Announcement

Collapse
No announcement yet.

La balance commerciale de l’Algérie

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • La balance commerciale de l’Algérie

    Algiers, July 23, (Reuters) - - Algeria's trade surplus jumped 41 per cent to $15.28 billion in the first six months of 2006, compared with the same period last year, on the back of high crude oil prices, official data showed.

    The customs service statistics showed no comparative figure for the January-June period of 2005 but indicated that the rise was 41 percent.

    The figures showed that the value of oil and gas sales was up 18.60 per cent at $25.13 billion, or 97.90 per cent of total exports, which rose 18.39 per cent to $25.67 billion from the first half of 2005.

    Imports were down 4.0 per cent to $10.39 billion in the January-June period versus the first six months of last year.

    The north African energy exporter registered a $24.4 billion trade surplus for the whole year of 2005, up 74 per cent from the previous year.

    The country, which has 33 million people, saw its foreign exchange reserves reach a record $66 billion at the end of May.

    Algeria, a member of Opec, is planning to increase oil output to 2 million barrels per day by the end of 2010 from about 1.5 million bpd currently.

    Algeria trade surplus up 41%

  • #2
    Oil exports continue to boost Algeria's foreign trade surplus

    Algeria's trade surplus increased to $27.45 billion in January-October, driven primarily by the rising value of hydrocarbons, according to the latest statistics released by the National Economic and Social Council (CNES) Wednesday (November 22nd). Oil and gas exports accounted for 98% of total exports - oil prices led to an 18.5% year-on-year rise in the exports, to $45 billion.

    Algeria's imports rose more moderately by 1% year-on-year to $17.5 billion. The country's main import is industrial equipment, which account for 40% , or $7 billion, of the total. France remains Algeria's number one importer, followed by China, Germany and the United States.

    Oil exports continue to boost Algeria's foreign trade surplus

    Comment


    • #3
      Algeria's trade surplus hit new record in November

      Algeria's trade balance hit a new record surplus of $29.98b in the first eleven months of the year, National Economic and Social Council (CNES) announced Wednesday (December 20th). Exports, boosted mainly by record high levels of prices of hydrocarbons - hydrocarbons account for 97% of total exports - reached $49.34b, representing an increase by 17.6% from last year.

      Non-hydrocarbon exports reached $960m during the period and food exports grew by 2.57%. The main exports destination of Algeria's oil and gas remains to be the United States followed by Italy, and Brazil. In November, exports reached $4.3 billion rising by 9% year-on-year. Imports, on the other hand, increased only moderately by 2.8% year-on-year to $19.4 billion in January-November, but picked up in November rising by 24.7% year-on-year to USD 1.8 billion. The November trade surplus, alone, amounted to $2.5 billion.

      Algeria's trade surplus hit new record in November

      Comment


      • #4
        Balance commerciale de l’Algérie en 2006

        lundi 22 janvier 2007 - - La faible hausse des importations face à la forte hausse des exportations a permis au pays d’enregistrer un excédent record de la balance commerciale pour l’année 2006. Un résultat rendu possible grâce à la bonne tenue des prix du pétrole tout le long de l’année, d’autant que les rentrées algériennes en devises proviennent quasi totalement des hydrocarbures.

        La balance commerciale de l’Algérie a enregistré durant l’exercice 2006 un excédent record de 31,82 milliards de dollars, soit l’équivalent de 24,5 milliards d’euros, représentant ainsi une hausse de 24,07 % par rapport à 2005, selon le Centre national de l’informatique et des statistiques (CNIS) des douanes.

        Cet important excédent de la balance commerciale pour l’exercice écoulée a été réalisé, notamment, grâce à l’évolution positive des recettes des exportations du pays qui ont été de loin bien plus importantes que celles des dépenses effectuées dans le cadre des importations.

        Dans ce sens, le CNIS indique que les exportations ont connu en 2006 une hausse de 14,83 % par rapport à 2005, tandis que les importations n’ont augmenté que de 3,18 %. En termes de valeur, les premières ont enregistré un montant record de 52,82 milliards de dollars, alors que les secondes se sont situées à 21 milliards de dollars au 31 décembre dernier.

        Ce sont les recettes d’exportations d’hydrocarbures qui ont permis à l’Algérie d’enregistrer un record de sa balance commerciale en 2006 grâce à la bonne tenue des prix du pétrole, comme cela est le cas depuis 2000. Les hydrocarbures, faut-il le souligner, représentent la plus importante, sinon quasiment la seule, rentrée en devises de l’Algérie, puisque les exportations du pays se situent entre 97 et 98,5 %, les exportations hors hydrocarbures restant marginales.

        Selon les statistiques consolidées du premier semestre 2006, les exportations d’hydrocarbures avaient également connu une hausse appréciable, 28 %, atteignant un record de 26,98 milliards de dollars, contre 21,06 milliards au premier semestre de 2005.

        Pour toute l’année écoulée, le montant des exportations d’hydrocarbures a atteint, comme prévu par le ministre de l’Energie et des Mines, un montant de 52 milliards de dollars, contre 45,59 milliards en 2005. Grâce à cette manne pétrolière, les réserves de change du pays ont elles aussi considérablement augmenté, passant de 56,18 milliards de dollars à la fin de décembre 2005 à 62,37 milliards à la fin de mars 2006, puis à 65,66 milliards à la fin de juin, pour s’établir à la fin de décembre 2006 à un montant record de 75 milliards.

        Ainsi, cette importante cagnotte en devises, qui n’a cessé d’augmenter, a permis à l’Algérie de se débarrasser d’une grande part de sa dette extérieure, en accélérant le remboursement par anticipation des différentes institutions et pays créanciers.

        Le pays a donc remboursé par anticipation 6,54 milliards de dollars entre janvier et juin 2006, dont 4,27 milliards au titre de la dette publique contractée auprès du Club de Paris et 2,06 milliards pour la dette multilatérale. Les remboursements par anticipation ont ensuite été réalisés avec le Club de Londres (800 millions de dollars) et d’autres pays créanciers.

        D’une façon générale, l’encours de la dette extérieure, qui était de 16,4 milliards de dollars à la fin de décembre 2005, est tombé à 9,45 milliards à la fin de juin 2006 et à 4,7 milliards à la fin de décembre 2006.

        Balance commerciale de l’Algérie en 2006 : Un excédent record de près de 32 milliards de dollars

        Comment


        • #5
          Les exportations hors hydrocarbures ont baissé

          Jeudi 26 Avril 2007 -- Selon les dernières données du Centre national de l’informatique et des statistiques (CNIS) reprises hier par l’APS, l’Algérie a réalisé au premier trimestre 2007, un excédent commercial de 6,32 milliards de dollars contre 8,30 milliards de dollars à la même période de 2006.

          Le bilan trimestriel du CNIS fait ressortir la baisse des exportations et la hausse des importations comparativement à la même période de 2005. Ainsi, les ventes de l’Algérie ont atteint 12,2 milliards de dollars, soit moins de 10% ( 9,96% exactement) et ses achats ont été évalués à 5,88 milliards de dollars, c’est à dire plus de 11,9% qu’en 2005. Toujours, selon la même source, les exportations d’hydrocarbures ont continué à représenter l’essentiel des ventes de l’Algérie vers l’étranger avec 98,63 % de la valeur globale, mais en baisse de 9,42 % par rapport à la même période de 2006.

          Quant aux exportations hors hydrocarbures, elles demeurent marginales avec seulement 1,37% du volume global des exportations et une valeur de 167 millions de dollars. Elles ont enregistré une diminution de 36,98 % par rapport à la même période de référence. En matière d’importations, leur répartition par groupe de produit fait ressortir une hausse pour l’ensemble des catégories. Les biens d’équipements continuent à se tailler la part du lion. les achats de l’Algérie pour ce groupe ont atteint entre janvier et mars 2007 2,17 milliards de dollars en représentant 36,97% du total des importations, suivis par les produits destinés à l’outil de production avec 25,97% du total importé, soit 30,38 millions de dollars, et enfin les biens de consommation non alimentaires 12,95 % à 14,84 millions de dollars. C’est également la hausse pour les biens alimentaires avec 8,39% du total, soit 17,80 millions de dollars, selon le CNIS. Côté clients et fournisseurs, il n’y a pas de grands changements.

          De janvier à fin mars 2007, les trois premiers clients de l’Algérie étaient les Etats-Unis d’Amérique avec 2,28 milliards de dollars, l’Italie (2,05 milliards de dollars) et l’Espagne (1,31 milliard de dollars).

          Quant aux principaux fournisseurs, la première place est revenue à la France avec 1,11 milliard de dollars, suivie de la Chine (546 millions de dollars), l’Italie (469 millions), l’Allemagne (374 millions), les Etats-Unis d’Amérique (370 millions), l’Espagne (290 millions) et le Japon avec 253 millions de dollars, selon le CNIS. Pour mémoire, sur toute l’année 2006, l’Algérie a réalisé un excédent commercial record de 31,82 milliards de dollars.

          Comment


          • #6
            Jeudi 26 Avril 2007 -- Les exportations algériennes hors hydrocarbures vers l’Union européenne ont augmenté durant l’exercice 2006 de 98 millions de dollars, soit plus de 16,33% par rapport à celui de 2005, selon le bulletin de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI).

            Entre l’exercice 2005 et celui de 2006 les exportations algériennes hors hydrocarbures ont fait un saut quantitatif. Elles sont passées de 601,38 millions de dollars à 699,58 millions de dollars. Ce qui représentait 63% du total des exportations de l’Algérie hors hydrocarbures vers l’étranger qui ont atteint, selon l’APS, 1,066 milliard de dollars contre 907 millions de dollars en 2005.

            En effet, les exportations ont concerné les produits de plusieurs secteurs, dont l’agriculture et les produits agricoles transformés, les produits de la pêche et les produits industriels. Les produits agricoles transformés et non transformés, bénéficiant ou pas d’avantages préférentiels, ont représenté 7,11% du total des produits exportés vers l’UE en 2006, soit 49,72 millions de dollars contre 38,79 millions de dollars en 2005, ce qui représente un accroissement de plus de 28,17%.

            La datte a pris la part du lion avec 33,65% du total de ces produits exportés pour une valeur de 16,73 millions de dollars. Elle est suivie des corps gras et des résidus provenant de leur traitement pour 13,37 millions de dollars.Pour ceux qui n’ont pas bénéficié d’avantages préférentiels, ils ont représenté un tiers des exportations agricoles algériennes vers l’UE. Ces produits ont enregistré une progression relativement importante évaluée à plus de 291,53% par rapport à l’exercice 2005, passant de 4,37 millions de dollars à 17,11 millions de dollars.

            Cependant, les exportations de ce type de produits ayant bénéficié d’avantages préférentiels (0% de droits de douane avec ou sans limitation de quotas) ont enregistré en 2006 une régression par rapport à 2005, soit moins de 4,57% pour les produits agricoles et moins de 7,10% pour les produits transformés. Pour ce qui est des produits agricoles et agricoles transformés admis à l’importation dans la communauté sous quantité de référence, il a été enregistré l’exportation de 5 produits contingentés sur les 32 proposés et 2 produits sous quantité de référence sur les 15 proposés.

            Malgré ces facilitations, les produits agricoles algériens n’ont pas inondé le marché européen, puisque aucun de ces produits n’a atteint les quotas ou les quantités de référence prévus par l’accord d’association. A titre d’exemple, les exportations de la pomme de terre primeur n’ont pas dépassé les 150,1 tonnes sur un contingent de 5 000 tonnes, au moment où on parlait d’une bonne récolte.

            Sur un contingent de 1 000 tonnes, il n’a été exporté que seulement 12,38 tonnes d’huile d’olive et ses fractions. Pour ce qui est des fruits, les agriculteurs algériens n’ont pu exporter que seulement 0,1 tonne de fraises sur un contingent de 500 tonnes, 1,62 tonne de jus d’abricot sur un contingent de 200 tonnes. L’ancien grenier de l’Europe (Algérie) n’a exporté durant l’exercice 2006 qu’une quantité insignifiante de vin par rapport aux capacités du pays. Il n’a été donc exporté que 1 204,11 hectolitres de vin sur un contingent de 224 000 hectolitres.

            Outre, il n’a été exporté que seulement 2 sur 11 produits agricoles transformés contingentés proposés dans le cadre de l’accord, à savoir les pâtes alimentaires avec 11,32 tonnes sur un quota de 2 000 tonnes, ainsi que le couscous avec 119,19 tonnes sur un contingent de 2 000 tonnes.

            Concernant les produits de la pêche, l’Algérie a exporté en 2006 pour 11,52 millions de dollars contre 11,49 millions de dollars en 2005, en hausse de 0,26%, et ce, malgré une diminution de 6,22% des quantités exportées. Les produits concernés par cette opération sont la crevette qui représentait 72,48% des exportations des produits de la pêche vers l’UE avec 8,32 millions de dollars, suivie des escargots autres que de mer, des langoustes, du thon rouge et des anguilles.

            Utile de rappeler que les principaux produits industriels exportés durant l’année écoulée sont les dérivés des hydrocarbures et des déchets et débris des métaux non ferreux. L’ammoniac (anhydre et en solution aqueuse) occupe le premier rang avec 177 millions de dollars, suivi des déchets et débris de cuivre avec 88,75 millions de dollars ainsi que d’autres produits.

            Comment


            • #7
              ALGIERS (Reuters) - OPEC-member Algeria saw its trade surplus shrink by $1.98 billion to $6.32 billion in the first quarter of 2007 compared with the same period last year due to lower oil and gas exports, official figures showed on Wednesday.

              The data issued by the CNIS customs centre and published by the official APS news agency showed total exports fell 9.96 percent to $12.2 billion while imports reached $ 5.88 billion, up 11.9 percent from the January-March period of 2006.

              The value of oil and gas sales abroad declined 9.42 percent for the period, the CNIS added but gave no more details. Oil and gas exports accounted for 98.63 percent for that period.

              Algeria's trade surplus jumped to $31.82 billion last year from $24.4 billion in 2005.

              Comment


              • #8
                Algeria's trade surplus totalled $6.3 billion for the first quarter of 2007, narrowing from $8.3 billion during the same period in 2006, according to data released by the National Data Processing and Statistics Centre (CNIS) on Wednesday (April 25th). Exports were down 9.96% year-on-year to $12.2b in the first quarter, due to the significant drop of oil prices on the international market in January and February. Hydrocarbons continued to bolster Algeria's foreign sales, comprising 98.6% of the country's total exports, although the sector declined 9.4% year-on-year due to the oil price slide. Imports, on the other hand, increased by 11.9% year-on-year to $5.9 billion, the CNIS reported. Machines and equipment were the most significant increase in imports and accounted for 37% of total imports.

                Comment


                • #9
                  Algeria's trade balance in April 2007 recorded a net surplus

                  May 27, 2007 -- According to the data and statistics centre of the national customs (CNIS), Algeria's trade balance in April 2007 recorded a surplus of 2.07 billion dollars this year, falling by 40% compared to April 2006.

                  The Algerian trade surplus fell by 565 million dollars while exports dropped by 7.36% to 4.16 billion dollars, and imports increased by 12.55% to 2.09 billion dollars.

                  The CNIS said hydrocarbon exports accounted for 98.08% of the total value although they fell by 6.78% compared to the same period in 2006.

                  It further said that non-hydrocarbons exports remained marginal with only 1.92% of the global volume of exports and a value of only 80 million dollars, or a fall of 29.82% compared to April 2006.

                  Algeria's main customers this year are the United States with 991 million dollars, Italy with 627 million dollars, Spain with 380 million dollars and France with 359 million dollars.

                  However, France remains the main supplier of Algeria with products valued at 422 million dollars.

                  Comment


                  • #10
                    Lower oil revenue hits Algeria trade surplus

                    ALGIERS, June 26 (Reuters) - The trade surplus of OPEC member Algeria shrank by $4.48 billion to $10.56 billion in the first five months of 2007 due to lower oil and gas earnings, official figures showed on Tuesday.

                    The data issued by customs centre CNIS and published by Algeria's official news agency APS showed exports fell 12 percent to $21.19 billion while imports reached $10.63 billion, up 19 percent from the same five-month period of 2006.

                    The value of oil and gas exports, which accounted for 97.9 percent of total sales abroad, declined by 11.6 percent to $20.75 billion, the CNIS added.

                    Comment


                    • #11
                      Mercredi 27 Juin 2007 -- L’Algérie a enregistré, sur les cinq premiers mois de 2007, un excédent commercial de 10,56 milliards de dollars contre 15,04 milliards de dollars à la même période de 2006, selon le Centre national de l’informatique et des statistiques (CNIS), cité par l’APS. Les exportations ont ainsi atteint 21,19 milliards de dollars, en baisse de 11,61% par rapport aux cinq premiers mois de 2006 et les importations 10,63 milliards de dollars (+18,91%). Les exportations d’hydrocarbures continuent, elles, de représenter l’essentiel des ventes de l’Algérie vers l’étranger avec 97,89% (20,75 milliards de dollars) de la valeur globale mais en baisse de -11,62% par rapport à la même période 2006. Quant aux exportations hors hydrocarbures, elles demeurent marginales avec seulement 2,11% du volume global des exportations, soit une valeur de 447 millions de dollars.

                      En 2006, l’Algérie a exporté, en dehors des hydrocarbures, pour 1,066 milliard de dollars contre 907 millions de dollars en 2005, un volume en deçà des projections établies par le gouvernement. Elle a importé pour près de vingt milliards de dollars. Notons que le cash reste le mode de règlement le plus utilisé dans le financement de nos importations (81,58%). Le reste des importations a été financé par le biais de lignes de crédit, en hausse de +8,95%, soit 682 millions de dollars, et par le recours aux comptes devises propres et autres à hauteur de 0,03% (2 millions de dollars) et de 6,77%, soit 398 millions de dollars. Les principaux clients de l’Algérie sont les Etats-Unis d’Amérique, l’Italie, l’Espagne, la France, les Pays-Bas, le Canada et le Portugal.

                      Quant aux principaux fournisseurs, la première place revient à la France, suivie de la Chine, de l’Italie, de l’Allemagne, des Etats-Unis d’Amérique, de l’Espagne et du Japon. Autre indice, la croissance économique a atteint en 2006 4,8%, hors hydrocarbures, entraînant une hausse du produit intérieur brut (PIB) par tête d’habitant à 3 343 dollars contre 3 110 dollars en 2005. En raison de la bonne tenue des marchés pétroliers, le produit intérieur brut par tête d’habitant a marqué, il est vrai, un bond remarquable ces dernières années. Il a augmenté d’environ… soixante-treize pour cent sur les dix dernières années. En valeur, il est passé de 1 499,6 dollars en 1995 à 2 626,5 dollars en 2004. Ces indices, pris séparément, sont certes appréciables. Mais, le gouvernement réussira-t-il à les maintenir, à les améliorer ? Selon certaines projections établies par des institutions multilatérales, le PIB de l’Algérie va continuer à se redresser. Il se situera autour de 107,6 milliards de dollars en 2009.

                      Comment


                      • #12
                        Algeria H1 trade surplus down on lower oil revenue

                        ALGIERS (Reuters) - OPEC member Algeria posted a $14.30 billion trade surplus in the first six months of 2007, a fall of $3.4 billion compared with the same period last year due to lower oil and gas earnings, official figures showed on Monday.

                        The data, issued by customs centre CNIS and published by Algeria's official news agency APS, showed the value of oil and gas exports, which accounted for 98 percent of total sales abroad, shrank by 4.0 percent.

                        The surplus jumped to $31.82 billion for the full calendar year of 2006 from $24.4 billion in 2005, thanks to higher energy export earnings.

                        Comment


                        • #13

                          Mardi 24 juillet 2007 -- L’Algérie a réalisé, au premier semestre de l’année en cours, un excédent commercial de 14,30 milliards de dollars contre 17,70 milliards de dollars à la même période de 2006, selon des données fournies par le Centre national de l’informatique et des statistiques (CNIS) reprises par l’APS. Les exportations ont atteint 27,11 milliards de dollars, en baisse de 4,21% par rapport aux six premiers mois de 2006, et les importations 12,80 milliards de dollars (+20,70%).

                          Les exportations d’hydrocarbures ont continué à représenter l’essentiel des ventes de l’Algérie vers l’étranger avec 98% de la valeur globale mais en diminution de 4% par rapport à la même période 2006. Quant aux exportations hors hydrocarbures, elles demeurent marginales avec seulement 2% du volume global des exportations. En valeur, elles ont été établies à 539 millions de dollars, enregistrant une baisse de près de 13% par rapport à la même période de référence.

                          Les principaux produits hors hydrocarbures exportés relèvent du groupe «demi-produits», avec une part de 1,5% du total des exportations, soit l’équivalent de 409 millions de dollars, suivi des groupes «produits bruts» (0,20%, 53 millions de dollars), «biens alimentaires» (0,16%, 43 millions de dollars), et «biens d’équipements industriels» (0,08%, 23 millions de dollars). Le groupe «biens de consommation non alimentaires» vient en dernière position avec une part de 0,04%, soit environ 5 millions de dollars.

                          Pour les importations, la répartition fait ressortir une hausse pour l’ensemble des groupes de produits. Les biens d’équipements ont ainsi représenté 37% du total des importations avec 4,7 milliards de dollars, tandis que les produits destinés à la production représentaient 30,3% du total importé, soit 4,03 milliards de dollars, les biens de consommation alimentaires 2,2 milliards de dollars (17,8%) et les biens non alimentaires 1,81 milliard de dollars (18,84%).

                          La répartition des importations par mode de financement montre une nette prédominance du cash, le mode le plus utilisé avec 82,66% du total des importations des six premiers mois de l’année 2007, soit 10,58 milliards de dollars, en hausse de 23% par rapport à la même période de 2006.

                          Le reste des importations a été financé par le biais de lignes de crédits, à hauteur de 9,53%, soit 1,22 milliard de dollars, en baisse de 3,94%, et par le recours aux comptes devises individuels avec 2,2% (282 millions de dollars) et autres modes de financement avec 5,61%, soit 718 millions de dollars.

                          La répartition par régions économiques montre qu’au 1er semestre de l’année en cours, l’essentiel des échanges extérieurs algériens reste centré sur les partenaires traditionnels. En effet, les pays de l’OCDE occupent 70,28% des importations et 90,77% des exportations de l’Algérie. L’Union européenne demeure le principal partenaire commercial avec 53,05% des importations et 51,12% des exportations algériennes.

                          Les échanges commerciaux entre l’Algérie et les pays du Maghreb (UMA) demeurent, eux, faibles malgré une augmentation par rapport au 1er semestre 2006, passant de 377 millions de dollars à 392 millions de dollars, note le CNIS. Les pays arabes (hors UMA), quant à eux, ont enregistré une légère hausse par rapport aux six premiers mois de l’année dernière, puisque le volume global des échanges commerciaux avec ces pays est passé de 675 millions de dollars à 766 millions de dollars, en hausse de 13,48%.

                          De janvier à fin juin dernier, les principaux clients de l’Algérie étaient les Etats-Unis d’Amérique avec 6,88 milliards de dollars (mds usd), l’Italie (4,66 mds usd), l’Espagne (2,76 mds usd), la France (2,56 mds usd), le Canada (1,86 milliard usd), les Pays-Bas (1,45 milliard usd) et la Turquie (1,2 milliard usd). Quant aux principaux fournisseurs, la première place est revenue à la France avec 2,39 milliards de dollars, suivie de la Chine (1,13 milliard de dollars), de l’Italie (1 milliard de dollars), des Etats-Unis d’Amérique (946 millions de dollars), de l’Allemagne (882 millions de dollars), de l’Espagne (688 millions de dollars) et du Japon avec 574 millions de dollars.

                          Comment


                          • #14

                            Comment


                            • #15
                              La balance commerciale de l’Algérie

                              Jeudi 20 septembre 2007 -- Le solde de la balance commerciale de l’Algérie a diminué de 4,16 milliards de dollars durant les huit premiers mois de l’année. Cette baisse substantielle, s’expliquant par une diminution relative des exportations d’hydrocarbures, une hausse des importations, est due aussi au raffermissement de l’euro par rapport au dollar.

                              Du 1er janvier au 31 août, la balance commerciale de l’Algérie a enregistré un excédent de 19,56 milliards de dollars contre 23,75 milliards durant la même période de 2006, avons-nous appris hier auprès du Centre national de l’informatique et des statistiques (CNIS).

                              Cette importante baisse de l’ordre de 17,75 % est due à trois facteurs. Le premier, et pas des moindres, est la baisse de nos exportations en hydrocarbures dont les recettes ont atteint 36,49 milliards de dollars durant les 8 premiers mois de l’année, contre 37,97 milliards durant la même période de 2006, soit un fléchissement de près de 4 %.

                              Le deuxième facteur est le renchérissement de la monnaie européenne par rapport au billet vert, même si en volume nos exportations ont augmenté. Cela se répercute négativement sur l’état de nos recettes dont les ventes s’effectuent en dollars, alors que la quasi-totalité de nos importations sont facturées en euro.

                              Le troisième facteur est l’augmentation de la facture des importations. Au cours du mois dernier, le solde de la balance commerciale a enregistré un excédent de 2,43 milliards de dollars, soit une baisse de 11 % par rapport au même mois en 2006 où il avait atteint 2,75 milliards de dollars, indique la même source.

                              Les raisons de la baisse sont les mêmes : une légère baisse des exportations, de l’ordre de 3 %, conjuguée à une hausse relativement importante des importations (+11,22 %). Celles-ci ont totalisé un montant de 1,93 milliard de dollars durant août dernier, contre 1,73 milliard en août 2006.

                              Le montant de nos exportations a atteint 4,35 milliards de dollars en août, contre 4,49 milliards en août 2006. Les hydrocarbures continuent de représenter la quasi-totalité des exportations nationales avec 97,84 % du volume global exporté.

                              Quant aux exportations hors hydrocarbures, qui ne représentent que 2,16 % du volume global des ventes algériennes vers l’étranger, elles se sont accrues de 1,44 % par rapport à août 2006 en totalisant un montant de 94 millions de dollars.

                              Les principaux produits, hors hydrocarbures, exportés d’Algérie sont constitués essentiellement par les huiles et autres produits provenant de la distillation des goudrons, représentant 38 % du volume global des exportations hors hydrocarbures avec une valeur de 36,4 millions de dollars.

                              L’ammoniaque vient en deuxième position avec 10,2 millions de dollars, soit 10,85 % du volume global. Les minerais constituent également une bonne partie des exportations hors hydrocarbures comme le zinc, les débris de fonte et de fer, les débris de cuivre, les minerais de phosphates, de calcium, pour des montants respectifs de 7,16 millions, 6,1 millions, 5,78 millions et 3,73 millions de dollars.

                              Durant le mois écoulé, l’Algérie a également exporté des dattes pour un montant de 2,76 millions de dollars ainsi que les eaux minérales et les eaux gazéifiées pour un montant de 1,12 million de dollars. Importation : les véhicules, l’alimentaire et les médicaments Les importations réalisées en août dernier sont fortement dominées par les biens d’équipements.

                              Ces derniers représentent 45,79 % du volume global de nos importations avec 885 millions de dollars, contre 747 millions en août 2006, soit une hausse de près de 17 %. Ce groupe est constitué notamment des véhicules de transport de personnes et de marchandises (239,78 millions de dollars), de produits et matériaux de construction et de travaux publics tels les tubes, tuyaux et profilés creux en fer ou en acier (45,18 millions de dollars), les locomotives et locotracteurs (27,32 millions), les bulldozers (24,45 millions), articles de robinetterie (23,42 millions) etc.

                              Le groupe des produits destinés au fonctionnement de l’outil de production vient en deuxième position avec un montant de 545 millions de dollars. Les principaux produits de ce groupe sont constitués essentiellement de matériaux de construction : les barres en fer et en acier (46,47 millions), le bois (43,66 millions) et les constructions et parties de constructions (15,63 millions).

                              Le groupe des biens alimentaires, constitué essentiellement des céréales, de produits céréaliers, et de poudre de lait et produits laitiers, représente une facture de 300 millions de dollars, soit 15,48 % de la structure globale de nos importations.

                              Enfin, les biens de consommation non alimentaires totalisent une facture de 203 millions de dollars. Les médicaments occupent le premier rang dans ce groupe avec 63,7 millions de dollars, en baisse de 19,39 % par rapport à août 2006.

                              Comment

                              Unconfigured Ad Widget

                              Collapse
                              Working...
                              X