Announcement

Collapse
No announcement yet.

Algeria: Energy news: Oil / gas / electricity / solar / nuclear power developments

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Riyad Hamadi :


    Samedi 16 Avril 2011 -- Sonelgaz a donné son accord pour la revalorisation significative des montants des indemnités liées aux conditions de travail dans le Sud ainsi que celles en rapport avec la continuité du service, a indiqué le groupe jeudi dans un communiqué. Le groupe public de l’électricité et du gaz a également décidé de mettre en œuvre les mesures décidées antérieurement, notamment les primes commerciales et de projets, non appliquées à ce jour et ce tout en confirmant leurs dates d’effet, selon la même source. Sonelgaz a ajouté que la Commission paritaire de négociation collective de rang supérieur examinera les questions relatives aux salaires et aux indemnités communes en visant une consolidation de l’important effort de revalorisation consenti en 2010 tout en préservant les situations financières des sociétés et en sauvegardant les emplois. La direction des ressources humaines de Sonelgaz a été instruite par le groupe pour accélérer la relance et le traitement des dossiers relatifs à la gestion des carrières (régularisation des situations des titulaires de titres et diplômes et la validation des acquis de l’expérience). Les travailleurs de Sonelgaz réclament la hausse des salaires et la revalorisation de leur régime indemnitaire.

    Comment



    • Algiers/Paris, April 26, 2011 -- Algeria's military is on high alert about possible threats to its oilfields, especially in light of the ongoing conflict in neighbouring Libya, reported the newspaper L'Expression on Tuesday. Algeria's largest oilfields lie in the country's south. The second largest, near the city of Amenas, are most in danger of sabotage, reported the newspaper. The situation is especially dangerous since heavy weapons, such as machine guns, explosives and rockets are freely circulating. 'We'll do everything we can to control the illegal weapons trade,' said Algerian Interior Minister Dahou Ould Kablia, according to L'Expression. He confirmed that in the recent past 'suspicious persons' have repeatedly tried to illegally cross the border into Algeria. To combat that, the Defence Ministry has decided to beef up patrols in the region. Algeria and Libya share a 900-kilometre-long border. Algeria, like much of the broader North Africa and Middle East region, has been rocked by anti-government protests, though the violence has not escalated to the levels seen countries like Libya and Syria.

      Comment


      • Nawel Merouane :


        Mercredi 27 Avril 2011 -- Le procès de l’affaire Sonatrach à Oran s’est ouvert ce mercredi 27 avril au pôle judiciaire du Tribunal de la même ville, en présence des cinq accusés, dont Mohamed Meziane et Abdelhafid Feghouli, respectivement ex‑PDG et ancien vice‑président aval de cette compagnie. Les trois autres accusés sont l’ancien directeur général de Cogiz, l’ex‑patron de Safir (société française) et un cadre de Sonatrach. Les prévenus sont poursuivis notamment pour violation de la loi sur la passation des marchés publics dans le contrat de gré à gré attribué par Sonatrach à Safir pour la réalisation d’un complexe d’azote pour 10 millions d’euros. Cette affaire a éclaté au mois de décembre 2010. La société algéro‑française Safir est détenue à 51% par Sonatrach et Sonelgaz et à 49% par l’entreprise française Marais Connecting. Le contrat, objet de l’enquête, concerne la réalisation d’un centre de stockage et de conditionnement de l’azote au niveau de la plate‑forme industrielle d’Arzew avec la construction de dix bacs de stockage pour un montant de 10 millions d’euros. L’enquête a révélé que la procédure du gré à gré n’était pas justifiée. L’enquête a également révélé le non‑respect du délai de réalisation fixé à 24 mois pour les dix bacs.

        Ce mercredi, les ex‑patrons de Cogiz et Safir avaient du mal à se tenir debout durant de la plaidoirie en raison de leur état de santé. Meziane et Feghouli semblaient en meilleure forme. Les cinq prévenus ont répondu aux deux questions posées par la présidente du Tribunal : pourquoi avoir choisi Safir ? Et pourquoi avoir attribué le contrat de gré à gré ? Feghouli a expliqué au tribunal qu’il avait agit dans l’urgence parce que l’azote n’était pas disponible. «Si on avait opté pour l’appel d’offres, cela aurait duré 17 mois», a‑t‑il ajouté. L’ancien vice‑président Aval a révélé qu’il avait obtenu l’accord de l’ex‑PDG de Sonatrach, Mohamed Meziane, pour attribuer ce contrat de gré à gré. Ce que Meziane a confirmé : «effectivement, j’ai reçu une note et j’ai donné mon accord parce qu’il y avait urgence». Le procureur général, qui a posé les mêmes questions que la présidente du tribunal, a requis une peine de six ans de prison à l’encontre de Meziane et Feghouli ainsi que l’ex‑DG de Cogiz. Quant aux deux autres accusés, il a requis à leur encontre une peine de quatre ans de prison. Les avocats de la partie civile ont affirmé devant le tribunal que Sonatrach n’a «subi aucun préjudice» dans cette affaire.

        Comment



        • LONDON, April 27, 2011 (Reuters) -- Algeria's state oil company Sonatrach has lowered its official selling price for Saharan Blend crude for May to dated Brent plus $1.70 a barrel, it said on Wednesday. The April OSP was the benchmark plus $2.85, which was a sharp increase from plus $1.35 for March as the market is seeking sweet grades to replace lost Libyan crude.

          Comment



          • April 27, 2011 (RTTNews) -- A consortium consisting of Centrotherm Photovoltaics and Kinetics Germany signed an agreement this week with a state utility to construct an almost fully integrated solar module factory in Algeria. The order volume for the consortium consisting of Centrotherm Photovoltaics and Kinetics weighs in at about 290 million euros, with the largest proportion of this amount being attributable to Centrotherm Photovoltaics, the solar specialists from Swabia in Germany. The company said this factory would impress by covering the entire solar value chain, ranging from ingot production and solar cell manufacturing through to solar module end-products, although it would exclude the production of silicon as a raw material. As part of this turnkey project, centrotherm photovoltaics would deliver all of the photovoltaic systems on a turnkey basis, ranging from multi-crystalline ingot furnaces and ingot manufacturing through to module production, and it would provide support to Sonelgaz all the way through to system commissioning. The first high-performance modules should be produced by 2014 at the plant, which is to be constructed at Rouiba, 30 km east of the capital Algiers, the company said.

            Comment



            • April 28, 2011 -- The ex-heads of Algerian state energy company Sonatrach could be sentenced to six years in prison for corruption and embezzlement, APS reported on Wednesday (April 27th). Oran prosecutors demanded that the sentences be imposed on former CEO Mohamed Meziane and ex-VP and interim director Abdelhafid Feghouli for their role in the 2010 Sonatrach scandal. They are charged with "awarding contracts contrary to regulations" and "embezzlement of public money".

              Comment


              • Yazid Slimani :


                Jeudi 28 Avril 2011 -- Cela fait bientôt un an que Noureddine Cherouati a pris la tête de Sonatrach. Une année agitée pour la compagnie nationale des hydrocarbures. Une année pendant laquelle le PDG de la plus importante société d'Afrique a imposé sa marque, à l'opposé de celle de ses prédécesseurs. Sa principale mission : rendre sa crédibilité à un management décimé par les scandales de corruption et «amener Sonatrach au niveau de ses concurrents internationaux et assurer à l'Algérie des réserves qui lui permettront d'assurer son développement futur», comme il l'affirme lui‑même à des proches. Sa nomination a d'ailleurs obéi à cette nécessité. Trouver un homme consensuel, accepté de l'intérieur et reconnu à l'extérieur. Dans l'entreprise, le pari semble gagné, on salue ce pur produit de l'école algérienne et du secteur national des hydrocarbures. Né en 1948 à Fouka dans la wilaya de Tipaza, il est diplômé de l'École polytechnique d'Alger, pépinière des meilleurs ingénieurs du pays. Noureddine Cherouati est entré à Sonatrach en 1971 au moment de la nationalisation des activités pétrolières. Il débute dans l'activité aval, à la transformation et au transport. Puis en 1980, il rejoint le ministère de l'Énergie comme directeur central avant d'être nommé chef de cabinet du ministre de l'Industrie en 1991. Une parenthèse qui s'achève en 1995, date à laquelle Noureddine Cherouati rejoint Sonatrach comme conseiller à la direction générale. Un an plus tard, il prend la présidence de Naftal. En 2000, lorsque Chakib Khellil est nommé ministre de l'Énergie, Cherouati devient son secrétaire général, puis gère plusieurs filiales de Sonatrach avant d'être nommé en 2005 président de l'Autorité de régulation des hydrocarbures, nouvellement créée par le président de la République.

                Une connaissance des activités du groupe

                Ce parcours au plus près des activités du groupe et sa connaissance de la compagnie l'ont aidé à s'imposer rapidement comme PDG et aussi à se doter autour de lui d'un management dévoué et de confiance. Résultat : Noureddine Cherouati a pu gérer efficacement la grève des travailleurs qui a touché les sites de production de Sonatrach dans le Sud ces dernières semaines. Si dans un premier temps les syndicats reprochent au PDG de communiquer par fax avec eux, très rapidement, ce dernier rectifie son erreur, va sur le terrain et demande à discuter avec tous les représentants des salariés et pas seulement l'UGTA. Certes, il a dû consentir à satisfaire leurs revendications salariales mais il a permis une reprise rapide du travail. Sans faire d'esbroufe dans les médias car l'homme est «discret», comme le dit un spécialiste du secteur pétrolier. Une discrétion assumée, qui tranche avec la précédente équipe dirigeante. Noureddine Cherouati s'exprime très rarement dans la presse, pour ne pas dire jamais, et évite les rencontres internationales où sa présence n'est absolument par nécessaire. Mais le principal chantier du nouveau PDG de Sonatrach aura sans nul doute été celui de la lutte contre la corruption. Après le scandale de corruption qui a éclaté fin 2009, l'image de la compagnie en a pris un sacré coup. Il devenait urgent de réformer son fonctionnement. Noureddine Cherouati a entrepris le grand ménage, notamment en mettant en place des outils de contrôle de l'activité, comme un fichier interne de commissaires aux comptes et une préqualification de cabinets d'audits pour renforcer son contrôle externe. Cela ne suffira pas bien sûr, mais c'est un premier pas. Noureddine Cherouati a également séduit les acteurs mondiaux du secteur des hydrocarbures, où le scandale Sonatrach, s'il n'a pas surpris, a légitimement soulevé des inquiétudes. Contrats retardés, crainte de nouvelles affaires de corruption, Cherouati a géré la crise sans trop de casse. Après une période de flou, la nouvelle équipe a assuré la continuité de l'activité. Et les résultats de l'année 2010 ont été moins mauvais que ce à quoi on aurait pu s'attendre. Le gazoduc Medgaz entre l'Algérie et l'Espagne est enfin opérationnel. Malgré la crise, la production d'hydrocarbures n'a que légèrement diminué, passant de 222,5 à 214 millions de tonnes équivalent pétrole et les investissements de la compagnie ont crû de 7% en 2010. «Je l'ai connu du temps où il était à la tête de l'autorité de régulation. C'est un grand travailleur», dit ainsi de Noureddine Cherouati un analyste du secteur pétrolier.

                Une image positive auprès des étrangers

                Il a également réussi à débloquer des situations délicates, comme lorsque BP a souhaité se débarrasser de ses actifs en Algérie pour trouver des fonds après la catastrophe dans le Golfe du Mexique. L'État algérien voulait exercer son droit de préemption. Mais pour le PDG de Sonatrach, c'est une mauvaise idée. Le groupe britannique est le premier investisseur étranger en Algérie et son départ aurait constitué un mauvais signal alors que le secteur algérien des hydrocarbures connait un désengagement des investisseurs étrangers depuis la crise mondiale et la mise en place de la taxe sur les superprofits pétroliers. Alors, en coulisses, Noureddine Cherouati met tout en œuvre pour convaincre BP de rester en Algérie, mettant en avant au passage les gisements de gaz de schiste dont dispose le pays. Opération gagnante, puisque BP renonce finalement à vendre ses actifs. Noureddine Cherouati confirme son image positive auprès de ses partenaires étrangers. Avec lui, les négociations sur les prix du gaz sont devenus «beaucoup plus rationnelles» qu'avec le management précédent, se félicitait par exemple récemment Salvador Gabarro, PDG de la compagnie espagnole GasNatural. Seule ombre au tableau, l'incapacité jusqu'à présent du nouveau PDG de Sonatrach à renverser la balance en matière de production de GNL et de gasoil. Les usines d'Arzew et Skikda continuent d'accumuler des retards dans leur mise en service. Même chose pour le raffinage. À Tiaret par exemple, le projet de raffinerie a été reporté pour la quatrième fois et aucune date n’a été avancée pour son lancement ou son remplacement par un autre projet. L'Algérie est toujours obligée d'importer du gasoil pour satisfaire la demande. Sur ces deux domaines, Noureddine Cherouati a encore du travail pour faire bouger la vieille maison Sonatrach.

                Comment



                • Jeudi 28 Avril 2011 -- Les réserves algériennes de gaz de schiste, considérées comme parmi les plus importantes au monde, continuent de susciter l’intérêt des géants mondiaux du secteur pétrolier et gazier. Le groupe italien ENI et la société nationale des hydrocarbures Sonatrach ont signé un accord en vue de développer le gaz de schiste en Algérie, a annoncé ce jeudi 28 avril ENI dans un communiqué. L’accord a été signé aujourd'hui. Il porte sur le développement d'hydrocarbures non conventionnels, avec un intérêt particulier pour le gaz de schiste en Algérie, a indiqué ENI. Les deux groupes vont étudier ensemble la faisabilité technique et commerciale, l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste, a ajouté le groupe italien cité par l’agence AFP. L'Algerie dispose d'un fort potentiel de gaz de schiste qu'ENI et Sonatrach s'engagent à explorer et à développer. Cela permettra aux deux groupes d'effectuer d'importantes découvertes qui renforceront encore les perspectives de croissance du gaz dans le pays, a poursuivi ENI. Le groupe italien, qui dispose d'une expérience dans l'exploitation du gaz de schiste grâce à sa participation dans une coentreprise sur le gisement de Barnett Shale au Texas (Etats-Unis), veut se renforcer dans ce secteur en plein développement.

                  Comment



                  • ROME, April 28, 2011 (Dow Jones) --Eni SpA, Italy's biggest energy company by market value, said Thursday it has signed a cooperation agreement with Sonatrach for the development of unconventional natural gas in Algeria. In a statement, Eni said the deal will have particular focus on shale gas as the Italian company says there are "significant" reserves of such gas in Algeria. "Eni and Sonatrach will jointly implement activities to assess the technical and commercial feasibility of exploration and operational initiatives in shale gas," it said. The Rome-based company also said its current equity production in Algeria is 75,000 barrels a day.

                    Comment



                    • April 28, 2011 -- Petroceltic International gained 20 per cent to 12p after agreeing to sell an 18 per cent stake in Algeria’s Isarene exploration project to Italy’s Enel for up to $183 million. The deal, subject to approval by Algeria, valued Petroceltic’s remaining 56.7 per cent stake in the project at between $800 million and $1 billion, the company said. Regulatory approval for the sale should take four to six weeks. Davy analyst Caren Crowley said the deal suggested Algeria are worth at least 13.2p per share to Petroceltic, rising to 22.4p if the company meets a $75 million bonus payment based on reserves. “Confirmation of approval by the Algerian authorities and results of appraisal wells will push Petroceltic’s share price towards the benchmark valuations from this deal,” Davy added.

                      Comment



                      • ALGIERS, April 29, 2011 (AFP) -- Algeria's output of crude oil and natural gas fell by 3.9 percent last year, the National Office of Statistics (ONS) announced Friday. Nevertheless the ONS said the energy sector put in a "good performance" with 5.6 growth overall, mainly due to 25.4 percent jump in refining of crude oil. Production of liquefied natural gas dropped by 12 percent, the ONS said in a report on industrial production. The mining and quarries sectors also declined, by 3.3 percent, mainly due to a fall in the production of raw stone, clay and sand and salt. The fall was also triggered by a 27 percent drop in the production of iron ore. By contrast, the extraction of phosphates and minerals grew by 43 percent and 11.9 percent respectively, after declines of 40.9 percent and 32.4 percent the previous year. Overall, industrial output in the national public sector fell by 2.6 percent in 2010. Besides energy, the wood and paper sector bucked the trend with a 14.8 percent gain.

                        Comment


                        • Abdellah Allab et Ali Idir :


                          Lundi 2 Mai 2011 -- Des centaines de travailleurs de Sonatrach ont tenu un sit‑in ce lundi matin devant la direction régionale de la division Production à Hassi Rmel dans le sud du pays. Ils entendaient protester contre le retard dans l’application de l’accord salarial conclu entre le syndicat et la direction de l’entreprise après un premier mouvement de grève en mars dernier. Les protestataires, près de 1.200 selon des syndicalistes, ont remis au directeur régional de Sonatrach une lettre pour rappeler à la direction générale de l’entreprise leur plate‑forme de revendications de 15 points. Seulement trois points ont été satisfaits, selon eux. Les travailleurs menacent de durcir leur mouvement si la direction de Sonatrach ne répond pas favorablement à leurs revendications dans un délai d’une semaine. Certains travailleurs protestataires estiment que les augmentations de salaires obtenues ne sont pas suffisantes. Ils déplorent aussi le retard pris par la direction de Sonatrach dans la mise en œuvre de l’accord salarial conclu le 5 avril dernier. Mais pour l’UGTA, ce mouvement de protestation cache d’autres objectifs.«Les revendications des travailleurs ont été prises en charge. La mise en œuvre de l’accord avance normalement», a déclaré à TSA, le président de la Fédération des travailleurs du pétrole (UGTA), Sid Ali Beljerdi, joint au téléphone. «Nous sommes surpris par ces vagues de contestation. L’habitude est de se concerter. On ne comprend pas ce genre de réaction. S’il y a des gens qui agissent dans l’opacité pour des objectifs obscurs, nous sommes innocents et nous n’avons rien à voir avec eux», a‑t‑il ajouté.

                          Comment


                          • Hamid Guemache :


                            Mardi 3 Mai 2011 -- Adoptés en 2002, les statuts de Sonelgaz ont été révisés et approuvés par le conseil des ministres lors de sa réunion lundi 2 mai. Désormais, la Sonelgaz est réorganisée en «société holding», sans création d’une personne morale nouvelle et prend la dénomination de «Sonelgaz», a annoncé mardi 3 mai le groupe dans un communiqué. Par ailleurs, la société holding «Sonelgaz» et ses sociétés filiales forment un ensemble dénommé «Groupe Sonelgaz». «Les statuts révisés de Sonelgaz permettent une meilleure clarification des responsabilités entre Sonelgaz et ses filiales. D’une part, les statuts donnent à Sonelgaz sa véritable vocation de société holding. D’autre part, les activités de production de l’électricité, de transport et de distribution de l’électricité et du gaz sont dévolues légalement et statutairement aux filiales», a précisé le communiqué.

                            Dans les statuts amendés, Sonelgaz conserve le rôle de détenteur du portefeuille des actions constituant le capital social de ses filiales. La société holding Sonelgaz a pour objet principal la détention, l’acquisition et la gestion de toute action ou prise de participation ; de favoriser et de développer l’intégration nationale dans les domaines de la recherche, de l’engineering, de la fabrication, de la maintenance et de la réalisation des ouvrages industriels ; d’élaborer et mettre en œuvre la stratégie de développement et la politique financièr ; de veiller aux conditions d’exercice, par ses filiales, des activités de production, de transport, de distribution de l’énergie électrique et de transport et de distribution du gaz par canalisations.

                            Sonelgaz veillera à la réalisation, par ses filiales, des programmes annuels et pluriannuels d’investissements, dans le domaine de la production de l’électricité et du développement des réseaux publics d’électricité et de gaz ; de réaliser seule ou en partenariat, les activités de négoce d’énergie électrique à l’étranger ; d’exercer les opérations d’exportation de l’électricité ; d’exercer pour le compte de ses filiales, les opérations d’importation de l’électricité ; de développer les énergies renouvelables, par le biais de filiales ou de participations.

                            Comment


                            • Nawel Merouane :


                              Mercredi 4 Mai 2011 -- Le Tribunal d’Oran a condamné ce mercredi 4 mai l’ancien PDG de Sonatrach Mohamed Meziane à deux ans de prison, dont un ferme, et 500 000 dinars d’amende pour dilapidation de deniers publics et non‑respect du code des marchés publics dans la passation d’un contrat de gré à gré avec la société algéro‑française Safir. Le même tribunal a condamné l’ex‑PDG par intérim et ancien vice‑président de l’activité Aval de Sonatrach, Abdelhafid Feghouli, à 12 mois de prison dont quatre mois ferme et 200.000 dinars d’amende dans la même affaire. Les ex‑directeurs généraux de Cogiz, Benamer Touati), Safir, Tedjini Nechniche, et un ancien cadre de Sonatrach, Henni Mekki, ont été condamnés chacun à 12 mois de prison – dont quatre ferme – et 200 000 dinars d’amende.

                              Cette affaire a éclaté au mois de décembre 2010. La société algéro‑française Safir est détenue à 51% par Sonatrach et Sonelgaz et à 49% par l’entreprise française Marais Connecting. Le contrat, objet de l’enquête, concerne la réalisation d’un centre de stockage et de conditionnement de l’azote au niveau de la plate‑forme industrielle d’Arzew avec la construction de dix bacs de stockage pour un montant de 10 millions d’euros. L’enquête a révélé que la procédure du gré à gré n’était pas justifiée. L’enquête a également révélé le non‑respect du délai de réalisation fixé à 24 mois pour les dix bacs.

                              Comment


                              • Benoit Faucon:


                                LONDON, May 4, 2011 — An Algerian court Wednesday sentenced the former head of state oil giant Sonatrach to jail in a corruption case that rocked the key crude and natural-gas exporter. The anticorruption ruling comes as the government moves to assuage discontent in the North African nation, which hasn't escaped the sort of unrest roiling the rest of the region. State agency Algérie Presse Service said that ex-Sonatrach chief executive Mohamed Meziane had received a two-year sentence, including one suspended, and a fine equivalent to $7,000, following a probe into alleged contract irregularities that led to his dismissal last year. Four other defendants in the case, including former downstream head Abdelhafid Feghouli who had briefly replaced Mr. Meziane, also were sentenced to up to a year in jail each. The investigation at Sonatrach triggered the forced departure of most top managers at the company in January 2010 and later of veteran energy minister Chakib Khelil, who isn't involved in the probe. It led to several months of paralysis at Africa's largest hydrocarbons company and fueled public suspicions of corruption in Algeria's tight-knit power circles. Sonatrach has since vowed to turn the page by adopting stringent internal controls, following appointments at the helm of Algeria's energy industry. The ruling comes after January riots led the government of Abdelaziz Bouteflika to speed up employment programs and political reforms, including plans for a constitutional revision announced last month.

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X