Announcement

Collapse
No announcement yet.

Eau : Un plan de 20 milliards de dollars pour les cinq prochaines années

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #31
    Merouane Mokdad :


    Jeudi 25 Mars 2010 -- Le gouvernement n’a pas l’intention pour l’instant de résilier les contrats de gestion déléguée des eaux d’Alger, d’Oran, de Constantine et de Annaba. “Il est prématuré de dire que les contrats seront résiliés. On nous reproche de vouloir aller vite mais nous exigeons de nos partenaires d’aller vite et bien. Nous les avons mis en demeure car nous avons constaté qu’?* l’heure actuelle ils ne vont pas atteindre leurs objectifs. Nous observons et nous gardons toute la vigilance nécessaire. Le citoyen a besoin d’un service ?* long terme”, a déclaré Abdelmalek Sellal, ministre des Ressources en eau, invité jeudi de la chaîne 3 de la radio nationale. La Société des eaux de Marseille, qui gère les eaux de Constantine, et l’allemand Gelsen Wasser AG en charge des eaux de Annaba, ont reçu des mises en demeure du gouvernement pour respecter les clauses contractuelles relatives ?* cette gestion. Un audit sera engagé pour évaluer cette gestion. Le français Suez et l'espagnol Akbar qui gèrent, respectivement, les eaux d’Alger et d’Oran depuis 2005 semblent aller dans le bon sens. “La gestion déléguée est une expérience nouvelle. Il ne s’agit pas d’une concession. Il y a amélioration au niveau d’Alger. Des outils modernes de gestion ont été introduits. Nous avons demandé ?* notre partenaire de consolider cette gestion. Les choses évoluent correctement ?* Oran”, a soutenu le ministre. Selon lui, le projet de gestion déléguée devait concerner au départ 15 wilayas. “Nous nous sommes donnés un temps de réflexion. Nous analysons ce qui se passe dans les quatre grandes villes. Après, on verra s’il faut élargir ce système ou pas”, a-t-il expliqué.

    Comment


    • #32
      Riyad Hamadi :


      Mardi 30 Mars 2010 -- Les fuites et les vols d'eau potable coûtent cher ?* l’Algérie. Sur plus de 2,5 milliards de m3 d’eau potable produits annuellement, seulement 800 millions de m3 sont facturés, a déclaré lundi soir au cours d’une émission de Canal Algérie, Messaoud Terra, directeur chargé de l’alimentation en eau potable au ministère des Ressources en eau. « Nous facturons entre 30% et 40 % de l’eau que nous produisons. Le reste est perdu, soit dans les fuites, soit dans les vols », a-t-il précisé.

      M. Terra a indiqué que 70% de la population algérienne est alimentée quotidiennement en eau potable, avec des plages horaires variables de 4 heures ?* 24 heures.. En moyenne, les Algériens ont une dotation annuelle de 600 m3 par habitant alors que la norme internationale est de 1.000 m3 par an et par habitant. « Théoriquement, nous sommes dans une situation de stress hydrique, mais dans notre pays une ration de 600 m3 par an et par habitant est très acceptable », a ajouté M. Terra.

      L’Algérie, pays semi-aride a dû recourir au dessalement massif de l’eau de mer pour améliorer la distribution de l’eau potable et pallier le manque des eaux conventionnelles mobilisées dans les barrages et par les forages. Depuis les années 1970, la pluviométrie a baissé en Algérie. Les eaux superficielles sont passées de 17 milliards de m3 en 1970 ?* 10 milliards de m3 actuellement alors que la population a quasiment triplé durant cette période, selon M. Terra. «Toutes les villes du littoral seront dotées de station de dessalement, ce qui permettra d’utiliser l’eau des barrages et des forages pour alimenter les villes de l’intérieur », a expliqué M. Terra.

      Par ailleurs, l’Algérie multiplie les projets pour utiliser les eaux usées épurées dans l’agriculture. « Actuellement, il y a 4.000 hectares de terres agricoles irriguées avec des eaux usées épurées dans des stations d’épuration. Nous voulons atteindre 40.000 hectares ?* court terme et 100.000 hectares ?* moyen terme », a expliqué de son coté Ahcène Ait Amara, directeur de l’assainissement et de la protection de l’environnement au ministère des Ressources en eau. L’Algérie a décidé d’investir 20 milliards de dollars durant la période 2010-2014 dans le secteur de l’hydraulique afin d’améliorer l’alimentation en eau potable de la population et l’irrigation de l’agriculture.

      Comment


      • #33
        Riyad Hamadi :


        Dimanche 4 Avril 2010 -- China Geo-engeeneering corporation a décroché un contrat de près de 1,6 milliard de dinars (16 millions d’euros) dans le secteur de l’eau en Algérie. L’Algérienne des eaux (ADE) a annoncé avoir attribué ?* cette entreprise chinoise la réalisation des travaux d’augmentation des capacités de stockage d’eau potable de la wilaya de Constantine dans le cadre du transfert du barrage de Beni Haroun. Le marché comprend aussi le renouvellement d’un tronçon de la conduite Boumerzoug, selon ADE. Le projet doit être livré dans un délai de 20 mois ?* partir de l’attribution définitive du projet qui interviendra après son examen par la Commission nationale des marchés publics.

        Comment


        • #34

          Barcelona, Spain, April 5, 2010 -- Severn Trent Services-Apliclor, in partnership with ACCIONA AGUA and SCN-Lavalin, has designed, constructed and installed a Tetra LP Block dual parallel underdrain filters for pre-treatment of the Fouka SWRO desalination plant in Tipaza, Algeria. SCN-Lavalin also signed a JV agreement with ACCIONA AGUA to operate and maintain the plant for 25 years. The plant will have a daily capacity of 120,000 m3/day and will provide water to more than 500,000 people. Due for completionduring 2010, the Fouka SWRO plant is part of the Algerian government’s desalination programme, which includes the construction of 12 desalination plants producing a total of 2.2 million m3/day. The underdrain filter is one of the most important factors contributing to a desalination pre-treatment system’s overall performance and operation. The TETRA LP Block dual parallel underdrain filters from Severn Trent Services are a proven design of underdrain filter offering superior distribution of both backwash air and water, either separately or concurrently.

          In the Fouka SWRO plant installation, the LP Blocks cover the floor of the gravity filters supporting the filter media. The LP Blocks feature the unique Grout Grip design, which increases the adhesion of the filter base and eliminates buoyancy issues commonly found in competitive technologies. Air is distributed evenly across the entire filter bottom area to scour the media and to provide an air lift, which, with the water, removes the released solids from the filter. Effective media cleaning is the key requirement for a filter to function efficiently under all loading conditions. The backwash system ensures efficient cleaning for reduced operating costs. An additional advantage of the LP Block is the block length and construction, which makes handling easy and ensures reduced installation cost. The block is durable and offers a low maintenance solution with no clogging nozzles and no moving parts to wear. The wide profile design of the TETRA LP block means that fewer blocks are required to cover the filter floor. Therefore, fewer joints and less grout are required than with other systems.

          Comment


          • #35

            Jeudi 15 Avril 2010 -- Le projet du barrage de Kef Eddir ?* la périphérie de Damous, ?* l’extrême ouest de la wilaya de Tipasa, enregistre un énorme retard. Alors qu’il devait être réceptionné en janvier 2009, il ne le sera finalement qu’?* la fin de cette année, accusant ainsi un retard de 18 mois et n’enregistrant que 60 % de taux d’avancement depuis le mois de janvier dernier. Depuis le 20 mars dernier, l’ensemble des travaux sont ?* l’arrêt en raison de litiges et de contentieux provoqués par l’entreprise de réalisation italienne Pizzarotti/Todini, selon les explications de la wilaya de Tipasa basées sur les propos du responsable de l’ANBT chargé du suivi de cet ouvrage. Il est ?* préciser que le montant du projet est de 7,5 milliards de dinars. M. Mohammed Ouchen, wali de cette ville côtière, a déploré, dans une visite d’inspection sur les lieux effectuée hier, «le fait que l’entreprise italienne ait failli ?* son engagement compte tenu du retard accusé sur tous les fronts». Il s’agit, explique-t-on ?* la wilaya de Tipasa, des travaux de la tour de prise d’eau qui est ?* un taux de 84 %, de l’évacuateur de crues qui a atteint un taux de réalisation de 45,60 %, de la galerie d’injection sur un linéaire de 1 km d’un taux de 73,56 % et des remblais du barrage réalisés seulement ?* hauteur de 20,73 %. Par ailleurs, le wali de Tipasa a décidé, lors d’une séance tenante, d’affecter une assiette de terrain de 5 000 m2 ?* la demande de chef de projet de l’ANBT, pour lui permettre de dégager le terrain actuellement occupé pour les servitudes du barrage. L’objectif est de délocaliser les équipements des services publics ?* l’exemple d’une salle de soins, d’une école et de la construction de logements pour 25 bénéficiaires, lit-on dans le document de la wilaya de Tipasa. Une fois achevé, ce projet structurant, le 2e du genre dans la wilaya de Tipasa après le barrage de Boukerdane, situé dans la daïra de Sidi Amar, a une capacité de 125 millions m3 avec une superficie du bassin versant de 490 km2.

            Comment


            • #36

              Jeudi 15 Avril 2010 -- Les travaux de réalisation d’une nouvelle station d’épuration (Step) ?* Allik, localité de la commune d’El-Bouni, dans la wilaya d’Annaba, tirent ?* leur fin. La direction de l’hydraulique d’Annaba a précisé, dernièrement, que le taux d’avancement des travaux de réalisation d’une Step dépasse aujourd’hui les 95%. Cet ouvrage, dont la première pierre a été posée par le président de la République le 15 mai 2007, ?* l’occasion de sa visite dans cette wilaya, est le troisième ?* l’échelle nationale sur le plan de la capacité et est appelé ?* jouer un double rôle. Outre la dépollution du milieu naturel grâce ?* la mobilisation des ressources en eau non conventionnelle au bénéfice de l’agriculture et de l’industrie, le process d’épuration utilisé est ?* boues activées ?* faible charge avec filière de traitement de l’eau et filière de traitement de boues, a-t-on encore expliqué.

              D’une capacité de 580 700 équivalents habitants ?* l’horizon 2025, extensible ?* 2035, cette station procèdera également ?* l’épuration des eaux usées d’Annaba et d’El-Bouni dans un premier temps, avant de s’étendre aux localités d’El-Hadjar et de Sidi Amar. Tout en précisant que les travaux de déviation sont actuellement en cours pour permettre le refoulement des eaux ?* partir de Sidi Brahim, ?* Annaba ville, la même source a affirmé que la connexion des réseaux ?* la Step est également garantie au niveau des localités de Sidi Salem, de Gharbi-Aïssa et d’El-Bouni. D’autres connexions sont, par ailleurs, en voie de lancement, a-t-on ajouté. Celles-ci passeront, a-t-on noté, par le couloir de Sidi Amar, au niveau duquel le refoulement se fera ?* partir d’une nouvelle station de relevage.

              La ville d’Annaba compte, rappelle-t-on, plusieurs autres ouvrages destinés, quant ?* eux, ?* mieux protéger les cités des inondations qui posent problème ?* la moindre chute de pluie, suscitant inquiétude et colère chez les habitants des cités touchées. Parmi ces ouvrages, figure particulièrement la station de pompage 4 (SP4) qui se trouve ?* la plage Rizzi Ammor, laquelle a été mise en service en 2009. Cet ouvrage a été entièrement réalisé par des entreprises locales en l’espace d’une année, et ce, dans le but de répondre ?* un besoin pressant, mais sans pour autant négliger le côté technique.

              Comment


              • #37
                Sonia Lyes :


                Mardi 20 Avril 2010 -- Le groupe suisse ABB a annoncé, mardi 20 avril, avoir remporté un contrat dans l’hydraulique en Algérie. D’un montant de 28 millions de dollars, le contrat concerne la fourniture des installations d’automation et d’énergie pour le projet d’alimentation en eau potable de Tamanrasset depuis In Salah sur 750 kilomètres. ABB fournira les systèmes d'automation et hydrauliques nécessaires, ainsi qu'une sous-station de 220kV, selon le communiqué. La réalisation de ce projet, d’un coût total de 2,7 milliards de dollars, a été confiée au groupement chinois MCC-SOCOM. Fin mars, le taux d’avancement des travaux était de 80%, selon Abdelmalek Sellal, ministre des Ressources en eau. Le projet sera réceptionné ?* la fin de l’année 2010, selon les prévisions de M. Sellal. Le projet comprend 48 forages, deux conduites, six stations de pompage, deux grands réservoirs de 50 000 m3 chacun et une station de déminéralisation. Une fois achevé, le projet permettra de transférer 50.000 m 3/ jour. Une capacité qui sera porté ?* 150.000 m3 en 2030.

                Comment


                • #38

                  ZURICH, Switzerland, April 29, 2010 -- Power and automation technology group ABB has secured a $28 million contract to supply power and automation solutions for one of Algeria’s biggest water projects in the Sahara region. The contract ties in with the Algerian government's project - Réseau de Collecte - which aims to deliver 50,000 cubic meters of water per day to Tamanrasset (rising to 150,000 cubic meters per day by 2030) from a large aquifer near the town of In Salah, almost 750 kilometres away. Each of the project's two phases will comprise a groundwater capture field of 24 wells, a water collection system, reservoir tanks, pumping stations and a 750km pipeline. As part of the agreement, ABB will be responsible for the design, engineering, supply and commissioning of the electrical, control and instrumentation systems, and will provide a 220 kilovolt (kV) substation. The company will also supply equipment such as power transformers, auxiliary transformers, switchgear, diesel generator sets and related products to ensure an efficient and reliable power supply. The project will be carried out with the Chinese joint venture MCC-SOCOM for Algérienne des Eaux (ADE), a state-owned utility under the management of the Water Resources Ministry. Peter Leupp, head of ABB’s power systems division, said: “It will bring much needed water supplies to this arid region and support the development of the local economy."

                  Comment


                  • #39
                    Bassma Karrasha:


                    April 30, 2010 -- Through "EAU1", a European Union funded program, Algeria aspires to protect its water resources and to provide a sustainable answer to water supply and management issues. This program is in line with all projects the Algerian government is implementing to improve its water sector performance. Algeria's water strategy constitutes an efficient tool for achieving its water sector development objectives: thus, the modernization of the water sector will facilitate water resources management efforts. The Minister of water resources Abdel Malek Slal has announced during the EAU1 Agreement signing ceremony in 2006 that the National Water Plan and the projects conceived at that time were drawn up to meet Algeria’s water needs until 2025.

                    With an overall budget of 20 million Euros, this EU-funded program aims at supporting Algeria’s reform that covers three main areas of work: updating the National Water Plan, strengthening the institutional, regulatory, juridical, financial, human, information and communication frameworks and introducing qualitative and quantitative planning instruments.

                    Within the framework of the first component, the updating of the National Plan will allow, by the end of 2010, to put in place strategic planning and investment development mechanisms till the year 2030 on the basis of reforms launched in the fields of regulation, concession systems and administration refocusing on state duties.

                    Within the framework of the second component, 45 decrees of water law number 12-05 were prepared; many of which were published. 150 senior executives attended training sessions. A communication plan was set on the basis of a survey on consumers’ perception regarding water services conducted among 1700 households, 320 farmers and 300 enterprises. A TV spot on water economy is under way. A book on Algerian dams and a documentary film on the water sector’s achievements were elaborated in English and in French and widely distributed at fairs and exhibitions. Another action consists of the modernization of the whole information and communication system between the Ministry, its services and agencies, by establishing geographic information and database archive systems.

                    Within the framework of the third component, 4 laboratories specialized in microscopic organic and non organic pollutants detection were provided with modern equipments, to ensure that drinking water quality standards are respected. On another hand, and in view of recent climate catastrophes occurred in Algeria, the program allowed implementing a pilot project that aims at managing a flood alert system in the province of Sidi Bel Abbès in order to reduce alert delay time, thanks to a control unit and a telephone hotline connected to the local authorities of the wilaya.

                    The Algerian financial contribution exceeded the 6.5 million Euros anticipated during the signing of the financing convention. It reached more than 10 million Euros, which means that the Algerian government is giving special attention to this program, paving thus the way for bilateral negotiations on a new EU development program.

                    Comment


                    • #40
                      Rafik Tadjer :


                      Mardi 4 Mai 2010 -- L’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT) a entamé, mardi 4 mai, les démarches pour trouver une entreprise ou un groupement d’entreprises capable d’effectuer les travaux de dévasement du barrage de Bouhanifia dans la wilaya de Mascara. La course est ouverte uniquement aux sociétés de droit algérien ayant déj?* réalisé le dévasement ou le dragage d’une quantité égale ?* un million de m3 de vas au niveau d’un barrage ou d’un port. Le barrage de Bouhanifia, d’une capacité de 73 millions de m3, a été construit entre 1930 et 1940. Il est envasé ?* plus de 60%.

                      Comment


                      • #41

                        Jeudi 6 Mai 2010 -- Le barrage de Kheneg Sidi Brahim, dans la commune de Gueltet Sidi Saad (140 km nord de Laghouat), devra être livré fin juin prochain, a-t-on appris auprès du directeur de l’hydraulique et des ressources en eau, M. Mohamed Hamouti. Confiés ?* une société chinoise, les travaux de réalisation de ce barrage destiné ?* l’irrigation agricole ont atteint un taux d’avancement avoisinant les 95 %, dans l’attente de son équipement, a précisé M. Mohamed Hamouti. Visant ?* impulser l’activité agricole, l’ouvrage devra permettre l’irrigation de 2000 ha de terres agricoles, au regard de sa capacité de stockage de 2.4 millions m3/an, a-t-il ajouté. Le même responsable a annoncé le lancement prochain, une fois achevées les procédures des appels d’offres, des travaux de réalisation du barrage de Seklafa, dans la commune de Oued M’zi, destiné, outre l’irrigation agricole, ?* assurer un approvisionnement des localités avoisinantes en eau potable (AEP). Offrant une capacité de stockage de 4,2 millions m3/an, le barrage de Seklafa est appelé non seulement ?* couvrir les besoins de la population en eau potable, mais aussi ?* parer aux risques de crues de l’oued, a signalé le directeur du secteur. Par ailleurs, les travaux d’aménagement et de réhabilitation du barrage de Tadjemout, d’une capacité de 750 000 m3/an, destiné ?* l’irrigation de 600 ha, se poursuivent toujours, a signalé M.Hamouti. Ces travaux ont été confiés ?* l’entreprise nationale des grands ouvrages d’art pour un coût de 230 millions de dinars. Une fois ces projets achevés, la wilaya disposera d’une capacité de mobilisation globale de l’ordre de 5 millions m3 pour l’irrigation de 2 750 ha ?* travers la wilaya et la réhabilitation de près de 4 000 ha de sols érodés par les inondations, selon le même responsable.

                        Comment


                        • #42

                          Samedi 8 Mai 2010 -- Le problème de la remontée des eaux usées qui a longtemps affecté les régions d'El-Oued et de Ouargla, et empoisonné la vie de leurs habitants, serait enfin définitivement réglé. Cela a été rendu possible grâce aux grands projets de lutte contre ce phénomène, tout récemment réalisés par le secteur des ressources en eau. «La capacité de traitement des eaux usées, en Algérie, qui n'était que de 98 millions de mètres cubes vers la fin des années 1990, est, aujourd'hui, passée ?* 650 millions, et sera portée ?* environ 1 milliard de m3 ?* l'horizon 2015», a affirmé, mercredi dernier ?* partir de la wilaya d'El-Oued, le ministre des Ressources en eaux, M. Abdelmalek Sellal, qui y avait effectué une visite de travail, en compagnie du ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaïssa, ainsi que de la ministre déléguée chargée de la Recherche scientifique, Mme Souad Bendjaballah. Cette visite, coïncidant avec l'organisation du premier séminaire national sur l'eau dans l'agriculture saharienne, a été une occasion pour les trois représentants du gouvernement pour insister sur l'utilisation rationnelle du liquide vital, non seulement ?* la consommation (eau potable), mais aussi et surtout ?* l'irrigation. «L'utilisation rationnelle des eaux usées, une fois épurées, s'impose afin d'éviter de polluer les eaux souterraines», a souligné M. Sellal, qui a inspecté les différents projets réalisés ou en cours de réalisation ?* El-Oued, dont le projet de lutte contre la remontée des eaux dans la wilaya.

                          Ce mégaprojet totalisant une distance de 750 km linéaires, qui a coûté ?* l'Etat une enveloppe de plus de 31 milliards de DA, a été mis en service ?* la fin du premier trimestre 2010. Ce projet permettra la récupération, le recyclage et le traitement des eaux usées et des surplus d'eaux en surface, au niveau des quatre STEP installées dans les communes de Kouinine, Hassani Abdelkrim, Sidi Aoun et Reguiba, avant d'être transférées vers l'exutoire de Chott El Halloufa. Le taux de raccordement du réseau d'assainissement ?* cet ouvrage est estimé ?* 36 % des réseaux de la wilaya d'El-Oued qui compte plus de 600.000 habitants. Concernant le taux de raccordement au réseau AEP, il est de 92 % ?* El Oued. L'exploitation des eaux usées épurées ?* des fins d'irrigation fait de la région d'El-Oued aujourd'hui un pôle agricole d'excellence au niveau national : la production de la pomme de terre a atteint plus de 4 millions de tonnes/an. En effet, le problème de l'eau en Algérie, selon M. Sellal, se pose moins en terme de quantité que de qualité : "Les régions sahariennes renferment un réservoir hydrique de près de 40 000 milliards de m3 d'eau, dont une quantité de 3 milliards est exploitée annuellement". D'où l'intérêt que porte le département de l'Agriculture et du Développement rural ?* la relance de l'agriculture saharienne de sorte qu'elle contribuera ?* assurer la sécurité alimentaire du pays. À ce titre, M. Benaïssa a indiqué que son secteur a fixé l'objectif de consacrer plus de 300 000 ha de terres agricoles dans le Sud ?* la céréaliculture. À en croire les propos du ministre, l'agriculture saharienne connaîtra dans les quelques années ?* venir "un bond qualitatif (…) ".

                          60 milliards de dinars par an pour l'agriculture rurale

                          M. Benaïssa assurera, par ailleurs, que son département consacrera, durant le quinquennat 2010-2014, "60 milliards de DA par année, pour la réalisation de 12.000 projets de proximité pour le développement rural". Dans le même ordre d'idées, M. Sellal a rappelé que plus de 65 % des ressources hydriques nationales sont, ?* présent, destinées ?* l'agriculture. Concernant les projets futurs, le premier responsable des ressources en eau a rappelé l'engagement des pouvoirs publics pour la réalisation, dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014, de 19 barrages ?* travers le territoire national, dont trois ont été déj?* retenus dans les régions de Djerda (Souk Ahras), Djediouya (Relizane) et Souk Tleta (Tizi Ouzou).

                          Comment


                          • #43

                            Jeudi 13 Mai 2010 -- Le ministre des Ressources en eaux, Abdelmalek Sellal, a déclaré hier ?* la radio que la «police de l’eau a entamé son activité». Le ministre, qui s’exprimait dans l’émission «Tahaoulate» (Mutations, ndlr) de la Chaîne I, a souligné que ce nouveau corps de police n’en est qu’?* ses débuts. Sellal a évoqué cette police en parlant de l’usage par certains agriculteurs d’eaux usées pour l’irrigation des cultures maraîchères. Il a souligné toutefois que les services de sécurité, notamment la Gendarmerie nationale, effectuent un travail colossal pour lutter contre ce phénomène interdit et puni par la loi. La création de la police des eaux est prévue par le code de l’eau du 4 août 2005. Elle est constituée, selon cette loi, «par des agents relevant de l’administration chargée des ressources en eau». Elle a pour prérogatives de rechercher, de constater et d’enquêter, en collaboration avec les officiers de police judiciaire, sur toutes les infractions au code de l’eau. «Dans l’exercice de leurs fonctions, les agents de police des eaux peuvent requérir la force publique pour leur prêter assistance», stipule également ce même code. M. Sellal a parlé, lors de la même émission, de toutes les questions relevant de son secteur. Il a mis l’accent sur l’importance des projets inscrits au titre du plan quinquennal 2010-2014.

                            Trois barrages comme «réserves stratégiques de sécurité»

                            Ce programme prévoit notamment la construction de 19 barrages, de 40 retenues collinaires, de plusieurs stations d’épuration des eaux usées, ainsi que des projets de transfert d’eaux souterraines de plusieurs régions du Sahara vers les Hauts Plateaux. Le ministre n’a pas dévoilé l’enveloppe allouée ?* son secteur pour ce quinquennat, mais a avoué que celle-ci est «colossale et est connue de tout le staff gouvernemental». Il a expliqué que la priorité sera désormais donnée au secteur de l’agriculture, car a-t-il dit, «il est impératif que l’Algérie assure sa sécurité alimentaire durant le quinquennat en cours». La sécurité alimentaire du pays ne concerne pas uniquement les produits agricoles mais aussi et surtout son alimentation en eau potable. Dans ce sens, Abdelmalek Sellal a annoncé que trois parmi les plus grands barrages du pays seront utilisés en tant que «réserves stratégiques de sécurité». Il s’agit des barrages de Ben Haroun pour la région est, de Koudiet Asserdoune pour le Centre et de Kerrada (Mostaganem) pour l’Ouest. «Ces trois barrages sont ?* même d’assurer une alimentation régulière en eau potable pour l’ensemble des Algériens durant trois ?* quatre ans en cas de sécheresse chronique», a-t-il expliqué en substance. M. Sellal a en outre évoqué un projet actuellement ?* l’étude et qui concerne «l’utilisation des eaux géothermiques (eaux souterraines chaudes) pour les besoins de l’agriculture». Ce genre d’exploitation largement répandu en Tunisie, d’après le ministre, donne d’excellents résultats en matière de récoltes prématurées de légumes notamment. Le ministre a enfin indiqué qu’?* moins d’un incident technique ou autre imprévu durant la dure période de l’été, «l’eau arrivera ?* Tamanrasset ?* la fin de cette année 2010», dans le cadre du gigantesque projet de transfert d’eau depuis In Salah.

                            Comment


                            • #44
                              Ali Idir :


                              Jeudi 20 Mai 2010 -- Les groupes chinois continuent de perdre des contrats qu'ils ont gagnés en Algérie. Après deux contrats dans les chemins de fer, le gouvernement vient de retirer deux nouveaux projets attribués en 2009 au groupement chinois Sinohydro. Le premier contrat porte sur construction du siège de la future ville nouvelle de Boughezoul. Le second projet concerne les travaux de terrassement et d'aménagement du lac de cette nouvelle ville et dont le montant n'a pas été précisé. Aucune explication n'a été donnée sur les raisons de l'annulation de l'attribution de ces deux contrats ?* Sinohydro. Début mai, le gouvernement avait retiré au groupe chinois CRG Ltd deux contrats d'un montant global de plus de deux milliards de dollars dans les chemins de fer. Ces projets avaient attribués provisoirement en 2009. Cette décision a été prise suite ?* un avis défavorable de la Commission nationale des marchés publics. Les Chinois ont introduit un recours.

                              Comment


                              • #45
                                Riyad Hamadi :


                                Lundi 24 Mai 2010 -- Le groupement turc Nurol-Ozaltin a obtenu le marché de construction du barrage de Souk Ntlata, dans la commune de Tadmait, ?* 15 km ?* l'ouest de Tizi Ouzou, pour près de 5,8 milliards de dinars (55 millions d'euros), a annoncé lundi l'Agence nationale des barrages et transferts (ANBT). Le contrat attribué provisoirement doit encore être validé par la Commission nationale des marchés publics (CNM). Le groupement turc a été choisi sur la base d'une offre financière moins disante et un délai global de réalisation de 40 mois, selon ANBT. Les noms des concurrents de Nurol-Ozaltin n'ont pas été divulgués. Le barrage de Souk NTlata, d'une capacité de 150 millions de m3, est destiné ?* renforcer l'alimentation en eau potable des wilayas de Tizi Ouzou et de Boumerdès.

                                Comment

                                Working...
                                X