Announcement

Collapse
No announcement yet.

Algeria: Energy news: Oil / gas / electricity / solar / nuclear power developments

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts


  • Jeudi 15 Novembre 2007 -- Le président Abdelaziz Bouteflika a effectué, hier, une visite officielle d’une journée dans l’île de Sardaigne (Italie) pour présider, conjointement avec le président du Conseil italien, Romano Prodi, le «premier sommet algéro-italien», avec la participation de nombreux ministres des deux pays. Cet important sommet, ayant eu lieu dans le majestueux hôtel Carlos V, dans la ville côtière d’Alghero, a été une opportunité pour les deux délégations ministérielles de procéder, lors d’une rencontre bilatérale organisée au même endroit, «à une évaluation globale de l’ensemble de leurs relations bilatérales et à un large échange de vues sur les questions régionales et internationales ainsi que sur un certain nombre de questions d’intérêt commun».

    Parmi ces questions, il faut sans doute rappeler qu’au centre des discussions ayant eu lieu entre les deux parties, il a été évoqué toute l’importance accordée au secteur stratégique de la coopération pour lequel elles veulent entretenir et développer un véritable partenariat, d’autant que les deux pays venaient de signer un accord comportant la réalisation d’un deuxième gazoduc algéro-italien qui permettra d’augmenter l’approvisionnent en gaz naturel de l’Algérie vers l’Italie via la Sardaigne. Outre l’intérêt commercial que procure cet accord aux Italiens, il y a lieu d’ajouter que l’Algérie peut s’offrir d’excellentes perspectives concernant la recherche, l’exploitation et la distribution de gaz.

    La très sensible question de l’émigration clandestine a également été au centre des préoccupations des deux pays, depuis notamment la croissance exponentielle des tentatives d’émigration illégale via l’Italie d’un nombre de plus en plus élevé de Maghrébins et d’Africains. Tout en envisageant de mener une «lutte conjointe contre l’émigration clandestine», les deux parties ont réitéré leur volonté de coopérer et de coordonner leurs efforts dans le but de parvenir à juguler ce phénomène. Il faudra toutefois préciser que les deux pays ne vont pas asseoir leur lutte contre ce phénomène par une série de mesures draconiennes, mais plutôt par une politique tournée vers l’acceptation régulée de la demande en matière d’émigration.

    Les deux parties ont, par ailleurs, étendu leur champ de coopération bilatérale à d’autres domaines que celui de l’énergie, en ouvrant de larges perspectives pour «établir un partenariat économique garant de la pérennité et de la solidité de leurs liens». Pour promouvoir ce partenariat, il sera question d’élargir la coopération aux secteurs du tourisme, de la pêche, de l’agriculture ainsi que les PME et PMI. Un partenariat stratégique dans le secteur de la défense a été également évoqué lors de la rencontre bilatérale et il est axé sur «la formation et l’assistance technique, la promotion de l’industrie de la défense ainsi que la fourniture de matériels et d’équipements».

    Comment


    • RIYADH, November 15, 2007 (AFP) — OPEC producers on Thursday defied pressure from consumer nations to raise oil output, saying the market was amply supplied and that blame for near 100-dollar prices lay outside the cartel.

      "Why should we increase production?" said Algerian Energy Minister Chakib Khelil, who claimed a production hike would have no influence on prices.

      Producers have blamed a dramatic decline in the dollar, speculation by investment funds and geopolitical factors for record prices of more than 90 dollar a barrel.

      Nigerian Energy Minister Odein Ajumogobia said the current price spikes were not related to a shortage of supplies.

      "The sort of escalation in prices we have seen in the last four months is unprecedented and we certainly can't relate that directly to issues of market supply or demand," he said.

      "It's being driven by speculation and geopolitical factors."

      Ahead of a rare summit of leaders from the 12 OPEC member countries this weekend, oil ministers were taking part in debates on Thursday about the outlook for the oil market and the environment.

      In a report issued from OPEC headquarters in Vienna, the cartel also lowered its estimate for demand this year, a move likely to make those assembled in the Saudi capital less inclined to raise output.

      Benchmark oil prices fell on world markets, with New York's main contract down 26 cents to 94.64 dollars per barrel and London's Brent North Sea crude contract off 48 cents to 90.88 dollars per barrel.

      OPEC is under pressure to respond to the concerns of consumer countries, whose economies and citizens face a series of economic ills linked to high prices, from slower economic growth to higher petrol prices.

      US Energy Secretary Samuel Bodman on Tuesday said he wanted the organisation to increase output and "a lack of willingness to supply the market" was one of the factors pushing prices to their record levels.

      Leaders from OPEC countries are to meet this weekend in the capital of Saudi Arabia, the world's biggest crude producer, at only the third summit in the organisation's 47-year history.

      Qatar's Energy Minister Abdullah Attiyah hinted that the cartel should not boost output even at its next meeting, after this weekend's summit, in Abu Dhabi on December 5.

      "What I saw two days ago was that the IEA (International Energy Agency) has lowered its demand forecast for the fourth quarter," Attiyah said.

      "Some countries don't want to build their stocks," as a result of high oil prices, he said, explaining the causes for a decline in investories especially in the United States.

      Most ministers however stressed that a very high price could be counterproductive and may at some stage dampen demand, eventually leading prices to fall.

      OPEC's biggest and most influential member Saudi Arabia earlier this week described fears of supply shortages as "groundless" and OPEC secretary-general Abdallah al-Badri on Wednesday voiced his opposition to an increase in output.

      Iranian Oil Minister Gholam Hossein Nozari also said before heading to Riyadh on Thursday that he considered the market well supplied, according to the state news agency IRNA.

      Kuwait appeared to show more flexibility, when acting oil minister Mohammad al-Olaim said the cartel would be willing to discuss an output hike - but only once data proved more supplies were needed.

      "We will review the (market) data and analysis and if they say we should increase we are ready to increase," he told reporters.

      "If they say no, then no increase," he added, stressing that "if we increase production this may lead to a large drop in prices."

      Later Thursday, the US Department of Energy's weekly report on the country's key petroleum stockpiles is likely to give direction to oil prices. Falling US inventories have driven prices higher in recent weeks.

      Comment


      • RIYADH, November 16, 2007 (Reuters) - Algerian Energy and Mines Minister Chakib Khelil said on Friday he does not expect oil prices to rise above $100 a barrel and that he sees current levels remaining in place until the first quarter of 2008.

        "I doubt it will go beyond $100. There are plenty of stocks. There is concern about recession," Khelil told reporters at a briefing at the OPEC summit in the Saudi capital.

        "Short term, I expect them to stay at these levels," he later said.

        Comment


        • Vendredi 16 Novembre 2007 -- Les prix du pétrole devraient rester à leur «niveau actuel» jusqu'à la fin du premier trimestre 2008 environ puis diminuer ensuite, a estimé vendredi le ministre de l'Energie Chakib Khelil en marge d'une réunion de l'Opep à Ryad.

          «Je doute que les prix aillent au-delà de 100 dollars», a-t-il dit devant un groupe de journalistes, car «il y a abondance de pétrole et des craintes de récession aux Etats-Unis». Il a aussi noté «un affaiblissement de la demande en Chine et aux Etats-Unis, voire une baisse».

          «Au deuxième trimestre, nous attendons un affaissement voire une baisse des prix à cause d'un repli de la demande», a poursuivi le ministre.

          Les cours du brut, à des niveaux historiques, ont frôlé les 100 dollars le baril la semaine dernière avant de se replier.

          Comment


          • MUMBAI, November 16, 2007 (Reuters) - Power transmission projects contractor KEC International Ltd said on Wednesday it had bagged a transmission line project in Abu Dhabi and another in Algeria, jointly worth 6.37 billion rupees.

            The news pushed KEC shares up nearly 7 percent to a high of 877.80 rupees. The stock is currently trading at 865 rupees, still up 5.4 percent.

            The Indian firm will set up a 173-kilometre transmission line for the Abu Dhabi Transmission & Despatch Co, to be completed in 24 months. The project is worth 3.91 billion rupees.

            Its other project is a 400 kilovolts transmission line in Algeria, worth 2.46 billion rupees. This is to be completed in 15 months.

            KEC, which has an order backlog of nearly 50 billion rupees, gets two-thirds of its revenues from overseas projects.

            Comment


            • RIYADH, November 16, 2007 (Reuters) - OPEC oil exporter Algeria is looking at generating nuclear energy and could start building a power plant within the next 10 years, its energy minister Chakib Khelil said on Friday.

              Any construction of a power plant would be years away because Algeria does not have a law governing nuclear energy, needs to train people and must select a location away from populated and earthquake-prone areas, he said.

              "You have to find a site which is convenient," he told reporters in a briefing. "Nuclear energy is a little bit special. There is a huge issue of safety. We are putting a huge emphasis on training."

              "We will have to issue a nuclear law which organises the sector. That's going to be done next year."

              A number of countries, including major oil exporters, are showing interest in nuclear energy, which has become more competitive as oil prices have climbed to record levels.

              Advocates of nuclear power say that its generation does not produce carbon emissions, blamed for warming the planet. Opponents are concerned about safety and disposal of waste that remains toxic for thousands of years.

              Around 20-30 countries have indicated different degrees of interest in nuclear power, Luis Echavarri, director-general of the Nuclear Energy Agency, told Reuters on Wednesday.

              Besides Algeria, those on the list include Morocco and Saudi Arabia, the world's biggest oil exporter, and Vietnam, he said.

              "Every country wants to diversify its energy sources," said Khelil, who is in Riyadh for an OPEC heads of state summit on November 17-18.

              "We want to use wind, we want to use solar power, we want to use nuclear."

              Asked if it would take at least a couple of decades before Algeria could begin building a nuclear power plant, he said, "Not necessarily, but I think within the next 10 years."

              "We don't need to have nuclear energy right now because we have plenty of oil and gas."

              Comment


              • Originally posted by Al-khiyal View Post
                ROME, November 15, 2007 (Reuters) - Algerian state oil company Sonatrach, a major gas exporter to Europe, hopes to boost its foreign profile through access offered by companies keen to participate in Algeria's next oil licensing round, its CEO said.

                Algeria will select companies for that round based on two criteria - their technological know-how and what they can offer Sonatrach in areas such as access to reserves or markets that could benefit it over the long-term, he said.

                "We want it to be a way of development for Sonatrach," Mohamed Meziane told Reuters at an energy conference in Rome, adding Algeria was interested in swapping assets with the companies.

                "We are looking for exchanging assets and having long-term partnerships."

                Algeria will offer between 10 and 15 blocks in January, mainly of gas-prone territory. Only pre-qualified companies will be allowed to bid, the energy minister has said.

                The Western oil majors are expected to show strong interest in the round, Meziane said.

                He also said Europe still had a long way to go before its gas markets were as liberalised as that of the United States or United Kingdom and European regulators should open up to more discussions and consultations with suppliers on the matter.

                "There is some resistance from European companies," in opening up the markets, he said. "The regulators are not well aware of the difficulties."

                Although Sonatrach is often mentioned as a possible strategic partner for Gaz de France Meziane said the French gas group was only a "partner and a client" for now.

                The two companies are in discussions to extend gas sales contracts by a few years, he said.

                Sonatrach, Africa's biggest company by revenue, is already on a steady overseas expansion path. It agreed to partner with Energias de Portugal earlier in 2007 and took a stake in the company, while Norway's Statoil has made it an exploration partner in Egypt.

                Sonatrach won a four-year permit to explore for oil in neighbouring Mali this year and also has exploration acreage in fellow OPEC member Libya.

                In a move seen by many analysts as Sonatrach's preferred future investment model, Sonatrach and Russia's Gazprom agreed in 2006 to cooperate in the liquefied natural gas business, "upstream" asset swaps, and joint bidding for assets in third countries.

                Algeria wants foreign investment to help Sonatrach raise the north African country's oil output to two million barrels per day (bpd) by 2010 from about 1.5 million bpd now.

                Comment


                • Vendredi 16 Novembre 2007 -- Le président Abdelaziz Bouteflika se rendra samedi à Ryad pour prendre part au sommet des chefs d'Etat de l'Opep, a annoncé vendredi la présidence de la République. Ce troisième sommet de l'histoire de l'Opep, qui se tient samedi et dimanche, a été précédé par une réunion préparatoire des ministres de l'Energie, des Finances et des Affaires étrangères des pays membres.

                  Le premier sommet de l'Opep s'était tenu à Alger en 1975 et le second à Caracas en septembre 2000. L'Algérie produit actuellement 1,38 million de barils par jour.

                  Comment


                  • Vendredi 16 Novembre 2007 -- Le groupe énergétique espagnol Repsol n’a pris aucune décision concernant les sommes qu’il entend demander à Sonatrach en guise de dédommagement dans le conflit Gassi Touil, selon un porte-parole de la compagnie. « Les montants sont en train d’être décidés avec nos avocats », a-t-il indiqué aujourd’hui.

                    Il dément ainsi les informations publiées en début de semaine par le quotidien économique espagnol l’Expansion. Le 13 novembre denier, le journal, citant des sources anonymes, avait affirmé que Repsol et Gas Natural entendaient réclamer 300 millions d’euros (400 millions de dollars) de dommages et intérêts à Sonatrach.

                    En réalité, selon des sources industrielles espagnoles, le montant qui sera réclamé par Repsol pourrait être nettement plus élevé que celui évoqué par l’Expansion. Les deux groupes, Repsol et Gas Natural, expliquent en effet avoir réalisé une bonne partie du projet Gassi Touil qui a été récupéré par Sonatrach.

                    La procédure d’arbitrage internationale dans le conflit Gassi Touil devrait franchir une étape décisive, avec la tenue dans les prochains jours de la «réunion de procédure» au niveau de la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (Uncital) basée à Genève en Suisse.

                    Comment


                    • Vendredi 16 Novembre 2007 -- L’Algérie veut accélérer la mise en place des moyens pour se doter de l’énergie nucléaire civile. Selon le ministre de l’Energie et des mines, Chakib Khelil, le gouvernement prépare actuellement une loi pour organiser le secteur de l’énergie nucléaire. « Nous devrons une loi qui organise le secteur. Cela va être fait l’année prochaine », a-t-il indiqué aujourd’hui à des journalistes, en marge du sommet des chefs d’Etat de l’Opep en Arabie Saoudite.

                      M. Khelil a confirmé a indiqué que l’Algérie pourrait commencer à construire sa première centrale nucléaire dans une dizaine d’années. « Nous n'avons pas besoin d'avoir l'énergie nucléaire en ce moment parce que nous avons du pétrole et du gaz en quantités importantes», a-t-il souligné.

                      « La construction d’une centrale ne pourrait se faire que dans quelques années parce que l’Algérie n’a pas une loi régissant l’énergie nucléaire, doit former des compétences et aura à choisir un endroit loin des habitations et à l’abri des tremblements de terre. L’énergie nucléaire est un peu spéciale. La sécurité des installations est importante », a poursuivi le ministre de l’énergie.

                      Chakib Khelil n’a fourni aucune indication sur le pays avec lequel l’Algérie entend conclure un partenariat dans le nucléaire. Les Français sont intéressés par une telle coopération mais les Algériens ont signé en juillet dernier un accord avec les Américains. Le gouvernement algérien mène également des discussions avec l’Afrique du Sud, la Chine, la Russie et l’Argentine.

                      Comment


                      • Comment


                        • Le mouvement de contestation se poursuit à Ourgla et Hassi Messaoud :

                          Dimanche 18 novembre 2007 -- Les services de sécurité étaient présents en force à Hassi Messaoud et Ourgla, hier, alors que le mouvement de protestation des demandeurs d’emploi de la région se poursuivait. Le limogeage des directeurs régional et de wilaya de l’Agence de l’emploi figure en tête des revendications.

                          Le déploiement massif des forces de sécurité illustre les renforcements sécuritaires autour des institutions sensibles. Ils font face aux vagues de jeunes qui se sont rassemblés devant le siège de la Daira de Hassi Messaoud, des bureaux d’emploi et des compagnies étrangères.

                          Les protestataires ont affirmé à El Khabar qu’ils n’ont aucune intention de se confronter avec les forces de sécurité. Ils affirment que les causes de leur mouvement de protestation sont liées à la mauvaise gestion, le favoritisme et l’absence de transparence dans la distribution des opportunités de travail. Ils ont en outre demandé le départ du directeur régional de l’agence d’emploi.

                          Comment



                          • Ouverture hier de son troisième sommet en présence du président Abdelaziz Bouteflika

                            Dimanche 18 Novembre 2007 -- C’est dans la salle des congrès, dans le luxueux Intercontinental de Riyad, que s’est ouvert, hier, le troisième sommet des chefs d’Etat et souverains de l’OPEP. Cette troisième conférence au sommet traitera de trois principaux dossiers : l’approvisionnement des marchés pétroliers, la contribution de l’OPEP à la prospérité de l’économie mondiale et la protection de l’environnement.

                            C’est un ordre du jour établi à la majorité par les ministres de l’OPEP. Il n’arrange cependant pas tout le monde parce qu’un point en a été exclu, celui de la monnaie dans laquelle devrait être libellée la commercialisation du brut de l’OPEP. C’est une proposition qui émane de l’Iran et du Venezuela, deux pays en conflit avec les Etats-Unis. Elle n’est pas passée. Mais elle n’est pas passée inaperçue. Elle a provoqué une prise de bec inamicale entre Saoudiens, Vénézuéliens et Iraniens, diffusée par inadvertance dans la salle de conférences à Riyad. Ces divergences, les chefs d’Etat et souverains de l’OPEP réussiront-ils à les aplanir à la faveur de ce troisième sommet ? Possible. En tout cas, le dollar ne sera pas dans le communiqué final du sommet. C’est le propos du secrétaire général de l’OPEP, Abdallah El Badri. Mais Téhéran ne cédera pas pour autant sur cette question, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a répété avant de s’envoler pour Riyad que la faiblesse du dollar «affectait les pays producteurs». Depuis le début de l’année, l’Iran ne vend plus son pétrole en dollars, mais en euros. Une manière de riposter ainsi aux sanctions financières appliquées contre lui par l’administration Bush. L’Iran y gagne, puisque le dollar baisse régulièrement face à la monnaie européenne, face à laquelle il a perdu près de 25% en deux ans. Et si cette dépréciation de l’euro s’étirait dans le temps ? Mottaki, ministre iranien des Affaires étrangères, a, dans une de ses déclarations, souligné qu’à défaut de figurer dans le communiqué final, la question de la baisse du dollar et de ses conséquences sera discutée au niveau des ministres de l’Economie. Le président vénézuélien Hugo Chavez s’intéresse aussi de près à l’initiative iranienne. Il la soutient.

                            Dans le camp des opposants à cette question, l’Arabie saoudite, premier producteur mondial de pétrole, fait figure de dominant mais conciliant. Le royaume tire 90% de ses revenus de l’or noir. De plus, les monnaies de cinq des six pays du Golfe sont liées au dollar par un système de taux de change fixe. S’ils gagnent plus de dollars, car les cours du pétrole augmentent, les pays producteurs doivent toutefois en dépenser davantage pour importer des biens dans d’autres devises, comme l’euro. Ces deux dernières années, les prix du pétrole ont grimpé beaucoup plus vite que l’euro n’a augmenté face au dollar (69% contre 25 hors inflation). Les pays producteurs de l’OPEP (40% de la production mondiale) ou hors OPEP (Russie, Norvège, Mexique) restent donc gagnants. Avant l’ouverture, hier, du sommet de Riyad, une série de déclarations de ministres de l’OPEP ont été faites. Le ministre saoudien du Pétrole, par exemple, a affirmé que l’OPEP serait toujours capable de faire face à la demande et en excluant donc tout risque de pénurie. Ali El Nouaïmi s’exprimait lors d’une conférence de presse à Riyad. Il a assuré qu’il n’y avait «aucune relation» entre le niveau actuel des cours du brut, qui se sont envolés pour frôler, la semaine dernière, les cent dollars, et d’éventuels risques de pénurie qui, selon lui, n’existent pas.

                            Mais le ministre a aussi laissé entendre que l’Organisation ne déciderait sans doute pas une augmentation de sa production pour calmer les prix lors de son sommet de Riyad. L’organisation pétrolière avait relevé ses quotas de production de cinq cent mille barils par jour, au terme d’une conférence ministérielle qu’elle a tenue à Vienne le 11 septembre dernier. L’OPEP va se réunir le 5 décembre prochain à Abou Dhabi pour discuter de l’évolution des marchés. Dans l’intervalle, elle n’envisage pas de conférence extraordinaire. Seulement, certains ont lu dans les propos de Ali El Nouaïmi qu’il ne serait pas exclu que l’organisation pétrolière décide d’un éventuel relèvement de sa production lors de la réunion d’Abou Dhabi. Est-ce possible dans les faits ? Ce n’est pas une réunion normale de l’OPEP, a déclaré El Nouaïmi à propos de ce troisième sommet des chefs d’Etat. Ce n’est pas l’endroit pour se concentrer sur les cours, sur les augmentations de production, a-t-il dit, soulignant que le principal thème de ce sommet serait «la fiabilité» des approvisionnements et de l’OPEP. Et de préciser : «Nous sommes, l’Arabie saoudite et l’OPEP, les fournisseurs de pétrole les plus fiables.» El Nouaïmi s’en est pris aussi de manière répétée au pessimisme ambiant. Il a ainsi déclaré : «Je crois que l’OPEP en général et l’Arabie saoudite en particulier ont démontré leur capacité à réagir très rapidement à toute perturbation sur les marchés pétroliers. Je ne vois pas la tension [sur les marchés] dont parlent ces pessimistes.»

                            Il a souligné qu’il se référait aux «gourous de l’industrie» et autres «experts» dont les propos sur les risques d’une insuffisance de l’offre contribuaient à faire grimper les cours. El Nouaïmi a ajouté que l’Arabie saoudite produisait actuellement neuf millions de barils de brut par jour (mbj) mais que sa capacité de production était de 11,3 mbj, soit une marge de 2,3 mbj. Il a aussi confirmé que Riyad comptait accroître «dans deux à trois mois» sa capacité de production de quelque 500 000 bj et la porterait à 12,5 bj d’ici à 2009. «J’espère que ces chiffres contribueront à réduire toute appréhension qu’il pourrait y avoir dans le monde concernant la fiabilité de l’offre», a-t-il dit, ajoutant que de telles appréhensions étaient «sans fondement». A l’adresse de ceux qui pensent qu’une décision de l’OPEP d’accroître sa production suffirait à faire baisser les cours, El Nouaïmi a affirmé, à de multiples reprises, que ce n’était pas l’OPEP qui fixait les prix mais «le marché», c’est-à-dire «une multitude de facteurs», parmi lesquels le cours du dollar, actuellement en chute libre. Il dira à ce propos : «Je ne sais pas jusqu’où iront les cours du brut ou ce qui les fait bouger. Les spéculations sur les marchés pétroliers ont augmenté de 14% par comparaison aux années antérieures, selon l’avis d’un expert qui s’exprimait, hier, à Riyad au cours d’une conférence-débat.

                            C’est un avis qui ne s’éloigne pas des avis émis par des ministres de l’OPEP qui soulignent que, si les prix frôlent les cent dollars, c’est en partie en raison des spéculations et de la faiblesse du dollar. Le troisième sommet de Riyad devrait déboucher sur une déclaration finale adoptée aujourd’hui, intitulée la déclaration de Riyad. L’OPEP veut resserrer davantage ses rangs, coordonner la politique énergétique en son sein et protéger ses intérêts. L’organisation pétrolière s’évertue également à éviter la volatilité des cours de pétrole nuisible aux marchés pétroliers et à la croissance mondiale. L’OPEP promet d’assurer un approvisionnement continuel des marchés. Elle s’y est engagée.

                            Comment


                            • Riyadh, November 18, 2007 -- 'Kill the cable, kill the cable,' shouted the security guard as he burst through the double doors into the media room at the Intercontinental Hotel in Riyadh, followed by Saudi police. It was too late.

                              A private meeting of OPEC leaders, gathered this weekend in Riyadh for the cartel's third meeting in its 47-year history, had just been broadcast to the world's media for more than half an hour after a technician had mistakenly plugged the TV feed into the wrong socket. The facade of unity that the cartel so carefully cultivates to a world spooked by soaring oil prices was shattered.

                              Sometimes, such innocent mistakes can have far-reaching economic and political consequences. Commodity and currency traders said this weekend that oil prices would surge again tomorrow - possibly breaking the $101 per barrel record set in the late 1970s - while the already battered dollar would fall further on the back of the unintentional broadcast.

                              On Friday night, during what the participants thought were private talks, Venezuela's oil minister Venezuela Rafael Ramirez and his Iranian counterpart Gholamhossein Nozari, argued that pricing - and selling - oil using the crippled dollar was damaging the cartel.

                              They said OPEC should formally express its concern about the weakness of the dollar when the cartel makes its official declaration at the close of the summit today. But the Saudis, the world's largest oil producers and de facto head of OPEC, vetoed the proposal. Saud al-Faisal, the Saudi foreign minister, warned that even the mere mention to journalists of the fact that leaders were discussing the weak dollar would cause the US currency to plummet.

                              Unfortunately his words and those of everyone at the meeting were being broadcast via a live television feed to a group of astonished reporters. 'I couldn't believe it,' said one who was there. 'When I realised they didn't know they were being broadcast live, I frantically started taking notes.'

                              OPEC only realised that the leaders' row was being broadcast to the world when the Reuters news agency put out a report of the argument.

                              The weakness of the dollar is one reason why oil prices are so high, as cartel members seek to compensate for their lower earnings. This means a further drop in the dollar is likely to be accompanied by a rise in oil prices.

                              Comment



                              • Dimanche 18 novembre 2007 -- Le sommet de l'Opep, le troisième du genre depuis celui d'Alger en 1975, s'est ouvert hier soir à Ryadh en Arabie Saoudite en présence de nombreux chefs d'Etats membres de l'organisation. Le Venezuela étant le pays qui a organisé le second sommet de l'Opep, il est revenu à Hugo Chavez le soin de prendre la parole en premier.

                                Après des versets coraniques, le président vénézuélien a fait une déclaration très combative en rappelant le contexte de la création de l'Opep en tant qu'acteur régional et politique et non en simple acteur technique du secteur pétrolier. Il a lu, en faisant des clins d'oeil au président Bouteflika, de longs extraits de la déclaration du sommet d'Alger en 1975 pour rappeler que l'Opep était une organisation politique et «même révolutionnaire». Il a défendu l'idée que l'Opep soit un acteur politique influent dans le monde et qu'elle exige le respect de la défense de nos souverainetés. Il a indiqué qu'en cas d'agression contre l'Iran ou son pays, les prix du pétrole atteindraient des centaines de dollars. L'Opep, a-t-il dit, doit être à l'avant-garde du combat contre la pauvreté en Afrique et Amérique Latine. Il a proposé la création d'une banque de l'Opep qui sera affectée à cette question.

                                Hugo Chavez a donné le ton. La tenue de ce sommet se tient en effet dans un contexte exceptionnel marqué par une situation géopolitique délicate sur plusieurs fronts dans la région du Moyen-Orient qui pousse les prix à la hausse. Pays «militants», comme le Venezuela ou l'Iran, ou modérés, comme l'Arabie Saoudite, s'accordent à dire que le prix du pétrole qui a frôlé la barre des 100 dollars avant d'amorcer un reflux n'est pas lié à un déficit de production. «Il y a assez de pétrole sur le marché, d'autant qu'on assiste à un fléchissement de la demande», a expliqué Chakib Khelil qui ne s'attend pas à ce que le prix dépasse rapidement la barre des 100 dollars.

                                Le sommet des chefs d'Etat de l'Opep ne va faire aucune annonce en matière de hausse de la production. Celle-ci, bien qu'improbable, relève de la rencontre des ministres prévue à Abou Dhabi, le 5 décembre prochain. Il semble évident pour beaucoup de pays membres que le contexte géopolitique et le jeu de la spéculation sont déterminants dans la flambée des prix et qu'une hausse de la production n'aurait pas d'effet notable, comme cela a été le cas pour la dernière augmentation décidée par l'Opep. La question du dollar ne fera pas, elle également, l'objet d'annonce malgré la vive discussion sur le sujet entre le ministre vénézuélien de l'Energie, Rafael Ramirez, et le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, et, de l'autre, le chef de la diplomatie saoudienne, Saoud Al-Fayçal.

                                La discussion a été diffusée, par erreur, dans la salle de presse, ce qui a permis à des journalistes occidentaux de parler de «divisions» au sein de l'Opep. C'est une lapalissade que de faire le constat des intérêts parfois divergents entre certains pays que ce soit pour des raisons économiques que politique. Elles ont toujours existé. Le fait que l'Opep existe toujours malgré ces «divisions» et draine même de nouveaux membres, comme l'Angola et l'Equateur, montre que tous les pays membres sont convaincus de son utilité. Le débat entre les «militants» et les «modérés» a toujours existé que ce soit sur le niveau de production, des quotas ou, c'est relativement nouveau, du problème posé par la dépréciation du dollar. Il n'est donc pas surprenant de voir les uns s'inquiéter de la flambée du prix du pétrole tandis que d'autres, à l'image du président iranien, considèrent que les prix sont encore bas. Ni d'entendre Hugo Chavez demander que l'Opep assume des «visées politiques et géopolitiques».

                                Malgré ces différences d'appréciation politique, les pays de l'Opep refusent d'être tenus pour responsables d'une hausse due à la spéculation et au manque de capacité de raffinage dans les pays développés et en Chine. La demande formulée par le secrétaire américain à l'Energie, Samuel Bodman, pour les pays de l'Opep d'augmenter leur production paraît décalée par rapport à la réalité du marché. On attendra donc avec intérêt les interventions des chefs d'Etat à une réunion très politique. Ce qui est sûr est que le projet de communiqué final exprime de manière forte son soutien à la lutte contre le réchauffement climatique mondial et son attachement à des cours du pétrole «stables, compétitifs».

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X