Announcement

Collapse
No announcement yet.

XIe Salon international du médicament et de l’équipement médical :

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • XIe Salon international du médicament et de l’équipement médical :


    Lundi 14 Avril 2008 -- Le XIe Salon international du médicament et de l’équipement médical (Simem) occupera, du 23 au 26 avril prochains, le pavillon central du Palais des expositions des Pins-Maritimes (Safex, Alger). Avec ses 150 exposants, dont une trentaine de participants français et, pour la première fois, des exposants cubains spécialisés dans le domaine des biotechnologies, des Polonais dans le générique et des Chinois dans l’équipement médical, le Simem se présente comme le rendez-vous des professionnels de la santé.

    Il convient de noter qu’il coïncide avec la mise en application, par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, du programme quinquennal de développement de la santé (2005-2009) et la mise en place, jusqu’en 2025, d’un plan d’orientation médicale. Avec une enveloppe financière de 120 milliards de dinars, le programme quinquennal de développement de la santé, pour rappel, prévoit la réalisation de 65 hôpitaux (généraux et spécialisés), 76 polycliniques, 168 centres de santé, 40 salles de soins et 6 centres de contrôle sanitaire aux frontières. Le plan d’orientation médicale, quant * lui, bénéficie d’un budget de près de 1 900 milliards de dinars.

    Le XIe Simem a prévu de consacrer, pendant les quatre jours, 32% de sa surface d’exposition aux équipements médico-chirurgicaux, 13% aux équipements et produits de laboratoire, 12% aux consommables, 9% au mobilier, autant aux équipements et produits dentaires, et autant encore aux équipements de rééducation, 8% aux services des industries de la santé, 6% * l’imagerie et seulement 2% aux produits pharmaceutiques.

    Lors d’une conférence de presse qu’il a animée, hier matin, au centre de presse d’El Moudjahid, le représentant de l’agence algérienne de communication Com Event, organisatrice du salon, a estimé que la particularité de l’édition 2008 réside dans “la maturité du Simem”. Islam Neghouche a, en outre, révélé que le Salon international du médicament et de l’équipement médical “est une occasion pour que les gestionnaires du secteur de la santé se rencontrent et rencontrent des étrangers”.

    “Ce salon est une action qui accompagne les pouvoirs publics, pour la mise * niveau du secteur de la santé et la formation du personnel”, a précisé l’intervenant. Le conférencier a reconnu que l’Algérie est “en phase de se mettre * niveau”, ce qui explique, selon lui, tous ces “efforts” déployés par le gouvernement, en particulier le ministère de la Santé, pour aller vers l’adaptation aux “normes et standards internationaux”.

    Le responsable du comité organisateur a également annoncé la réalisation d’un “programme scientifique”, en marge du salon qui comprendra des conférences portant sur le médicament générique en Algérie et * Cuba (23 avril), sur l’expérience cubaine dans la biotechnologie (23 avril), ainsi qu’un séminaire de 2 jours (les 24 et 25 avril) sur les équipements du secteur de la santé face * “la certification ISO”. Il a aussi fait part d’“actions de formation” au profit des gestionnaires, notamment les directeurs des hôpitaux et le personnel de pharmaciens, qui seront sanctionnées par une attestation. Islam Neghouche a, par ailleurs, informé que des “démonstrations” des produits seront faites en direct sur les lieux de l’exposition.

    À la question de savoir pourquoi les équipements occupent, en termes de surface exposée et de nombre d’exposants, une place importante par rapport aux médicaments, M. Neghouche a laissé entendre qu’il n’est pas dans les prérogatives de sa boîte de s’ingérer dans “la stratégie” des laboratoires et que le Simem est avant “un rendez-vous annuel” du monde de la santé. “Nous essayons de mettre en relation des professionnels ; cela se traduit certainement par la conclusion de marchés”, a déclaré le manager de Com Event, en ajoutant que “ces laboratoires feront sûrement la promotion du médicament”.

  • #2
    Hamid Guemache :


    Lundi 14 Avril 2008 -- Le marché algérien de la santé attire les laboratoires et les entreprises du monde entier. Cent cinquante exposants sont attendus au Salon international du médicament et de l'équipement médical (SIMEM) qui ouvrira ses portes au public, le mercredi 23 avril * Alger. En 2007, la participation avoisinait la centaine d'exposants de différentes nationalités. Cette année, trois pays participeront pour la première fois au salon: la Pologne dans le générique, la Chine dans l'équipement médical et Cuba dans les biotechnologies. La foire se tiendra au palais des expositions des Pins maritimes d'Alger et durera quatre jours. Le pavillon France sera le plus important avec une trentaine de participants, selon l'organisateur, la société Comevent.

    Les laboratoires français détiennent près de 70% du marché national du médicament, estimé * plus de 1.4 milliard de dollars. L'intérêt des grands laboratoires et fabricants d'équipements médicaux au marché national s'explique par les investissements colossaux lancés en 2005 pour moderniser le secteur de la santé. Cette modernisation est basée sur la réalisation de plusieurs hôpitaux, des polycliniques, des centres de santé, etc. Outre l'équipement médical, l'Algérie fait partie des grands consommateurs de médicaments dans le monde arabe. La facture du médicament (1.4 milliard de dollars en 2007) augmente chaque année. Pour la réduire, le gouvernement a décidé d'encourager le médicament générique : depuis cette année, les quotas attribués aux importateurs seront constitués de 45% de médicaments génériques.

    Pour gagner des parts de marché, les exposants ne lésinent pas sur les moyens en mobilisant quelque 600 experts, entre techniciens et commerciaux, pour accueillir près de 20 000 visiteurs professionnels attendus lors de ce salon, selon l'organisateur. « Ces quatre jours de contacts intenses permettront, aux uns et aux autres, de définir les solutions les plus adaptées aux différents besoins exprimés * travers le pays », souligne la société Comevent dans un communiqué de presse. Le salon ne sera pas uniquement du business * 100%. Des conférences sur l'évaluation de l'expérience algérienne et cubaine dans le domaine du médicament générique et les biotechnologies assimilées y seront animées le 23 avril par les spécialistes des deux pays. Un deuxième séminaire de deux jours (24 et 25 avril) sur le secteur de la santé en Algérie et la certification ISO est programmé et sera animé par des experts cubains, français et algériens.

    Comment


    • #4
      Hafida Ameyar :


      Jeudi 24 Avril 2008 -- Le Palais des expositions d’Alger (Safex) abrite depuis hier la 11e édition du Salon international du médicament et des équipements médicaux (Simem). Plus d’une centaine d’exposant représentant une soixantaine de pays, participent * cet événement annuel. Le pavillon français est occupé par la section France de la Chambre française de commerce et d’industrie en Algérie et la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence, qui ont accompagné une trentaine d’exposants français. Pour la première fois, Cuba participe au salon dans le domaine des biotechnologies, ainsi que la Pologne et la Chine, présentes respectivement dans le générique et l’équipement médical.

      Le 11e Simem s’est ouvert vers 10 heures, en présence du chef de cabinet du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Merouane Benaouali, venu remplacer cette année le ministre Amar Tou. Dans son intervention * la presse, M. Benaouali a révélé que le Simem, rendez-vous des acteurs de la santé en Algérie, répond * “la demande grandissante” du secteur de la santé, un secteur appelé * connaître “une évolution” * travers la modernisation de ses différents structures.

      “Le salon est devenu une tradition. Il bénéficie chaque année du parrainage de M. le ministre de la Santé”, a-t-il soutenu, en ajoutant : “Nous voulons être * la hauteur de ce qui se fait dans le monde dans le domaine scientifique ; nous voulons mettre notre malade dans de meilleures conditions sécuritaires.” Le chef du cabinet a laissé entendre que l’Algérie est décidée * être en accord avec les normes internationales “de la salle de consultation au bloc opératoire, en passant par les services de lutte contre le cancer”.

      M. Benaouali a, en outre, annoncé que l’ensemble des wilayas et “la plupart des daïras” seront dotées prochainement de scanners. Il a, par ailleurs, lié l’organisation du 11e Salon international avec les projets ambitieux initiés par le gouvernement, notamment la réalisation du programme quinquennal de développement de la santé (2005-2009) qui, avec une enveloppe financière de 120 milliards de dinars, prévoit la création de 65 hôpitaux (généraux et spécialisés), 76 polycliniques, 168 centres de santé, 40 salles de soins et 6 centres de contrôle sanitaire aux frontières.

      Soulignons que l’ambassadeur de Cuba * Alger a assisté, hier matin, * l’ouverture du 11e Simem. Pour le diplomate, la participation de son pays * ce salon est “très importante” en raison des “liens historiques” entre Alger et La Havane et l’évolution de la coopération dans le domaine médical. Outre l’inauguration, le 19 avril dernier, * Djelfa, d’un hôpital cubain spécialisé en ophtalmologie, l’ambassadeur a également informé de “la vente” par son pays de 1 100 appareils pour le compte des hôpitaux algériens, et ce, depuis l’année 2006. Du matériel destiné, selon lui, principalement * “la cardiologie, la surveillance médicale et l’électro-encéphalographie”.

      Affecté dès le départ par une faible présence des produits pharmaceutiques, ce 11e salon se distingue par l’absence des opérateurs nationaux (producteurs et importateurs) du médicament. Sur un autre plan, des appareils domestiques réservés aux particuliers et dont les prix sont abordables, sont exposés aux côtés des équipements médico-chirurgicaux et dentaires, du mobilier médical, de l’imagerie médicale, des équipements de rééducation et produits de laboratoires, ainsi que des consommables. C’est le cas par exemple de l’entreprise Promedicum spécialisée en matériel de rééducation fonctionnelle, qui met * la disposition du public des vibro-masseurs, des appareils de massage manuel (en bois), des appareils d’esthétique, des pantalons sauna et des balles d’ergothérapie (exercices des mains).

      Pour rappel, la 11e édition du Simem durera jusqu’au 26 avril prochain. En marge des expositions, un programme d’animation scientifique est prévu, comprenant, entre autres, des “conférences ouvertes” sur l’évolution de l’expérience algérienne et cubaine dans le domaine du médicament générique, ainsi que sur les biotechnologies assimilées. Un séminaire de deux jours sera aussi animé, * partir d’aujourd’hui, par des experts cubains, français et algériens et portera sur le secteur de la santé en Algérie face * “la certification ISO”.

      Comment


      • #5

        Jeudi 24 Avril 2008 -- La 11e édition du Salon international du médicament et de l’équipement médical (SIMEM) a ouvert ses portes hier au niveau du palais des Expositions des Pins-Maritimes, * Alger, en présence de 150 participants dont des exposants cubains et chinois qui y participent pour la première fois.

        Les exposants proposent des lits d’hôpital et d’opération, des équipements complets de cabinets dentaires, différents échographes (gynécologiques, urologiques…) de haute technologie, des masques * oxygène pour adultes et enfants, des chaises roulantes mécaniques et électriques, des instruments chirurgicaux (pinces, ciseaux…) ainsi que des tenues chirurgicales et des électrocardiogrammes.

        S’étalant sur une superficie de 4 500 m2, le SIMEM prévoit, durant les quatre jours de son déroulement, la visite de 20 000 professionnels, notamment dans les domaines de l’équipement médical, des équipements médicochirurgicaux, de l’imagerie médicale ainsi que des produits pharmaceutiques et parapharmaceutiques et de rééducation.

        En marge de l’exposition, le Salon a présenté, hier, des conférences ouvertes sur l’évaluation de l’expérience algérienne et cubaine dans le domaine du médicament générique. Deux autres conférences sont prévues, l’une sur «la biotechnologie assimilée» et l’autre sur «le secteur de la santé en Algérie face * la certification ISO».

        Ces rencontres sont animées par des experts cubains, français et algériens. Quelque 600 experts, techniciens et autres commerciaux ont été mobilisés par les exposants pour accueillir les visiteurs professionnels, leur présenter les nouveautés et répondre * leurs interrogations. «Ces contacts sont * même d’aider * définir les solutions les plus adaptées aux différents besoins exprimés * travers le pays», expliquent les organisateurs.

        L’édition 2007 du SIMEM regroupe une centaine d’exposants de différents pays, sur une surface d’exposition de 3 900 m², pour accueillir plus de 15 000 visiteurs, notamment des professionnels dont des représentants d’établissements hospitaliers publics et privés, des chercheurs, des professeurs, des pharmaciens, des laborantins, des techniciens et autres praticiens de santé publique.

        Comment


        • #6

          Jeudi 24 Avril 2008 -- Un appareil de traitement des déchets hospitaliers est proposé actuellement aux hôpitaux et aux CHU algériens pour remplacer les incinérateurs qui constituent un danger réel pour l’environnement et la santé publique. «Il s’agit d’un appareil de marque franco-allemande, «LOGMED», qui assure la gestion, sans incinération, des déchets d’activités de soins * risques infectieux tels les pansements, les poches de sang et d’urine, les dialyses et les matériaux piquants ou tranchants», a expliqué hier le docteur Latifa Benyahia, de la société AGM spécialisée dans l’importation et la distribution de matériel et de consommables médicochirurgicaux. Rencontrée * son stand lors du 11e Salon international du médicament et de l’équipement médical (SIMEM), cette exposante a expliqué que l’installation de ce type d’appareil permet de broyer, de désinfecter, de décontaminer et de stériliser tous les déchets infectieux quelle que soit leur provenance : établissements de soins publics et privés, laboratoires d’analyses et autres structures de santé. «Broyés et décontaminés, les déchets peuvent être mis, sans danger, dans les décharges publiques ou incinérés dans un four réservé aux ordures ménagères», a-t-elle assuré.

          Outre l’aspect hygiénique de cette technologie, cette exposante affirme que le broyage des déchets hospitaliers permet de réduire le volume des déchets de près de 80 %. «Une réduction qui permet ainsi de réaliser une économie considérable sur les coûts de transport», a-t-elle encore expliqué. Cette praticienne qui a déploré le retard de l’Algérie en matière de gestion des déchets hospitaliers selon les normes a affirmé que cette technologie «propre» n’est pas tout a fait nouvelle puisqu’elle est pratiquée en Europe et dans certains pays du Golfe depuis les années 1990. «L’état de la gestion des déchets dans nos structures hospitaliers demande * être amélioré. Nous ne pouvons même pas parler de l’existence d’incinérateurs, c’est carrément des brûleurs puisque les déchets hospitaliers sont brûlés en vrac sans traitement et sans aucun tri entre déchets anatomiques humaines, déchets plastiques et déchets tranchants», a-t-elle souligné. Le docteur Benyahia a toutefois assuré que les pouvoirs publics et même certains privés ont pris conscience de ce danger qui pèsent sur l’environnement et la santé humaine et ont même manifesté un intérêt pour l’installation de ce type d’appareil.

          Comment


          • #7

            Samedi 26 Avril 2008 -- Une trentaine d’entreprises françaises participent au Salon international du médicament et de l’équipement médical (Simem) dont la 11e édition se tient depuis le 23 avril dernier et sera clôturée demain au Palais des expositions des Pins-Maritimes. Un salon qui voit la participation de 150 exposants notamment français, cubains, polonais et chinois mais aussi des opérateurs algériens. En marge de la Journée France du Simem, * l’initiative de la Chambre française de commerce et d’industrie en Algérie (CFCIA), la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence (CCI M-P) et avec le soutien de UBI France, ces exposants ont été réunis jeudi soir * l’hôtel El-Djazaïr. Lors de cette rencontre, des représentants de la CCI M-P et de la CFCIA, Patrick Morand et Kader Keroua, ont relevé le succès croissant de cette manifestation. En laissant entendre que la prochaine édition du Simem pourrait être consacrée au secteur de la cosmétique. Mais aussi en notant l’intérêt des opérateurs français, dont certains sont déj* engagés dans des partenariats avec des algériens, pour les opportunités d’affaires et d’échanges qu’offre le secteur de la santé en Algérie. Un marché national du médicament en croissance soutenue, un secteur de la santé en cours de modernisation. Rappelons que la France est le premier fournisseur de produits pharmaceutiques en Algérie (70% de parts de marché). Ces produits représentent le deuxième poste d’exportation de la France vers notre pays.

            Comment


            • #8

              Dimanche 27 avril 2008 -- Le 11ème Salon international du médicament et de l'équipement médical (SIMEM) a pris fin hier, au Palais des expositions, Pins maritimes d'Alger, après quatre jours d'activités destinées * attirer un maximum de professionnels du secteur. Parrainé par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le salon a vu l'absence très remarquée des producteurs de médicaments locaux et internationaux. Ils sont * peine deux, * exposer certaines marques de médicaments dans les stands réservés * cet effet. Même SAIDAL, qui n'a pourtant jamais raté cette manifestation depuis son lancement en 1998, est absent cette année dans les stands.

              « Le secteur du médicament est quasi inexistant cette année », s'est désolé hier la représentante d'ELISA, une entreprise spécialisée dans l'importation et la distribution des équipements et matériels de laboratoires. Rencontrée dans son stand, elle n'hésite pas * parler de « défection » des professionnels de la santé * l'égard du salon qui a pourtant vu la participation de plusieurs pays étrangers, notamment la France, l'Italie, la Chine et pour la première fois Cuba.

              « Il y a moins de 60 % de visiteurs cette année », nous a déclaré notre interlocutrice qui parle d'un « manque d'intérêt », notamment des cliniques privées et les hôpitaux pour cette 11ème édition. Pourtant, soutient-elle encore, ce qui se fait de mieux ces dernières années est exposé et proposé au pavillon central de la SAFEX où se déroule le salon qui devait accueillir, selon les prévisions des organisateurs quelque 20 000 visiteurs, soit 5.000 de plus que l'année dernière.

              Les Chinois, quant * eux, sont plutôt contents de la manifestation. Rencontré dans son stand, M. Louis Wang, représentant la Compagnie Mindray Co.Ltd, n'est pas pour sa part déçu. Au contraire, il affirmera que depuis l'ouverture du salon, pas moins de 30 médecins par jour viennent s'enquérir et voir le matériel médical exposé. M. Wang, qui répétait que la compagnie qu'il représente est entrée dans la Bourse de New York depuis l'année 2006, est plutôt optimiste. Le marché maghrébin, et plus particulièrement le marché algérien, est très prometteur. « Ce salon est très fructueux pour nous », a-t-il encore ajouté en soulignant toutefois, en réponse * notre question, que Mindray Co.Ltd n'est pas intéressé pour l'heure * faire des investissements dans ce domaine en Algérie.

              Il faut savoir que durant ce salon, pas moins de 175 produits et autant de marques sont exposés. Personne n'était en mesure d'expliquer l'absence des producteurs et distributeurs de médicaments * la manifestation et ce, malgré la réservation de 15 % de la surface pour ce secteur. Tout comme aucun bilan, ni conférence de presse n'ont été organisés hier au terme du salon, qui a vu toutefois la participation d'une cinquantaine de nouveaux exposants notamment étrangers.

              Comment


              • #9

                Dimanche 27 Avril 2008 -- En marge du Salon international du médicament et de l’équipement médical qui a pris fin hier, un séminaire sur l’obtention de la certification de la qualité et l’efficacité ISO 9000 par les entreprises économiques, notamment médicales, s’est tenu jeudi. Organisée par Com Event en partenariat avec Afak Afnor, leader dans la délivrance de certifications ISO, cette rencontre vise * inciter les entreprises * garantir un produit de qualité et * améliorer la qualité des services, conditions sine qua non pour l’obtention des certifications ISO 9000, 9004 et 2000. Les experts estiment nécessaire d’impliquer les professionnels et les spécialistes hautement compétents en matière d’amélioration des soins et de promouvoir les prestations en mettant en place un dispositif de gestion, en offrant les équipements médicaux de pointe et en maîtrisant la gestion des accidents.

                Les participants ont, d’autre part, relevé l’importance de renforcer les capacités des laboratoires, de veiller * la maintenance des équipements médicaux, de gérer les déchets, notamment médicaux, d’assurer l’hygiène et de mettre en place des plans d’urgence. L’objectif de ce séminaire permet, selon les organisateurs, de prendre connaissance des exigences requises pour l’obtention de la certification ISO et d’en comprendre le processus pour les entreprises médicales. Pour les participants, la certification ISO 9000 est le moyen le plus * même de promouvoir la gestion des entreprises au niveau mondial requis dans un contexte d’économie de marché. 200 entreprises économiques ont obtenu, * ce jour, les certifications ISO 9000 et 2000, ont précisé les participants. Il est également demandé l’instauration d’un système de gestion de la qualité dans les entreprises économiques, notamment dans le domaine de la santé, et l’adoption de normes visant la promotion de la qualité et la garantie du fonctionnement de l’entreprise.

                Un expert en gestion, Omar Tatchit, a précisé que la promotion du produit nécessite de la part de l’entreprise la mise en place d’un système de gestion prenant en compte la qualité, soulignant la nécessité d’instaurer un contrôle strict pour garantir aux clients un produit de qualité. Cette certification garantit l’efficacité économique et la viabilité de l’entreprise dans le cadre de la concurrence, a encore souligné l’intervenant. S’agissant de la santé, ces normes concernent l’obtention du certificat ISO en matière d’amélioration des prestations de soins et de fabrication de médicaments, en se fixant des objectifs de qualité et de sécurité. La représentante du groupe international Afaq Afnor a évoqué les efforts déployés pour inciter les entreprises * obtenir les certificats de qualité et de performance internationales ISO. L’intervenante a affirmé que son entreprise a remis, jusque-l*, des certificats ISO * 60 sociétés médicales algériennes, dont le groupe Saïdal.

                Comment

                Unconfigured Ad Widget

                Collapse
                Working...
                X