Announcement

Collapse
No announcement yet.

A sovereign wealth fund for Algeria?

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Guest 123
    started a topic A sovereign wealth fund for Algeria?

    A sovereign wealth fund for Algeria?


    Jeudi 26 juin 2008 -- Le ministre de l'Energie et président de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), Chakib Khelil, n'a pas exclu jeudi que l'Algérie se dote de fonds publics d'investissements dits fonds souverains, dans quatre ?* cinq ans. La mise en place d'un fonds d'investissements pour gérer la manne pétrolière est une "option valable", a estimé M. Khelil sur la chaîne de télévision France 24. "Il est fort possible que, dans quatre, cinq ans, nous aurons peut-être des possibilités de création de fonds souverains pour des activités ?* l'extérieur de l'Algérie", a-t-il ajouté. La montée en puissance des fonds souverains, notamment en provenance de Chine, de Russie ou des Emirats arabes unis, a suscité certaines interrogations dans les pays occidentaux, où ils sont parfois soupçonnés de servir des intérêts autres que financiers, surtout dans les secteurs stratégiques comme l'énergie ou les communications.

  • Guest 123
    replied

    دافعت الجزائر عن صحة موقفها الرافض لإنشاء صناديق سيادية، رغم أن عديد الخبراء ظلوا إلى غاية ظهور الأزمة المالية العالمية الحالية يوصون بإلحاح بهذه الخطوة. وأوضحت أن التدابير المتخذة من قبل الحكومة في إطار التجارة الخارجية والشراكة والاستثمار الأجنبي ''لا تؤثـر البتة في ما توفره الجزائر من جاذبية واستقرار لفائدة المستثمرين''.

    ذكرت الجزائر، أول أمس بموسكوكا (كندا) في مذكرة قدمتها حول نشاط الجزائر ضمن الشراكة بين إفريقيا ومجموعة الثمانية، في إطار الحيز المخصص لإفريقيا في قمة مجموعة الثمانية، أن ''منطق الحذر والتسيير العقلاني هذا جعل الجزائر تستبعد خيار إنشاء صندوق سيادي رغم أن عديد الخبراء ظلوا إلى غاية ظهور الأزمة المالية العالمية الحالية يوصون بإلحاح بهذه الخطوة.

    كما أشارت أن الإجراءات الجديدة التي اتخذت من أجل التكفل بمصالح البلاد على المديين المتوسط والبعيد والمتعلقة بالنظام المطبق على الاستثمارات الأجنبية والتعديلات التي أدخلت عليه ''لا تؤثـر البتة فيما توفره الجزائر من جاذبية واستقرار وأمن للمستثمرين للمستثمرين الذين لم يلاقوا عموما أي صعوبة في التأقلم مع النظام الجديد''.

    من جهة أخرى أوضحت الجزائر في ذات المذكرة أن الإجراءات التي اتخذتها بخصوص الاستثمارات الأجنبية تهدف إلى ''فتح النقاش مع شركاء الجزائر بغرض تأجيل رزنامة تفكيك جمركي يبدو أن التطورات الخارجية المتلاحقة قد تجاوزته''، وهو المطلب الذي عرضته يوم 15 جوان الجاري على مسؤولي اللجنة الأوروبية ولقي تجاوبا حسب وزير الخارجية مراد مدلسي لدى الطرف الأوربي.

    أبعد من ذلك قالت الجزائر إن ما ألهم التغييرات التي تم إدخالها على مسعاها هو ''ترقية اقتصاد ينبغي أن يرتكز من الآن فصاعدا على ديناميكية المؤسسات الجزائرية من القطاعين العام والخاص على حد سواء''، مبرزة في هذا الصدد بأن ''الأولوية تتمثل في إعطاء نفس قوي لإنشاء المؤسسات الصغيرة والمتوسطة، والحرص على ضمان أمنها الغذائي، ومن ثمة ستبقى الفلاحة تستفيد من الدعم اللازم حتى تؤتي برامج التنمية الفلاحية المتتالية المنفذة منذ عقد من الزمن أكلها بالتمام والكمال''.

    وتم التطرف في المذكرة أيضا إلى أن الإصلاحات الجارية منذ عام 2000 قد ''سمحت بتطهير إطار النشاط السياسي والاقتصادي وإطار الحوار الاجتماعي في البلاد. وبعد إشارتها إلى مخطط الإنعاش والنمو السابقين، جاء في المذكرة المعروضة أمام قمة مجموعة الثمانية بكندا أن المخطط 2010 - 2014 فضلا عن مواصلة تحديث الهياكل القاعدية المادية اللازمة لازدهار النشاط الاقتصادي سيخصص 40 بالمائة من موارده للتنمية البشرية''.

    ومن هذا الباب وجهت الجزائر دعوة إلى شركائها بأنها ''تنتظر منهم الكثير في مرحلة تعزيز دينامكيتها الاقتصادية والاجتماعية هذه''.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Mercredi 24 Décembre 2008 -- L'Algérie n'est pas prête ?* placer ses réserves de change qui avoisinent 138 milliards de dollars dans des fonds souverains, a déclaré mercredi le premier ministre Ahmed Ouyahia.

    "La responsabilité de l'Etat implique de réfléchir sur les conséquences d'une telle mesure qui risqueraient de coûter au Trésor public des pertes considérables", a déclaré M. Ouyahia devant les membres du Conseil de la Nation. "Nous ne pouvons comparer nos réserves de change estimées ?* 138 milliards de dollars ?* celles de la Chine, du Japon ou des pays du Golfe", a-t-il dit.

    Le président du Forum des chefs d'entreprises (FCE) Réda Hamiani a proposé le 3 décembre ?* Alger la création d'un fonds souverain qui serait alimenté par une partie des recettes pétrolières pour acquérir ?* l'étranger des entreprises fragilisées par la crise économique mondiale. Les recettes pétrolières de l'Algérie devraient atteindre 76 milliards de dollars en 2008, selon les prévisions officielles.

    Le ministre de l'Energie et des mines Chakib Khelil avait évoqué en juin la possibilité pour l'Algérie de se doter de fonds souverains dans quatre ?* cinq ans.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    September 29, 2008 -- It is now certain that international financial markets will not see a new fund fly their way on the wings of oil dollars. With its 133 billion dollars in reserve foreign exchange as of the first quarter of 2008, Algeria was a possible candidate for the creation of such a fund. President Bouteflika finally intervened in what has now become a veritable economic issue since the start of the year. “Some people say we should seriously experiment with sovereign funds to make our foreign exchange reserves more profitable abroad. I believe our country continues to be greatly in need of capital to develop the nation’s economy – a reality that goes against choosing sovereign funds at the present time,” he stated. Observers certainly noticed the “at the present time”. The Algerian president was therefore careful not to say anything to compromise his friend and protégé, the Minister of Energy and Mining, Chekib Khelil, who proposed the creation of an Algerian sovereign fund in five years. At that time, he was the only official who dared to go against the shared opinion of the head of the Bank of Algeria, Mr. Laksaci, and the Minister of Finance, Mr. Djoudi, both of whom are in favour of surplus earnings being managed in a more traditional and prudent manner in Algerian currency.

    “It is false to believe that Algeria built a whole religion on the idea of sovereign funds. That would depend on far too many variables, starting with changes in trade surplus earnings, for the government’s official position not to change in the course of next year,” explains financial consultant, Mourad Touhami. One variable in particular, apart from the price of oil, has the Algerian government holding its breath: exploding imports. They went from less than 20 billion dollars in 2005 to well over 40 billion this year (21 billion in the first half of the year already). The investment programme in infrastructure, on its own, instigated 8 billion dollars worth of industrial equipment imports over the first 7 months of the year.” Food imports could reach 8 billion dollars by the end of the year. “If we find ourselves at the breakpoint threshold of 50 billion dollars in imports per year by 2010, and energy export earnings peaking at 80 billion dollars, little will be left to place in a sovereign fund,” warned a high-ranking official within the Ministry of Energy to justify “the observation period” that his department wishes to have to examine the issue. For Mustapha Mékidèche, vice-president of the social and economic council (CNES) and an energy consultant, the issue is not quite as it has been presented. Algeria has already placed a sizable portion of its currency reserves in American Treasury bond at an interest rate of 2%. “It’s drying up our savings,” he argues. The country’s accumulated surplus earnings are what should be managed dynamically by searching for placements in assents that meet Algeria’s development needs, “I am definitely a supporter of the Algerian sovereign fund.” The idea of having a public investment fund of that type geared towards partnership with foreigners in Algeria – to meet “the nation’s capital needs,” as expressed by President Bouteflika – was also defended by finance expert, Hachemi Siagh in May.

    Algiers’ need “to provide more capital guidance” to the country’s locally based foreign investors is a hot topic after the IDE’s series of “reframing” measures that arose this summer (Les Afriques nos. 41 and 43). An analysis published in the Algerian press has, in reality, already been proven empirically sound by Sonatrach. The leading African company actually does recycle its “extra profits” by dealing either alone or in partnership with foreign investors on ventures that are farther and farther beyond its “historical boundaries”. Joint ventures created in 2003 with foreign firms for desalination, electricity, fertiliser, and aluminium are all proofs of Sonatrach’s presence on the ground. This momentum continues in sectors such as mining, commercial airlines and a series of other branches. “The government did not accept the ceding of Algerian cement factories of Orascom to Lafargue and included a right of pre-emption if such a case should come about in the future. And if this should come about immediately, to whom would the State speak about buying foreign assets? To Sonatrach, of course…”, predicts Mourad Touhami. The Minister of Energy and Mining, Chekib Khelil has set Sonatrach’s activities on the international market to reach 40% by 2015. Naturally, this could seem presumptuous, but clearly ushers in an era of acquisitions abroad. Experts do not believe that Sonatrach is ready. Algerian investment funds are still knocking at the door.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied
    Samir Allam :


    Samedi 27 Septembre 2008 -- La crise financière internationale, avec la forte chute des places boursières mondiales, a relancé le débat sur l’utilisation des réserves de change issues des exportations d’hydrocarbures. La semaine dernière, la Banque d’Algérie a saisi l’occasion pour vanter les mérites de sa gestion prudente : en plaçant près de 50 milliards de dollars dans des bons du Trésor américain, l’Algérie a été épargnée par la crise. Ce qui n’est pas faux, même si la Banque d’Algérie oublie de préciser que le rendement des obligations du Trésor américain est au plus bas depuis la seconde Guerre mondiale. L’Algérie n’a certes pas perdu d’argent ?* cause de la crise financière actuelle, mais elle risque de ne pas d’en gagner pendant toute la période que va durer la crise. Autrement dit : l’Etat américain utilise l’argent de l’Algérie ?* moindre coût.

    Autre détail : la Banque d’Algérie se contente d’une analyse purement monétaire, oubliant que les retombées de la crise actuelle sur l’Algérie pourraient surgir plus tard et s’avérer désastreuse : forte baisse de la demande sur le pétrole, récession mondiale…L’Algérie est, dans la situation actuelle, comme le paysan dont la ferme vient de brûler mais qui s’intéresse seulement au sort des billets enfouis sous son matelas !

    Pour les autorités monétaires algériennes, cette crise doit servir de leçon pour les partisans d’une diversification des placements et surtout pour tous ceux qui souhaitent voir l’Algérie se doter d’un fonds souverain, ?* l’image des pays du Golfe ou de la Libye. En réalité, la crise actuelle constitue une excellente opportunité pour se doter d’un tel instrument financier : les cours des principales entreprises mondiales ont atteint des plus bas historiques et plusieurs investisseurs institutionnels sont prêts ?* céder des participations importantes dans des sociétés qu’ils détiennent en partie. Réserver moins de 10% des réserves de changes disponibles actuellement (soit environs 10 milliards de dollars) pour créer un fonds souverain permettrait ?* l’Etat algérien de prendre des positions intéressantes au sein d’entreprises aux compétences reconnues dans leur domaines.

    En effet, pour un pays comme l’Algérie, l’intérêt d’avoir un fonds souverain n’est pas seulement financier. Il est également stratégique : en devenant actionnaire dans des groupes internationaux, l’Etat algérien va pouvoir influencer leur décision. Un exemple : si l’Etat algérien était actionnaire au sein de Renault ou d’EADS, ces deux groupes auraient sans doute réfléchi ?* deux fois avant de décider de s’implanter respectivement au Maroc et en Tunisie. De même si l’Etat algérien était actionnaire d’un grand groupe de travaux publics (les cours en Bourse de plusieurs sociétés du secteur ont fortement chuté ces derniers jours), il ne serait pas réduit aujourd’hui ?* demander ?* des Chinois de respecter les délais pour livrer leurs projets dans l’immobilier et sur l’autoroute Est-Ouest.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Samedi 13 septembre 2008 -- Les conditions n’étant pas actuellement remplies, l’opportunité de créer un fonds souverain en Algérie implique d’être prudent, a estimé l’expert international en management stratégique, Abderrahmane Mebtoul. Ce dernier a, en effet, estimé qu’une telle entreprise repose sur cinq facteurs, en tenant compte du processus de mondialisation et de la place de l’Algérie au sein des différentes stratégies géo-politiques. Il s’agit tout d’abord, selon lui, de disposer d’une bonne gouvernance interne, d’une bonne gestion des ressources humaines par la revalorisation du savoir, de tenir compte de la concurrence internationale, d’avoir une superficie financière appréciable par rapport aux besoins d’investissements locaux et enfin de revoir le code pénal pour dépénaliser les actes de gestion des acteurs économiques. Les actifs des fonds souverains ont été évalués au début de 2008 ?* 3 000 milliards de dollars et pourraient atteindre 12 000 milliards ?* l’horizon 2015, soit plus de 10 % de l’argent en circulation dans le monde, selon M. Mebtoul. Les études qui ont été réalisées sur les fonds souverains arabes, notamment sur l’Arabie saoudite, Bahreïn et les Emirats arabes unis, ont démontré le nouveau rôle de ces fonds, ?* la faveur d’un renouveau de la manne pétrolière, qui en fait des acteurs des plus agressifs sur les marchés mondiaux. La stratégie de ces fonds, qu’ils soient arabes ou autres, s’oriente de plus en plus vers des investissements financiers, notamment la participation au capital d’entreprises occidentales, voire leur prise de contrôle, a souligné l’expert. Il a, d’autre part, indiqué que quelque 1 200 milliards de dollars de capitaux arabes sont entreposés au niveau des banques étrangères, ce qui s’explique par le fait que 60 % des réserves mondiales de pétrole et le tiers des réserves de gaz sont détenues par les pays arabes. En dépit de ces ressources, la création d’une zone arabe de libre-échange demeurera un vœu pieux tant les échanges interarabes ne dépassent pas 9 % de leurs échanges globaux, a encore ajouté M. Mebtoul dans un entretien ?* la radio nationale.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Mardi 9 Septembre 2008 -- Le chef de l’État a décidé de ne pas recourir ?* la création de fonds souverains susceptibles de mieux fructifier les réserves en devises, qui pourraient dépasser la barre des 150 milliards de dollars en 2008. L’argumentaire paraît simpliste : l’Algérie a besoin de capitaux pour poursuivre la modernisation de ses infrastructures. On fait l’économie de comprendre d’abord comment fonctionnent de tels instruments. Cette question de l’utilisation de la rente pétrolière, qui est d’ailleurs toujours abordée avec retenue et avec un degré de transparence guère suffisant, montre les difficultés ?* instaurer un État de droit en Algérie. C’est comme si on voulait priver la population d’une meilleure connaissance des enjeux de l’usage de l’argent du pétrole, voire de ses effets sur l’avenir des générations futures. En fait, les avis divergent. Différents experts nationaux sont favorables ?* la création d’un fonds souverain. Ils suggèrent du moins un débat sur le sujet. Les ministres des Finances et de l’Énergie y sont opposés. En contexte de crise financière, dite des “subprimes”, le premier soutient que ce type de placement est risqué, le second fait valoir les importants besoins d’investissements nécessaires durant les cinq prochaines années pour moderniser le pays. “C’est la roulette russe et il faut savoir jouer ?* la roulette russe”, avait-il argué. Cette réponse renvoie aux difficultés opératoires ?* mettre en place cet instrument. Il s’agit de savoir organiser et manager ce fonds, de disposer de moyens de contrôle efficients pour parvenir ?* bien rentabiliser l’argent placé, c’est-?*-dire obtenir des rendements élevés. À travers le monde, les fonds souverains se généralisent. On se spécialise dans la gestion des risques. Avec, en prime, une augmentation importante de ses revenus. Pourquoi alors l’Algérie devra-t-elle se dispenser de l’apprentissage de moyens plus sophistiqués, ayant cours sur les marchés financiers internationaux, pour mieux fructifier son argent, quitte ?* prendre des risques ? Le débat est ouvert. En tout état de cause, il s’agit de mettre vite en place les alternatives ?* une économie rentière, la situation sociale risquant de s’aggraver ?* court et moyen terme.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Mardi 9 Septembre 2008 -- Fonds souverain. Ce sujet parce qu’il touche ?* l’avenir des enfants des Algériens invite ?* un débat sérieux avant de tirer les conclusions sur la nécessité de créer cet instrument au profit des générations futures ou non. L’État veut faire l’économie de ce débat. Il n’est pas question de créer ce fonds, a affirmé le président de la République lors de l’audition du ministre des Finances. L’Algérie a besoin d’investir, a-t-il ajouté.

    Pourtant, ce point sensible soulève la question de la gestion des réserves de devises du pays. Autrement dit, comment préserver dans le temps le pouvoir d’achat des réserves de change ? Cette question renvoie ?* deux problématiques, relève un expert international. La première porte sur la gestion des réserves de change, la seconde sur la nécessité d’une réflexion sur la création ou non d’un fonds souverain. La Banque d’Algérie gère ces réserves en devises, note-t-il de manière prudente. Mais comment sont placées les réserves de change de l’Algérie ? La Banque centrale utilise deux manières prudentes pour placer les réserves, ajoute le même expert. Premièrement, elle place 70% de cet argent en titre souverain, c'est-?*-dire en bons de Trésor américains, japonais, britanniques et européens qui sont pour la plupart cotés AAA (placements très sûrs) avec des durées qui sont plus ou moins longues.

    Le second placement s’effectue via les dépôts de la Banque centrale sur le marché bancaire et interbancaire. L’argent est déposé par la Banque centrale auprès de banques internationales qui disposent de références très élevées. Ce matelas de devises serait composé ?* 45% en dollars américains, ?* 45% en euros, ?* 10% en yens et 10% en livres sterlings. La Banque d’Algérie a bien géré au cours des quatre ?* cinq dernières années la remontée de l’euro par rapport au dollar. Elle a acheté des euros au moment où leur cours était bas. Ce qui explique aujourd’hui la part plus importante de l’euro dans la composition des réserves de change. En un mot, ce matelas de devises, qui a atteint ?* fin juin 133 milliards de dollars est placé en bonne partie, en bons de Trésor américains.

    La gestion prudente de la Banque d’Algérie a un coût

    “Cet argent rapporte 2% seulement. Si l’on utilisait une partie de ces réserves de change dans la création d’un fonds souverain, le rendement pourrait être de 15% ?* 30%, voire au minimum de 7%”, a relevé Mustapha Mekidèche, vice-président du Cnes et expert pétrolier. Cette prudence a un coût. Un simple calcul montre que dans cette affaire, l’Algérie perd des milliards de dollars par an, eu égard au volume important des réserves en devises actuellement. En termes simples, il s’agit de puiser une partie des réserves en devises, disons 20% selon un économiste, pour créer un fonds souverain. L’argent sera placé, ?* titre d’illustration, dans l’achat d’actions ou autres actifs ?* fort rendement, dans des prises de participations ou des rachats de sociétés qui pourraient opérer un transfert technologique vers l’Algérie.

    Ces questions renvoient ?* un autre véritable débat qui touche aussi les générations futures, celui de l’après-pétrole et de l’après-gaz. Avons-nous intérêt ?* produire aujourd’hui autant de pétrole et de gaz quand on sait que les prix du pétrole vont atteindre ?* moyen ou long terme 200 ?* 300 dollars, voire plus ? Pourquoi ne pas préserver ces réserves pour les générations futures, et ne pas produire juste ce dont on a besoin ? Deuxième question : comment utiliser les réserves de change, comment les intégrer dans la construction d’une économie plus diversifiée, beaucoup moins dépendante des fluctuations des prix du pétrole, comment sortir de l’économie de rente ? La question de la création d’un fonds souverain devra être appréhendée sous cet angle.

    Pour un autre expert international, il y a une relation entre le risque et le rendement. Le rendement est élevé lorsqu’il y a plus de risque. Le rendement est bas lorsque le risque est bas. Plus simplement, on obtient par le fonds souverain des rendements élevés mais avec plus de risque. À travers le monde, les fonds spécialisés dans la gestion de ces risques se multiplient. Le fonds souverain de la Norvège, destiné aux générations futures et qui a atteint plus de 200 milliards d’euros, connaît annuellement une croissance significative. L’expert ajoute que la création d’un fonds souverain viendrait en complément d’une meilleure organisation interne : un système financier performant, la mise en place d’un marché des capitaux et des ressources humaines capables de contrôler ce fonds.
    Par ailleurs, le fonds souverain pose pour le premier spécialiste le problème de son organisation, de son contrôle, de sa transparence et d’une coordination étroite entre institutions de l’État. Au Koweït, le fonds est géré par les ministères de l’Économie, des Finances et la Banque centrale.

    Question annexe : que fait-on des 40 milliards d’euros accumulés dans le fonds de régulation ? Ils sont considérés comme des réserves dormantes. Le bons sens commande de les placer, voire de les affecter ?* l’investissement privé productif, comme le suggère le second spécialiste. Enfin, dans un contexte où la pauvreté et le chômage en Algérie restent préoccupants, se prononcer sur ces questions, sans véritable débat, laisser la population ignorante des enjeux de l’utilisation de l’argent de pétrole, ne semble pas relever de pratiques propres ?* un État de droit.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied
    Salah Benreguia :


    Mardi 9 Septembre 2008 -- Le président Bouteflika ne veut même pas entendre parler d’une éventuelle création d’un fonds souverain pour rentabiliser davantage les réserves de changes ?* l’étranger. «Certains nous suggèrent de nous lancer dans l’aventure d’un fonds souverain pour rentabiliser davantage nos réserves de changes ?* l’étranger. J’estime que le pays continue d’avoir un énorme besoin de capitaux pour le développement de l’économie nationale, ce qui ne plaide pas actuellement pour ce choix», a déclaré dimanche dernier le chef de l’Etat ?* l’issue d’une réunion restreinte consacrée au secteur des finances. En décodé, le contexte financier actuel, marqué par d’immenses projets d’investissement nécessitant des enveloppes financières faramineuses, n’est pas favorable selon le Président. Ainsi, ceux qui ont ces derniers temps plaidé pour la création d’un tel fonds, ?* commencer par le ministre de l’Energie et des Mines, ont désormais une réponse claire. Le choix de créer un fonds de cette nature n’est donc pas pour demain, d’autant que le Président lui-même a coupé l’herbe sous le pied ?* ses concepteurs. En effet, le recours ?* des méthodes plus rentables, comme la création d’un fonds souverain, a été évoqué ces derniers mois par le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, suivi par certains spécialistes des questions financières. Ces derniers, mettant en exergue le montant de plus en plus important des réserves de changes, estimé ?* 133 milliards de dollars ?* fin juin 2008 contre près de 78 milliards de dollars ?* la fin 2007, ont soulevé cette problématique, d’autant que, ont-ils laissé entendre, l’Algérie possède les moyens financiers pour suivre l’exemple des pays arabes du Golfe comme les Emirats et le Qatar qui disposent de fonds souverains pour investir dans des sociétés et des projets ?* l’étranger. Le ministre des Finances, a, suite ?* cette polémique, signifié que «l’Algérie n’est pas encore prête ?* transformer une partie de ses réserves de changes, ou le fonds de régulation des recettes, en fonds souverain». «Le fonds souverain est une décision économique avant tout. Maintenant, il faut voir l’opportunité de la décision», a-t-il dit. Le motif avancé par Djoudi est la crise financière internationale liée aux subprimes américains. Il dira que les fonds souverains n’ont pas été épargnés. «Le fonds souverain en lui-même n’est pas uniquement une réponse positive. Cela s’accompagne d’éléments de risque. C’est un élément qu’il faut apprécier. Par tradition, ce genre de fonds s’oriente vers des activités avec un niveau de risque fort. Il y a un risque potentiel de perte», a-t-il noté. Pour rappel, la gestion des réserves de changes est du ressort de la Banque d’Algérie avec comme principe avoir un minimum de risque et avoir une liquidité. «C’est-?*-dire qu’?* tout moment, vous pouvez récupérer ces réserves pour pouvoir participer ?* un financement quelconque et avoir un niveau de risque qui soit le plus faible possible», avait précisé Karim Djoudi.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    July 30, 2008 -- With oil prices skyrocketing, Algeria has seen its foreign exchange revenues increase steadily over the last two years. The issue of how to manage the country's wealth has set off a new debate in the local media on whether setting up government-owned investment entities known as sovereign funds offers the best solution.

    Algerian reporters have repeatedly asked officials whether Algeria would copy other OPEC states and create its own sovereign wealth fund.

    OPEC President and Energy and Mines Minister Chakib Khelil became the latest Algerian official to say that creating such funds, while being a "valid option" for the future, is premature.

    "Algeria’s financial resources should be devoted exclusively to internal investment," Khelil said July 26th at an Algiers press conference announcing Algeria's Energy Week set to begin November 15th. One reason he cited for this objection is that Algeria, where oil has generated most of the revenue, cannot rely on the commodity's continued price climb.

    "Even if oil prices are currently high, they will stabilise in the 140 dollars / barrel [range]," he said.

    Other Algerian officials mirror Khelil's concerns. Economy Minister Karim Djoudi said global economic indicators make creating sovereign funds a high-risk move for Algeria.

    "Because of the world financial crisis and the subprime affair, which has not yet finished doing damage, the sovereign funds are recording enormous losses. To launch a sovereign fund in an international situation so unfavourable is really inadvisable," El Watan quoted him as saying earlier this month.

    Mohammed Laksaci, governor of the Bank of Algeria, said that although revenues are climbing, it would be very risky for Algeria to invest its foreign exchange reserves in banks abroad.

    "The increase in our foreign exchange reserves means that we need to manage them very carefully," Laksaci said. Without specifying the exact sum already invested, he said, "We get a return of 4% on this money."

    According to Laksaci, Algeria's reserves are now $126 billion. He predicts that the number will reach $160 billion by the end of the year.

    Former Algerian Prime Minister Ahmed Benbitour is also reluctant to advocate the sovereign funds idea. "First we need to prove we can manage our own economy before we go making investments abroad," he said in an interview with Algerian daily L'Expression, "which requires an entirely different kind of skill."

    "We’re a long way off from achieving that," Benbitour added.

    Economist Abdelmalek Serrai concurs, noting that it is still premature to discuss the investment of sovereign funds. Algeria should shore up its financial position and acquire experience in managing its finances before embarking on such a step, he said.

    Indeed, accountant Djamel Djerrad told Magharebia, the country would be better off investing in its manufacturing sector "rather than getting involved with foreign businesses".

    Economist Hachemi Siagh disagrees. He believes the creation of a sovereign fund will help Algeria and assist Sonatrach in branching out into the international market.

    Algeria’s foreign exchange reserves are kept in banks where they are protected by guarantees from the US Treasury, and can be withdrawn by the Bank of Algeria at any time.

    Leave a comment:


  • Guest 123
    replied

    Dimanche 27 Juillet 2008 -- Le ministre de l’Energie et des Mines, M. Chakib Khelil a déclaré, hier, que l’Algérie a besoin d’investissements intérieurs dans tous les secteurs, qui absorberont toutes les ressources financières du pays même si les prix du pétrole se stabilisent ?* 140 dollars durant les dix prochaines années. Il a indiqué que l’idée de création d’un fonds souverain, d’ici quatre ou cinq ans, qui a déj?* été évoquée, n’est pas ?* l’ordre du jour. Dans une conférence de presse, animée, hier, ?* l’hôtel Sheraton, ?* l’occasion de la présentation de la quatrième édition de la semaine de l’énergie en Algérie, prévue du 15 au 19 novembre prochain, le ministre Chakib Khelil a expliqué que l’idée de la création d’un fonds souverain n’est pas possible actuellement et que l’Algérie a besoin d’investissements intérieurs dans les différents secteurs qui absorberont, sans doute, toutes les ressources financières disponibles dans le Trésor public et celles que l’Etat récoltera prochainement suite ?* la hausse des prix du pétrole. Le ministre a estimé qu’il n’est pas possible de couvrir les investissements intérieurs par les fonds publics. Il a affirmé que l’Algérie a besoin d’investissements étrangers pour couvrir son déficit dans les dix prochaines années. Même si les prix du pétrole sont actuellement élevés, ils vont se stabiliser dans les 140 dollars/baril, a-t-il ajouté. Le ministre est revenu sur une précédente déclaration concernant la création d’un fonds souverain consacré ?* l’investissement des fonds publics ?* l’étranger et a affirmé que la question relève des prérogatives du ministre des Finances. Il a déclaré qu’il a soulevé cette idée suite ?* une question ?* laquelle il ne s’attendait pas et ?* laquelle il a spontanément répondu, précisant que ce n’était pas ?* l’ordre du jour.

    Leave a comment:

Unconfigured Ad Widget

Collapse
Working...
X