Announcement

Collapse
No announcement yet.

Tunisia - Algeria business ties

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #61

    Lundi 15 Mars 2010 -- Le groupe agroalimentaire algérien Cevital compte exporter du sucre vers la Tunisie, a annoncé le patron du Groupe, Issad Rebrab , dans une interview au quotidien Le Temps d’Algérie. Cevital qui est la première entreprise privée et sixième entreprise algérienne, elle ambitionne de se positionner sur le marché mondial en gagnant sa place parmi les 10 plus importantes sociétés africaines. Le patron du Groupe a tenu * rassurer les consommateurs algériens quant * la disponibilité du sucre. Selon lui, «l'Algérie est * l'abri puisqu'elle dispose d'un stock important qui permettra de répondre * la demande du marché local». Il affirme que les prix pratiqués sur le marché national sont encore inférieurs * ceux des cours mondiaux. Les capacités de production des quatre raffineries de Cevital totalisent plus de 2,1 millions de tonnes par an. Le groupe peut répondre donc * 200% des besoins du marché local. L'excédent de 1 million de tonnes est exporté vers une dizaine de pays de par le monde.

    Comment


    • #62

      April 29, 2010 -- Following Algeria’s completion of measures to adopt the preferential trade agreement which had been signed with Tunisia on December 4, 2008, the Tunisian-Algerian agreement has recently come into effect. According to the Tunisian Ministry of Trade and Handicrafts, the agreement which had already been adopted by Tunisia in March 2009, aimed at further developing economic and trade co-operation and paving the way for the establishment of a free- trade zone between the two countries. The agreement compels the two sides to apply to traded goods of Tunisian or Algerian origin the principle of national treatment regarding taxes imposed in importing country.

      Items of the agreement provide, in particular, for a schedule for customs tariffs and tax exemptions according to lists set for exchanged products. Insofar as industrial products are concerned, the agreement provides for a total exemption of products of Algerian origin on the list imported from Tunisia. The same treatment is also reserved to products of Tunisian origin which are on the first list while a second list benefits from a 40% reduction.

      The agreement provides for carrying out negotiations to grant additional customs cuts for other Tunisian goods not concerned so far by tariff advantages. Regarding agricultural products, the agreement provides for a comparable total exemption of customs tariffs, taxes as part of the annual tariff contingents related to two lists of Tunisian and Algerian goods annexed to protocol n°2. Review of liberalization of trade of other agriculture and food industry products has been delayed for five years after the implementation of the agreement.

      The document also stipulates that traded goods should be accompanied by a certificate of origin issued by the concerned authorities in the exporting country according to the protocol that defines products of origin and mechanisms of administrative co-operation annexed to the agreement. Rules of origin applied as part of this agreement, are the Euro-Mediterranean rules.

      Comment


      • #63

        Jeudi 10 Juin 2010 -- L’organisme algérien d’accréditation (Algerac) a accrédité hier un laboratoire de vérification et d’étalonnage d’appareils de mesures «Metrocal Algérie», le premier * se mettre en conformité aux normes internationales de métrologie industrielle. Créée en 2006 et dotée d’un capital social de 20 millions de dinars, Metrocal Algérie est filiale d’une société de droit tunisien spécialisée dans l’étalonnage (vérification de l’exactitude des indications d’un instrument) des appareils de mesures de différents secteurs tels la mécanique, l’énergie, l’automobile, le textile et les travaux publics. Le directeur général de ce laboratoire, Imed Chaouach, qui s’est exprimé hier lors d’un séminaire célébrant la Journée mondiale d’accréditation, a assuré que «les efforts seront concentrés pour couvrir, même en partie, l’énorme déficit en métrologie industrielle» en Algérie. Concernant le coût de l’accréditation de son laboratoire, il a précisé que «les grosses dépenses n’ont pas été destinées * l’expertise effectuée par Algerac mais plutôt aux équipements acquis pour se mettre en conformité avec les normes internationales ISO 17025.

        Pour sa part, le directeur général d’Algerac, Noureddine Boudissa, s’est montré «réjoui du fait qu’un laboratoire algérien soit accrédité dans un marché regroupant quelque 2 000 laboratoires dont seulement trois étrangers avaient été accrédités jusque-l*». Il a annoncé qu’après cette accréditation, Algerac compte accréditer cinq autres entreprises avant la fin de l’année 2010 et une quarantaine d’ici * 2012. Pour le premier responsable d’Algerac, «le contrôle, la certification et l’accréditation devront accompagner tous les produits consommés en Algérie». Régi par la norme internationale ISO 17011, Algerac permet, * travers l’accréditation qu’elle octroie, d’attribuer une garantie pour une entreprise qui veut exporter, a-t-il expliqué en avançant que son organisme était en cours de négocier son adhésion * la Coopération européenne pour l’accréditation afin d’être reconnu au niveau européen et international.

        Par ailleurs, une couverture financière est prévue au profit des entreprises industrielles postulant * l’accréditation, selon le nouveau plan d’action du ministère qui prévoit aussi le lancement de nouvelles aides, * hauteur de 80 %, * la certification ISO (qui concerne le processus de production) et l’instauration d’un mécanisme de certification des produits eux-mêmes dès l’année prochaine. La création d’un laboratoire national de métrologie * référence internationale * Sidi Abdellah (Zeralda) est également prévue.

        Comment


        • #64

          ORAN, Vendredi 11 Juin 2010 -- La Tunisie bénéficiera de l'expérience algérienne en matière de "port sec" en envoyant ses experts s'enquérir du mode de fonctionnement de ces espaces, a annoncé, mercredi * Oran, le directeur général de Diwana (douanes) tunisien, Slimane Ouarek. Dans une déclaration * la presse, M Ouarek, qui a visité en compagnie du directeur général des Douanes algériennes, Mohamed Abdou Bouderbala, le port sec d'Es Sénia (Oran), a expliqué que "l'expérience des Douanes algériennes se distingue par les ports secs, ce qui permettra * leurs homologues tunisiennes de profiter de cette expérience". Selon ce responsable, ce type de technologie contribue * alléger la pression sur les ports qui sont un espace de transit où on ne peut pas déclarer toutes les marchandises.

          Comment


          • #65

            ORAN, Vendredi 11 Juin 2010 -- La 13e session de la réunion du comité de coopération douanière algéro-tunisienne a été sanctionnée, mercredi * Oran, par la signature d'un procès de coopération et une convention de jumelage entre l'Ecole supérieure des Douanes d'Oran et l'Ecole nationale des Douanes de Tunis. Le procès et la convention ont été signés par le directeur général des Douanes algériennes, Mohamed Abdou Bouderbala, et le directeur général des Douanes de la Tunisie, Souleimane Ouarek, en présence de cadres de l'administration des douanes des deux pays. Il a été convenu dans le procès de certaines mesures concernant la lutte contre la contrebande et des facilités de circulation des voyageurs, selon le directeur général des Douanes algériennes, qui a affirmé qu'une coopération concrète entre l'administration douanière de l'Algérie et celle de la Tunisie existe, notamment dans les dernières années.

            Comment


            • #66

              Samedi 12 Juin 2010 -- La 13e session de la réunion du comité de coopération douanière algéro-tunisienne a été sanctionnée, mercredi * Oran, par la signature d’un procès de coopération et une convention de jumelage entre l’Ecole supérieure des Douanes d’Oran et l’Ecole nationale des Douanes de Tunis. Le procès et la convention ont été signés par le directeur général des Douanes algériennes, Mohamed Abdou Bouderbala, et celui des Douanes de la Tunisie, Souleimane Ouarek, en présence de cadres de l’administration des Douanes des deux pays. Il a été convenu dans le procès de certaines mesures concernant la lutte contre la contrebande et les facilités de circulation des voyageurs, selon le directeur général des Douanes algériennes, qui a affirmé qu’une coopération concrète entre l’administration douanière de l’Algérie et celle de la Tunisie existe, notamment ces dernières années. Un accord sur plusieurs points, dont l’échange d’informations en matière de lutte contre plusieurs fléaux, notamment la contrebande et la fuite des capitaux, a été conclu. Le même responsable a annoncé qu’un accord de principe a été convenu pour l’organisation d’opérations communes sur le terrain entre les Douanes algériennes et tunisiennes au niveau de la frontière entre les deux pays visant * lutter contre les fléaux.

              Pour sa part, le directeur général des Douanes tunisiennes a affirmé que ce procès, qui a pour but de renforcer les relations entre l’administration douanière algérienne et celle tunisienne, permettra de faciliter les échanges commerciaux et la circulation des personnes aux postes-frontières et d’œuvrer ensemble pour lutter contre certains fléaux comme la contrebande. La convention de jumelage entre l’Ecole supérieure des Douanes d’Oran et l’Ecole nationale des Douanes de Tunis favorisera l’échange d’expériences dans le domaine de la formation ainsi que l’échange de formateurs, a indiqué M. Mohamed Abdou Bouderbala, qui a souligné que les Douanes algériennes accordent une grande importance aux ressources humaines. Cette convention permettra également d’organiser des sessions de formation et d’échange de programmes de formation et de profiter des expériences des deux parties, selon le directeur général des Douanes tunisiennes. D’autre part, il a annoncé le projet de la convention de jumelage en cours de réalisation avec l’Ecole nationale des Douanes de Tourcoing. Le Directeur général des Douanes algériennes et son homologue tunisien ont visité l’Ecole supérieure des Douanes située * hay El-Othmania, d’une capacité d’accueil de 300 places et qui comprend plusieurs structures pédagogiques et installations sportives et de loisirs, et le chantier de réalisation de 100 logements de fonction * proximité de cette école, dont 64 sont achevés.

              Comment


              • #67

                July 5, 2010 -- Tunisia and Algeria see room for improvement in mutual trade and investment. At the 8th round of the Algerian-Tunisian Technical Committee for Industrial Co-operation in Tunis on June 30th, attendees raised economic and political questions about the relationship. In spite of the numerous meetings held between the two sides, they said, trade relations between the two countries are still moving slowly and the two countries haven't utilised the available opportunities very well. Tunisian Minister of Industry and Technology Afif Chelbi said that Algerian-Tunisian co-operation needs to expand to include "technical co-operation, structural economic co-operation based on common interests... and creating a joint, integrated industrial structure". For his part, Algerian Minister of Industry, Small and Medium-Sized Enterprises and Investment Promotion Mohamed Ben Mouradi pointed to development already taking place in industrial co-operation. Nevertheless he called for "more encouragement of the two countries' enterprises to enter into fruitful industrial partnership".

                Mekki Cherif, an expert in trade and accounting, said he was not satisfied with the volume and pace of trade co-operation between Tunisia and Algeria. "There are many opportunities in more than one field, but the two countries are still hesitant to access them in spite of the joint borders which encourage co-operation," he told Magharebia. Cherif said that Tunisian investors were discouraged "after Algeria established a list last year of 1,000 items banned from entering onto Algerian soil", even though Tunisian imports were later excepted. "Fears over similar decisions still exist for Tunisians, given that capital is cowardly by nature," he said. Journalist and political analyst Ghassen Kesibi told Magharebia: "Algerian-Tunisian co-operation exists, but it hasn't yet reached the level of economic integration to which we aspire as Maghreb peoples." Each country has its own peculiarities and economic strengths, he said. "If we integrate, the countries will benefit in all fields." Kesibi suggested offering preferential prices to the two countries as a tool to boost integration. "Why shouldn't we enable Algeria to have certain items that we are known for with preferential prices, such as agricultural products and olive oil," he asked. "In the meantime, Algeria can enable us to have oil for preferential prices. The aim here is to establish the integration and strength of the two countries' economies and to curb the deficit of trade balance between the two." Meanwhile, Nasereddine Benhdid, an expert in Maghreb issues, called for differentiating between official trade relations and exchanges that take place through smuggling. "These exchanges are not subject to any controls, so we can't list or give figures for them," he said. "However, they are certainly not insignificant in terms of quantities. Moreover, they have an important social impact, especially in the impoverished border areas."

                Last April, a preferential trade agreement signed between Tunisia and Algeria entered into effect. This agreement stipulates for facilitating and encouraging the development of economic and trade co-operation between the two countries, through preliminary lists of items exempted from all customs duties and taxes in preparation for the establishment of a common free trade zone. The agreement binds the two sides to treat items of Algerian and Tunisian origin the same way as national items in terms of the applicable domestic taxes, as in the Euro-Mediterranean rules of origin. According to Mekki Cherif, there are several fields that have not been exploited in an ideal way in spite of the agreements. "Tunisians have the ability to add something to the Algerian petrochemical sector, and the Algerian side can help Tunisia in solving the problem of importing marble from Europe, given that Algeria is rich in this resource." Tunisia exports phosphate, cement, construction materials and different spare parts to Algeria, while it imports hydrocarbons, leathers, iron and other basic commodities from Algeria. Tunisia's private sector operates roughly 60 distinct joint projects in the Algerian market, while Algerian undertakings in Tunisia's domestic economy number just 17.

                Comment


                • #68

                  Dimanche 26 Décembre 2010 -- Le Premier ministre tunisien Mohamed Ghanouchi a entamé, dimanche 26 décembre, une visite de deux jours en Algérie destinée * renforcer la coopération économique entre les deux pays, a indiqué l'Agence de presse APS. Divers accords doivent être signés entre les deux pays * l'occasion de la 18e réunion de la Grande commission mixte de coopération dimanche et lundi sous la présidence de M. Ghanouchi et de son homologue algérien Ahmed Ouyahia, a précisé cette source. "Nous aspirons * inaugurer une nouvelle étape dans notre action commune, comme nous aspirons * édifier des relations équilibrées entre les deux pays dans le cadre d'un partenariat stratégique et global comprenant tous les domaines", a affirmé M. Ouyahia * l'ouverture de cette réunion. Alger et Tunis doivent dresser le bilan de la coopération économique entre les deux pays depuis la dernière réunion de la Grande commission mixte de tenue en décembre 2008 pour la consolider par de nouveaux accords, selon APS. Lors de la dernière session de cette commission les deux pays avaient signé un accord préférentiel de commerce, qui concerne trois listes de produits pour lesquels les deux pays s'accordent des avantages tarifaires similaires * ceux qui régissent leurs échanges avec l'Union européenne. Il s'agit d'une exonération douanière partielle et progressive sur cinq et dix ans selon l'accord, qui comporte également une clause contre la concurrence déloyale. Cet accord vise * dynamiser le commerce bilatéral (US$500 millions en 2008 et US$600 millions durant les premiers mois de 2010, en hausse de 5.6% par rapport * 2010). Les deux pays s'apprêtent également * réaliser un projet de partenariat d'exploration pétrolière offshore dont les travaux débuteront en 2011 au large des côtes tunisiennes.

                  Comment


                  • #69

                    Dimanche 26 Décembre 2010 -- L'Algérie et la Tunisie ont signé dimanche * Alger une série d'accords et de programmes de coopération * l'occasion d'une visite du Premier ministre tunisien Mohamed Ghannouchi, a annoncé l'agence de presse APS. Ces accords ont été conclus * l'issue de la réunion de la grande commission mixte algéro-tunisienne présidée par le Premier ministre Ahmed Ouyahia et son homologue tunisien. Il s'agit notamment de cinq accords de coopération dans les domaines de l'agriculture et du développement rural et d'un accord-cadre de coopération entre les radios et télévisions publiques des deux pays, a précisé la même source. Un autre protocole d'accord concernant l'investissement mixte a été également signé. Les deux pays ont approuvé cinq autres programmes exécutifs de coopération dans les domaines du tourisme, de la formation professionnelle, de l'éducation et de la culture. Ils ont aussi signé un mémorandum d'entente dans le domaine de la recherche agronomique. M. Ouyahia avait affirmé * l'ouverture de la réunion de cette commission que l'Algérie et la Tunisie "aspirent * inaugurer une nouvelle étape dans leur action commune ainsi que l'édification de relations équilibrées entre les deux pays". Les échanges entre l'Algérie et la Tunisie ont atteint 600 millions de dollars durant les dix derniers mois de l'année 2010, soit une hausse de 5,6 % par rapport * 2009. La Tunisie et l'Algérie partagent une frontière terrestre d'un millier de kilomètres avec, dans certaines zones, un important flux d'échanges humains et de commerce informel. Lors de la dernière session de cette commission tenue en 2008, les deux pays avaient signé un accord préférentiel de commerce, qui concerne trois listes de produits pour lesquels les deux pays s'accordent des avantages tarifaires similaires * ceux qui régissent leurs échanges avec l'Union Européenne. Il s'agit d'une exonération douanière partielle et progressive sur cinq et dix ans selon l'accord, qui comporte également une clause contre la concurrence déloyale. Le Premier ministre tunisien a été reçu dimanche par le président Abdelaziz Bouteflika au terme de la réunion de la grande commission mixte, selon l'agence APS.

                    Comment


                    • #70
                      Ali Idir :


                      Jeudi 20 Janvier 2011 -- Près d’une semaine après la fuite du président tunisien Ben Ali vendredi 14 janvier, le gouvernement algérien continue de garder le silence sur les avoirs des proches de l’ancien dictateur tunisien en Algérie. Des membres de familles proches de Ben Ali ont investi dans différents secteurs dans notre pays et entretiennent des relations familiales avec de grands patrons algériens. Ces derniers ont accueilli de nombreux refugiés tunisiens des familles Mabrouk, Hchicha et Djilani dont l’un des membres était le président de l’UTICA (patronat tunisien). «Un proche de Ben Ali a fait plusieurs allers-retours entre Alger et Tunis avec son avion personnel», affirme un proche du dossier.

                      La biscuiterie Eriad de Cherchel dans la wilaya de Tipaza a été vendue, il y a quelques années, * une famille proche de l’ancien dictateur tunisien. Un grand fabriquant de biscuits portant une marque occidentale est détenue en partie par des Tunisiens. La filiale locale du groupe chinois Haier appartient * l’une des familles qui étaient influentes en Tunisie sous le règne de Ben Ali. La famille de l’ancien président possède de nombreux biens * travers le monde. Certains pays, comme la France et la Suisse, ont annoncé le gel des avoirs des proches de Ben Ali. L’Algérie et les pays arabes continuent d’ignorer le dossier. Selon nos informations, le gouvernement tunisien s'apprête * demander * tous les pays de bloquer les avoirs d'au moins trois familles : celle du président déchu Ben Ali, celle de sa deuxième épouse Leila Trabelsi ainsi que la famille El-Materi. Le gouvernement algérien devra alors trancher.

                      Réfugié en Arabie Saoudite, Ben Ali est soupçonné d’être * la tête d’une fortune estimée en 2008 * 5 milliards de dollars. Le silence d’Alger sur les biens des proches de l’ex-président déchu est accompagné d’informations non confirmées sur la proposition faite par l’Arabie Saoudite * l’Algérie d’offrir l’asile politique * Ben Ali. Cette proposition aurait été faite par l'émir saoudien Mohamed Ben Nayef Ben Abdelaziz Al Saoud, ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur, chargé de la sécurité interne lors de sa visite * Alger dimanche 16 janvier. «Les Saoudiens ont voulu nous refiler la patate chaude, mais les services de sécurité ont dit non», affirme la source proche du dossier. Depuis le début de la crise tunisienne, l’Algérie a adopté une position ambigüe. Le gouvernement n’a pas commenté le départ de Ben Ali, ni applaudi la révolution tunisienne.

                      Comment


                      • #71

                        Jeudi 26 Mai 2011 -- Les échanges commerciaux de l'Algérie et de la Tunisie connaîtront "un nouveau souffle" avec la prochaine entrée en vigueur de l'accord préférentiel signé en 2008, a déclaré ce jeudi 26 mai * Alger le ministre du Commerce, Mustapha Benbada. "Nous souhaitons qu'* partir du mois de juin, les procédures soient prêtes et nous pourrons ainsi donner un nouveau souffle aux échanges commerciaux entre les deux pays", a expliqué M. Benbada * l'issue d'un entretien avec le ministre tunisien du Commerce et du Tourisme Mahdi Hawas. "Les mécanismes d'application de cet accord sont presque achevés", a-t-il dit, cité par l'agence APS. L'entretien était axé sur les échanges commerciaux qui ont atteint 700 millions de dollars en 2010, soit le triple du niveau enregistré au début des années 2000, selon lui. À une question sur les attentes en matière de coopération entre la Tunisie et l'Algérie M. Hawas a répondu: "Notre gouvernement a déj* beaucoup reçu de l'Algérie puisque lors de sa première sortie * l'étranger notre Premier ministre a choisi de se rendre en Algérie". L'Algérie a en effet accordé une aide financière de 100 millions de dollars * la Tunisie, * l'occasion de cette première visite * l'étranger, le 15 mars dernier * Alger, du premier ministre tunisien de transition Béji Caïd Essebsi.

                        Comment

                        Unconfigured Ad Widget

                        Collapse
                        Working...
                        X