Announcement

Collapse
No announcement yet.

Le marché algérien du ciment :

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Le marché algérien du ciment :

    MILAN (AFX) - Buzzi Unicem SpA said it is acquiring a 35% stake in Algeria cement company Hadjar Soud for 58 million euro and a similar stake in Sur El Ghoziane for 52 million.

    Buzzi Unicem said it is acquiring the stakes after winning the privatisation contest organised by the Algerian state, adding that the acquisitions are subject to agreements on governance for the firms.

    'Buzzi Unicem will have responsibility for managing the two production units in addition to having representatives in the governing bodies of the companies,' it said in a statement.

    'The combined production capacity is more than 2 million tonnes a year, with a good profitability and an EBITDA margin of more than 30% of sales,' it said.

    Buzzi Unicem will finance the deals via its own resources and by taking on debt, it said.

    Hadjar Soud is based in the east of Algeria, near the city of Annaba, while Sur El Ghozian is 130 km south of Algiers.

    >>>Source<<<

  • #2
    Four investors compete for a cement project at Djelfa

    Reliable sources inform El Khabar of four investors competing to obtain a transaction of a grey cement factory project in Ain El Bell, Djelfa. The four investors are from Saudi Arabia, Iran, Egypt and an Algerian-Iranian joint venture.

    According to the technical data sheet, the factory is supposed to produce 1.5 tons of grey cement a year and for the cost of $200 million.

    Saudi sources said earlier that president of the Cement Arab Union Prince Sultan Bin Mohamed Bin Saud El Kebir sought to set up a joint Saudi Algerian Factory to produce cement in the Algerian high plateaus. 90% of its shares will belong to the Saudis and only 10% for Algerians.

    Furthermore, Iranians are also interested in this project. Managing Director of the Iranian Trade Centre in Algiers Mehdi Abdi revealed, early this month, that there are some negotiations underway about common projects in cement and building sector. He underscored that the Iranian Offers are definitely serious, as Iranian businessmen and investors are seeking to expand their business in the Algerian market. The same source estimates the Iranian’s offer is about 200 € to achieve a cement factory project in Ain El Bell.

    Bringing the factory into completion will be by early 2008. It will provide nearly 500 job opportunities and a production of 1.5 million tons of cement to help raise the national production of more than 16 million tons yearly.
    It should be noted that Algeria’s imports of cement is estimated to $ 40 million a year. It is expected to decrease to $12 million next year with an increase in the global production. Algeria needs approximately 15 million tons of cement yearly to achieve the project of million and two hundred thousand houses and flats adopted by President Bouteflika as part of the development and economic revival program, which is allocated $80 billion.

    Four investors compete for a cement project at Djelfa

    Comment


    • #3
      $600 million Emirates grey cement factory for Algeria



      Second Vice-Director at Emirates Union Cement Company Abdullah Alsayah has signed a deal with the Algerian Government to set up a new cement factory in Algeria. The deal is signed as part of direct investment and with a global cost of $600 million.

      Alsayah confirmed that the annual productivity power of the factory will be in the limit of 2.5 to 3 million tons of grey cement. He explained that the Emirates Company is committed to produce high quality cement complying with ecological standards. He said that the high plateaus area has been chosen for the factory. The global production should meet the needs of the local market and the surplus should be exported in a second step.

      Alsayah indicated that Algerian authorities have facilitated the work for Algerian and Arab investors equally. They gave legal guarantees as regards the freedom of capital and profit transfers. The investment will be profitable as the cement market is a promising market. The presence of Alsayah in Algeria coincides with the planned submission for an investment from the Algerian Emirates Group chaired by Nadjib Nacer.

      The plan aims at investing a considerable amount of money of $ 25 or 30 billion in important tourism and real estate projects. To obtain authorisations for such projects, the Group requested meeting Prime Minister Abdelaziz Belkhadem who received them Tuesday and promised to provide all the opportunities and information needed.

      Reliable sources informed El Khabar that “the statements of the Algerian Emirates Group provoked the indignation of a number of member Emirates businessmen and those who wished to join the Group.

      $600 million Emirates grey cement factory for Algeria

      Comment


      • #4
        RAS AL KHAIMAH — The Union Cement Company (UCC) denied reports carried by some local newspapers yesterday that it had sealed a $200 million deal with the Algerian government to set up a cement factory in the North African country.

        "The plan is still under study and we have not reached a final agreement with the Algerian authorities in this regard," said Abdullah Mohammed Saeed Al Syyah, Deputy Chairman of the UCC Board of Directors, in a statement.

        Al Syyah thanked the Algerian authorities for their warm response to the plan. "They were very enthusiastic and promised to extend all kinds of support to the new project, but I want to stress here that no final agreement has been reached and the whole issue is under discussion," he said.

        Media reports said that the new factory would be set up to meet the rising demand for cement in the Algerian market.

        UCC was founded in 1972 as a joint venture between the governments of RAK and Abu Dhabi. The UCC has been awarded the ISO 9000 and 14,000 certifications.

        The company has recently struck a Dh 500 million deal with the China Building Material Equipment Corporation (CBMEC) for setting up a new clinkerisation facility on the UCC premises in Khor Khuwair.

        UCC denies sealing deal with Algeria

        Comment


        • #5
          Italy's Buzzi purchases 35% of shares of Azaba and Sour Elghozlane cement factories



          Italian Group Buzzi revealed it is expecting to invest 15 million Euros in Azaba and Sour Elghozlane complexes. It has purchased 35% of the shares of the cement factories with the view of redeveloping them. The Italian Group is expected to launch modernisation and redevelopment projects, which are due after the deal adoption by the Participations of the State. The operation comes as part of the privatisation process by the opening up of Algerian cement factories’ capital.

          The company will take charge of the management of both complexes. Its officials will be present in the board of directors and in the managing staff. The complexes’ global production capacity stands at over 2 million tons with a good productivity rate, according to the communiqué of the Italian Group.
          The Italian Group presented, in return for the 35% of the shares, 58 million Euros for the Azaba Factory and 52 million Euros for Sour Elghozlane.

          In the same context, the company considered, according to financial official Pedro Buzzi, that the Algerian complexes need 15 million Euros of investment to be redeveloped and modernised. He believes it is a promising project. Sour Elghozlane complex will need 5 million Euros whereas for Azaba complex 10 million are needed for the next two years. To recall, Sour Elghozlane Complex raised the productivity rate to 28% between 2002 and 2005.

          Italy's Buzzi purchases 35% of shares of Azaba and Sour Elghozlane cement factories

          Comment


          • #6
            Orascom to open white cement factory in April 2007

            An official of Seba Company, an Egyptian Orascom subsidiary, in charge of achieving a white and grey cement factory in Mascara Wilaya, said that the white cement factory will start production next April with a power of 550,000 tons a year. The executives of the company which has dedicated more than $520 million to achieve the project indicated that the project works, which started in October 2005, has allocated an amount of $128.4 million with an initial time limit of 20 months and a number reaching for the time being 550 workers and expected to increase at the start to production. The cement complex is expected to produce 2.5 million tons a year. Currently it has created 2,680 direct and indirect jobs expected to go up to 3,500 jobs, among which some are destined to go to Egyptians by next January. As soon as the production starts 8000 direct and indirect jobs are to be created.

            Egyptian Orascom and its two subsidiaries in Mssila and Mascara have 30% of Algeria’s production of grey cement, i.e. 6 million tons yearly. Orascom has in fact monopolised the white cement production by its new complex.

            Orascom to open white cement factory in April

            Comment


            • #7
              Le marché algérien du ciment :


              Il est prévu que la fin de l’opération de privatisation partielle de quatre usines de ciment intervienne lors du second semestre de l’année en cours. Cette opération ira * l’avantage des compagnies Européennes et Egyptiennes qui obtiennent la gestion.

              Les quatre usines concernées par la privatisation sont en premier lieu l’usine de Zahana * l’ouest, d’une capacité productive qui va de un * 1.2 million de tonnes, contrat décroché par une compagnie Egyptienne, la seconde et troisième usine se situent respectivement * Bouira et * Skikda, dotées d’une capacité d’un million de tonnes et de 900 mille tonnes, la compagnie Italienne « Bozi » a réussi * obtenir 30% des deux usines.

              La quatrième usine partiellement privatisée est celle de Meftah * Blida, d’une capacité d’un million de tonnes, dont la gestion sera assurée par le groupe Français « Lafarge ».

              Il est attendu que la compagnie Egyptienne de ciment réalise l’usine de Djelfa en parallèle avec l’usine de ciment blanc d’Orascom, la nouvelle usine de Djelfa aura une capacité de production de 3 millions de tonnes.

              Comment


              • #8
                Orascom Construction Industries acquires 60% stake in Samba SPA

                Cairo, Egypt - 16 May 2007: Orascom Construction Industries announced that it has acquired a 60% stake in Samba SPA, the largest aggregates producer in Algeria, for a total sum of US$ 8 million. Samba owns and operates a crushed stone quarry which is located in Blida, only 40km from the capital Algiers. Samba controls a total of 60 million tonnes of crushed stone reserves and has a quarrying capacity of approximately 1 million tonnes of aggregates per year. OCI intends to increase the production capacity of their existing plant and equipment up to 5,000 tonnes per day which will double their annual output to 2 million tonnes of aggregates per year through additional investments.

                OCI Chief Executive Officer Nassef Sawiris commented: "The acquisition of Samba solidifies our presence as an integrated manufacturer in Algeria. OCI will continue to build up its aggregates and ready-mix operations in core markets in order to enhance the distribution reach for its cement products and to compliment the development of the construction markets in high growth emerging markets which are increasingly demanding ready-mix concrete."

                About Orascom Construction Industries' aggregates and ready-mix operations

                OCI currently produces and distributes aggregates and ready-mixed concrete primarily in Spain, Egypt and Algeria.

                OCI has a 50% stake in Grupo GLA (GLA), the largest independent aggregates and ready-mix concrete producer in Spain. GLA has aggregates and ready-mix concrete operations throughout Spain with market leading positions in Madrid and Valencia. GLA has an annual quarrying capacity of 5 million tonnes of aggregates with more than 240 million tonnes of reserves spread over 11 quarries. GLA has an annual production capacity of 3.5 million cubic meters of ready-mix concrete and is currently constructing a grinding plant south of Madrid capable of producing 600 thousand tonnes of cement annually. GLA also owns 59% of Cementos La Parrilla (CLP) which operates a grinding plant capable producing 1.2 million tonnes of cement annually located near the city of Valladolid, northwest of the capital city Madrid. Together, GLA and CLP will have 1.8 million tonnes of cement grinding capacity located both north and south of Madrid.


                OCI Aggregates & ready-mix operations

                Ready-mix Egypt (RME) is one of the largest aggregates and ready-mix companies in Egypt. During 2006, RME sold 0.5 million cubic meters of concrete and 0.5 million tonnes of aggregates. RME operates 3 sand and gravel quarries and also operates 9 mobile batch plants and 41 concrete truck mixers.

                Ready-mix Algeria (RMA) is one of the largest aggregates and ready-mix companies in Algeria. RMA works closely with the sales team at Algerian Cement Company, an OCI subsidiary, to provide customers with high quality and timely ready-mix products. During 2006, RMA acquired rights to operate 5 aggregates quarries with ample reserves and also purchased 30 concrete truck mixers, 6 mobile pumps, 4 concrete tracing booms, 2 stationary pumps and 8 batch plants.

                In October 2006, the BESIX Group announced the acquisition of Socogetra which has 60 years of experience in the road construction industry and is a producer of aggregates, ready-mix concrete and asphalt. Socogetra has an annual production capacity of 1.1 million tonnes of aggregates including a limestone quarry capable of producing 700,000 tonnes annually which is owned in joint venture with Lafarge. OCI owns 50% of the BESIX Group.


                Comment


                • #9
                  Samedi 19 mai 2007 -- Le groupe égyptien Orascom Construction Industries (OCI) est désormais actionnaire majoritaire de la société algérienne Samba SPA, spécialisée dans la production d’agrégats. Dans un communiqué rendu public avant-hier, OCI affirme qu’il a acquis 60 % du capital de Samba, le plus important producteur d’agrégats en Algérie, moyennant un montant de 8 millions de dollars.

                  Samba, située dans la région de Blida, possède des capacités d’extraction d’environ un million de tonnes d’agrégats par jour, précise le communiqué. Avec les investissements additionnels qu’il prévoit d’injecter, OCI compte accroître les capacités de production des unités existantes de la société algérienne et de leurs équipements de quelque 5 000 tonnes par jour afin de doubler la capacité globale de production de 1 * 2 millions de tonnes d’agrégats par jour.

                  Le directeur exécutif d’OCI, M. Nassef Sawiris, a commenté cette transaction en affirmant que «cette acquisition renforce la position d’OCI sur le marché algérien, en vue d’améliorer la distribution de ses produits et de contribuer au développement du marché de la construction, en forte croissance des les pays émergeants, de plus en plus demandeurs de matériaux».

                  OCI est présente en Algérie depuis plusieurs années * travers sa filiale (* 100 %) de production de ciment ACC, mais aussi dans des opérations directes. Ainsi, elle a récemment signé avec la société nationale des hydrocarbures Sonatrach un accord dans le cadre du projet de complexe d’ammoniac d’Arzew.

                  L’accord prévoit la création de deux sociétés conjointes dont l’une sera chargée de la réalisation et de l’exploitation du futur complexe et l’autre de l’exportation des produits finis.

                  Comment


                  • #10
                    Egypt’s Asec to build cement factory in Algeria

                    July 1, 2007 -- The Egyptian company Asec will sign an agreement for the construction of a cement producing plant in Djelfa on Monday (July 2nd), local press reported. Asec plans to set up a subsidiary called Asec Algerie to carry out the project under Algerian law. Government programmes to construct one million housing units and the East-West motorway have increased demand for cement throughout Algeria. Asec is the second Egyptian company after Orascom to invest in the cement producing sector in Algeria. The company has undertaken similar projects in the country, namely in Zehana.

                    Comment


                    • #11
                      Le marché algérien du ciment intéresse les Européens

                      Lundi 2 juillet 2007 -- Le gouvernement algérien a opté depuis déj* quelques années pour la privatisation des entreprises publiques. Hélas, cette solution n'a pas été fructueuse malgré les facilitations accordées par l'Etat aux futurs repreneurs des firmes algériennes. Face * cette situation, les spécialistes de la question ont apporté plusieurs explications * ce «phénomène» qui a tendance * reculer.

                      Cette expérience a permis * l'Algérie de revoir son offre. Pour certains secteurs stratégiques, elle est plus alléchante. Ils proposent la formule de partenariat avec l'ouverture du capital de certaines entreprises stratégiques. Ainsi, un avis d'appel d'offres national et international a été lancé pour la prise de participation, qui varie entre 10 et 30%, dans le capital des 12 cimenteries implantées * travers le territoire national.

                      Cette «nouvelle» option a fait bouger les choses : la Société de gestion des participations industrie des ciments (SGP/GICA) a dernièrement signé la cession d'actifs de la cimenterie de Djelfa pour le groupe égyptien «Asec Ciment Holding» contre un investissement de 413 millions de dollars. Ce n'est que le début pour le secteur du ciment qui a enregistré durant ces derniers mois un mouvement hors du commun.

                      Bon connaisseur du marché algérien du ciment, le groupe français «Lafarge» est implanté en Algérie depuis 1866 où il devient le premier producteur de ciment Portland. Il s'installe également au Maroc et en Tunisie. «Lafarge» poursuit ses acquisitions en métropole. Avec un quart du marché national, il apparaît comme le premier cimentier de l'Hexagone. Aujourd'hui, avec un chiffre d'affaires de 17 milliards d'euros, le leader mondial des matériaux de construction emploie 71 000 collaborateurs dans 70 pays.

                      Conscient de l'importance de la demande mondiale en matière de ciment, notamment celle des marchés en croissance, qui avoisine les 70%, le nouveau président du groupe «Lafarge», M. Bruno Lafont, a mis en place un nouveau plan stratégique, «Excellence 2008», prévoyant ainsi de réduire les coûts de 400 millions d'euros d'ici * 2008, de dégager 1,5 milliard de capacités d'autofinancement supplémentaires sur trois ans et de revoir * la hausse les objectifs de croissance.

                      En somme, ce leader mondial, ancien propriétaire de la cimenterie de Raïs Hamidou, connue pendant la période coloniale sous le nom de «Société nord-africaine des ciments Lafarge», est actuellement en négociation pour l'acquisition des actions dans le capital de la cimenterie de Meftah, a-t-on appris du groupe ERCC (Société des ciments de la Mitidja). D'après M. Nadi, chargé de la communication auprès dudit groupe, «les négociations avec le groupe français Lafarge ont atteint un stade très avancé».

                      L'acquéreur de la cimenterie de Meftah qui tourne actuellement * près de 80% de ses capacités doit, une fois l'accord de partenariat signé, investir, maintenir l'emploi et augmenter le capital. D'après les chiffres avancés par l'ERCC, la cimenterie de Meftah a produit en 2006 quelque 750 377 tonnes, alors que sa capacité annuelle de production est de l'ordre d'un million de tonnes. Notons, enfin, que la plus ancienne cimenterie d'Algérie, * savoir celle de Raïs Hamidou, connue sous le nom de «la vieille marmite», n'a pas trouvé preneur.

                      Après l'acquisition des actifs de la cimenterie de Djelfa, le groupe égyptien «Asec Ciment Holding» négocie actuellement pour la prise de participation dans le capital de la cimenterie de Zahana, * 80 kilomètres de Mascara. D'après les informations en notre possession, les négociations sont actuellement en phase finale, le groupe égyptien n'attendant que la validation de l'opération de cession d'une partie de son capital par le CPE (Conseil des participations de l'Etat) présidé par le chef du gouvernement, M. Abdelaziz Belkhadem.

                      S'étalant sur une superficie de 31 hectares, la cimenterie Zahana, dont la capacité annuelle de production est de 1,2 million de tonnes, n'a produit en 2006 que 780 119 tonnes, enregistrant ainsi une légère baisse par rapport * l'exercice 2005 (833 098 tonnes). Toujours dans le cadre de l'ouverture du capital, celle de la cimenterie de Beni Saf est en négociation avec un groupe saoudien «Pharaon».

                      Le groupe italien Buzzi-Unicem est en négociation pour le rachat de 30% du capital des cimenteries de Hadjr Soud et de Sour El Ghozlane. Ces deux nouvelles acquisitions, une fois validées, permettront d'augmenter les échanges commerciaux entre les deux pays, actuellement de l'ordre de 1,8 milliard de dollars. Le solde de la balance commerciale est de 7,1 milliards de dollars au profit de l'Algérie. Les entreprises italiennes présentes en Algérie sont au nombre de 125, aujourd'hui, contre 85 en 2006, soit une augmentation de plus de 50%, ce qui permet aux investissements directs italiens en Algérie de passer * 50 millions d'euros en 2006.

                      Ces investissements atteindront 120 millions d'euros dans le cadre des privatisations. Le Conseil des participations de l'Etat (CPE) a décidé de fermer l'usine d'amiante de Meftah qui assure pas moins de 506 emplois directs. Cette décision n'étant pas encore appliquée, les travailleurs négocient pour le maintien de son activité.

                      Comment


                      • #12

                        Comment


                        • #13

                          Comment


                          • #14
                            Dimanche 19 aout 2007 -- Selon des entrepreneurs, le prix du sac de 50 kg de ciment gris a enregistré, durant les deux dernières semaines, plusieurs augmentations (520, 550, 580) pour atteindre aujourd’hui les 600 dinars. Pour les chefs de chantiers que nous avons rencontrés, la crise du ciment pourrait s’expliquer par l’arrêt technique des cimenteries de l’Est.

                            Aussi, les particuliers arrêtent leur construction alors que les entreprises en charge de la réalisation de projets publics, notamment au niveau des deux villes nouvelles Ali-Mendjli et Massinissa, préfèrent ralentir la cadence en attendant des jours meilleurs.

                            Contactés, des responsables du groupe Entreprise régionale des ciments de l’Est (ERCE) et ceux de la cimenterie de Hamma Bouziane de Constantine démentent que l’arrêt technique de leurs unités sont responsables de la hausse du prix du sac de ciment.

                            D’après nos interlocuteurs, l’arrêt technique de la cimenterie de Hamma ou veulent bien le faire croire des quatre autres, Aïn Touta, Hadjar Soud, Aïn Kebira et Tébessa, est cyclique et obéit * un programme préétabli. «Il ne s’agit donc pas de pannes, comme certains le prétendent.

                            Ces arrêts permettent aux équipes techniques d’effectuer les opérations de maintenance et de dépoussiérage au niveau de toute la chaîne de production.» Ils ajoutent que ces différentes opérations n’affectent aucunement la production du ciment, qui est toujours * hauteur de 4 352 000 tonnes/an, dont 900 000 tonnes produites par la cimenterie de Hamma Bouziane.

                            «Les clients habituels, privés ou publics, sont approvisionnés de manière régulière, et tout au long de l’année, y compris en cette période de congé», affirment nos interlocuteurs. Donc, s’il y a déséquilibre au niveau du marché du ciment * l’est du pays ou * Constantine, il n’est, de l’avis des dirigeants de l’ERCE, que l’œuvre de spéculateurs qui «ne ratent jamais une occasion, surtout en cette période d’été, où la cadence des travaux au niveau des chantiers de BTPH s’accélère».

                            Le prix est, en effet, passé, en un temps record, de 440 * 600 DA le sac de 50 kg, soit une hausse de 36 %. Par ailleurs, ces mêmes responsables de l’ERC n’ont pas omis d’insister sur «la très bonne qualité de leurs produits, notamment le ciment Tej qui a obtenu, en mai dernier, la certification ISO 9001.

                            En outre, en matière d’effort dans l’investissement et le développement durable, l’entreprise a acquis de nouveaux équipements, des filtres * manches et autres matériels sophistiqués, lesquels ont permis au groupe et * ses diverses unités d’endiguer les problèmes de pollution».

                            Concernant les produits dérivés, * l’exemple du ciment blanc, les prix, contrairement * d’autres régions du pays, n’ont pas connu de grandes perturbations. Ils sont visiblement stables, du moins selon les responsables de l’ERCE.

                            Comment


                            • #15
                              Lundi 20 Aout 2007 -- La crise du logement, provoquée depuis plusieurs décennies, a poussé les chefs de famille, pour ceux qui se le permettent, bien sûr, de s’auto-héberger * travers des constructions qui varient de la simple maisonnette * la villa de haut standing avec piscine. Cette situation * laquelle s’ajoutent les projets dans le cadre de la relance économique, la construction d’un million de logements dans le cadre de l’AADL et * la construction de 100 locaux commerciaux par commune n’a fait qu’augmenter les prix des matériaux de construction notamment le ciment dont le prix a frôlé les 1 000 dinars le quintal; une situation qui risque de pénaliser plusieurs chantiers en cours, si nos usines de production ne tournent pas * pleine capacité.

                              Les chiffres de l’Office national des statistiques (ONS), rendus publics en juillet dernier, démontrent que la production industrielle a évolué dans plusieurs activités, notamment dans les mines et carrières et, plus particulièrement, dans l’extraction du minerai de phosphate * plus de 32,8% et, * un degré moindre, celle du sel avec plus de 1,4%. Mais, après une variation relativement modérée au dernier trimestre 2006, soit plus de 0,8%, les matériaux de construction ont été produits * des coûts beaucoup plus élevés, avec plus de 5,5% au premier trimestre 2007, en raison de l’augmentation des prix des liants hydrauliques avec plus 9,7% et des produits en ciment avec plus 1,3%.

                              Entre pénurie et guerre des prix

                              Cette augmentation des prix de production a été conjuguée * une pénurie de l’approvisionnement en ciment durant le mois de juin dernier qui a touché l’ensemble du territoire national. A titre d’exemple, on citera le cas de la wilaya d’Illizi où plusieurs chantiers de construction de projets socio-économiques (écoles, logements et administrations) dans les deux villes de Djanet et Illizi, sont * l’arrêt depuis le mois de juin * cause d’une pénurie de ciment, a rapporté l’APS. D’après le directeur commercial de la wilaya d’Illizi, «la rareté de ce produit sur le marché local est * l’origine d’une spéculation effrénée sur les prix allant jusqu’* 500 dinars le sac, au marché parallèle, au lieu de 270 dinars l’unité.» Celui-ci précisera que «cette situation, qui est due * l’éloignement de la région et au manque de ciment au niveau de Touggourt [Ouargla], fait que les revendeurs s’approvisionnent dans d’autres unités et écoulent leur marchandise au marché parallèle d’Illizi * des prix exagérés».

                              Le même problème se pose pratiquement dans l’une des villes côtières, * savoir Béjaïa, où la Fédération des entrepreneurs du bâtiment et travaux publics de ladite wilaya, relevant de la Confédération algérienne du patronat, a émis, au début du mois de juillet, des inquiétudes quant * l’instabilité des prix de certains matériaux de construction, dont la hausse a induit des effets de réserve parmi ses adhérents. Une solution retient l’attention du grand nombre, consistant dans le respect par la cimenterie de Aïn El Kebira (Sétif) des conventions signées avec les entrepreneurs depuis quelques saisons. Sur des quotas négociés de 100 * 120 tonnes chacun, il ne leur est servi que seulement 20 tonnes, même pas 50% de l’accord, a déploré le président de l’organisation, M. Azzoug, en précisant que «la disponibilité du matériau n’est pas en cause, mais son prix».

                              Les explications de Djaaboub

                              Face * la flambée des prix des produits alimentaires assortie de celle du ciment, la situation ne pouvait rester sans explications ! Interpellé lors de sa dernière sortie sur le terrain, le 12 août en cours, le ministre du Commerce, El Hachemi Djaaboub, a justifié les prix élevés du ciment sur le marché local par «l’arrêt de la cimenterie publique d’Azzaba et celle d’Orascom * Mascara, pour des raisons techniques […] ainsi que par une forte demande pendant l’été». Cette situation intervient au moment où certaines cimenteries nationales ne tournent pas * pleine capacité. D’après les chiffres avancés par le ministre du Commerce, les besoins nationaux annuels sont estimés * quelque «13 millions de tonnes, dont 9 millions de tonnes sont produits par les 12 cimenteries publiques et les 4 autres tonnes sortent de la cimenterie de M’sila appartenant au groupe égyptien Orascom».

                              Le ministre a rappelé que «le prix du sac de ciment de 50 kilogrammes est fixé * 300 dinars, mais il est cédé * 450 dinars sur le marché réel». Cependant, avec l’actuelle «crise du ciment», il est cédé même * plus de 500 dinars dans certaines régions. En somme, la panne technique des cimenteries, citée par le ministre, ne pourrait, selon les professionnels du secteur, provoquer une telle «tempête» dans les prix du ciment, puisque, durant l’année 2006 et même avec la baisse de la production de certaines cimenteries, les prix n’ont pas flambé ! On cite, * titre d’exemple, la baisse de la production constatée au niveau de la cimenterie de Hadjr Soud où elle est passée de 871 189 tonnes en 2005 * 821 046 tonnes en 2006. La cimenterie de Zahana a connu également une régression en matière de production, celle-ci a vu sa production passer de 857 100 tonnes en 2005 * 802 302 tonnes en 2006. Cette baisse de production semble légère, mais avec les différents chantiers lancés un peu partout en Algérie, celle-ci peut générer des situations critiques......

                              Comment

                              Working...
                              X