Announcement

Collapse
No announcement yet.

Promotion et développement du secteur de l’artisanat :

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Promotion et développement du secteur de l’artisanat :


    Jeudi 5 Novembre 2009 -- Les assises nationales de l’artisanat se tiendront du 21 au 23 novembre au palais des Nations ?* Club des Pins. Le ministre de la PME et de l’Artisanat, Mustapha Benbada, a animé hier une conférence de presse au siège de son ministère pour présenter le programme de cet événement, mais aussi celui de la Journée nationale de l’artisanat, dont la célébration coïncide avec le 9 novembre de chaque année. Dans un long exposé, M. Benbada a décortiqué son secteur, présentant les différents acquis concrétisés sur les plans des structures, mais aussi sur le plan juridique. Il a également évoqué les structures et les textes législatifs qui viendront renforcer dans un avenir proche ce créneau stratégique. Abordant les assises qui se tiendront sous le haut patronage du président de la République, le ministre a indiqué que celles-ci débattront 5 thèmes principaux dans autant d’ateliers, dont notamment celui relatif au financement des activités artisanales.

    À ce propos, le ministre a souligné qu’il est «nécessaire et même indispensable de trouver de nouveaux systèmes pour le financement des artisans», en plus de ceux existants actuellement. Il a préconisé dans ce sens «la micro-finance au profit des petits métiers», expliquant que cette formule «qui est un système de financement n’a rien ?* voir avec le micro-crédit qui est un simple produit bancaire». Quant aux objectifs de ces assises, il a indiqué qu’ils tendent tous dans le sens de «donner une dimension économique ?* l’activité artisanale». D’ailleurs, «selon les données actuelles et des prévisions quantifiables, le secteur de l’artisanat devra atteindre plus de 960 000 emplois créés et contribuer ?* hauteur de 344 milliards de dinars du PIB ?* l’horizon 2020», a affirmé le ministre, précisant que «ces assises seront sanctionnées par l’adoption de résolutions et de recommandations qui seront soumises au gouvernement».

    Parlant de la Journée nationale de l’artisanat, il a révélé qu’elle sera marquée notamment par l’organisation de cinq Salons nationaux thématiques : ceux du cuir ?* Jijel, de la céramique, de la poterie et du verre ?* Médéa, du tissage ?* Ghardaïa, de l’habit traditionnel ?* Tlemcen et enfin celui consacré ?* la région du Touat qui se tiendra ?* Adrar. Un sixième Salon consacré ?* la créativité se tiendra également au palais de la Culture d’Alger. Un prix national de l’artisanat d’art sera décerné ?* cette occasion ?* l’un des 152 artisans présélectionnés par des jurys locaux, de même que 454 autres artisans âgés tous de plus de 70 ans seront également honorés, a conclut le ministre.

  • #2

    November 5, 2009 -- Algeria on November 21st will begin work on a new national strategy to support the handicraft sector, including loans and other funding solutions for craftsmen, Echorouk reported on Wednesday (November 4th). According to Mustapha Ben Bada, the Algerian minister of small and middle-sized enterprises, the sector's profit is expected to more than double by 2010. The sector will also employ 1 million craftsmen, compared to the current 363,000.

    Comment


    • #3

      ALGER, Mercredi 11 Novembre 2009 -- Le ministre de la Petite et Moyenne entreprise et de l’Artisanat, Mustapha Benbada, a annoncé lundi la création de 17 nouvelles chambres de l’artisanat et des métiers ?* l'échelle nationale portant ?* 48 le nombre de ces chambres. Intervenant lors de la cérémonie de remise du prix national de l'artisanat et de l'artisanat d'art, M. Benbada a souligné que le ministère accordait "un intérêt particulier" ?* ces chambres compte tenu du rôle qu'elles jouent dans l'encadrement de proximité des artisans. "Ces chambres constituent un instrument de concertation et d'adaptation du travail aux exigences du domaine d'où le souci du ministère de hisser leur nombre de 31 ?* 48 ?* travers le territoire national, a ajouté M. Benbada.

      Comment


      • #4

        ORAN, Lundi 8 Mars 2010 -- Des prémices d'une relance de la poterie sont visibles ?* Oran eu égard ?* l'engouement de jeunes pour l'artisanat et au soutien accordé par la Chambre d'artisanat et de métiers et certaines associations œuvrant pour la promotion de la femme rurale. Cette activité artisanale renaît après une éclipse qui a duré des années, notamment dans les villages ?* vocation agricole des communes de Misserghine, Boutlelis et Ain El Kerma (Oran), connus autrefois pour les produits d'artisanat qui aidaient les agriculteurs ?* améliorer et ?* diversifier leurs revenus.

        Comment


        • #5

          Mardi 9 Mars 2010 -- Les prémices d’une relance de la poterie sont visibles ?* Oran, au regard de l’engouement de jeunes pour l’artisanat et compte tenu du soutien qui leur est accordé tant par la Chambre de l’artisanat et des métiers que par certaines associations œuvrant pour la promotion de la femme rurale. L’activité artisanale renaît, après une éclipse qui a duré des années, notamment dans les villages ?* vocation agricole des communes de Misserghine, de Boutlelis et d’Aïn El-Kerma (Oran), connues autrefois pour les produits d’artisanat qui aidaient les agriculteurs ?* améliorer et ?* diversifier leurs revenus. L’atelier de poterie, créé par l’association de promotion de la femme rurale Tamari d’Oran située ?* la forêt de M’sila, ?* 35 km du chef-lieu de wilaya, a le mérite de rassembler plusieurs artisans femmes résidant dans les villages et douars épars et qui ont acquis une expérience dans la poterie.

          Cet atelier est le premier noyau d’Oran de formation d’artisans femmes en poterie leur permettant d’acquérir les techniques nécessaires pour préserver cette activité manuelle, la développer et la redynamiser, a affirmé la présidente de Tamari, Mme Semmache Habiba. Il a été créé avec le concours de la Conservation des forêts de la wilaya, qui a mis ?* la disposition de l’association un espace pour abriter ce projet. Le manque de moyens de transport, de ces villages vers la forêt de M’sila, n’a pas découragé ces femmes artisans ?* parcourir de longues distances ?* pied, en hiver comme en été, pour arriver ?* temps et suivre les cours supervisés par une spécialiste en la matière. Les œuvres de poterie réalisées sont exposées au musée national Ahmed-Zabana de la capitale de l’Ouest algérien.

          La mission de l’atelier n’est pas limitée ?* la formation théorique d’un groupe de femmes. Un groupe composé de 13 femmes âgées entre 20 et 50 ans, actuellement. La pratique basée sur le remodelage d’une pâte ?* partir de la boue et sa transformation en de beaux ustensiles est aussi prévue, a indiqué la présidente de l’association. À ce sujet, elle a signalé que cette pratique s’articule autour de l’outil traditionnel en se démarquant autant que possible des machines modernes. La poterie exige un effort considérable. Le parcours des femmes artisans commence d’abord par la recherche de l’argile collectée dans plusieurs endroits de la forêt dont notamment la zone Bakouk. Ces stagiaires sont parfois obligées de la chercher dans d’autres lieux, surtout lorsqu’il s’agit d’acquérir de l’argile de bonne qualité, selon des membres de l’association Tamari.

          Après cette étape, ces artisanes se livrent ?* faire une pâte d’argile avec de l’eau et la laisser, ensuite, sécher un certain temps. Elles préparent la pâte jusqu’?* ce qu’elle devienne molle et malléable, facile ?* façonner manuellement en formes traditionnelles inspirées du patrimoine. Etant donné que cette activité joue un rôle majeur dans l’amélioration des conditions de vie quotidienne des femmes rurales, l’association tente avec ses moyens de trouver des modes de commercialisation de ces produits, en cherchant un partenariat avec les femmes versées dans l’apiculture qui utilisent les ustensiles en poterie pour la conservation du miel, ?* la mode d’autrefois.

          Cette association a déj?* créé un atelier de formation de stagiaires en élevage apicole par l’adoption de techniques modernes de production et qui ont touché certaines zones d’El-Karma, de Sidi El-Bachir, de Boutlélis, de Misserghine et d’Es-Senia. Les expositions organisées chaque année ?* l’occasion de la Journée internationale de la femme, en sus de la vulgarisation agricole, constituent des occasions pour ces artisanes de commercialiser leurs produits, très prisés ces dernières années par les citoyens désireux d’acheter des ustensiles de poterie. L’une de ces artisanes a estimé que ces produits du terroir ne sont plus seulement un décor traditionnel ornant les maisons, mais sont aussi utilisés dans la vie quotidienne, en particulier dans la préparation de plats traditionnels.

          Les marchés hebdomadaires ont encouragé, eux aussi, la relance de ce type d’activité artisanale en offrant des espaces pour l’étalage de ces produits provenant de différentes régions de la wilaya et même ceux fabriqués dans les wilayas voisines. Des manifestations organisées au palais des Expositions d’Oran, dont le Salon du shopping et le Salon du bien-être, consacrent des stands pour l’étalage et la commercialisation des produits en céramique. Pour promouvoir ce type d’industrie traditionnelle, la Chambre de l’artisanat et des métiers d’Oran organise chaque mois, au Complexe des activités traditionnelles situé au centre-ville, diverses expositions permettant aux artisans de faire connaître et d’écouler leurs produits.

          Comment


          • #6

            Dimanche 21 Mars 2010 -- Le secteur de l’artisanat bénéficiera d’un nouveau plan d’action devant s’étaler sur la période 2010-2014, qui est actuellement en cours d’élaboration, pour impulser un nouvel essor ?* cette activité. Ce nouveau plan d’action sera, en quelque sorte, dans la continuité de ce qui a été entrepris pour le secteur jusque-l?*. Le ministre de la Petite et Moyenne entreprise et de l’Artisanat, M. Mustapha Benbada, qui en a fait l’annonce en marge de l’inauguration du Salon international de l’artisanat, a indiqué que le nouveau programme sur lequel planchent les experts du secteur vise ?* consolider les acquis obtenus grâce ?* la mise en œuvre du programme précédent. M. Benbada a assuré que l’Etat accorde un grand intérêt aux produits de l’artisanat, qui contribue aussi au développement économique. Pour cela, il n’y a qu’?* voir les réalisations des pays voisins en la matière et qui comptent, chaque année, des rentrées de devises grâce ?* l’exportation de ces produits.

            Le ministre n’a pas manqué, par ailleurs, d’évoquer les mesures prises par l’Etat pour encourager les métiers d’artisanat notamment depuis 2003, et ce dans le cadre du «plan d’action de développement durable en faveur de l’artisanat». Outre les nombreux encouragements dont bénéficient les artisans, dont des aides et des facilitations accordées aux promoteurs ?* travers, notamment, l’Agence nationale de soutien ?* l’emploi de jeunes (Ansej) pour le lancement de leurs projets, le ministre a cité la réalisation en cours de près d’une centaine de structures d’artisanat, et ce ?* travers l’ensemble des wilayas du territoire national. Parmi ces structures, le ministre a cité, entre autres, les maisons d’artisanat et les centres de formation.

            Les artisans algériens devraient donc, selon le ministre, saisir les occasions telles que celle de ce Salon international, qui se déroule au palais des Expositions des Pins-Maritimes de la Safex jusqu’au 25 du mois en cours, pour faire connaître leurs produits qui ne manquent pas d’attrait, leur trouver des débouchés de commercialisation et également bénéficier de l’expérience des autres pays en la matière. Ce Salon, dont le coup d’envoi a été donné par M. Benbada en présence de son homologue congolaise, Mme Yvonne Adelaïde Mougany, qui est en visite en Algérie, voit la participation de plus de 330 exposants de 14 pays (Syrie, Tunisie, Congo, Niger, Espagne, Allemagne, Brésil, Vietnam, Inde, Pakistan, Malaisie, Iran) avec le Soudan comme invité d’honneur. Prennent part également ?* cette manifestation plusieurs entreprises en relation avec le secteur de l’artisanat, dont, entre autres, l’Ansej, la Caisse nationale d’assurances des non-salariés et les banques publiques.

            Comment


            • #7

              Lundi 5 Avril 2010 -- Le ministre de la PME et de l’Artisanat, Mustapha Benbada, a préconisé de nouveaux mécanismes de financement pour l’artisanat et les petits métiers. Tout en soulignant le rôle du secteur de l’artisanat en tant que facteur de la croissance économique, le ministre a estimé que les artisans ont besoin de mécanismes d’appui financier permanent pour assurer la durabilité de leur activité. «Certes il existe des organismes d’aide ?* la création de PME tels que l’ANSEJ ou l’ANGEM, mais une fois créées, ces entreprises ont besoin de crédits d’exploitation pour l’achat de matières premières ou de logistique pour écouler leurs produits sur le marché local et international», a-t-il déclaré hier ?* la presse, en marge des travaux de la session ordinaire du Conseil national de l’artisanat et des métiers, qui se sont déroulés ?* la Chambre nationale de l’artisanat et des métiers. Le ministre a souligné qu’il est «nécessaire et même indispensable de trouver de nouveaux systèmes pour le financement des artisans». Il a préconisé dans ce sens «la microfinance au profit des petits métiers» en expliquant que cette formule, «qui est un système de financement, n’a rien ?* voir avec le microcrédit qui est un simple produit bancaire».

              Le ministre a souligné les efforts consentis par l’Etat pour développer l’artisanat en affirmant que plus de 4,2 milliards de dinars ont été investis lors du programme quinquennal 2005/2009. Il a expliqué que le programme quinquennal 2010-2014 sera focalisé sur l’amélioration des performances du secteur. «L’effort sera axé sur la formation et la valorisation des ressources humaines», a-t-il poursuivi, affirmant que le précédent programme a permis de cerner les besoins et les carences du secteur. Le ministre a évoqué par ailleurs les avantages que pourrait apporter le nouveau code des marchés publics pour l’artisanat. «Conformément ?* ce nouveau code, en cours de révision, les artisans peuvent soumissionner aux appels d’offres en justifiant de leur registre du commerce et de leur carte professionnelle», a-t-il assuré. «Les artisans auront leur chance pour postuler dans le cadre de la sous-traitance et travailler directement avec le maître d’ouvrage sans être obligés de passer par les entrepreneurs qui négocient les montants des projets ?* leur insu», a-t-il encore expliqué.

              Les artisans exposeront en marge du Forum du gaz ?* Oran

              Le premier responsable du secteur a annoncé que plus de 150 artisans prendront part ?* l’exposition de l’artisanat traditionnel, en marge du Forum international du gaz qui se tiendra ?* Oran du 16 au 21 avril, a annoncé hier le ministre de la PME et de l’Artisanat, Mustapha Benbada. «Nous avons pris attache avec Sonatrach et les autorités locales pour l’organisation de ce Salon lors de ce congrès international, car c’est l’occasion propice pour la promotion de l’artisanat traditionnel ?* l’étranger», a-t-il dit.

              Comment


              • #8

                Mardi 20 Avril 2010 -- La première maison d’artisanat et des métiers de la wilaya de Tissemsilt sera opérationnelle au deuxième semestre 2010, a annoncé le directeur des PME et de l’artisanat. M. Mermouchi Mohamed a souligné que les travaux de ce projet, inscrit dans le cadre du programme de développement des Hauts Plateaux, enregistrent un taux d’avancement actuellement de plus de 70 %. Il a signalé que la nature du sol rocailleux et les intempéries ont retardé les travaux des projets qui devaient être réceptionnés au premier semestre 2010. Cette Maison de l’artisanat prévoit, selon la même source, un hall des expositions et une salle de 200 places, un espace d’informatique et des ateliers pour former les artisans de la région dans divers domaines d’activités artisanales. Cette structure permettra ?* l’annexe de la Chambre régionale de l’artisanat et des métiers d’assumer son rôle dans de bonnes conditions et de faciliter ainsi les procédures administratives des artisans de la région pour se faire délivrer la carte de l’artisan en leur épargnant le déplacement vers la wilaya de Tiaret. Cette infrastructure est ?* même d’offrir une atmosphère appropriée ?* tous les artisans de la région pour organiser des expositions de leurs produits et profiter des possibilités de formation dans les domaines touchant ?* l’artisanat, ainsi que l’organisation de rencontres, de journées d’étude sur les domaines touchant notamment ?* l’artisanat et ?* l’industrie traditionnelle, a souligné M. Mermouchi. Le directeur des PME et de l’artisanat a indiqué que son département a proposé, dans le cadre du programme de développement 2010/2014, trois opérations pour la création d’un centre de facilitation des PME afin d’encourager et d’accompagner les porteurs de projets, une pépinière d’entreprises et un espace d’exposition et de vente de produits traditionnels ?* la station thermale de la commune de Sidi Slimane. À noter que la wilaya de Tissemsilt recense actuellement 657 artisans activant dans divers domaines notamment l’artisanat artistique (89), l’artisanat de production (178), l’artisanat de services (377) et générant quelque 1 500 postes d’emploi.

                Comment


                • #9

                  TIZI-OUZOU, Samedi 24 Avril 2010 -- Près de 200 artisans représentant diverses régions du pays prennent part au 2e salon national de l'artisanat ouvert jeudi ?* la salle omnisports "Said Tazrout" de Tizi-Ouzou. Cette manifestation, organisée pour la seconde fois consécutive par l'APW de Tizi-Ouzou de concert avec la Chambre régionale des métiers, les directions de l'éducation et de la jeunesse et des sports, et l'association culturelle "Amousnaw", vise ?* faire l'étalage du "patrimoine matériel ancestral encore préservé de nos jour grâce aux différents métiers traditionnels hérités de génération en génération et constituant une activité économique et artistique d'importance pour la région", a indiqué le P/APW dans son allocution inaugurale de ce salon.

                  Comment


                  • #10

                    April 29, 2010 -- Algerian artisans are calling on the government and fellow craftsmen to work together to help the industry recover from years of depressed business. Something as simple as easier access to clay could help the Algerian handicrafts sector see economic gains, artisans said. "Although clay is available in Algeria, there is no specialist plant to process it in a way that meets the needs of craftsmen," said Samir, who sells crafts in Adekar, near Bejaia. "Generally, clay is imported from Spain and Italy, which pushes up the prices of craft products." Only one tonne of clay per year is consumed by the Algerian sector, whereas Moroccan artisans use one tonne of clay per month, Samir said. This statistic alone shows the stagnation of the industry, he said. The National Society for Traditional Craft Industries (SNAT) once took responsibility for securing raw materials for craftsmen, but the group was disbanded in 1987.

                    Attracting more tourists would also improve handicraft sales, artisans said. Handicrafts vendors depend on purchases by foreign visitors to remain financially viable. The bulk of Samir's sales come from Algerians living abroad who return to pick up traditional products, he said. "In the summer, we get a lot of expatriates here, keen to have a souvenir of Algeria they can keep or give away to foreign friends," Samir said. But tourism revenues have fallen due to spates of terrorist activity and have not recovered from pre-conflict levels.

                    The Algerian government is doing its best to bolster the handicrafts workers' trade, Handicrafts and SME Minister Mustapha Benbda told Algerian daily El Watan in January. "The craft sector is going through a progressive consolidation and building phase," Benbada said. "The first measure we introduced was to provide workers with the premises they needed: craft centres, galleries, display and sales areas, access to working premises for 23,000 craftsmen," he said. A national fund for traditional arts and crafts, supported by the treasury, has been in existence since 2003, Benbada said. 7,000 new artisans registered with the ministry in 2009, while the number of handicraft-themed SMEs rose 8.36% from 2008. Of the 17,000 newly registered SMEs, 28% of these are in the traditional crafts industry. The minister credited the new trend of privatisation with the increase in SMEs.

                    Some traditional crafts artisans, however, have been forced to look beyond their industry for economic sustenance. Sabrina Bouchenafa runs Terre d'Orient, a cottage industry specialising in the production of ceramics and pottery, but had to take on odd jobs for many years to make ends meet. The unwillingness of fellow artisans to band together and tackle the problems of raw materials and stagnated tourism is a major problem, Bouchenafa said, adding that her industry faces "collapse" unless a solution is found. But artisans will always find ways to survive in a challenging economy, she said. "The only alternative we could find, given the absence of tourists, was to go directly to the foreign embassies in Algeria, which have become the only source of demand for craft products," she said.

                    Comment


                    • #11

                      Dimanche 2 Mai 2010 -- Plusieurs structures relevant du secteur de l’artisanat seront réceptionnées cette année dans la wilaya de Laghouat, selon le directeur de la petite et moyenne entreprise et de l’artisanat (DPMEA), M. Hocine Amiyer. Parmi ces projets, figure la réalisation d’une maison de l’artisanat, pour un coût de 80 millions dinars au titre du programme de développement des régions du sud. Elle sera réceptionnée avant la fin de ce 1er semestre 2010, a indiqué M. Hocine Amiyer. L’édifice, dont les travaux ont atteint un taux d’avancement de 85%, comportera une vingtaine d’ateliers consacrés ?* différents métiers, susceptibles de permettre aux artisans locaux de bénéficier de formation, de recyclage et d’un accompagnement dans leurs actions de production et d’écoulement de leurs articles. Une salle d’exposition dotée d’équipements modernes pour la qualification des artisans, en prévision d’un accès aux circuits d’exportation, en vertu d’accords entre le ministère du Commerce et des associations étrangères accompagnant les artisanes est également prévue au sein de cet espace. Le secteur de l’artisanat de Laghouat réceptionnera aussi cette année un centre de facilitation devant permettre, outre l’identification des métiers et d’opportunités d’investissement dans la région, l’orientation et l’accompagnement, par des économistes, des jeunes dans la réalisation de leurs projets d’investissement. La commune d’Aflou, se verra, pour sa part, dotée d’un centre de l’artisanat, dont les travaux de réalisation tirent ?* leur fin. Cette structure est appelée, indique la même source, ?* préserver le label du tapis local de Djebel Ammour ainsi que la réhabilitation d’anciens métiers et la mise en œuvre de nouvelles techniques dans la tapisserie. Le même responsable a annoncé, par ailleurs, l’inscription de nouveaux projets de développement du secteur de l’artisanat au niveau des régions d’Aïn Madhi, la nouvelle ville de Bellil, en plus de la création d’une pépinière de microentreprises chargées d’assister les jeunes dans le montage de leurs propres entreprises.

                      Comment


                      • #12

                        ORAN, Samedi 5 Juin 2010 -- Le stand réservé aux produits de l'alfa au salon de l'artisanat, abrité par le complexe d'artisanat et des métiers d'Oran, enregistre une affluence nombreuse de visiteurs. Ce type d'industrie traditionnelle, fortement présent dans la société dans un passé récent, suscite un engouement chez de jeunes artisans qui ont fait de ce métier leur source de revenus, notamment après le retour des citoyens ?* l'usage de produits d'alfa dans leur vie quotidienne, comme le couffin. Le retour de ces produits traditionnels au devant de la scène, grâce aux expositions organisées ?* Oran, a contribué de manière significative ?* la promotion de cette activité après l'éclipse des vendeurs ambulants qui se déplaçaient d'un quartier ?* l'autre pour écouler leurs produits.

                        Comment


                        • #13

                          Samedi 3 Juillet 2010 -- Le secteur de l’artisanat necessite qu’on lui donne encore plus d’importance en lui insufflant une nouvelle impulsion afin qu’il puisse contribuer aux efforts du developpement global et a la resorption du chomage, a affirme le ministre du tourisme et de l’artisanat, M. Smaïl Mimoun, a l’ouverture des travaux de l’assemblee generale de la chambre nationale de l’artisanat et des metiers, avant-hier a Alger. Le ministre a preconise, dans le meme ordre d’idee, l’importance de l’evaluation et de la prospection des actions futures par la mise en place de programmes prometteurs a même, a t-il dit, de promouvoir l’economie nationale et d’ameliorer les revenus des artisans, apres avoir rappele la creation de chambres d’artisanat a travers l’ensemble des wilayas, une operation qui visait a appuyer les actions d’accompagnement et a faciliter la communication entre les parties concernees pour concretiser les objectifs traces.

                          S’agissant de l’assemblee generale de la chambre nationale de l’artisanat et des metiers, M. Mimoun a indique qu’elle constituait «un tournant decisif» pour la survie du secteur, qui a connu des «mutations radicales et des sauts qualitatifs» grace aux «nombreux programmes dont il a beneficie durant la derniere decennie». Il a rappele, dans ce sens, les grands projets inscrits dans le cadre du programme quinquennal 2005-2009 marque par la realisation de 62 maisons d’artisanat, des centres et des espaces d’exposition et de vente, des musees, des centres pour mettre en valeur les competences locales et d’autres pour la labellisation des tapis pour un montant de 3,9 milliards de dinars. À ces realisations, a-t-il ajoute, viendront s’ajouter d’autres projets dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014 avec pres de 72 nouvelles structures a travers le territoire national outre des projets «d’envergure nationale» ?* l’instar d’un centre d’excellence de ceramique et de poterie ?* Tipasa, un centre de polissage des pierres precieuses ?* Tamanrasset, un centre de bijouterie ?* Batna et la rehabilitation du village de l’artisanat de Sidi Fredj.

                          La dynamique de developpement ayant marque le secteur de l’artisanat a contribue, selon le ministre, en «grande partie» au developpement des indices de developpement soulignant que les inscriptions avaient enregistre une «hausse notable» durant les sept dernieres annees, le nombre des activites artisanales ayant passe de 63.500 en 2003 ?* 176.946 ?* juin 2010, a releve M. Mimoun. La production du secteur de l’artisanat s’eleve durant la meme periode a environ 110 milliards de dinars, a rappele M. Mimoun selon qui quelque 27.000 artisans ont beneficie de locaux dans le cadre de l’initiative du president de la republique. Pour ce qui est de la mise a niveau des ressources humaines et la formation des artisans dans differentes specialites, plus de 10.000 artisans en ont beneficie. Le ministre a, par ailleurs, mis en evidence l’importance des systemes locaux de travail estimes ?* 14 avant d’atteindre 20 ?* la fin de l’annee, estimant qu’il s’agit la de «projets prometteurs qui constituent la pierre angulaire de l’instauration des bases du travail organise». Ce type d’organisation, a dit le ministre, a permis aux artisans d’acceder ?* la «demande publique envue de decrocher des projets, ameliorer leurs revenus, elargir leur activite et creer davantage d’emplois».

                          Comment


                          • #14

                            Dimanche 11 Juillet 2010 -- L’école primaire Touahri-Arezki de la ville d’Ighzer Amokrane, chef-lieu de la commune d’Ouzellaguen, a abrité du 5 au 8 de ce mois de juillet, le 1er Salon du bijou et du costume traditionnel qu’a organisé la Chambre de l’artisanat et des métiers (CAM) de la wilaya de Béjaïa, en collaboration avec l’APC d’Ouzellaguen. Plusieurs artisans issus de différentes régions du pays ont participé ?* cette exposition-vente d’articles traditionnels dont le coup d’envoi a été donné dans la matinée de lundi dernier, en présence du directeur de la CAM de Béjaïa et des représentants des autorités locales. Quatre salles de classe dudit établissement scolaire faisant office de stands pour les exposants ne cessent d’attirer, ?* longueur de journée, de nombreux visiteurs qui viennent le plus souvent en famille pour s’offrir un cadeau ou tout simplement contempler tout ce décor ornemental. Une panoplie d’objets d’arts traditionnels garnit les étals de ces artisans. Des bijoux de Kabylie (Tizi-Ouzou, Béjaïa et Bouira), des habits traditionnels tels que ces costumes des Touareg (Tamanrasset), de Boussaâda (M’sila), de Touggourt (Ouargla)… Voil?* l’essentiel des produits exposés. Un jeune artisan bijoutier de Timezrit (Béjaïa) n’a pas hésité ?* ramener avec lui l’ensemble de ses outils de travail pour faire étalage de son savoir-faire. Ainsi, en plus de la vente, il propose aux visiteurs l’entretien et la réparation des bijoux. Dans la même salle, un autre jeune artisan luthier, originaire de Toudja, exhibe des mandoles flambant neufs qu’il a fabriqués de ses propres mains. Interrogé sur l’objectif principal de ce salon, le directeur de la CAM de Béjaïa, M. Nour Zoulim, soutiendra que ce genre d’initiatives vise essentiellement “la promotion des produits exposés (bijou local et national, et le costume traditionnel), en vue de donner un caractère économique ?* l’activité artisanale”. Et d’ajouter : “Ce salon permettra également ?* la population locale de découvrir la diversité et la richesse de nos activités artisanales qu’il faudra préserver et promouvoir.” Enfin, il y a lieu de signaler qu’après la clôture de ce salon, prévue pour le jeudi 8 juillet, la Chambre de l’artisanat et des métiers de la wilaya de Béjaïa organisera du 9 au 16 du même mois, la fête de la poterie dans la commune d’Aït Smaïl en collaboration avec le mouvement associatif local.

                            Comment


                            • #15

                              Jeudi 15 Juillet 2010 -- La localité de Maâtkas, sise ?* une quarantaine de kilomètres au sud de Tizi Ouzou, accueille dès ce jeudi 15 juillet le premier festival culturel local de la poterie. L’activité traditionnelle qu’est la poterie est bien enracinée dans la région. Elle est célébrée ?* chaque saison estivale dans la fête locale. Cette manifestation est promue cette année en festival, le premier du genre que les organisateurs comptent pérenniser. Tout au long de la semaine, les festivités auront lieu au niveau du CEM Onnar-Mohamed de la commune et l’école primaire des Frères-Tamoud au village Ikherbane. À voir le programme transmis par le commissariat du festival, l’ouverture officielle aura lieu aujourd’hui au niveau du CEM Onnar, dès 14 h, avec l’accueil des délégations participantes venues de plusieurs wilayas du pays et composées d’artisans et de membres du mouvement associatif. S’en suivra le vernissage de l’exposition, du marché de la poterie et des ateliers pour enfants et adultes. La cérémonie comprendra également une rencontre entre peintres et potiers participants. Des expositions seront organisées également au niveau du deuxième site abritant le festival.

                              Le programme des communications qui seront présentées en marge du festival sera lancé dans la journée de vendredi. Le bal sera ouvert par la Chambre de l’artisanat et des métiers de Tizi Ouzou qui abordera le thème «Droits et devoirs des artisans». De son côté, M. Kamal Kheftache animera une conférence intitulée «Quelle stratégie pour un véritable développement du secteur artisanal». Les débats seront axés notamment sur les moyens ?* mettre en œuvre pour un meilleur épanouissement de l’artisanat. Les participants interviendront aussi sur l’apparition de la poterie en Afrique du Nord, la méthode de la collecte et la poterie de Maâtkas en tant que patrimoine ?* sauvegarder. Et le village Ikherbane se consacrera ?* l’animation en assurant des récitals poétiques, de la musique et de la danse. Aussi, cette manifestation coïncidera-t-elle avec le festival culturel arabo-africain de la danse folklorique, organisé par la direction de la culture. Plusieurs troupes participantes se rendront ?* Maâtkas pour des soirées au festival de la poterie. Les festivaliers attendent la troupe Djil El-Moussalaha de Sidi Bel Abbès, la troupe populaire de la maison de la Culture de Khenchela, Taziba de Beni Yenni et El-Djoussour d’art de Constantine. Au cours de la journée du 21 juillet, ce sont les petits enfants qui présenteront leurs pièces de poterie fabriquées dans les ateliers du festival. Une soirée musicale aura lieu au niveau de la place de la mairie, avant de clôturer le tout en beauté dans la matinée du jeudi 22 juillet, avec une remise de cadeaux et de prix symboliques aux participants ?* ce premier festival culturel local de la poterie de Maâtkas.

                              Comment

                              Working...
                              X