Announcement

Collapse
No announcement yet.

La fermeture des frontières entre l’Algérie et le Maroc, une entrave au développement

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • La fermeture des frontières entre l’Algérie et le Maroc, une entrave au développement

    All the protective measures that were taken by the Moroccan and Algerian authorities to stop infiltration across the closed border between the two countries seemed too weak to put a brake on the desires of the immigrants crossing the border. Crowds of illegal migrants coming from sub-Saharan countries of the Sahel region stormed through the border. It has become understandable that the two neighboring countries are unable to face a global phenomenon such as this, even though its dimensions are sometimes used to raise profound political differences.

    However, and with the list the types of problems that have occurred in the Moroccan-Algerian relations for decades, a new problem will be added to the Sahara conflict files, the problems of compensations payable to the nationals of the two countries in social issues, their stance regarding the foundations of the Maghrebi relations, and the growing arms race. Were it not for the fact that the Moroccan-Algerian border has been closed since the summer of 1994, the attempts of crossing the border by young people from both countries would simply have been considered as a freedom of movement and the removal of boundaries. In any joint border area, there are always joint interests; people marry from the families living around the border, and strict administrative arrangements disappear, as understanding, cooperation and neighborliness prevail. In fact the concept of border economy, which is characterized by openness, flexibility, joint business ventures, benefits from the decentralization to alleviate the burdens shouldered by the State and finding an alternative economic outlet, should focus on the optimal investment of human and sector resources for border areas, which usually suffer from isolation and marginalization.

    The first years of the independence of Morocco and Algeria witnessed a large number of projects and agreements that aimed to improve the situation at the border strip. The railway sector was the more dynamic because of the Rabat-Algiers railway. Other ambitious projects focused on the joint exploitation of metals and the expansion of Port of Nador on the Mediterranean coast to export products of the two countries. At the time, there was a belief that the economic integration would enhance the stance of the two countries in their negotiations with European partners. However, the political differences were more influential than the available opportunities to stabilize economic cooperation that would have been able to withstand the ideological differences. Regardless of the countries' justification for closing the border, the fact is that this border is a meaningless exception, given the prospects of the general orientation in the relations between the two States, or in terms of the calculations of the components of Maghrebi common grounds of religion, language, history and geography. Any talk about prospects of normalization of the relations of the two neighboring countries and the factors of Maghreb unity remain mere ink on paper, unless it is accompanied by a genuine will to open the closed border.

    More than a year ago, positive actions were taken to cancel entry visas to the nationals of the two countries; a step considered the beginning of removing obstacles. In the meantime, economic talks were initiated in economic and business circles in both countries. This economic breakthrough seemed to be able to bring about rapprochement and bridge the gap caused by political differences. This is because it depends on the common interest base. However, this move stopped in the middle of the road, because it needed a political optimistic vision that could push it forward. Trade always involves risks unless it is supported by politics.

    Perhaps the problem in the Moroccan-Algerian crisis is the insistence on ignoring the more evident moves when they are made by businessmen and trade professionals, who face attempts to undermine or obstruct their moves.

    Stronger than most wise voices, which rise from time to time calling for an open border, were the attempts of young Moroccans and Algerians to cross the border, thus giving back dominance to history. Indeed, the border strip was the axes of joint struggle against colonialism, and has never been a barrier to the movement of people, trade or common interests.

    At the time when hopes were pinned on the border to form pockets for consolidating cooperation and cementing relations between the two neighboring countries, it turned into a source of war, mistrust and continued caution, such as the Sand War, which occurred along the Algerian-Moroccan border. The thorniest problems have always been linked to border demarcation. However, there were other global problems, such as the German-French War, that revealed the importance of the common history based on joint borders, where all disputes melt into understanding and neighborliness. Tomorrow, no one will attempt to cross the border when it is no longer prohibited because of strong coexistence, integration and future prospects.

    Closed borders between Morocco and Algeria

  • #2
    La fermeture des frontières entre l’Algérie et le Maroc, une entrave au développement

    Mercredi 27 juin 2007 -- «Nous ne pouvons pas parler de développement, d’intégration régionale et d’échanges entre les pays d’Afrique du Nord, sans avoir des infrastructures dignes de ce nom», a affirmé hier ?* Rabat Karima Ben Soltane, directrice du bureau Afrique du Nord de la Commission économique de l’ONU pour l’Afrique (CEA), citée par des agences de presse.

    Cette déclaration a été faite hier ?* l’ouverture de la 22ème session du Comité intergouvernemental d’experts de la commission de l’ONU pour l’Afrique. Cet organisme représentant les pays de l’Afrique du Nord regroupe, outre l’Egypte et le Soudan, les cinq pays du Maghreb arabe (Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie et Libye). A l’ordre du jour de cette rencontre qui se déroule ?* Rabat depuis hier et jusqu’?* vendredi prochain, l’examen des situations économique et sociale de la région, «les défis des infrastructures en Afrique du Nord, les problèmes de l’eau, les énergies renouvelables, les transports et les technologies de l’information et de la communication», et ce, ?* la lumière des objectifs de développement du millénaire et du Nepad.

    Côté réseau routier dans cette région qui compte 13 292 km de routes transnationales, l’organisme onusien estime que s’il est performant en terme de connectivité et de qualité des infrastructures routières, il connaît cependant un handicap, celui de «la fermeture, depuis 1994, de la frontière entre le Maroc et l’Algérie», outre les problèmes des visas et de dédouanement. Concernant le transport aérien, l’Afrique du Nord avec 44,4 millions de passagers en 2004, représente 42,3 % du trafic passager du continent et 323 922 tonnes de marchandises, soit 23,1% du trafic de fret. L?* aussi, on estime que «les compagnies aériennes d’Afrique du Nord sont majoritairement bien portantes grâce notamment au tourisme, mais elles demeurent de taille limitée».

    Les infrastructures aéroportuaires, elles, sont au nombre de 123 dont 44 internationales, et sont pour la plupart surdimensionnées par rapport au trafic actuel. Quant au réseau ferroviaire, il est jugé «très faible» dans cette région de 10 millions de km2, avec seulement 16 012 km, soit 2,3 km pour 1 000 km2. En matière de transport maritime, les ports nord-africains sont jugés peu compétitifs en terme de rapidité. La première recommandation est déj?* celle d’assurer «des couloirs commerciaux sans barrière via des réseaux routiers intégrés ?* l’échelle de la région, des services ferroviaires compétitifs et homogènes, des infrastructures portuaires efficaces et des espaces aériens et aéroportuaires sécurisés et efficients», assure le rapport d’experts de l’ONU. Sur la question de l’eau, il a été relevé que c’est l?* «le plus grand défi auquel seront confrontés les pays d’Afrique du Nord dans les années ?* venir».

    «La problématique de l’eau est liée non seulement ?* l’augmentation rapide de la demande, mais aussi ?* la manière de gérer les ressources hydriques limitées», soulignent les Nations unies. «L’enjeu est d’autant plus considérable que seuls trois pays, la Mauritanie, le Maroc et l’Algérie, ont encore des marges de mobilisation des ressources en eau de surface. En revanche, tous les pays de la région ont pratiquement mobilisé tout leur potentiel en eau souterraine», rapportent les agences de presse. En matière d’énergie, l’ONU «encourage les pays ?* entreprendre au niveau national des actions vigoureuses et ?* mener une coopération régionale de grande envergure pour lutter contre les gaspillages tout en développant et en déployant des énergies renouvelables».

    Enfin, l’Organisation incite l’Afrique du Nord, en matière de technologies de l’information et de la communication, «?* se doter d’équipements plus sophistiqués permettant la circulation de grand débit, car elle permettra d’améliorer la compétitivité de nombreux secteurs économiques».

    Comment


    • #3
      Jeudi 28 juin 2007 -- Mme Karima Ben Soltane, directrice du bureau Afrique du Nord de la commission économique de l’ONU pour l’Afrique (CEA), a déclaré avant-hier qu’il n’est pas possible de «parler de développement, d’intégration régionale et d’échanges entre les pays d’Afrique du Nord, sans avoir des infrastructures dignes de ce nom.

      Il s’agit d’un préalable surtout dans un contexte de mondialisation», a-t-elle soutenu en procédant ?* l’ouverture ?* Rabat de la 22e réunion d’experts de cet organisme regroupant l’Algérie, la Libye, la Tunisie, le Maroc, la Mauritanie, l’Egypte et le Soudan.

      La fermeture depuis 1994 de la frontière entre le Maroc et l’Algérie ainsi que les problèmes de visas et de dédouanement sont, selon l’ONU, le principal handicap pour l’intégration de cette région, et ce même si le réseau routier nord-africain paraît performant en termes de connectivité et de qualité des infrastructures routières avec 13 292 km de routes transnationales.

      Détaillant les secteurs économiques clés, les experts de l’Organisation relèvent que l’Afrique du Nord, avec plus de 44,4 millions de passagers, représente 42,3 % du trafic passager du continent et, avec 323 922 tonnes de marchandises, 23,1 % du trafic fret.

      «Les compagnies aériennes d’Afrique du Nord sont majoritairement bien portantes grâce notamment au tourisme, mais elles demeurent de taille limitée. En outre, les infrastructures aéroportuaires, qui sont au nombre de 123 dont 44 internationales, sont pour la plupart surdimensionnées par rapport au trafic traité actuellement», note l’ONU, en soulignant, par ailleurs, que le réseau ferroviaire est très faible avec 16 012 km de voies ferrées.

      S’agissant du transport maritime, les ports nord-africains sont peu compétitifs en termes de rapidité, estiment les experts onusiens pour lesquels il est nécessaire que «les pays assurent des couloirs commerciaux sans barrières, grâce ?* des réseaux routiers intégrés ?* l’échelle de la région, des services ferroviaires compétitifs et homogènes, des infrastructures portuaires efficaces et des espaces aériens et aéroportuaires sécurisés et efficients».

      Dans le rapport qu’ils ont élaboré, les experts de l’ONU ont également évoqué la question de l’eau qui sera «le plus grand défi auquel seront confrontés les pays d’Afrique du Nord dans les années ?* venir». Cette problématique est liée non seulement ?* l’augmentation rapide de la demande mais aussi ?* la manière de gérer les ressources hydriques limitées, souligne la même source.

      Avec le Maroc et la Mauritanie, l’Algérie est considérée parmi les seuls pays ayant encore des marges de mobilisation de ressources en eau de surface, alors que tous les autres pays de la région ont pratiquement mobilisé tout leur potentiel en eau souterraine.

      Dans le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication, l’ONU encourage vivement l’Afrique du Nord «?* se doter d’équipements plus sophistiqués permettant la circulation de grand débit, car elle permettra du même coups d’améliorer la compétitivité de nombreux secteurs économiques».

      Enfin, dans le domaine de l’énergie, l’ONU encourage les pays nord-africains ?* entreprendre au niveau national des «actions vigoureuses» et ?* mener une coopération régionale de grande envergure pour lutter contre les gaspillages, tout en développant et déployant des énergies renouvelables.

      Comment


      • #4
        July 16, 2007 -- The Union of Algerian National Exporters called for the establishment of a direct sea line between Ghazaouet Port in Algeria and Nador Port in Morocco to facilitate trade exchange between the two countries. Land borders between the two countries have been closed since 1993. Vice President of the exporter's union Ali-Bey Nasri said that Ghazaouet Port and Nador Port are just two hours apart, and that linking them through a direct sea line would reduce the costs of trade transportation, as compared to the costs of air transport or indirect sea lines through European ports.

        "I think we have to go back to the principle of separation between economy and politics, which was proposed by late King Hassan II in 1993," Nasri told Magharebia. "He decided to leave the solution of the Sahara problem to the UN and to let Morocco and Algeria work together and make progress in building the Arab Maghreb."

        Nasri thinks that political tensions between Morocco and Algeria are not the only reason behind the deadlock in developing the Arab Maghreb Union. "Lack of transparency … is the biggest obstacle in building the Maghreb Customs Union, and it prevented progress in the liberation of trade with Tunisia," he said.

        Comment


        • #5
          OUJDA, Morocco, December 3, 2007 (Reuters) - On the last stretch of Moroccan highway before the Algerian frontier, an end-of-the- world atmosphere appears to confirm the message of travel guides and government officials: the land border to Algeria is shut.

          Spacious roadside cafes once packed with travellers lie empty. Where the road ends, weeds push through wide cracks.

          The only sound is the wind in the trees, the fluttering of Moroccan flags and the heels of two moustachioed border guards as they emerge from their office.

          Their faces hold a look of faint surprise: "Yes, the Algerians are out there somewhere," says one, glancing back beyond a huddle of disused customs buildings.

          "But we never talk to them. We hardly ever see them."

          Rusty barriers and spiked chains crouch as a warning that travellers venture further at their peril.

          But follow one of the beaten tracks over the hilly frontier and a different picture emerges.

          No fences, searchlights or passports here. The way is clear for a steady stream of cars, donkeys and carts that furtively criss-cross no-man's land weighed down with contraband goods.




          Smugglers pay border guards to look the other way as fuel, food, household appliances, rugs, tools and CDs are ferried to and fro in a triumph of everyday necessity over politics.

          The heroes are the "warriors" - beaten-up old Renault and Peugeot cars without number plates, tax discs, insurance or lights that hurtle through the border zone at night, their trunks and back seats laden with Algerian fuel. When border police decide to make arrests, the owners abandon their vehicles and flee.

          Much of the fuel winds up in Beni Drar, a small town near the border city of Oujda that is growing so fast from the profits of contraband that local people call it "Beni Dollar".

          The economics are irrefutable. You get 30 litres of Algerian diesel for 140 Moroccan dirhams ($18.29), compared with around 240 dirhams for the Moroccan version.

          Legal filling stations lie abandoned but the smell of diesel still wafts over Beni Drar. On the road into town, young men point their thumbs to the ground, a sign to passing drivers that bootleg Algerian fuel is for sale.

          A car stops and a vendor dashes into the trees and hauls a plastic 30-litre bottle of pink gasoline from a hole in the ground hidden under leaves and twigs.




          "I make 60 dirhams a day and can feed my family - that's 60 dirhams more than I'd make sitting at home or looking for a job that never comes," said the vendor who asked not to be named.

          Cannabis from Morocco's Rif mountains finds its way to Algeria. In the other direction come "Qarqobi" amphetamine pills which are occasionally found in bags of flour by startled Moroccan bakers, according to local legend.

          The Oujda chamber of commerce said contraband brought in 6 billion dirhams in 2004, but it warned of the risks. Food transport is often unhygienic and there is a dangerous trade in copycat medicines and banned drugs.

          "Contraband helps people live but there are dangers," said chamber of commerce president Driss Houat.

          Wherever prices differ across the border, the smugglers find their market. Algerian newspaper Echourouk reported in October that over 30,000 chickens were being smuggled daily from Morocco in trucks fully equipped with chicken coops.

          Morocco's fertile eastern region makes for cheaper and tastier fruit and vegetables than those available in Algeria.

          Algeria's energy exports allow it to slap more generous subsidies on essential goods like flour, semolina and sugar.

          "Morocco benefits because it doesn't have to spend so much on subsidies for people around Oujda - the Algerians do it for us," said Jelloul Araj, a Moroccan human rights activist.

          Even hoteliers who suffered heavily when the border shut are smiling again as people flock to Oujda's cheap markets.

          "A lot of hotels closed over the years but we survived and we're expanding again," said the owner of one Oujda hotel, asking not to be named as he held out a packet of dates.

          "Have one. They're Algerian contraband - top quality."

          Algeria closed the border 13 years ago after Morocco accused its security forces of involvement in a Marrakesh hotel shooting and imposed visa restrictions.

          Now signs of growing activity by religious militants across the Maghreb are focusing attention on lax border security. On November 22 Algerian newspaper El Khabar reported the arrest of 15 men specialised in smuggling explosives over the frontier.

          Travellers find little to suggest they are entering another country beside scattered military watchposts, and in some places a white line optimistically daubed by the Algerians.

          Sub-Saharan migrants in Morocco awaiting passage to Europe say police often dump them in no-man's land at dead of night.

          A game of migrant ping-pong ensues as they are harried back and forth by gun-toting Algerian and Moroccan border guards before finding their way to makeshift camps.

          Morocco and Algeria are under pressure from the European Union to open the border to stimulate their economies and create much-needed jobs, but that appears unlikely given continued animosity over the Western Sahara dispute.

          In the meantime, people wanting to visit relatives across the frontier must pay traffickers to take them overland by stealth or face a gruelling road trip to Casablanca then a flight to Oran, 150 km from the border.

          Most families in Oujda have relatives across the border. Even Algerian President Abdelaziz Bouteflika has a sister living in Oujda, said rights activist Araj.

          "The political decision to keep the border shut is punishing the inhabitants, both Algerian and Moroccan," said the chamber of commerce's Houat.

          Comment


          • #6

            December 3, 2007 (Reuters) - Morocco's late King Hassan told fellow north African leaders in 1990: "Our aim is to turn the Arab Maghreb into one country with one passport... one identity and a single currency."

            But each step towards unity has proved transient: the Morocco-Algeria frontier remains closed as tensions simmer over Morocco's presence in the disputed Western Sahara.

            Following are key events in relations between regional rivals Morocco and Algeria that affected their common border:

            1844 - A series of battles between French and Moroccan troops lead to the Treaty of Tangier in which Morocco recognises Algeria as part of the French empire with a defined frontier.

            1912 - Morocco becomes a French protectorate under the Treaty of Fez. France shifts border westwards to place more land within its colony Algeria. Morocco regains independence in 1956.

            1963 - A two-month conflict breaks out between Morocco and newly independent Algeria after each side accuses the other of a creeping takeover of desert territory along 1,200-km (750 miles) of frontier. The border is closed.

            1964 - The Organisation of African Unity steps in to settle the dispute, allowing the border to reopen.

            1972 - Algeria and Morocco come to an agreement over their common border but Morocco waits 20 years before ratifying it.

            1976 - The border is closed again after Morocco's "Green March" into Spain's former colony Western Sahara sours relations with Algeria, which supports Saharan independence movement Polisario.

            1988 - Diplomatic relations between Morocco and Algeria resume and the border reopens. Prospects for regional integration appear to be the brightest in many years.

            1994 - Morocco imposes visa restrictions on Algerian nationals after gunmen kill two Spaniards at a Marrakesh hotel. It blames two Moroccan fugitives who had been manipulated in the past by Algerian military security. Algeria shuts the border.

            1999 - Ties appear to improve after the death of Morocco's King Hassan but plans to reopen the border are aborted after a deadly attack by the Algerian Armed Islamic Group (GIA). Algeria says the rear bases for the attack were in Morocco.

            Comment


            • #7

              Samedi 15 Mars 2008 -- L’éventualité d’ouvrir les frontières terrestres entre l’Algérie et le Maroc «est tout ?* fait envisageable», a déclaré le président Bouteflika. «C’est notre souhait, fondé du reste sur des considérations culturelles, sociales et économiques», a-t-il encore affirmé. Les propos du chef de l’Etat dénotent une volonté manifeste de l’Algérie de renouer avec son voisin de l’Ouest. Un souhait exprimé également et ?* maintes reprises, par la partie marocaine.

              Bouteflika ne manquera cependant pas de nuancer son souhait. La réouverture de la frontière est «liée aux conditions qui ont présidé ?* sa fermeture», tient-il ?* préciser. Et d’ajouter: «L’ouverture interviendra lorsque seront levés tous les obstacles qui l’empêchent actuellement.» La fermeture des frontières terrestres entre les deux pays voisins, rappelons-le, a été prise par la partie algérienne en 1995. Une réplique survenue après que les autorités marocaines eurent décidé d’exiger le visa aux ressortissants algériens.

              Le problème de visa a été enterré en 2005, quand le souverain chérifien a procédé ?* l’annulation de visas pour les ressortissants algériens. Quelques mois après, l’Algérie répondra avec un geste similaire. Mais, depuis, les choses sont restées en l’état. D’ailleurs, la même année, 2005, Bouteflika prendra tout le monde de court en lançant que «l’ouverture de la frontière demande plusieurs mois».

              En parlant d’empêchements, Bouteflika faisait allusion, sans l’ombre d’un doute, ?* la crise du Sahara occidentale qui continue d’envenimer les relations bilatérales. C’est une question de décolonisation qui devait être réglée dans le cadre de l’ONU, ne cessent de rappeler les dirigeants algériens. Une position de principe, affirme-t-on en sus, ?* Alger. Du côté de Rabat, cette question est vue comme étant «une affaire algéro-marocaine».

              Une divergence de taille qui a été ?* l’origine du gel du projet de l’Union maghrébine. L’évolution de la position de Bouteflika quant ?* l’ouverture des frontières serait une suite au processus de négociations entre Rabat et le Front Polisario. Le chef de l’Etat l’a d’ailleurs bien indiqué ?* Reuters. «Je suis certain que le Maroc et le Front Polisario n’ont pas encore épuisé toutes les possibilités qu’offrent la négociation et l’avantage de pouvoir se parler directement sans pré-conditions.» Cela avant d’affirmer que «la reprise des hostilités entre le Maroc et le Front Polisario sera une évolution dangereuse et dramatique pour l’ensemble de notre région».

              D’autre part, après avoir relevé des «évolutions remarquables», Bouteflika estimera que les relations algéro-françaises «n’ont pas encore donné leur pleine mesure». Et d’ajouter: «Nos relations recèlent encore de grandes potentialités que nous nous devons d’exploiter.» Pour ce qui est de la coopération économique, il estimera que «les efforts déployés méritent d’être quelque peu réorientés pour les sortir de la logique purement commerciale». Le véritable partenariat est lié étroitement ?* «l’accroissement substantiel du flux d’investissements», atteste-t-il.

              Comment


              • #8

                RABAT, March 20, 2008 (Reuters) - Morocco called on Algeria on Thursday to normalise relations between the North African neighbours and reopen the border closed 14 years ago.

                Rabat's move came two days after Morocco and Algeria-backed Western Sahara's Polisario independence movement ended a fourth round of talks near New York without narrowing differences on Africa's longest-running territorial dispute. Morocco's government regards thawing ties with Algeria as the key to end the deadlock over the dispute with Polisario.

                "The Kingdom of Morocco calls with a brotherly friendship and total sincerity for a normalisation of the bilateral relations and the re-opening of the border between the two countries," said the Foreign Ministry in a statement.

                Algeria closed the border in 1994 after Rabat accused its security forces of involvement in a Marrakesh hotel shooting.

                Morocco took control of most of Western Sahara in 1975 when colonial power Spain withdrew, prompting a guerrilla war for independence that lasted until 1991 when the United Nations brokered a ceasefire and sent in peacekeepers.

                The desert territory of 260,000 on Africa's Atlantic coast holds phosphates, rich fisheries and, potentially, offshore oil.

                Rabat is trying to persuade Polisario to accept its plan for Western Sahara to be an autonomous part of Morocco.

                Polisario proposes a referendum among ethnic Sahrawis that includes an option of independence.

                No state recognizes Morocco's rule over Western Sahara but the U.N. Security Council is divided. Some non-aligned states back Polisario but France and the United States support Morocco.

                Algiers leaders have repeatedly said the border would remain shut until the two governments agreed on a "package of deals" that include a solution to the Western Sahara conflict.

                "The Kingdom of Morocco reiterates its willingness to open a new page in the relations between the two neighbouring countries taking into account their common past and shared destiny," the Moroccan Ministry said.

                International, regional and bilateral circumstances are now different from when Algeria closed the border, it said.

                Morocco has been losing up to $1.0 billion per year in trade and tourism revenue because of the closed border, officials and economists said.

                Comment


                • #9

                  Vendredi 21 Mars 2008 -- Le Maroc a appelé jeudi l'Algérie ?* rouvrir sa frontière terrestre avec le royaume, fermée depuis 1994, et ?* une normalisation des relations entre les deux pays, dans un communiqué publié ?* Rabat.

                  Le "Royaume du Maroc appelle dans l'amitié fraternelle et la sincérité totale ?* une normalisation des rapports bilatéraux et ?* une ouverture de la frontière entre les deux pays", a indiqué le ministère marocain des Affaires étrangères.

                  "Le Royaume du Maroc réitère sa volonté d'ouvrir une page nouvelle dans les relations entre les deux pays voisins tenant compte de leur passé commun et de leur destin partagé", a ajouté le communiqué.

                  Le ministère juge "aujourd'hui largement dépassé" le contexte régional et international de la fermeture par l'Algérie de cette frontière.

                  La frontière terrestre entre les deux pays a été fermée en 1994 ?* la suite d'un attentat islamiste ?* Marrakech que Rabat avait imputé aux services secrets algériens.

                  Rabat avait alors décidé de mettre en place des visas pour les ressortissants algériens en visite au Maroc. Alger, en représailles, avait fermé ses frontières avec le Maroc. Les visas ont été supprimés par le Maroc en 2005 puis par l'Algérie en 2006, mais la frontière est restée fermée.

                  L'appel de Rabat survient après le quatrième cycle des négociations sur le conflit du Sahara occidental entre le Maroc et le Front Polisario sous l'égide de l'ONU, qui n'a pas permis de dégager un accord sur une solution mutuellement consentie.

                  Les différends entre Rabat et Alger bloquent par ailleurs les activités de l'Union du Maghreb arabe qui regroupe également la Libye, la Tunisie et la Mauritanie.

                  Comment


                  • #10
                    Lounes Guemache :


                    Vendredi 21 Mars 2008 -- Dans une nouvelle manœuvre diplomatique dont il a le secret, le Maroc, via un communiqué de son ministère des Affaires étrangères, a appelé, jeudi 20 mars dans la soirée, l'Algérie ?* rouvrir sa frontière terrestre avec le royaume et ?* une normalisation des relations bilatérales. «Le Royaume du Maroc réitère sa volonté d'ouvrir une page nouvelle dans les relations entre les deux pays voisins tenant compte de leur passé commun et de leur destin partagé», explique le communiqué marocain, curieusement publié la veille d'un week-end en Algérie.

                    La frontière terrestre entre les deux pays a été fermée en 1994. La fermeture a été décidée par l'Algérie pour répondre ?* la décision marocaine d'instaurer les visas pour les ressortissants algériens souhaitant se rendre au Maroc. La décision marocaine avait accentué fortement l'isolement de l'Algérie sur la scène internationale. Confrontés ?* un terrorisme aveugle, les Algériens avaient, en effet, avant cette mesure, la possibilité se rendre librement au Maroc pour y passer des vacances et échapper ?* un quotidien très dur. La décision marocaine avait été vécue comme un «lâchage» incompréhensible de la part de nos voisins dans un contexte où l'Algérie avait besoin d'être soutenu.

                    Aujourd'hui, la situation a changé : l'Algérie n'est plus confrontée aux mêmes difficultés qu'en 1994. Bien au contraire : grâce ?* la manne pétrolière, le pays est sorti de la crise et aspire ?* s'imposer comme la seule puissance régionale au Maghreb. Les Algériens ont la possibilité de voyager vers d'autres destinations, y compris l'Europe occidentale.

                    Sur le plan économique, l'Algérie a tout ?* perdre d'une réouverture de sa frontière terrestre avec le Maroc. En 1994, la décision algérienne de fermer la frontière avait aussi été motivée par des considérations financières : les Algériens déboursaient près d'un milliard de dollars par an au Maroc alors que les touristes marocains étaient quasi-absents d'Algérie. De même que près de 30% des produits subventionnés en Algérie – carburants, lait, semoule, huile de table, farine… - se retrouvaient illégalement au Maroc, causant d'importantes pertes ?* l'économie nationale. On le voit bien : l'Algérie n'a rien ?* gagner d'une réouverture de sa frontière avec le Maroc.

                    Enfin, une normalisation entre Alger et Rabat passe inéluctablement par le règlement du conflit au Sahara occidental. L'Algérie pourrait en effet difficilement entretenir des relations normales avec un pays qui occupe un autre pays voisin.

                    Comment


                    • #12

                      Samedi 22 mars 2008 -- Le Maroc appelle ?* la «normalisation» et ?* la réouverture des frontières avec l'Algérie. Faut-il y voir un pur jeu médiatique ou un changement dans la démarche marocaine qui mettait la question du Sahara Occidental au coeur de la relation avec Alger ?

                      Les soupçonneux - ils sont nombreux - chercheront des arrière pensées sournoises ?* cet appel marocain survenu au lendemain de l'échec du dernier round des négociations entre Rabat et le Polisario. Mais le ton du communiqué des Affaires étrangères marocaines, fort courtois, pourrait aussi être le signe d'un changement d'optique, déj?* préconisé par des hommes d'affaires marocains: avancer dans le domaine bilatéral et maghrébin. Le ministère marocain des Affaires étrangères semble en tout cas avoir trouvé une opportunité de le faire dans les récentes déclarations du président Abdelaziz Bouteflika ?* l'agence Reuter. Le Maroc semble l'avoir perçu comme une perche tendue et il s'empresse de la saisir. Sur la question de la réouverture des frontières, Bouteflika avait estimé que cela était «tout ?* fait envisageable» et que c'était un «souhait» mais que cela demeurait tributaire «des conditions liées ?* sa fermeture». La réouverture, avait-il indiqué, interviendra «lorsque seront levés tous les obstacles qui l'empêchent actuellement».

                      Le communiqué du ministère des Affaires étrangères marocain fait clairement référence ?* ces déclarations des «hautes autorités algériennes» et aux conditions de la réouverture énoncées par le chef de l'Etat. De manière plus mystérieuse, le communiqué marocain évoque aussi des déclarations parlant du «préalable du règlement définitif du différend régional» du Sahara Occidental. On ne sait pas ?* quelles déclarations fait référence la diplomatie marocaine, mais les propos de Bouteflika ?* l'agence britannique ne faisaient pas du règlement du différend un «préalable» ?* l'amélioration des relations bilatérales ou ?* la relance de l'UMA. Le fait qu'il fasse le constat d'évidence que le règlement du différend par la négociation soit la seule voie pour la région de s'engager sur la «voie de l'intégration» peut difficilement être perçu comme tel. Le plus curieux est que ce «préalable» du Sahara Occidental a été pendant toutes ces dernières années et de manière permanente celui de la diplomatie marocaine. Alger a longtemps défendu l'idée que le conflit du Sahara Occidental relève de l'Onu et qu'il ne doit pas interférer sur les relations bilatérales ou sur le processus maghrébin. Rabat de son côté estimait qu'elle ne peut se permettre de laisser de côté une «question nationale vitale».

                      Sortir d'un linkage stérile

                      Le Maroc aurait-il changé sur cette question, ne fait-il plus de la question du Sahara Occidental le problème central de ses rapports avec l'Algérie ? On pourrait le penser puisque les «précisions et appréciations» du Maroc ne s'étendent guère sur ce «préalable» pour focaliser sur la question des frontières et les objections algériennes ?* sa réouverture. Le premier constat est que la fermeture de la frontière a été décidée par l'Algérie de «manière unilatérale» en 1994 dans un «contexte international, régional et bilatéral aujourd'hui largement dépassé». Indéniablement le contexte a changé. La fermeture des frontières n'était pas une réponse de simple réciprocité (le Maroc avait imposé le visa aux Algériens), elle était une riposte ?* l'accusation - jugée infamante par Alger - contre les services algériens d'avoir fomenté les attentats de Marrakech. On ne peut dire qu'?* ce jour les responsables marocains aient fait amende honorable. Mais il est vrai qu'il y a eu, avec la succession, un changement de personnel au Maroc. Le contexte international a également changé mais il est devenu moins défavorable ?* Alger par rapport ?* 1994. Le Maroc a pris la décision de supprimer les visas qu'il avait pris l'initiative d'imposer et cela a fait l'objet d'une mesure de réciprocité par la partie algérienne. Néanmoins la partie algérienne n'a pas rouvert les frontières en invoquant des questions sécuritaires ?* résoudre.

                      Canaliser les flux clandestins

                      On peut supposer que la persistance marocaine ?* ne pas séparer la question du Sahara Occidental des relations bilatérales aura largement incité Alger ?* ne pas se presser ?* rouvrir les frontières. Certains responsables algériens estiment d'ailleurs que l'Algérie n'a rien ?* gagner au niveau économique ?* la réouverture des frontières. L'argument est très discutable même s'il est évident que le Maroc ne peut que profiter d'un afflux des touristes algériens. Les Marocains connaissent l'importance économique de l'ouverture des frontières mais ils ont fait un choix diplomatique de linkage entre les relations bilatérales et le conflit du Sahara qui les desservait.

                      L'appel lancé jeudi, intervenant après l'échec du dernier round de négociations avec le Polisario, s'il n'est pas ?* un simple usage médiatique, pourrait être le signe d'un changement de démarche du côté marocain. Celle qui consiste ?* accepter de déconnecter la question du Sahara Occidental des relations bilatérales comme le proposait Alger depuis des années. L'appel ?* ouvrir «une page nouvelle dans les relations» et ?* la «normalisation» tend ?* l'indiquer. Et de manière très subtile, le communiqué répond ?* certaines objections algériennes: la réouverture des frontières non seulement répondra aux souhaits des populations frontalières et des familles coupées de part et d'autre, mais elle permettra de «canaliser les flux des marchandises qui font aujourd'hui l'objet de mouvements illicites et de trafics notoires».

                      Comment


                      • #13

                        Samedi 22 Mars 2008 -- Le ministre algérien de l'Intérieur Yazid Zerhouni a lié samedi la réouverture de la frontière entre l'Algérie et le Maroc ?* "une approche globale" de l'avenir du Maghreb, dans une déclaration ?* l'agence algérienne APS.

                        "Le problème de la circulation (des biens et des personnes) aux frontières (entre l'Algérie et le Maroc) ne peut être dissocié d'une approche globale de ce que nous voulons faire de notre Maghreb", a déclaré M. Zerhouni, en réponse ?* une demande marocaine d'ouvrir les frontières entre l'Algérie et le Maroc.

                        Ces frontières avaient été fermées en 1994 ?* la suite d'un attentat islamiste ?* Marrakech, que Rabat avait imputé aux services secrets algériens.

                        Rabat avait instauré le visa pour les Algériens et Alger avait pris une mesure réciproque. Les visas ont été supprimés en 2005 par le Maroc et en 2006 par l'Algérie mais la frontière est restée fermée.

                        M. Zerhouni a rappelé que l'initiative de la fermeture des frontières ne revenait pas ?* l'Algérie et a souligné que les citoyens maghrébins "étaient pour une démarche unitaire, cohérente et complémentaire".

                        "Il ne s'agit pas de construire un Maghreb où les uns gagnent et les autres perdent. Le Maghreb ne se limite pas seulement au Maroc et ?* l'Algérie. Il faut que tous les peuples qui se trouvent dans cet ensemble trouvent leur place", a-t-il dit.

                        M. Zerhouni faisait ainsi allusion au conflit du Sahara occidental opposant le Maroc au mouvement indépendantiste du Front Polisario.

                        L'Algérie soutient la demande du Polisario en faveur d'un référendum d'autodétermination qui devrait décider de l'avenir de ce territoire annexé par le Maroc en 1975.

                        L'Union du Maghreb Arabe (UMA - Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye) est en panne depuis 1994 en raison de divergences entre Alger et Rabat sur le Sahara occidental.

                        Comment


                        • #14

                          ALGIERS, March 22, 2008 (Reuters) - Algeria dismissed on Saturday a call by neighbour Morocco to reopen the land border after a 14-year closure, reiterating that the move should be part of an overall deal to improve long uneasy ties.

                          Algeria close the frontier in 1994 after Morocco imposed visa requirements for Algerian nationals amid security tensions between the two countries of the north African Maghreb region.

                          Algerian leaders have repeatedly said the border would remain shut until the two governments agree on a "pacakge of deals" that include a solution to the Western Sahara conflict.

                          Algerian Interior Minister Noureddine Yazid Zerhouni told the state APS news agency: "The problem of frontier movement cannot be disassociated from a global approach to what we want to do in the Maghreb."

                          "It's not a question of building a Maghreb where some win and others lose. The Maghreb is not limited to Morocco and Algeria. All the peoples who find themselves in this group should have their place."

                          North African people "are for a measure that is unitary, coherent and complementary."

                          The Moroccan foreign ministry invited Algeria on Thursday to normalise links and reopen the border, say it was willing to open a new page in relations.

                          The closure is a big barrier to commerce across the Maghreb region of 80 million people from Mauritania to Libya. Morocco has been losing up to $1.0 billion per year in trade and tourism revenue because of the closure, officials and economists said.

                          Diplomats in Rabat say the rare Moroccan call to Algiers was part of a bid to try to end the deadlock over its dispute with the Polisario Front independence movement in Western Sahara.

                          Morocco took control of most of Western Sahara in 1975 when colonial power Spain withdrew, prompting a guerrilla war for independence that lasted until 1991 when the United Nations brokered a cease-fire and sent in peacekeepers.

                          The desert territory of 260,000 on Africa's Atlantic coast holds phosphates, rich fisheries and potentially offshore oil.

                          Rabat is trying to persuade Polisario to accept its plan for Western Sahara to be an autonomous part of Morocco.

                          Polisario proposes a referendum among ethnic Sahrawis that includes an option of independence.

                          Comment


                          • #15
                            Nassima Oulebsir :


                            Dimanche 23 Mars 2008 -- La première réaction officielle de l’Algérie quant ?* la demande du royaume du Maroc portant sur la réouverture de la frontière émane du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales. M. Nourdine Yazid Zerhouni a affirmé que cette demande ne peut être examinée ni même traitée séparément des autres dossiers en suspens entre les deux pays qui entrent dans le cadre d’une vision globale du Grand Maghreb.

                            Le ministre de l’Intérieur, qui intervenait en marge d’une séance de formation destinée aux P/APC tenue hier ?* Alger, a également insisté sur le fait que l’Algérie est parfaitement attaché ?* l’édification du Grand Maghreb. «Il ne s’agit pas de construire un Maghreb où les uns gagnent et les autres perdent. Le Maghreb ne se limite pas seulement au Maroc et ?* l’Algérie. Il faut que tous les peuples qui se trouvent dans cet ensemble trouvent leur place», a indiqué M. Zerhouni tout en affirmant que les «citoyens maghrébins ont pour ambition de voir cela se concrétiser».

                            Pour le ministre, le problème de la circulation des personnes et des biens aux frontières «ne peut être dissocié d’une approche globale de ce que nous voulons faire de notre Maghreb». Les citoyens maghrébins sont pour une démarche unitaire, cohérente et complémentaire, a-t-il précisé avant d’ajouter qu’il faut absolument voir quels sont les mécanismes les plus appropriés dans ce sens.

                            Est-il donc facile pour l’Algérie d’entretenir des relations normales avec un pays qui continue de mener des campagnes de diffamation sur la question du Sahara occidental ? La réouverture de la frontière algéro-marocaine est une affaire isolée et doit impérativement être posée dans un cadre général, a indiqué le ministre. Il a indiqué que également que la réouverture de la frontière terrestre est l’un des facteurs importants qui contribuent ?* la consécration des aspirations des peuples maghrébins et c’est dans cette optique précise que la question devrait être posée.

                            De nombreux observateurs ont estimé que la demande marocaine ne dépasse pas le stade d’une déclaration destinée aux médias. Dès lors que les relations et les dossiers concernant les deux pays sont codifiés par des conventions, des commissions mixtes et des sous-commissions spécialisées, ce type de demande ne devrait pas être suivie d’effet. Car la normalisation entre Alger et Rabat, ?* laquelle appelle le royaume du Maroc, ne semble pas tenir compte des règles et usages en vigueur dans les relations diplomatiques entre les deux pays, notent encore les observateurs.

                            Pour rappel, le Maroc a appelé l’Algérie, jeudi dernier ?* travers un communiqué de son ministère des Affaires étrangères, ?* rouvrir sa frontière terrestre et ?* œuvrer pour «une normalisation des relations bilatérales». «Le royaume du Maroc réitère sa volonté d’ouvrir une nouvelle page dans les relations entre les deux pays voisins tenant compte de leur passé commun et de leur destin partagé», peut-on lire dans le communiqué marocain.

                            Depuis quatorze ans la frontière terrestre est fermée, suite ?* la décision marocaine d’instaurer le visa pour les Algériens au lendemain d’un attentat ?* la bombe ayant visé un hôtel dans la ville de Casablanca. Rabat avait accusé l’Algérie d’avoir commandité l’attentat.

                            Comment

                            Working...
                            X