Announcement

Collapse
No announcement yet.

Italy - Algeria business ties

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Italy - Algeria business ties

    Florence, 15 May - Algerian and Tuscan businesses have laid the foundations for an agreement in the food farming sector with the support of the Overseas Agronomic Institute (IAO). Organised as a result of promotional activities joint with the ICE/Tuscan Region, a visit of a delegation of Algerian entrepreneurs in the agro-industrial sector interested in collaboration with Italy for the recuperation of the semi-desert zones of the Algerian "Great South" took place. There were significant visits to the Pistoia Centre for Nursery Experimentation - the organisation for experimentation and propagation of plants in nurseries that has strongly contributed to the success of local businesses on the international markets - and to the IAO, organ of the Italian foreign office that carries out, amongst other things, projects of agricultural cooperation with developing countries. Institute officials confirmed their willingness to offer advice.

    Food farming: Algerian - Tuscan SMB agreement with Overseas Agronomic Institute support

  • #2
    Italy - Algeria business ties

    Algeria signed a $1.7b early debt repayment with Italy on Thursday under an accord with the Paris Club group of creditor countries allowing it to repay up to $8b in advance, state news agency APS said. The news agency said Italy became the 16th creditor nation to sign a debt repayment deal with Algeria.

    The next and last country in the list is Germany.

    The total amount of debt the oil and gas rich North African country had agreed to repay early reached $6.3b. Algeria and the Paris Club reached an agreement in May under which members accepted Algeria’s offer to prepay debt at par. Repayment will take place on a voluntary basis between May 31 and November 30 after the conclusion of bilateral agreements.

    Analysts say the rationale for repayments is to improve Algeria’s image to international investors in the hope of securing a credit rating.

    Algeria to repay Italy $1.7b debt

    Comment


    • #3
      Italy - Algeria business ties

      May 22, 2007 -- According to a press release issued Tuesday by the Italian Institute for Foreign Trade (ICE) in Algeria, a delegation of Algerian operators from the maritime fishing sector paid a visit to Ancona (Italy) on the occasion of the 67th International Fishing Fair organised in the Italian city.

      This visit was organised in the framework of a cooperation agreement between the institutes of Algiers and Italy, said the same source.

      This fair was organised from May 16 to 20th. It was an opportunity for the visitors to discover new technologies and equipment of maritime fishing.

      Having not participated in this fair, the Algerian delegation visited different Italian companies specialised in refrigerating and packaging equipment,

      According to the Italian institute, Italy exported, in 2006, maritime fishing equipment to Algeria valued at an estimated $4million.

      Two delegations of Algerian operators are expected to fly to Italy shortly. The first delegation will pay a visit to Bologna from May 23th to 27th on the occasion of the International Fair of Transport Equipment and Services.

      The second Algerian delegation is scheduled to visit Italy on the occasion of the Fourth Furniture Fair, according to the Italian institute.

      Comment


      • #4
        Algerian - Italian business Forum: Several partnership agreements concluded


        Italian Trade Minister Emma Bonino

        June 4, 2007 -- Several partnership accords were today concluded between Algeria and Italy as part of a meeting of the Algerian-Italian business Forum held today, 4 June, in Algiers.

        The signing ceremony was held in the presence of the Algerian industry and transport ministers, Mourad Medelci and Mohamed Maghlaoui respectively and the Italian trade minister Emma Bonino, now on a visit to Algeria.

        The accords are meant to further bolster and enhance Algerian-Italian cooperation in such fields of endeavour as trade exchanges, investment flows and railway transport.

        On the occasion, the Italian trade minister Mrs Bonino told a press conference in Algiers after the signing ceremony, that Algeria remained a very attractive market urging, by the same token, the Italian business leaders to invest more in Algeria in various sectors of economic activity as part of the consolidation of the Algerian-Italian ties of friendship and cooperation.

        Comment


        • #5
          Mardi 5 juin 2007 -- Les relations commerciales aussi bénéfiques soient-elles ne suffisent plus * l’Algérie qui cherche aujourd’hui davantage de relations de partenariat, d’investissement et de transferts de technologies et de savoir-faire. C’est en substance le message qu’a délivré M. Medelci * l’attention de la ministre du Commerce international d’Italie, Mme Emma Bonino, avec laquelle il a procédé * l’inauguration * Alger du premier forum d’affaire algéro-italien.

          Une rencontre qui a regroupé plus d’une centaine d’opérateurs économiques italiens, que M. Medelci a d’ailleurs invités «* saisir les opportunités d’investissement offertes dans tous les domaines par le biais d’investissement direct ou en partenariat».

          Un appel appuyé par Mme Bonino qui a soutenu devant ses compatriotes que «l’Algérie est un pays de grandes potentialités» et que «toutes les conditions sont réunies» pour «approfondir le dialogue entre les deux pays et explorer de nouveaux secteurs».

          Selon elle, «le programme de privatisation engagé par le gouvernement algérien offre de grandes opportunités pour les investisseurs italiens», dont certains ont déj* saisi l’occasion en prenant des participations dans des entreprises publiques algériennes * travers des opérations dont le montant global est estimé * 120 millions d’euros.

          Pour la ministre italienne, l’importante participation * ce forum des chefs d’entreprises de son pays, menés par la Confindustria (confédération des industriels italiens), prouve, si besoin est, que «les entreprises italiennes ont parié sur l’Algérie» et sont déterminées * étendre et * diversifier leur présence en Algérie.

          M. Medelci, qui a insisté pour que les relations entre les deux pays dépassent le simple cadre commercial pour s’inscrire dans un cadre partenarial, a appelé les investisseurs italiens * s’intéresser particulièrement au secteur financier et bancaire en créant des sociétés d’investissement et des sociétés de capital risque.

          Il leur a précisé dans ce cadre que «les banques algériennes sont prêtes * leur tendre la main». Avant lui, le ministre délégué * la Réforme financière, M. Karim Djoudi, avait expliqué que la réforme financière a permis la modernisation de l’activité bancaire et de diversifier les acteurs dans ce secteur, puisque de grandes institutions bancaires européennes, américaines et arabes se sont installées en Algérie.

          De plus, a-t-il souligné, «la rentabilité des banques privées est en hausse de plus de 25 %». M. Djoudi a en outre souligné que «le potentiel d’expertise des banques italiennes peut être profitable au secteur bancaire en Algérie». En attendant des opérations concrètes dans ce secteur, deux accords de partenariat ont été signés hier entre l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements (ANESRIF) et son homologue italienne ITALFERR, d’un côté, et entre l’ANDI et l’Union des industriels et des entrepreneurs de Rome (UIR), de l’autre.

          Le premier accord permettra * l’ANSERIF, créée récemment, «de bénéficier de la connaissance, du savoir-faire et des compétences italiennes pour mener * bien les projets d’investissement du secteur ferroviaire prévus dans le cadre du programme quinquennal 2005-2009», a expliqué le ministre des Transports, M. Mohamed Meghlaoui.

          L’accord porte, notamment, sur «un appui dans le domaine de la gestion, de la formation et de la passation des marchés liés aux travaux d’étude et de maîtrise d’œuvre», a-t-il ajouté. Le second accord vise, quant * lui, * «permettre aux industriels italiens de prendre connaissance du climat des investissements en Algérie * travers, notamment, des échanges d’infirmation et des visites de délégation de part et d’autre».

          Comment


          • #6
            At a June 4th joint press conference, Italian Minister for International Trade Emma Bonino and Algerian Finance Minister Mourad Medelci urged Italian companies to invest and create risk capital companies in Algeria, Algerian press reported. Bonino voiced her country’s determination to conclude a "first-rate" economic partnership with Algeria. The press conference was held on the sidelines of the Italian-Algerian Economic Forum, organised by the Italian Institute of Foreign Trade (ICE), the Italian Banking Association (ABI) and Confidustria. Recent efforts to begin the privatisation process of the banking sector in the Maghreb is also "of great interest to the Italian banks," said ABI chairman Guido Rosa. According to data presented at the forum, the Italian banking sector has allotted more than 500 million euros to fund the import-export and internationalisation initiatives of Italian companies keen on investing or starting activities in Algeria.

            In related news, the Italy's Ferrovie dello Stato (FS) concluded a 16 million-euro deal to assist in the development of Algeria's ambitious 10 billion-euro infrastructural programme over the next five years. The agreement was signed Monday. The project calls for technical assistance in designing new railways, the management of calls for bids and construction.

            Comment


            • #7
              L’Italie renforce son partenariat avec l’Algérie :

              Mercredi 20 juin 2007 -- Le comité technique bilatéral algéro-italien pour les infrastructures a été installé officiellement, hier * Alger, par le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, et le vice-ministre italien des Infrastructures et des Transports, M. Angelo Cabodecasa.

              «Les travaux de ce comité mixte s’articulent autour de plusieurs projets, notamment les infrastructures, les travaux publiques, les ressources en eaux et l’énergie», a précisé le ministre italien, lors d’une conférence de presse qu’il a animée hier au siège de l’ambassade.

              M. Cabodecasa a fait part de son entretien avec le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, M. Noureddine Moussa, pour une éventuelle coopération, notamment la réhabilitation des zones urbaines dégradées et la réhabilitation du vieux bâti ainsi que la gestion des grandes cités.

              Il a assuré, par ailleurs, que son pays propose * l’Algérie des matériaux de construction économiques et bios. «Ces matériaux, a-t-il dit, permettent de réduire la facture énergétique et l’émission de gaz * effet de serre». Le responsable italien a affirmé que son pays, tout comme l’Algérie, fait face au problème du logement, notamment avec le flux migratoire, et prévoit un programme pour endiguer la crise.

              Dans ce cadre, il a invité le ministre algérien de l’Habitat * se rendre en Italie pour apprécier sa politique en matière de l’habitat et de juger si elle pourrait être applicable en Algérie. Dans le domaine des travaux publics, M. Cabodecasa a indiqué que les Italiens se chargeront du suivi et du contrôle des projets en travaux, de la réalisation de ces projets, de la maintenance des ouvrages d’art et de la gestion et l’exploitation des infrastructures, de la gestion du système de paiement ainsi que de la sécurité routière.

              Il a indiqué, * ce propos, qu’un accord est en cours de négociation entre l’Agence nationale des autoroutes (ANA) et l’Agence italienne ANAS pour la formation des cadres algériens de l’ANA et le consulting sur tout ce qui a trait au réseau autoroutier algérien.

              Le ministre a annoncé que des projets d’investissement dans le secteur du transport ferroviaire ont également été conclus entre l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (ANESRIF) et Italferr, filiale de la société de chemins de fer Ferrovie dello Stato.

              Soulignant le développement du partenariat économique entre les deux pays, le ministre a affirmé que le nombre des entreprises italiennes présentes en Algérie est passé * 130 sociétés, contre 90 il y a deux années. Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays était de l’ordre de 9,6 milliards de dollars pour l’année 2006.

              L’Algérie a exporté pour 8 milliards de dollars de gaz, un chiffre qui la classe premier fournisseur de gaz en Italie.

              Comment


              • #8
                Italy earmarks 153,000 euros for water treatment project in Algeria

                June 27, 2007 -- A pilot project in Algeria aimed at reusing purified wastewater in agriculture has been launched under an agreement signed Monday (June 25th) by the Algerian Ministry of Water Resources and representatives of the International Hydrological Programme (IHP) of UNESCO, Liberte reported. The Italian Environment Ministry is contributing 153,000 euros to the project, which concerns the protection of Reghaia Lake (25 kilometres east of Algiers) which is contaminated by industry outside the capital and the water purification plant in Constantine. IHP representative Alice Aureli said that after receiving the results of the feasibility study and the implementation of the project in Algeria, the experience from the reuse of purified water in agriculture could be extended to other Mediterranean countries.

                Comment


                • #9
                  Samedi 30 juin 2007 -- Un don de 1 million d’euros a été effectué par le ministère italien des Affaires étrangères * l’Algérie, dans le cadre du projet de mise * niveau du Centre national de technologie et consulting (CNTC), a indiqué avant-hier un communiqué de l’ambassade d’Italie en Algérie.

                  La réalisation de ce projet a été confiée au groupe italien Soges, en collaboration avec le ministère de l’Industrie. Le projet vise * «renforcer la qualité des services * l’industrie et aux PME-PMI algériennes dans le but d’accroître leur compétitivité sur les marchés, * travers la formation de techniciens, la fourniture d’équipements et la création d’un laboratoire de métrologie», a en outre précisé la même source.

                  Le communiqué ajoute que «grâce * ses capacités accrues, le CNTC s’est vu attribuer la certification ISO 9001 pour l’ensemble de ses activités, par DNV France, ainsi que l’accréditation aux normes ISO/IEC 17.025 pour les pesées métrologiques, lors de la clôture de la cérémonie dans le cadre de la manifestation organisée * l’occasion du lancement du projet.

                  Comment


                  • #10
                    Mercredi 10 Octobre 2007 -- Les échanges commerciaux algéro-italiens ont atteint, au premier semestre de l'année en cours, un montant de 4,3 milliards d'euros, enregistrant ainsi une légère baisse par rapport * la même période de l'année 2006. Mais cela «ne pourrait être considéré que comme une stabilisation d'un résultat qui avait enregistré une croissance record de 37,4% des exportations italiennes sur le marché algérien», lit-on dans un communiqué de l'Institut italien pour le commerce extérieur (ICE) * Alger.

                    Les exportations italiennes vers l'Algérie demeurent dominées par les produits sidérurgiques qui ont connu une croissance durant cette période estimée * 12%, ce qui représente 165 millions d'euros, suivis très largement par les produits énergétiques et les lubrifiants avec un montant de 59 millions d'euros, les produits alimentaires avec 12 millions, les véhicules automobiles qui, après une baisse pour la même période de l'année 2006, enregistrent une hausse de plus de 22%, soit une valeur globale de 15,8 millions d'euros.

                    Contrairement aux importations italiennes, les exportations algériennes vers l'Italie ont enregistré quant * elles «une baisse assez importante durant le premier semestre 2007, elles sont de l'ordre de 3,5 milliards d'euros. En effet, 98,2% des exportations représentent l'achat de gaz naturel et de produits pétroliers», ce qui laisse une marge très infime aux produits hors hydrocarbures. Cette situation a permis d'équilibrer la balance des échanges entre les deux pays. D'après la même source, cette baisse des exportations algériennes vers l'Italie «a permis la baisse du déficit de la balance commerciale italienne qui représente maintenant un montant de 27 milliards [moins 1 milliard par rapport * la période correspondante de l'année 2006]», ajoute la même source.

                    Le développement économique entre les deux pays a tendance * s'élargir puisque, au cours des six premiers mois de l'année en cours, «les entreprises italiennes se sont adjugées un montant de plus de 3,5 milliards d'euros de marchés publics * travers les avis d'appels d'offres internationaux», précise le communiqué. Cette situation a permis l'augmentation du nombre des entreprises italiennes implantées en Algérie qui a atteint 125 contre 80 en 2004. Durant le premier semestre 2007, les deux pays ont assisté * des échanges de visites des délégations d'opérateurs économiques dont certains ont participé * des manifestations économiques dans les deux pays. Pour l'année 2008, le bureau de l'ICE d'Alger diversifiera ses activités, et son programme comprendra des formations, des visites de salons spécialisés en Italie, des délégations d'hommes d'affaires italiens, des participations * des foires et des salons en Algérie.

                    Comment


                    • #11

                      Comment


                      • #12

                        Comment


                        • #13
                          Dimanche 21 Octobre 2007 -- En l’espace de huit mois, les Italiens ont remporté 4 milliards d’euros, soit six milliards de dollars au titre de contrats de partenariat et autres appels d’offres de marché en rapport avec le secteur des travaux publics, l’hydraulique et l’énergie. Les entreprises italiennes semblent avoir été sélectionnées par les autorités pour la qualité de leurs prestations. L’ICE du commerce extérieur rattaché * l’ambassade d’Italie, qui totalise un nombre record d’échanges entre opérateurs des deux pays, n’est pas étranger au “boom” des affaires.

                          Comment


                          • #14
                            Mardi 23 octobre 2007 -- L’Institut italien pour le commerce extérieur (ICE) a organisé, hier, dans le cadre des activités de soutien aux entreprises italiennes, une présentation du Desk italien, créé au sein du groupe BNP Paribas en collaboration avec la filiale BNL, en présence de Samuele Porsia, directeur de ICE Algérie.

                            Le responsable italien de Desk BNL, M. Umberto Discepolo, a indiqué que l'implantation des banques italiennes ne dépend pas uniquement du gouvernement italien mais plutôt de la volonté des institutions bancaires elles-mêmes qui investissent en fonction de la rentabilité et de l'efficacité du marché. Il ajoute que l'objectif est de présenter aux entreprises italiennes le marché algérien afin d'approfondir les opportunités d'investissement dans différents domaines et même dans le domaine bancaire.

                            M. Jérome LE HEC, senior manager KMPG Algérie, a insisté sur la présentation au investisseurs italiens des différentes législations concernant l'investissement et la fiscalité des entreprises afin d'accéder au différents services comme la réglementation des changes, la réévaluation des actifs en exemption d'impôts et aussi la réglementation sur les appels d'offres.

                            Notons que l'ICE vise, * travers son bureau d'Alger, * faciliter et assister les entreprises italiennes désireuses de pénétrer le marché algérien et de s'y installer, et ce, par le biais de divers services d'assistance et de conseil.

                            Plus concrètement, la promotion des échanges algéro-italiens se matérialise par la participation régulière de l'ICE aux salons et aux foires, par la tenue de séminaires/workshops favorisant les rencontres bilatérales d'acteurs économiques des deux pays, et, enfin, par l'organisation de missions d'opérateurs locaux en Italie contribuant de cette manière * faire connaître le produit "made in Italy" et * favoriser tout type de coopération industrielle et technologique, soit par le biais d'opportunités de joint- venture ou de partenariat.

                            A ce titre, et pour la seule année 2006, de nombreuses délégations d'opérateurs algériens ont été invitées par l'ICE pour se rendre aux foires et salons de leurs domaines d'activité, comme par exemple, dans le domaine de la pêche avec le Salon international de la pêche d'Ancône (Rimini), dans le secteur de l'automobile (Mission de Turin), dans le secteur de l'agriculture (Mission en Toscane), dans celui des meubles (Pesaro, Foire de Bari) ou encore dans le secteur des telecommunications par satellite et telemedecine (Salon SATEXPO) pour ne citer que celles-ci...

                            Durant les six premiers mois de l'année en cours, l'Algérie a exporté vers l'Italie pour 3,5 milliards d'euros, en baisse de 21,8% par rapport * la même période de 2006, ajoute l'ICE, en soulignant que le gaz naturel et les produits pétroliers ont représenté 98,2% de ces exportations. La même source indique que les exportations italiennes vers l'Algérie ont, quant * elles, connu un bond record de 37,4%.

                            Comment


                            • #15
                              Mardi 30 Octobre 2007 -- Un sommet intergouvernemental réunira le 14 novembre prochain, * Algero en Sardaigne, Algériens et Italiens en vue de renforcer le dialogue et la coopération bilatérale entre les deux pays. C’est ce qu’a annoncé Umberto Ranieri, président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des députés du Parlement italien, lors d’un point de presse organisé dimanche * l’ambassade d’Italie. “Ce format de rencontres est réservé * un nombre restreint de pays de l’UE”, précisera le représentant italien présent * Alger pour prendre part au séminaire sur la diplomatie parlementaire organisée par l’Assemblée populaire nationale.

                              La coopération bilatérale entre Alger et Rome est pour lui “solide”. “Elle a un caractère très positif” dans différents domaines, économique, énergétique, politique et culturel. “Nous partageons des objectifs communs en Méditerranée”, insistera-t-il soulignant “la très forte solidarité” italienne avec l’Algérie pour la lutte antiterroriste. L’Algérie et l’Italie partagent, selon Umberto Ranieri, des visions communes, notamment pour l’espace méditerranéen, la réforme des Nations unies et du Conseil de sécurité ainsi que pour la question du Sahara occidental. “Il y a la nécessité dans le contexte des résolutions onusiennes de faire tout ce qui est possible pour redynamiser la voie de la négociation et chercher une solution positive * ce problème”, affirmera-t-il.

                              Le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des députés du Parlement italien estime toutefois qu’il faut “consolider la coopération et travailler plus en commun”. Dans le secteur économique, où prévaut un fort intérêt des opérateurs italiens pour l’Algérie, il appelle * “étudier un vrai partenariat dans le domaine de l’énergie, de la PME-PMI, de la privatisation et de la grande stratégie pour la construction de beaucoup d’infrastructures en Algérie”. Le nombre d’entreprises italiennes implantées en Algérie est passé, selon lui, de 80 * 150 en l’espace de 3 ans.

                              Ce nombre pourrait être revu * la hausse. “Il y a de grands intérêts de la part des entreprises italiennes * participer aux efforts de croissance et de développement de l’économie algérienne”. La nécessité serait pour lui de “créer un environnement propice * même de favoriser l’initiative et l’investissement italien”. Pour le député italien, les entreprises de son pays doivent également être “plus courageuses”. “Nous estimons que le gouvernement algérien doit œuvrer de plus en plus pour améliorer les conditions pour attirer les investissements italiens et d’autres pays”.

                              Les contraintes pour lui sont d’ordre administratif tels que les visas long séjour pour les opérateurs désirant prospecter le marché algérien. “Il y a un besoin d’allégement et de simplification des procédures administratives avec une réduction des passages bureaucratiques en matière de conclusion de contrats et de privatisation. Mais ce n’est pas un problème spécifique * l’Algérie. Il se pose partout même en Italie”, dira-t-il. Sur le plan international, le projet d’union méditerranéenne lancé par le président français Nicolas Sarkozy est pour Umberto Ranieri, “intéressant”.

                              Il faut cependant “le vérifier et le préciser”. Il rappellera les engagements de l’Union européenne en la matière. “Il ne faut pas que l’option méditerranéenne soit réduite ou restreinte * quelques pays de l’UE, mais élargie * l’union dans sa globalité avec une plus grande capacité de concrétisation et d’efficacité”, précisera le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des députés du Parlement italien.

                              Comment

                              Working...
                              X