Announcement

Collapse
No announcement yet.

Algeria: Energy news: Oil / gas / electricity / solar / nuclear power developments

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Lundi 12 novembre 2007 -- La société nationale des hydrocarbures Sonatrach et la région Sardaigne ont signé lundi un accord pour la commercialisation dans cette île italienne du gaz algérien acheminé via le gazoduc Galsi devant relier l'Algérie ?* l'Italie.

    L'accord "définissant les principes de base de leur coopération sur le marché du gaz en Sardaigne", prévoit la constitution d'une société conjointe chargée du développement de ce marché et de la commercialisation en Sardaigne du gaz naturel algérien qui sera acheminé par le gazoduc Galsi, a précisé Sonatrach dans un communiqué.

    Le gazoduc Galsi, long de 1.470 km, prend son départ du champ gazier de Hassi R'mel, dans le Sahara algérien, traverse l'île de Sardaigne et aboutit en Toscane au centre de l'Italie. Il doit assurer le transport de quelque 8 milliards de m3 de gaz par an vers l'Italie, ?* partir de 2009.

    Ce gazoduc "contribuera ?* sécuriser les approvisionnements en gaz de l'Italie, en général et, ?* travers l'accord de ce lundi, aidera au développement du marché gazier de la Sardaigne, en particulier", souligne Sonatrach.

    L'Algérie et l'Italie avaient finalisé le 7 novembre ?* Rome un accord inter-gouvernemental pour la réalisation du Galsi.La société Galsi et la compagnie Snam Rete Gas, filiale du groupe italien Eni, avaient également signé le même jour un accord portant sur la réalisation du tronçon italien de ce gazoduc.

    Galsi Spa est actuellement composée de sept compagnies: Sonatrach (36% des parts), Edison Gas (18%), Wintershall (13,5%), Enel Power (13,5%), Eos Energia (9%) Sfirs spa (5%) et Progemisa (5%).

    Comment


    • Comment


      • L’armée et Sonatrach coordonnent la sécurisation des champs pétroliers au Sud :


        Mardi 13 novembre 2007 -- Sonatrach prend de nouvelles mesures préventives après l’attaque qui a visé l’aérodrome de Djanet.

        La compagnie nationale des hydrocarbures a décidé d’intensifier la surveillance aérienne de ses infrastructures ainsi que la mise en place d’un contrôle permanent des canalisations d’hydrocarbures via des brigades mobiles.

        L’armée a également augmenté la présence des forces aériennes et terrestres ?* proximité des bases et infrastructures pétrolières. Ces mesures visent ?* sécuriser le grand sud et ?* prévenir la moindre tentative d’attaque terroriste.

        Nos sources indiquent que la coordination entre Sonatrach, les différents services de sécurité et la protection civile a été intensifiée depuis 2006 après l’attaque qui a visé un convoi des douanes algériennes dans la région de Mniaa.

        La dernière attaque terroriste sur l’aéroport de Djanet a suscité des inquiétudes sur l’existence de plans d’attaques terroristes contre des installations pétrolières.

        Comment


        • ALGIERS, November 12, 2007 (KUNA) -- Leaders of the 12-member OPEC will, in their November 17-18 summit in Riyadh, Saudi Arabia, work on deepening dialogue with oil consuming countries, Algerian minister of energy and mining Chakib Khalil said Monday.

          The Riyadh summit is a continuation to the previous two summits, the first in Algeria in 1975 and the second in Venezuala in 2000, during which dialogue between oil producers and consumers occupied "an important part" of the deliberations, Khalil was quoted by the Algerian Press Agency as saying.

          The Organization of Petroleum Exporting Countries (OPEC), said Khalil, would focus on deepening the dialogue with consuming countries.

          "This dialogue is very important for the organization in order to reach balance for the market, thus simultaneously preserving revenues of member countries and securing energy supplies for international economies," he said.

          The Riyadh summit "is highly important" for OPEC, said Khalil who noted that member states should discuss how energy was affecting the environment.

          The summiteers, he said, would discuss energy issues, environment, global warming, water and air pollution.

          The Algerian minister underlined that OPEC was always ready to supply crude oil for the demanding market, even in 2003 when OPEC member Iraq was forced to stop oil production.

          The Riyadh summit might urge the consuming countries to help curb speculations in the oil markets, he said. Prices have soared to over 95 dollars per barrel.

          Khalil again attributed soaring oil prices to speculations, low supplies from oil refineries, geopolitical factors and the weak U.S. dollar.

          Algeria takes over the OPEC presidency next January.

          Comment


          • Mardi 13 Novembre 2007 -- Le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, a indiqué hier, dans un entretien ?* nos confrères de l’APS, que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) cherchera, lors du 3ème sommet des chefs d’Etat de l’Organisation, prévu les 17 et 18 novembre ?* Riyad, Arabie saoudite, ?* «poursuivre» et ?* «approfondir» le dialogue avec les pays consommateurs de brut.

            Et d’expliquer : le sommet de Riyad s’inscrit dans «la continuité» des sommets d’Alger, en 1975, et de Caracas, en 2000, deux rencontres dans lesquelles le dialogueproducteurs-consommateurs a occupé une bonne place. Chakib Khelil a ajouté que l’OPEP s’emploiera ?* approfondir le dialogue avec les pays consommateurs de pétrole, un dialogue «extrêmement important» pour l’organisation en vue d’assurer l’équilibre du marché et, partant, de préserver ?* la fois les revenus des pays membres de l’organisation et la sécurité des approvisionnements énergétiques des économies mondiales. L’organisation pétrolière a, a souligné le ministre, développé une «stratégie ?* long terme» qui englobe cette composante de base qu’est «le dialogue», déj?* entamé «positivement» avec les pays consommateurs. Ce dialogue va certainement «se renforcer» ?* l’avenir, de même que la compréhension de part et d’autre, a-t-il noté.

            Le sommet de Riyad, auquel participeront tous les chefs d’Etat des pays OPEP, vise un objectif «extrêmement important» pour l’organisation, celui de tout faire pour «la stabilité du marché» international de pétrole brut. Il s’agira également pour l’OPEP d’examiner les questions liées au développement durable, a fait savoir le futur président de cette organisation, soulignant la «nécessité d’examiner», dès ?* présent au plus «haut niveau» de la responsabilité dans les Etats membres, tous les sujets relatifs ?* l’impact de l’utilisation de l’énergie sur l’environnement.

            L’énergie et l’environnement, le réchauffement climatique, la pollution de l’air et de l’eau seront autant de sujets de débat au cours du sommet, en prenant en compte «la spécificité de chaque pays membre de l’organisation» et sa capacité ?* exécuter une politique de préservation de l’environnement tout en sauvegardant le niveau de revenus qu’il tire de ses exportations de pétrole, a tenu ?* souligner Khelil. Dans le même temps, a-t-il ajouté, les pays membres vont s’atteler ?* encourager «les politiques de préservation» de l’environnement par des techniques actuelles comme le «stockage» (ou la séquestration) des carbones.

            Il s’agit aussi pour l’OPEP d’étudier les moyens ?* mettre en œuvre pour venir en aide aux pays pauvres consommateurs de pétrole pour qu’ils continuent d’utiliser cette ressource sans grand risque pour leurs fragiles économies, dans une conjoncture de hausse des prix de l’énergie, a-t-il noté.

            L’OPEP, dont la stabilité des cours est l’une de ses priorités, n’entend pas tenir une conférence extraordinaire comme le lui demandent des pays consommateurs. La prochaine réunion dans son agenda est prévue pour le 5 décembre ?* Dubaï. Une rencontre qui pourrait se terminer par le maintien des quotas actuels de l’organisation. Si l’OPEP ne veut pas de quantités supplémentaires sur les marchés pétroliers, c’est que ces derniers sont suffisamment approvisionnés.

            Comment


            • Lundi 12 novembre 2007 -- Oran accueillera dans le courant du mois d’avril 2010, la 16ème édition de la conférence mondiale du GNL (Gaz Naturel Liquéfié). En prévision de cette rencontre, depuis la première semaine de ce mois de novembre, une intense activité est relevée ?* la Division Aval de la Sonatrach, ?* Arzew, qui a reçu, au niveau du pôle pétrochimique, des experts et représentants de multinationales venus s’enquérir sur place de l’état d’avancement des préparatifs de cet événement a caractère économique.

              Pour rappel, en 1974, Alger avait accueilli la quatrième conférence mondiale du GNL. Pour cette nouvelle édition, la Sonatrach va injecter dans la wilaya d’Oran plus de 200 millions de DA. Il est prévu le lancement des travaux d‘aménagement du site de l’actuel Hôtel Château neuf, qui vient d’être acquis par l’entreprise. Cette manifestation technique de quatre jours, en avril 2010, sera caractérisée par la présentation d’un riche programme de communications, d’expositions, de projection de films documentaires et de visites d’installations de la zone pétrochimique.

              Comment


              • 13 de noviembre de 2007 (Europa Press) -- Repsol YPF está evaluando con sus equipos jur?*dicos la cuant?*a final de la indemnización que exigirá al grupo argelino Sonatrach por la rescisión del contrato de desarrollo de la planta de Gassi Touil, indicaron fuentes de la compañ?*a a Europa Press.

                La petrolera "está viendo" cuál debe ser el importe de la indemnización y aún no dispone de una cifra "definitiva", señalaron las mismas fuentes.

                'Expansión' publica hoy que, sólo en concepto de penalizaciones contractuales y de indemnizaciones por inversiones ya realizadas, Repsol y Gas Natural exigirán a la compañ?*a argelina 424 millones de dólares (300 millones de euros).

                En concreto, cada una de las dos compañ?*as españolas calcula que su inversión ya ejecutada en el proyecto ronda los 200 millones de dólares en cada caso. A estos 400 millones los litigantes añaden 24 millones de dólares de la penalización en caso de parón contemplada en el contrato con Sonatrach.

                Esta cifra no incluye perjuicios relacionados con, entre otros aspectos, el lucro cesante por un proyecto que hubiese procurado cerca de 9 bcm (miles de millones de metros cúbicos) de gas natural, y que estaba considerado uno de los más destacados de las compañ?*as españolas en Argelia.

                Tanto Gas Natural y Repsol por un lado, como Sonatrach por otro, aceptaron recurrir a tribunales de arbitraje internacional para dirimir sus diferencias en torno a Gassi Touil. La compañ?*a estatal argelina, en la misma l?*nea que las españolas, también ha anunciado que exigirá una indemnización.

                El presidente de Repsol YPF, Antonio Brufau, aseguró recientemente en un encuentro con la prensa que las negociaciones estaban abiertas, y no descartó que pudieran resolverse antes del dictamen final de los árbitros internacionales.

                Por su parte, tras la presentación de su plan estratégico 2008-2012 y de los resultados de los nueve primeros meses del año, el consejero delegado de Gas Natural, Rafael Villaseca, indicó que el proceso de arbitraje se desarrolla en términos de confidencialidad.

                Fuentes de la gasista catalana señalan que la compañ?*a se ciñe a estos principios de confidencialidad en los términos del contrato y no hacen comentarios sobre el valor de las indemnizaciones exigidas.

                Comment


                • Mardi 13 novembre 2007 -- La procédure d’arbitrage internationale dans le conflit Gassi Touil s’apprête ?* franchir une étape décisive, avec la tenue dans les prochains jours de la « réunion de procédure » au niveau de la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (Uncital) basée ?* Genève en Suisse, selon des informations recueillies par toutsurlalgerie.com auprès de source proches du dossier.

                  Cette réunion, qui aura lieu probablement début décembre prochain, permettra notamment de déterminer le calendrier de la procédure d’arbitrage international engagée par Sonatrach contre les deux groupes espagnols, Repsol et Gas Natural, Elle constituera également l’occasion pour les deux parties concernées par le conflit de faire connaître leurs demandes d’indemnisation.

                  Selon le quotidien espagnol l’Expansion de ce matin, citant des sources anonymes, Repsol et Gas Natural entendent réclamer 300 million d’euros (400 millions de dollars) de dommages et intérêts ?* Sonatrach. Interrogée par toutsurlalgerie.com, une source proche de Sonatrach n’a pas souhaité commenté ce montant. «Les demandes ne sont pas encore officiellement formulées. Tout reste donc ouvert » en attendant la tenue de la réunion de procédure, explique notre source.

                  De son côté, Sonatrach entend demander des milliards de dollars de réparation aux deux groupes espagnols. Dans sa plainte, la société nationale des hydrocarbures reproche aux deux groupes espagnols de ne pas avoir respecté les clauses du contrat conclu entre les deux parties en 2004. Ce non-respect des engagements a entraîné des retards estimés ?* au moins deux ans dans la réalisation du projet : initialement prévu pour 2009, la réalisation de Gassi Touil a été repoussé ?* 2011, voire au-del?*. Un retard qui a causé des préjudices commerciaux et financiers importants ?* la société nationale des hydrocarbures.

                  Comment


                  • MADRID, November 13, 2007 (Thomson Financial) - Repsol YPF SA and its 30%-owned affiliate Gas Natural SDG SA are claiming at least $US400 million in damages from Sonatrach over the Algerian state-owned group's decision to kick the Spanish partners out of the Gassi Touil LNG project, Expansion reported, citing unnamed energy sector sources.

                    When Sonatrach announced its decision to go it alone with the project, it blamed Repsol and Gas Natural for delays and cost overruns in the construction of the gas terminal, due to begin shipping LNG in 2009.

                    The Spanish companies said it rejected the Algerian move to "illegally appropriate the project," noting that it would appeal the decision via international arbitration.

                    According to Expansion, the case is now with an arbitration court in Geneva.

                    It noted that Sonatrach has also put in a claim for damages with the United Nations Commission for Commercial Rights.

                    The original agreement included a penalisation clause for some $US24 million if the Gassi Touil project was halted, the newspaper said.

                    Comment


                    • LONDON, November 13, 2007 (ICIS news) -- Algeria’s Entreprise Nationale d’Industrie Petrochimique (ENIP) will fail to deliver two shipments to Spain and Italy due to an explosion which resulted in force majeure being declared on methanol, a company source said on Tuesday.

                      “There will be no shipment from Arzew this year. We have already performed around 90-95% of contracts with our clients," he said.

                      “We are confident of starting deliveries in January and would have stopped shipments in mid-December anyway.”

                      A explosion in the heat exchanger on 8 November resulted in an immediate shutdown and the declaration of force majeure.

                      “There was no human loss and this is the most important for us,” the source said.

                      The 120,000 tonne/year unit in Arzew was expected to lose a total of 18,000-20,000 tonnes of methanol until it resumed production in mid-December or the beginning of January, he said.

                      Prior to the outage, the plant was running at 320 tonnes/day, the source added.

                      Comment


                      • ROME, November 13, 2007 (Dow Jones)- The Organization of Petroleum Exporting Countries shouldn't boost production to help lower oil prices, Algerian Oil Minister Chakib Khelil said Tuesday.

                        OPEC will host a heads of state summit in Saudi Arabia later this week and will meet for a formal oil production policy meeting December 5 in Abu Dhabi. Khelil said the group shouldn't feel compelled to raise its output at either of these meetings.

                        "As far as I know, I don't think it would be warranted," Khelil told CNBC television.

                        Oil prices hovered below $94 a barrel Tuesday, down from a peak above $98 a barrel last week. That level prompted calls for OPEC to boost production to help lower prices. Khelil said OPEC, which controls 40% of the world's oil output, shouldn't interfere with oil price movements.

                        "I don't think it is the job of OPEC to deal with oil prices," he told CNBC, adding other factors, including speculation and geopolitical worries related to Iran and a possible Turkish attack on Northern Iraq, were boosting oil prices.

                        Khelil said it was unlikely prices would continue to rise, since demand in the U.S. is slowing.

                        "We may see a slowing of demand and consequently a stabilization of price," Khelil said.

                        Comment


                        • Mardi 6 novembre 2007 -- Denton Wilde Sapte étend ?* l'Afrique du Nord son réseau de cabinets partenaires en nouant un partenariat en Algérie avec le cabinet d'avocats Hadj-Hamou et Djouadi. Ainsi, Denton Wilde Sapte est l'un des premiers cabinets anglo-saxons ?* formaliser un partenariat en Algérie. "Nous conseillons nos clients sur leurs projets en Algérie depuis plusieurs années, et tenions ?* formaliser notre partenariat avec le Cabinet Hadj-Hamou et Djouadi pour nous renforcer dans ce pays en forte croissance, en particulier dans les secteurs de l'énergie et des financements de projets", précise Howard Barrie, associé ?* Paris et en charge du Groupe Afrique de Denton Wilde Sapte.

                          Le bureau parisien de Denton Wilde Sapte bénéficie d'une expérience reconnue en Algérie. Il intervient dans les domaines des hydrocarbures, pétrochimie et infrastructures, ?* travers son équipe Energie/Projets menée par Cyril Vock, avocat senior. En parallèle, Daniel Azan, of counsel et membre du département bancaire, a récemment conseillé un investisseur étranger dans le secteur des assurances. Par ailleurs, le bureau conseille des clients internationaux sur d'autres transactions en Afrique du Nord (Libye, Maroc et Tunisie).


                          November 12, 2007 -- Denton Wilde Sapte (DWS) has underscored its dedication to Africa with the launch of two new alliances on the continent.

                          The firm's new alliances in Algeria with local firm Cabinet Hadj-Hamou et Djouadi and the Trust Law Chambers (TLC) in Rwanda bring the total number of DWS-affiliated offices in Africa to 10.

                          Head of DWS's Africa practice Howard Barrie said: "The new alliances will strengthen our presence in Africa. The main focus in these offices will be in energy. We've worked closely with both of these local firms for a long time, so creating these alliances formalises our relationships."

                          TLC and Cabinet Hadj-Hamou are two-partner firms with banking and finance and energy capabilities. DWS will provide secondees to each firm, depending on the manpower needed for specific projects.

                          The firm's Africa network includes alliances in Botswana, Ghana, Mauritius, Tanzania, Uganda and Zambia, as well as standalone offices in Cairo and a liaison office in Johannesburg.

                          The launches follow the re-election of DWS chief executive Howard Morris, who will serve a second three-year term from February next year.

                          It was a mixed week for Morris, however, after head of Islamic finance Farmida Bi quit for Norton Rose. Bi, who spent five years at DWS, will aim to kick-start the rebuilding of Norton Rose's securitisation and debt capital markets practice in the Middle East.

                          Comment


                          • ROME, November 13, 2007 (Dow Jones) -- Algeria and Russia will become key energy suppliers to the European Union as it becomes more dependent on natural gas to meet its energy needs, the chief executive of Italian oil major Eni said Tuesday.

                            "We are still going to be very dependent on limited suppliers ... (I see) Algeria and Russia being pillars of E.U. energy needs," Eni Chief Executive Paolo Scaroni said at the World Energy Congress in Rome.

                            Europe is highly dependent on imported gas. In 2006, gas imports amounted to 54% of total E.U. needs, with Russia providing around 25% of the total through its gas monopoly OAO Gazprom, consulting group Capgemini reported in its ninth edition of European Energy Markets Observatory report.

                            According to the E.U. Green book, 50% of Europe's total supply will come from Russia in the year 2030, Capgemini said in a statement.

                            Comment


                            • Comment

                              Unconfigured Ad Widget

                              Collapse
                              Working...
                              X