Announcement

Collapse
No announcement yet.

Algeria: Energy news: Oil / gas / electricity / solar / nuclear power developments

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Hakim Arous :


    Jeudi 5 Mai 2011 -- Gas Natural serait sur le point de trouver un accord avec Sonatrach sur le prix du gaz que lui fournit la compagnie nationale des hydrocarbures. C'est ce qu'a déclaré ce jeudi 5 mai lors d'une réunion avec des analystes du secteur, le PDG de Gas Natural, Rafael Villaseca, rapporte l'agence de presse économique Bloomberg. Un accord pourrait intervenir ce trimestre a-t-il même précisé. Le conflit entre les deux groupes remonte à 2007, lorsque Gas Natural a contesté la hausse de 20% du prix du gaz appliquée à partir de cette date par Sonatrach, qui fournit autour du quart du gaz consommé en Espagne. Le groupe espagnol avait d'abord porté l'affaire devant un tribunal arbitral de Paris qui s'était prononcé le 17 août 2010 en faveur de Sonatrach. Puis le Tribunal fédéral de Genève, saisi par Gas Natural, avait confirmé ce jugement. Le groupe gazier espagnol avait posé un recours et le jugement avait été suspendu le 10 novembre dernier. Récemment, le PDG de Gas Natural s'était dit optimiste quant au règlement de ce litige, qui pourrait selon lui peser au maximum pour 1,97 milliard de dollars dans ses comptes, estimant que les négociations avec la nouvelle direction de Sonatrach se faisait de manière «plus rationnelle» qu'avec l'ancienne équipe dirigeante.

    Comment


    • Abdellah Allab :


      Jeudi 5 Mai 2011 -- Le ministère de l’Énergie veut mettre fin au conflit social à la raffinerie d’Adrar. Trois responsables du département de Youcef Yousfi sont à Adrar depuis mercredi 4 mai pour désamorcer la crise et enquêter sur les accusations de discriminations à l’encontre du personnel algérien par les responsables chinois de cette raffinerie, a‑t‑on appris ce jeudi de source syndicale. La raffinerie d’Adrar est détenue à 70% par CNPC (Chine) et à 30% par Sonatrach. Entrée en service en 2007, elle a une capacité de traitement de 600.000 tonnes de produits pétroliers par an, ce qui représente la transformation de 125.000 barils de pétrole brut par jour. La raffinerie alimente notamment les wilayas d’Adrar, Tindouf, Tamanrasset et Bechar qui étaient approvisionnées en carburants et produits pétroliers à partir de Skikda et Arzew. La délégation du ministère de l’Énergie a tenu une réunion avec la direction de la CNPC accusée par des salariés algériens de la raffinerie «de favoritisme et pratiques discriminatoires en faveur des employés chinois», selon notre source. Les travailleurs algériens sont en grève depuis plusieurs jours pour protester «contre ces pratiques et réclamer le transfert de la gestion de la raffinerie à la Sonatrach», selon notre source. Cette crise sociale affecte la production de la raffinerie.

      Comment


      • Riyad Hamadi :


        Jeudi 5 Mai 2011 -- L'association Sonatrach‑BP‑Statoil a signé jeudi à Alger un contrat de 213 millions de dollars avec le groupe JGC (Japan Gas Corp.) pour optimiser la production des gisements gaziers d’In Amenas, situés au sud‑est de l'Algérie. Ce contrat porte notamment, selon les termes de l'accord entre les partenaires de ce projet, sur la construction d'un centre de compression du gisement Tiguentourine (In Amenas), entré en production en décembre 2006. Il comprend en substance la construction de deux lignes de compression d'une capacité de 29,7 millions de m3 par jour, installées en amont de l'usine de traitement de gaz, opérationnelle aussi depuis 2006. Ce projet de classe mondiale s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan de développement des champs gaziers de cette région exploitée en association avec la compagnie britannique British petroleum et la norvégienne Statoil à travers un contrat de partage de production, dont Sonatrach n'a pas divulgué les parts de chaque partenaire. Ce contrat marque la volonté de BP de rester en Algérie et d'y investir. La compagnie britannique, premier investisseur étranger dans les hydrocarbures en Algérie, avait envisagé il y a quelques mois de vendre ses actifs algériens, avant d'y renoncer.

        Comment



        • May 5, 2011 -- Algerian state energy firm Sonatrach and partners BP and Statoil have signed a $213 million contract with Japan's JGC to maintain production levels at Algeria's In Amenas gas fields. The contract, signed yesterday, includes the construction of compression plants at In Amenas with the aim of keeping production at a level of 30 million cubic metres per day for the next 12 years, Reuters quoted senior Sonatrach official Kamel Chikhi as saying. Work on the project at In Amenas, one of Algeria's biggest gas fields, will start today with completion expected by August 2013, he said. Algeria is the world's fourth-largest exporter of natural gas and the eighth biggest exporter of crude. Sonatrach, BP, and Statoil jointly operate the In Amenas field. Last month the three companies awarded a contract to British oil and gas services firm Petrofac to develop another Algerian gas field, In Salah, which they jointly operate.

          Comment



          • May 13, 2011 -- It is all systems go for Petroceltic now it has secured funds for extra drilling in Algeria and Italy. This morning the Dublin-headquartered oil firm unveiled a US$60 million, or £37 million, institutional share placing. It plans to issue new shares priced at 12.5 euro cents - a 5 percent discount to the 13.4 euro cents closing price yesterday - via an accelerated book-build process, which is being run by Bank of America Merrill Lynch, J&E Davy and Mirabaud. The new cash is being earmarked for upcoming drill programmes in Algeria and Italy. Crucially it now has funds to drill six wells in the current Algerian drill programme rather than the four wells that were planned originally.

            It has been a busy few months for Petroceltic as far as its Algerian assets are concerned, with the firm making both corporate and operational headway. The big news in Algeria was a major new addition to the joint venture, with Europe’s second largest utility ENEL farming into the project. At the end of April Petroceltic confirmed it had sold an 18.375 percent stake the Isarene block, in a deal worth up to US$75 million – it expects to receive over US$55 million from ENEL by the end of May. Petroceltic is still the operator for Isarene and it now has a 56.625 percent stake, meanwhile the Algerian state oil company - Sonatrach - is the third partner in the venture, holding the remaining 25 percent.

            On the ground things have been moving forward also. Yesterday Petroceltic finished drilling the sidetrack to the Ain Tsila 5 (AT-5) exploration well, which gave encouraging initial results back in March. AT-5 found the Ordovician reservoir to be fully gas bearing at this location, and notably it encountered a larger-than-expected gross column of 75.5 metres. The AT-5z well was later sidetracked about 500 metres to test a separate target. On Thursday Petroceltic said it has encountered good gas shows throughout this reservoir section. Logging is now underway. Once completed Petroceltic plans to run a multi-stage well completion. The well will be test at the end of May and the results have been pencilled in for June.

            AT-5 was the second well of a four well drill programme that started back in November 2011. The first well of the programme AT-4 encountered a gross gas column of 155 metres and it was subsequently achieved a combined flow rate of 1.35 million standard cubic feet per day. The success so far, and the addition of ENEL, prompted a decision to expand the programme by two further wells, which will be drilled so that the partners determine the most likely recovery factors for the discoveries. Chief executive Brian O'Cathain said:"Petroceltic's successful farmout of the Isarene asset and the results to date of our appraisal programme clearly demonstrate the value of the company's acreage in Algeria. This placing will enable us to enlarge our appraisal programme to a minimum of six wells to ensure that our ultimate development plan appropriately reflects the quality and long term reserve and production potential of the Ain Tsila complex."

            In Italy Petroceltic, and its partner ENI, is preparing to start drilling on the Rovasenda prospect on the Cariso permit. The AIM-listed oil firm has a 47.5 percent stake in Carisio. In mid-march an administrative move, to transfer operatorship from Petroceltic to its Italian partner, signalled progress. ENI is planning to drill an exploration well on the Rovasenda prospect - which is estimated at 270 million barrels of oil – in the first half of 2012. The well costs are in the order of £21 million ($35 million), and Petroceltic said that ENI may consider a ‘farm-out process to mitigate financial and risk exposure to this significant, though high risk, prospect’. Petroceltic has clearly had a busy start to 2011 and it seems there is still plenty to do in the coming months, particularly after the cash boost from both the ENEL deal and now this £37 equity raise. Investors will surely have their eye on the upcoming well tests and further drilling in Algeria, while awaiting further developments in Italy as ENI move closer drilling Rovasenda.

            Comment



            • May 15, 2011 -- Petroceltic keeps going to the well. Last week, the small cap oil and gas exploration company asked shareholders for another cash injection to bankroll a potentially game-changing project for the high-risk, capital-intensive business. The $60 million share placing on London’s AIM last Friday was the third cash call by the £220 million company in just over a year. The firm raised $120 million in April 2010 and another $82 million at the end of the year, as management sought funds to exploit gas finds and to promote further exploration in the Mediterranean basin, especially in key markets Algeria and Italy. The latest fundraising will go mainly toward expanding the appraisal of its massive Ain Tsila gas discovery deep in the Sahara Desert. Petroceltic needs an estimated $50 million to buy a new drilling rig, testing equipment and to pay for technical studies. The company says the expanded appraisal programme will allow a comprehensive evaluation of the reserve and production potential of Ain Tsila, one of the world’s biggest strikes in recent years - up to four times the size of Corrib - with possible recoverable gas worth up to $1 billion.

              Corporate development Manager Tom Hickey, an oil industry veteran who spent eight years with Tullow Oil, said careful management of the find has the potential to transform Petroceltic from a small, undervalued explorer into a better-capitalised, more diversified resources company with a steady revenue stream. This, he said, is why shareholders were ready to support the company with more cash last week. ‘‘This is a risk-capital business, but you can see that the rewards can be very high," Hickey told The Sunday Business Post. ‘‘Shareholders have a keen interest in exploration companies. PCI already has a huge discovery it’s a gas field the size of Wales."

              Petroceltic shareholders got their first taste of those rewards at the end of April when management agreed to farm out a quarter of the company’s 75 per cent interest in the licence to Italian utility giant Enel. The deal will yield a minimum of $101 million for Petroceltic and could ultimately be worth $183 million with bonuses and contingent payments. Having Enel as an ‘‘anchor partner’’ will help Petroceltic develop the project while distributing some of the risks and costs, the company told analysts. Enel also offers access to more than 60 million customers most prominently in Italy, one of Europe’s largest markets. ‘‘We need to understand the find," said Hickey. ‘‘We’re still estimating how much we’ll get out of the ground. The biggest piece of value is the path from identified potential to production."

              Petroceltic’s share price has remained stubbornly low, trading mostly in the 11p-12p range this year, despite generally supportive prices on energy commodities. The reported progress on Ain Tsila since 2009 hasn’t moved the needle much either. Massive downward moves in oil and gas prices in the last two weeks have only unsettled markets further. ‘‘The [oil] price bumping around might take the marginal buyer out, but the institutions have long-term big positions and are wedded despite the ups and downs," said Hickey. Petroceltic’s deep list of blue-chip shareholders - Blackrock and Fidelity are two of the biggest with more than 4 per cent each - provides the kind of investment stickiness such an opportunistic company needs. According to brokers, their commitment could pay off massively. Mirabaud and Davy - both book runners on the share placing said earlier this year that Petroceltic’s stock could double in 2011 on the back of its Algerian development. ‘‘The company’s current Ain Tsila drilling campaign offers useful catalysts for a re-rating, and a successful farm-out of the asset would further derisk the stock," said Mirabaud. Yet Petroceltic shares barely moved after the Enel farm-out deal. ‘‘We were unfortunate on timing," said Hickey. ‘‘We waited a while and then announced on the day of the royal wedding when nobody was paying attention." Perhaps more significantly, a major shareholder reduced its position on the same day, which took a lot of the ‘‘natural’’ buying out of the market, he added. "We hope as we prove the quality of the asset, that will come through in the share price," said Hickey, who last Friday subscribed for 0.25 per cent of Petroceltic’s enlarged share capital.

              The quality of Ain Tsila is both a blessing and a curse for Petroceltic, though. While the amount of available gas dwarfs its other projects in Algeria, Tunisia and Italy, the native capacity and scale to derive maximum revenue from its licence is still limited. ‘‘Everyone knows this and it is finally why PCI ultimately won’t want to develop [the site] and will have to bring in partners," said Hickey. ‘‘People want to see us remove future funding risks by doing transactions." The investor enthusiasm that made Petroceltic the top performing stock on the Irish Stock Exchange in 2009 was tempered a little in 2010 as the stock underperformed against both its peers and expectations. While analysts see it as an underpriced buying opportunity, it is not without certain uncontrollable risks. Aside from the normal risks inherent in exploration - i.e. not finding anything - politics can also get in the way of profit.

              Although Algeria has remained relatively stable during the so-called ‘‘Arab Spring’’ uprisings across North Africa and the Middle East, Tunisia’s government was overthrown. Certainty of contracts in Algeria is key for Petroceltic. Not only is Algeria’s state resources company Sonatrach a 25 per cent partner in Ain Tsila, but the farm-out payments from Enel are contingent on parliamentary ratification of the deal. Meanwhile, a surprise Italian ban last year on offshore drilling within a five-mile limit of land forced Petroceltic to suspend some of its activities in the high-margin market. Further drilling on the big Algerian gas field is expected to start in the second half of this year, which is where the real action is for Petroceltic, according to Hickey. ‘‘We have the vision to grow production and get more diverse, and revenue from Enel will allow this," he said. ‘‘For a single asset company, funding is firepower," he said.

              Comment


              • Riyad Hamadi :


                Dimanche 15 Mai 2011 -- Pour calmer le front social, le gouvernement multiplie les concessions salariales. Après les travailleurs de Sonatrach, qui ont vu leurs salaires fortement augmenter en avril, c’est au tour des salariés de Sonelgaz de bénéficier d’une forte hausse de salaires. Ces derniers seront augmentés de 40%, avec effet rétroactif depuis janvier dernier, a annoncé ce dimanche 15 mai le groupe public dans un communiqué. «Les grilles des salaires en vigueur dans les sociétés du Groupe Sonelgaz seront revalorisées dans la limite de 40% avec date d’effet fixée au 1er janvier 2011», a précisé le groupe public dans un communiqué. Les salariés de Sonelgaz avaient demandé une augmentation de 70% avec effet rétroactif depuis 2008.

                Cette hausse est contenue dans un accord salarial conclu ce dimanche entre le syndicat et la direction du groupe public à l’issue de négociations entamées le 4 mai dernier. «Cet accord, qui traite de la revalorisation des grilles des salaires et de la révision des indemnités communes, témoigne de la volonté des sociétés du Groupe Sonelgaz de répondre aux revendications salariales des travailleurs», explique le groupe public. Cette augmentation sera appliquée en deux phases. La première de 30% entrera en vigueur le 30 juin prochain et la seconde de 10% en janvier 2012.

                Les salariés de Sonelgaz ont obtenu également «une augmentation des montants, avec date d’effet fixée au 1er janvier 2011, des indemnités de zone et de conditions de vie au Sud, de travail posté, d’astreinte, de nuisances et d’insalubrité et de services permanents». «Les nouveaux montants sont calculés sur la base des taux d’indexation de chacune de ces primes sur les salaires de base. Ces taux sont ceux en vigueur en 1992», précise Sonelgaz. Le groupe a ajouté que des négociations sont menées au niveau de chaque société du Groupe Sonelgaz concernant les indemnités et primes spécifiques à chacune d’elles. Les travaux sont bien avancés et devraient faire l’objet d’un accord au plus tard le 30 juin 2011.

                Comment



                • Lundi 16 Mai 2011 -- Les prix du gaz sur le marché mondial viennent d’enregistrer une légère hausse, mais ils restent loin de leur niveau habituel, a déclaré, hier, M. Mourad Preur, l’ex consultant de Sonatrach et professeur à l’IAP, relevant dans le même sillage que la concurrence risquerait d’atteindre son apogée, à moyen terme, du fait que tous les fournisseurs veulent accaparer toutes les parts du marché gazier. Dans une déclaration à El Khabar, M. Preur a indiqué que la demande mondiale a enregistré une hausse qui se maintiendrait probablement pendant les deux prochaines années, 2012 et 2013, suite à la récente crise nucléaire au Japon, et la hausse de la demande des pays émergents. Dans ce contexte, notre expert en énergie a annoncé que « la France sera obligée de restaurer certaines centrales nucléaires, mais elle aura toujours besoin du gaz ». La hausse du prix de charbon sur le marché mondial a eu un effet positif sur le prix du gaz, précise M. Preur. «Le Qatar s’est engagé dans des investissements colossaux dans le secteur du gaz pour augmenter sa production. En vue d’écouler le surplus de production, il est obligé de céder de grandes quantités sur le marché européen avec des prix bas qui sont égaux au coût de la production. Face à cette situation, et dans le but de préserver son marché traditionnel, l’Algérie devrait trouver d’autres voies lui permettant de garantir ses parts dans le marché gazier européen», a-t-il dit.

                  Comment



                  • Lundi 16 Mai 2011 -- Les contrats à long terme de livraison de gaz conclus avec les pays et les compagnies européennes, qui sont considérées comme étant les partenaires potentiels de l’Algérie, arriveront à échéance entre 2012 et 2014, apprend-t-on d’une source proche du secteur énergétique. À quelques mois l’expiration desdits contrats, ces compagnies affichent leur volonté de réviser les prix de cession de gaz et ce, en raison de la baisse remarquable du prix de l’unité de gaz sur le marché gazier, soutient la même source. Cependant, l’Algérie serait dans l’obligation de revoir à la baisse le prix du gaz dans ses prochains contrats, ce qui influe sensiblement sur les revenus de l’Algérie, sachant que le gaz représente 40% des revenus des hydrocarbures. La rude concurrence de la Russie, l’un des grands producteurs avec une part de marché européen de 25%, et du Qatar qui inonde le marché européen avec des prix très bas égaux au coût de production, jouera contre l’Algérie lors des négociations des prochains contrats. À relever qu’il y a une divergence dans les positions de l’Algérie, de Qatar et de la Russie. Ainsi, ces deux pays commercialisent 15% de leur production sur des marchés «spot» du gaz, contrairement à la stratégie commerciale de l’Algérie qui repose sur les contrats à moyen et à long terme. Tous ces facteurs joueraient, certainement, contre l’Algérie, qui sera tenue à céder son gaz avec des prix plus bas que ceux en vigueur actuellement.

                    Comment



                    • Lundi 16 Mai 2011 -- L’ancien directeur général du groupe Sonatrach a considéré que les prix du gaz sont toujours bas en dépit de leur relative amélioration, indiquant que le marché connait une période de saturation particulièrement avec la livraison du Qatar de grandes quantités de gaz naturel liquéfié, ce qui est un indice que ce pays ainsi que la Russie concurrenceront plus l’Algérie sur ses parts du marchés européens, et qu’Israël se transforme en pays exportateur de gaz vers l’Europe. Attar a précisé dans un entretien à El Khabar que «le plus important marché gaziers pour l’Algérie est le sud de l’Europe mais la concurrence qatarie et russe est la et les avantages que possède l’Algérie c’est son sérieux et sont statut d’exportateur et un fournisseur sûre, puisque l’approvisionnement de l’Europe ne s’est jamais arrêté malgré les crises et la sécurisation des approvisionnements à l’inverse de ce qui arrivé avec la Russie» ajoutant «qu’il est prévu que l’Algérie élargissent également ses investissements pour renforcer les capacités de production avec le gazoduc Madgaz et la nouvelle unité à Skikda, nous réalisons que les pays consommateurs cherchent à assurer leurs besoins, en garantissant un prix acceptable». Attar a insisté sur le fait que le principal défi de l’Algérie est de négocier rapidement et d’obtenir des prix acceptables, mais il faut assurer la fidélité du client européen sur le long terme au lieu d’une vision à court terme sur 4 ou 5 ans. Attar souligne que l’Algérie va faire face à un marché très concurrentiel avec l’installation du gazoduc russe «Southstream» vers l’Europe et du pipe-line des pays d’Asie centrale et du Caucase vers l’Europe «Nobuko», le premier d’une capacité de 65 milliard de m3 soit les exportations actuelles de l’Algérie et le deuxième avec 30 milliards de m3, mais ce qu’il y a de nouveau c’est qu’Israël développe ces capacités et qu’il est attendu qu’il devienne un pays exportateur de gaz après avoir été importateur, avec la découverte d’une réserve off-shore pouvant atteindre 1.400 milliards de m3, soit la réserve de gaz libyenne. Attar a fait remarquer que les besoins européens sont grands et pourrait arriver 550 milliards de m3 en 2030 ce qui veut dire que l’Europe restera dépendante à 85%, ce qui nous pousse à affirmé la nécessité de se repositionner rapidement.

                      Comment


                      • Abdellah Allab, Lundi 16 Mai 2011 :


                        Est-il possible de parler de l’échec du dernier appel d’offre lancé par l’agence nationale pour la valorisation des produits hydrocarbures ?

                        Vu le nombre de permis attribués, il est difficile de parler de réussite. Peut‑être les compagnies pétrolières ont‑elles aussi considéré que les blocs proposés n’étaient pas parmi les meilleurs et les plus prospectifs. Il faut pourtant relativiser ces résultats en notant que les investissements en exploration‑production dans le monde ont décroché depuis la crise économique de 2008 de leur rythme historique. Ils ont baissé de 16% en 2009, puis se sont repris de 10% en 2010. On attend une croissance de 11% en 2011. L’industrie reste prudente, particulièrement dans une zone, le monde arabe, en proie à des crises politiques. Mais le cadre juridique est aussi en cause. L’Algérie a connu une stabilité juridique durant 20 ans avec la loi 86/14. Subitement, en l’espace d’une année, deux changements ont eu lieu avec la loi de 2005, puis son amendement. Cela a incontestablement brouillé l’image de l’Algérie sans pour autant altérer sa signature, même si les litiges avec les compagnies pétrolières internationales peuvent donner à le penser. La loi des hydrocarbures de 2005 qui se voulait attractive, ne correspondait plus dans sa mouture finale aux réalités de l’industrie pétrolière laquelle s’était de toute façon habituée aux contrats de partage‑production en vigueur dans la loi de 1986, y compris les mécanismes d’écrémages des superprofits sujets à critiques aujourd’hui.

                        Est-ce que les scandales de Sonatrach ont pesé sur le refus des entreprises pétrolières internationales de répondre à l’appel d’offre ?

                        Absolument pas. D’abord, il faut savoir que dans le monde, cette industrie en a vu d’autres et la crise connue par Sonatrach ne peut être comparée à ce que nous avons vu dans certaines parmi les compagnies leaders. D’autre part, ce malheureux épisode n’est pas révélateur de l’honnêteté et du patriotisme des femmes et des hommes qui font la puissance de Sonatrach, dont le sérieux et la rigueur sont connus. Ce qui explique sa forte résilience devant une crise brutale qui aurait pu (et qui peut encore, si on n’y prend garde) l’emporter. Il faut que justice leur soit rendue car aujourd’hui ces techniciens et cadres dans les gisements, dans les unités de production et dans les services centraux souffrent de cette image. Tous ces cadres et techniciens sont restés à leurs postes et ont assuré la continuité de l’activité alors même que les chaînes de commandement étaient gravement perturbées par la crise que Sonatrach a connue une année durant, ce qui est exceptionnellement long pour une compagnie pétrolière. Tout le monde doit comprendre qu’il faut venir au secours de Sonatrach et la préserver car la richesse d’une compagnie ce sont les femmes et les hommes qui l’animent et si ceux‑ci sont sujets à un grave traumatisme, tout peut s’effondrer. Cela étant, Sonatrach doit regarder vers le futur, les grands challenges qu’elle doit remporter impérativement pour assurer sa pérennité et son expansion dans une industrie hautement compétitive. Et il faut absolument l’y aider pour cela.

                        L’état actuel de l’économie algérienne est‑il le résultat de fausses résolutions ayant été prises, dans le passé, par les pouvoirs publics ?

                        Vous voulez sans doute parler de la reprise en main de l’économie par l’État, aujourd’hui sujette à débats. Ma réponse est non. L’Algérie s’est dangereusement enfoncée dans un phénomène de Dutsch disease où les importations, rendues possibles par la prospérité pétrolière, ont fini par inhiber toute croissance industrielle, occasionnant perte de capacités productives et d’emplois. L’industrie ne représente plus que 5% du PIB. De même l’ultralibéralisme que l’on a tenté d’appliquer en Algérie a eu des effets catastrophiques, échouant y compris dans la politique de privatisation et d’impulsion des investissements privés nationaux. Rappelez‑vous ce ministre déclarant au Medef qu’en Algérie, «tout est à vendre». De mon point de vue, il fallait que l’État reprenne en main l’économie et trace des règles, des lignes rouges aux intervenants étrangers mais aussi mette en œuvre de vrais incitatifs pour l’investissement privé national. Il fallait revenir au patriotisme économique et au principe de la préférence nationale et nous réveiller de l’angélisme qui prévalait dans les relations avec les entreprises étrangères. En 2009, souvenez‑vous, nous avions frôlé d’un cheveu le déficit commercial. Et nous sommes encore dans une situation précaire car le secteur productif national n’est pas au rendez‑vous de la demande interne et ne donne aucun signe d’y parvenir dans un délai raisonnable. Le processus à enclencher pour y parvenir doit être participatif, impliquer les chefs d’entreprises ainsi que les experts nationaux qui doivent participer au diagnostic et à la définition de la stratégie. Il faut aujourd’hui, sans apriori opérer les correctifs nécessaires, notamment cette question du CREDOC pour les activités productives, voire la règle des 51/49 qui de mon point de vue n’est pas essentielle. On peut s’en passer tout en mettant en place comme l’ont fait de nombreux pays, dont nos voisins immédiats, des dispositifs pragmatiques et discrets de protection des entreprises nationales et d’encouragement de leur développement. Mais il faut clairement affirmer et assumer le principe de patriotisme économique (comme le font les plus grandes puissances mondiales, comme le fait la France, mais aussi nos voisins immédiats) et, sur la base de l’excellence, de l’innovation et de la compétitivité, encourager le principe de préférence nationale. Les grands projets d’infrastructure doivent être structurants d’abord par l’effet d’entrainement qu’ils favorisent au profit des entreprises, universités et centres de recherche nationaux. De même, les constructeurs d’automobiles qui s’imposent sur le marché national doivent être jugés sur l’équilibre de leurs flux commerciaux avec notre pays, comme cela se pratique ailleurs, ainsi que par leur effet de rayonnement sur nos entreprises et universités.

                        L’Algérie est-elle capable de garder sa place comme deuxième fournisseur de gaz de l’Europe ?

                        Il faut absolument démystifier cette idée selon laquelle l’avenir pétrolier et gazier de l’Algérie est derrière elle ainsi que la fallacieuse idée de l’incertitude géologique algérienne. Seule une infime partie du domaine minier a été explorée de manière systématique et intensive. Je pense que l’exploration en Algérie nous réserve de bonnes surprises. D’un autre coté les gisements en exploitation restent encore à haut potentiel. Nous n’avons par exemple produit que près de 15% des quelques 50 milliards de barils de réserves en place de Hassi Messaoud, et cela avec un taux de récupération de 25 à 26%. L’amélioration du taux de récupération de Hassi Messaoud de quelques points équivaut à plusieurs décennies de production. De même, Hassi Rmel est une sacrée bête qui en a encore dans le ventre ! Je pense que ce gisement nous surprendra agréablement. Il a besoin d’une sismique 3D et de nouvelles études de réservoir, ce que Sonatrach sait faire parfaitement, et je crois qu’elle s’y emploie actuellement. Le sud‑ouest est très prospectif et insuffisamment exploré ainsi que le nord et l’offshore algérien. Le développement gazier de l’Algérie est devant elle, y compris avec les gaz de schiste qui sont conséquents dans notre pays. Mais encore une fois, j’insiste pour dire que le grand acquis de l’histoire pétrolière de l’Algérie, ça reste Sonatrach. Il faut absolument qu’elle accélère son développement, qui doit être centré sur la technologie, et se positionne comme acteur énergétique dans le monde en gagnant une base de réserves en international, en s’intégrant sur le marché européen vers l’aval gazier et la génération électrique. Sonatrach doit asseoir son développement sur la technologie en entraînant derrière elle ses filiales de service pétrolier, les PME et universités nationales.

                        Comment



                        • May 17, 2011 -- Irish oil and gas explorer, Petroceltic has brought in a second drilling rig for its Isarene Permit in Algeria. Last week Petroceltic raised £37 million to expand its current drill programme on the licence and to help fund the ongoing development. It has also hired two contractors to assist desktop work on the Final Discovery Report for the licence. G3Baxi Partnership Ltd will assist with conceptual studies for the field development and Ove Arup and Partners are working on a geotechnical study. Both studies will help initial concept selection as well as positioning facilities, infrastructure and pipelines for the Final Discovery Report. "The contract for the second rig will see a significant increase in the pace of appraisal activity on the Ain Tsila discovery following the recent successful fund raising and the farm out to ENEL," chief executive Brian O'Cathain said. "The award of contracts for the conceptual and geotechnical studies is of importance as they mark the start of the move from the exploration and appraisal phases of the production sharing contract into the pre-development phase."

                          Comment


                          • Hadjer Guenanfa :


                            Mercredi 18 Mai 2011 -- Malgré les hausses de salaires consenties par la direction, la contestation ne faiblit pas au sein de Sonatrach. Les travailleurs exerçant dans les champs pétroliers du Sud envisagent de créer un syndicat autonome capable de défendre leurs intérêts et ceux de tous les travailleurs du secteur de l’énergie. «La création d'un syndicat autonome qui représentera les travailleurs de Sonatrach, de Sonelgaz et de Naftal est l'une des plus importantes propositions que nous allons soumettre jeudi prochain à la base lors d'une assemblée générale qui se tiendra dans la soirée. Il sera représentatif de tous les travailleurs dans le secteur de l'énergie», assure Ali Arhab, délégué des travailleurs de Sonatrach à Hassi R'mel. «Les trois autres propositions sont les suivantes : la soumission de notre plate‑forme de revendications à la section syndicale actuelle affiliée à l'UGTA – une chose que les travailleurs n'accepteront jamais – exiger un nouveau mandat, donc l'élection de nouvelles personnes à la tête de la section syndicale, et, enfin, la reprise spontanée de la protestation», ajoute‑t‑il.

                            Après des semaines de contestation, ponctuées par une grève de la faim, la direction générale de Sonatrach avait accepté de satisfaire quatre des neuf points de la plate‑forme de revendications des travailleurs. Les autres points devaient faire l'objet de discussions entre les deux parties. Une promesse qui n'a finalement pas été tenue, selon les syndicalistes. Début mai, les délégués des travailleurs avaient accordé un ultimatum de quinze jours à la direction générale pour répondre à leurs doléances et reprendre les négociations. Mais la direction n’a pas répondu. «Ils nous disent qu'on n’est pas des interlocuteurs valables», précise M. Arhab. Le problème de la représentativité devrait donc, selon lui, être impérativement résolu. «Nous avons saisi des responsables de l’UGTA pour l'organisation d'une assemblée générale extraordinaire et l'installation d'une commission électorale le 4 mai dernier. Mais nous n'avons obtenu aucune réponse», indique notre interlocuteur. «L'assemblée générale n'a pas été organisée depuis quinze mois avec tout ce qui se passe actuellement».

                            Comment


                            • Sonia Lyes :


                              Jeudi 19 Mai 2011 -- Après un début de polémique et quelques cafouillages, l’Algérie semble avoir opté définitivement pour le projet Desertec. Le ministre de l’Energie et des mines, Youcef Yousfi a en effet réitéré ce jeudi 19 mai la disponibilité de l’Algérie à fonder un «partenariat à long terme» avec les promoteurs du projet, à l’issue d’une entrevue avec le PDG de Desertec Industrial Initiative, Paul Van Son en visite en Algérie. Selon un communiqué du ministère rendu public, l'Algérie est prête «à entamer une coopération fondée sur un partenariat à long terme intégrant impérativement la fabrication des équipements industriels en Algérie, la réalisation de futures centrales solaires, la formation et la recherche et développement avec les centres de recherches et laboratoires algériens». Ce partenariat doit également permettre à l'Algérie d'accéder aux marchés extérieurs pour l'exportation de l'électricité, a souligné M. Yousfi au PDG de Desertec, selon le communiqué cité par l’APS.

                              Critiqué par certains, le projet Desertec a été défendu par le président de la République lors de sa dernière visite en Allemagne. Initié en 2009 par une douzaine d'entreprises, dont la majorité allemandes, le projet d’un montant de 400 milliards de dollars porte sur la réalisation d'un réseau de centrales solaires en Afrique du nord et au Moyen-Orient. Les promoteurs de Desertec ambitionnent de couvrir à terme 15% des besoins énergétiques de l'Europe et «une part considérable» de ceux des pays producteurs. Il y a quelques semaines, le gouvernement a adopté un programme pour les énergies renouvelables. Selon le communiqué, M. Van Son a marqué son intérêt pour cet «ambitieux» programme et a exprimé la disponibilité du consortium à apporter sa contribution à sa réalisation. Le groupe Sonelgaz et Desertec étudieront un projet d'accord de coopération dans ce sens, a précisé la même source.

                              Comment


                              • Samir Allam :


                                Lundi 23 Mai 2011 -- La mission de Jean-Pierre Raffarin sur la relance des investissements français en Algérie s’achève à la fin du mois de mai. Parmi les projets qu’il n’a pas réussi à débloquer figure celui de la construction d’une usine de vapocraquage à Arzew près d’Oran entre Sonatrach et Total. «Aucun accord n’est en vue», a indiqué à TSA une source proche du dossier. «Le différend porte sur un seul sujet : le prix du gaz qui sera utilisé pour ce projet», affirme une source proche de Sonatrach. Le gaz est la matière première utilisée dans une usine de vapocraquage. Ces usines sont très consommatrices en gaz naturel. Au milieu des années 2000, Chakib Khelil, alors ministre de l’Energie, décide de doter l’Algérie d’une industrie pétrochimique. Son principal argument : un prix du gaz considéré comme le plus bas de tous les pays producteurs de pétrole de la zone Afrique-Moyen Orient : entre 0,6 et 0,8 dollars le MBTU (million of british thermal unit) contre 9 à 10 dollars le MBTU sur les marchés internationaux, soit un prix divisé par dix. C’est ainsi que des projets ont été lancés par l’égyptien Orascom et l’omanais Souheil Bahouane. Et en 2007, lors de la visite de Nicolas Sarkozy en Algérie, Sonatrach et Total signent un accord pour la réalisation de l’usine de vapocraquage d’Arzew. De tous les projets pétrochimiques lancés, c’est sans doute le plus important. Le contrat a été signé sur la base d’un prix du gaz situé entre 0,6 et 0,8 dollars le MBTU.

                                Mais la nouvelle direction de Sonatrach, nommée il y a un an, décide de changer de stratégie en matière de prix du gaz vendu pour les usines pétrochimiques. Elle propose à Total de revoir à la hausse le prix du gaz qui sera utilisé dans la future usine d’Arzew. Mais le groupe français refuse, arguant que la rentabilité du projet sera grandement menacée par une telle révision à la hausse des prix du gaz. Total pose également un autre problème sur la table : la garantie des approvisionnements. Selon nos sources, Sonatrach n’a pas répondu favorablement à cette demande. La production nationale disponible de gaz est faible du fait des contrats internationaux de long terme et de la hausse de la consommation domestique. Selon notre source proche du dossier, Total s’est montré disponible à accepter les nouvelles conditions de Sonatrach en matière de prix du gaz. «Mais le groupe français cherche à négocier d’autres choses en parallèle». Désormais, la négociation ne se déroule plus au niveau des deux compagnies. Elle a lieu à un niveau diplomatique entre Alger et Paris, avec comme enjeu la présence française dans l’industrie pétrolière en Algérie à la lumière de l’offensive américaine.

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X