d’autres recours que celui de trouver entre tous les maux le moindre -pour sa bourse -, l’informel qui trouve dans la cherté de la vie un terreau. Que ce soit * Sidi Bel Abbès ou ailleurs, le marché informel se développe et investit les rues et quartiers de la ville. Différents produits y sont proposés, allant des effets vestimentaires aux livres en passant par les fournitures scolaires, les ustensiles et les produits alimentaires, le tout * des prix relativement abordables. Pourtant, le pays dispose aujourd’hui des ressources et richesses nécessaires pour nourrir tous les Algériens et plus.

                          Comment


                          • #14

                            Lundi 25 Août 2008 -- Le marché informel continue de gangrener plusieurs secteurs devant l’incapacité des pouvoirs publics * y faire face. En cette fin d’été et * l’approche de la rentrée scolaire, l’occasion est donnée aux adeptes du commerce informel de refaire surface et d’essayer d’en tirer profit au maximum. Crayons, stylos, trousses, cahiers, protège-cahiers, pâte * modeler et autres articles d’origine chinoise font la joie des jeunes vendeurs de circonstance qui ne ratent pas l’occasion d’investir dans l’informel pour un mois. L’activité se concentre dans certains quartiers érigés en «zones de fournisseurs». Et ce, en l’absence du contrôle de l’Etat. Une absence de plus en plus remarquée puisqu’elle touche d’autres activités commerciales notamment * l’approche du mois de Ramadhan. Concernant les fournitures scolaires, il faut dire que le développement de l’informel n’arrange guère les libraires, les papetiers attitrés… En somme, les spécialistes dans ce créneau ne cessent de se plaindre. «Nous n’arrivons pas * travailleur. Nous sommes envahis par l’informel», confie une libraire installée * Alger-centre dont les locaux sont presque déserts * quelques jours de la rentrée. Et, pourtant, elle s’est bien préparée. «Je me suis approvisionnée en produits de qualité, mais vous voyez, les clients n’arrivent pas encore.

                            Il faut attendre la rentrée pour voir», ajoutera-t-elle avec une note d’espoir. Car, expliquera-t-elle, «il y a des parents qui ne jouent pas avec la qualité même s’ils déboursent plus». Techno, un grand magasin d’articles scolaires situé en pleine rue Larbi Ben M’hidi, ne désemplit pas. Il enregistre une affluence régulière en cette fin août. Mais les prix affichés ne font qu’éloigner les clients qui n’ont d’autre choix que de se rabattre sur les produits chinois. «Certes, les produits sont de qualité. Mais c’est trop cher. Un trousseau complet peut aller jusqu’* 5 000 dinars. Ce qui n’est pas possible», raconte un père de famille. Cela dit, il est utile de noter que certaines familles se permettent le luxe d’offrir * leurs enfants ce genre de produits. Mais, dans la majorité des cas, ceux qui se retrouvent dans l’obligation de faire face aux fournitures de trois enfants scolarisés et parfois plus n’ont pas d’autre choix. Ils optent pour les prix relativement bas proposés par les commerçants informels dont l’existence remonte * quelques années. Nous assistons, en effet, de plus en plus * l’importation en masse des fournitures scolaires de Chine. Ces articles «Made in China» envahissent le marché au détriment de la production nationale connue pour sa qualité.

                            Certes, les parents ont le choix * quelques jours de la rentrée mais la qualité n’y est pas. Il faut la payer cher. Or, ce n’est pas possible pour les bourses avec l’accumulation des dépenses. Entre le mois de Ramadhan, l’achat des vêtements pour l’Aïd, qui interviendra quinze jours après la rentrée scolaire, la tâche s’annonce des plus dures pour les parents. Lesquels finiront par opter pour les produits moins tendance, de moindre qualité mais meilleur marché. Ils savent que ce sont des produits de piètre qualité. Ils se rabattent sur les produits chinois, pratiquement sans concurrence en matière de prix sur le marché de la fourniture scolaire en Algérie comme c’est le cas d’ailleurs dans d’autres pays. Les produits algériens sont presque en voie de disparition étant complètement «voilés» par la marchandise chinoise, pourtant nuisible. Car, faut-il le noter, les articles sont dans la majorité des cas fabriqués avec des matières premières nocives. Le comble, ils ne durent même pas un trimestre. Les parents sont dans l’obligation de renouveler le trousseau scolaire plusieurs fois durant l’année. Même le cartable n’y échappe pas. En fin de compte, ce qu’ils gagnent * la rentrée lors de l’achat des fournitures, ils le perdent au cours de l’année.

                            Comment


                            • #15

                              Lundi 25 Août 2008 -- A chaque Ramadhan, synonyme de consommation et de grosses dépenses pour les familles algériennes, les pouvoirs publics essayent de marquer le coup en rassurant quant * la disponibilité des produits sur le marché et au renforcement du contrôle durant cette période sensible de l’année d’autant que cette année il intervient en pleine rentrée sociale. Mais, en réalité, la situation est tout * fait différente, les citoyens sont impuissants, livrés aux pratiques «illégales» d’une certaine catégorie de commerçants. Lesquels ne respectent pas les conditions de commercialisation des produits en échappant * tout contrôle. Les comportements spéculatifs se répètent et se ressemblent. Et, pourtant, les textes de loi sont bien clairs sur la nomenclature des activités économiques, le changement d’activités, l’étiquetage et sur bien d’autres aspects liés au commerce. Le problème réside dans l’application de ces lois. Cette lourde mission, qui incombe aux autorités, est loin d’être assurée sur le terrain. L’absence d’associations de protection des consommateurs ne fait qu’envenimer la situation puisque les commerçants ont le champ libre pour s’adonner * leurs pratiques favorites durant le mois de Ramadhan. Toutes ces irrégularités nous amènent encore une fois * poser le problème de la régulation, devenue nécessaire dans un marché obéissant * la loi de l’offre et de la demande. Le marché est certes libéré mais il est loin d’être organisé. Les professionnels de l’agriculture et de l’agroalimentaire l’ont souligné * maintes reprises. Il y a lieu de revoir toute la chaîne commerciale * travers le suivi et l’encadrement des opérations de stockage, des excédents, pour une meilleure stabilisation du marché et la préservation du pouvoir d’achat des consommateurs. Un pouvoir déj* laminé par la hausse des prix des produits de large consommation. Même la pomme de terre, ce tubercule produit en abondance cette année, n’a pas échappé au diktat des commerçants. Le temps n’est pas * la multiplication des appels aux commerçants comme l’a fait l’Union générale des commerçants et des artisans algériens mais * l’application stricte des lois notamment pour freiner l’informel puisque, * l’heure actuelle, il semble difficile de «barrer la route au commerce informel», secteur sévissant * longueur d’année, particulièrement durant ce mois sacré. La lutte devrait donc être continue avec la collaboration de tous les secteurs concernés.

                              Comment

                              Working...
                              X