Announcement

Collapse
No announcement yet.

Algeria: Energy news: Oil / gas / electricity / solar / nuclear power developments

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • May 3, 2007 -- PetroVietnam's drilling arm PV Drilling will operate its first rig in Algeria as part of its business expansion outside Vietnam.

    "The rig is already on a one-year contract and we are looking for more drilling contracts there," an official from the Ho Chi Minh City-based firm said.

    He said the $19-million land rig, built by China's Hong Hua Corporation, would drill for oil and gas at the PetroVietnam-run block 433a and block 416b near Touggourt, Algeria.

    The one-year drilling contract is valued at $13 million, PV Drilling officials have said.

    The company expects 2007 revenues to jump 70.5% to around $143 million on the back of strong demand from oil explorers, Reuters reported.

    Comment


    • PARIS, May 4 (Reuters) - Suez has good relations with Algerian oil and gas producer Sonatrach, which could be strengthened up, said on Friday the head of the French utilities which has committed to a merger with Gaz de France.

      "Sonatrach is a group that we know well... with which we have very good relations and these relations can perfectly be intensified," Suez Chief Executive Gerard Mestrallet told a shareholders meeting.

      "As for setting capitalistic links between the two companies, I don't have the impression that the Algerian authorities are really keen on that," he added.

      "Algeria is a great partner for Europe and... there are without a doubt gas supplying agreements that can be reached and that could be beneficial to both parties, Europe and Algeria."

      Suez has vowed to go ahead with its planned tie-up with GDF, arranged last year by the government after unwelcome advances towards Suez by Italy's Enel.

      But a French court has postponed the completion of the deal until the full liberalisation of European energy markets on July 1, tying its fate to the outcome of the French elections.

      Comment


      • Samedi 5 mai 2007 -- Le ministre de l’Energie et des Mines, M. Chakib Khelil, a affirmé, mercredi dernier à Adrar, que la raffinerie de pétrole de Sbaâ est la première à utiliser, à l’échelle nationale, le cracking catalytique technique qui permet la reconversion des huiles lourdes en carburant.

        Cette raffinerie a une capacité de production de 600 000 tonnes de pétrole/an, selon le directeur adjoint de la société Soralchin, qui a présenté un bref exposé sur l’utilisation de la technologie de pointe, à savoir le cracking catalytique.

        Le même responsable a indiqué que son entreprise a été réalisée en partenariat avec Sonatrach (30 %) et la société chinoise CNPC (70 %) pour couvrir les besoins de la consommation locale en cette matière. Le ministre a visité, dans la localité de Sbaâ, la station de déshydratation de gaz naturel qui a produit 120,56 millions de mètres cubes de gaz en 2006 et s’est enquis des conditions de son fonctionnement. M. Chakib Khelil s’est ensuite rendu sur le site de production de pétrole, où lui a été présentée une fiche technique de ce champ pétrolifère qui produit 12 500 barils/jour.

        M. Khelil a également pris connaissance de l’opération de raccordement de 4 370 foyers de la ville de Timimoun au réseau d’alimentation en gaz naturel. Il s’est par ailleurs rendu dans le cadre de sa visite de travail, dans la localité d’Ougdin pour le lancement d’une opération de raccordement au réseau électrique, avant de visiter la station de gaz de la localité de Tililane et inaugurer ensuite le nouveau siège de la direction de l’industrie et des mines de la wilaya d’Adrar.

        Comment


        • Dimanche 6 Mai 2007 -- Dans une déclaration qu’il a faite, hier, le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, a indiqué que la renégociation des contrats de vente de gaz par Sonatrach à l’entreprise espagnole Gas Natural pour une révision du prix de vente n’avançait pas et qu’un recours à l’arbitrage international était «probable» en cas d’échec avéré. Il a expliqué que la position espagnole sur la commercialisation du gaz «n’a pas changé» et qu’en l’absence d’un accord sur ce différend, il est fort possible que nous allions à «un arbitrage».

          Chakib Khelil s’exprimait en marge de la signature de contrats pour la réalisation d’une station de dessalement d’eau de mer à Honaine (Tlemcen). Cette renégociation, entamée il y a deux ans et qui ne concerne qu’environ le tiers du gaz algérien exporté vers l’Espagne, vise à ajuster le prix considéré aujourd’hui par la partie algérienne comme étant «très bas» par rapport aux prix du marché. L’Algérie veut augmenter le prix de vingt pour cent en deux étapes sur une année, de façon à limiter l’impact de ce réajustement sur le consommateur final espagnol. Le ministre de l’Energie et des Mines a souligné que l’impact d’une telle augmentation graduelle du prix du gaz algérien sur les consommateurs espagnols serait de seulement six pour cent.

          Chakib Khelil a, par ailleurs, avancé avoir discuté avec l’ambassadeur d’Espagne à Alger sur la «réticence» des entreprises espagnoles à propos de cette question et lui a fait savoir que la partie algérienne tenait à ce que ces entreprises fassent l’effort nécessaire pour la résoudre. Le différend sur les prix du gaz s’ajoute à un autre problème, celui des limitations imposées par Madrid au volume gazier que l’Algérie pourra vendre directement sur le marché espagnol. Une attitude que le ministre de l’Energie et des Mines a déjà dénoncée récemment. Il a déclaré que l’Algérie «n’est pas satisfaite» de ces limitations et que la filiale de commercialisation de Sonatrach, installée en Espagne, est l’objet d’une «évidente discrimination».

          Chakib Khelil a expliqué que l’on va nous laisser vendre une «goutte dans l’océan». Sur le marché espagnol, il y a quarante sociétés qui commercialisent du gaz. Aucune «n’est soumise» à des restrictions de temps ou de quantité. Le gouvernement espagnol a autorisé, le 6 mars dernier, la Sonatrach à commercialiser directement son gaz en Espagne, mais avec un plafond de seulement un milliard de m3, soit environ sept pour cent de la quantité de gaz qu’Alger exporte vers l’Espagne.

          Sonatrach a, dans le cadre de contrats à long terme, entamé, il y a deux ans, des négociations avec Gas Natural pour augmenter, dans des proportions acceptables, les prix d’une partie du gaz qu’elle commercialise sur le marché espagnol. Chakib Khelil a rapporté qu’il y a onze mois, nous étions sur le point de trouver un accord, mais que Gas Natural a fait marche arrière.

          Comment



          • Energy and mines minister Mr. Chakib Khelil unveiled that negotiations with Spain to increase gas prices are frozen stressing, in the same context, that Sonatrach managed to come to an agreement in principle with Brown & Root Condor so as to buy Algeria-based BRC shares.

            Algeria has recently argued for a rise in the price of gas marketed to Spain but negotiations have been frozen as the two parties have not yet managed to come to a mutually satisfactory solution.

            Concerning the Gassi Touil project Mr. Khelil also mentioned that all parties are bound to abide by the books of specifications they accepted earlier.

            In addition, Mr. Khelil revealed Sonatrach's offer to buy Halliburton subsidiary Kellogg Brown & Root shares in Algeria-based Brown & Root Condor, stressing that the two parties managed to come to an agreement in principle but agreement on share prices is still pending. The minister refused to give further details as discussions are still underway.

            Comment


            • Dimanche 6 Mai 2007 -- Sonatrach poursuit encore ses discussions avec la société américaine Kellog Brown Root (KBR) concernant le projet de l’unité GNL de Skikda. Rien n’est encore décidé selon le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil qui a précisé que si ces discussions aboutissent, KBR participera à ce projet. Sinon, ce projet sera réalisé avec le partenaire retenu à la suite de l’appel d’offres que Sonatrach a déjà lancé.

              Comment


              • Dimanche 6 Mai 2007 -- L’Algérie et les Etats-Unis signeront en juin prochain un accord sur le développement du nucléaire civil dans notre pays. Un accord relatif, selon le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, au renforcement de la coopération entre les laboratoires algériens et américains en matière de sécurité nucléaire. Cela étant, la coopération énergétique algéro-américaine se renforce, Chakib Khelil devant être l’hôte pendant les semaines prochaines du pays de l’Oncle Sam. Un déplacement voulu faire le point notamment sur l’état d’avancement des négociations en cours sur la participation algérienne dans les terminaux pétroliers aux Etats-Unis ainsi que sur la coopération énergétique bilatérale.

                Comment


                • Dimanche 6 Mai 2007 -- Un accord de principe a été trouvé entre Sonatrach et le groupe américain Halliburton pour le rachat par la compagnie nationale des 49% du capital de la joint-venture Brown Root Condor (BRC). Une partie de capital actuellement détenue par Kellog Brown Root, filiale de Halliburton, Sonatrach détenant les 51% restants. Selon le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, les discussions en cours entre les deux parties ont abouti à cet accord de principe. Cela même s’il reste à formaliser cet accord qui devrait être signé, selon d’autres sources, dans un mois et demi. Cela permettant à Sonatrach de devenir le propriétaire à 100% de cette joint-venture spécialisée dans l’ingénierie pétrolière. Cette dernière, au cœur, depuis quelque temps, d’une importante controverse médiatique et judiciaire.

                  Comment


                  • Dimanche 6 Mai 2007 -- Les négociations sur l’augmentation du prix de vente du gaz naturel algérien en Espagne sont “au point mort” selon le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil. Hier, au siège de Sonatrach, en marge de la cérémonie de clôture financière du projet de station de dessalement de l’eau de mer de Honaïne (Tlemcen), Chakib Khelil a indiqué que les négociations entamées en vue d’augmenter de 20% le prix du gaz vendu n’avancent pas avec la partie espagnole.

                    En effet, l’Algérie veut augmenter le prix du mètre cube de gaz à 1 dollar le million de BTU (British Terminal Unit, unité de mesure du gaz naturel équivalent à 27 m3 de gaz). Une hausse de 20% du prix sans grandes conséquences sur le consommateur espagnol. En effet, pour Chakib Khelil, l’impact sur le consommateur local sera minime (6%) avec la possibilité d’étaler cette augmentation sur deux tranches. Ce que la partie espagnole ne semble pas encore prendre en considération. Et Chakib Khelil de ne pas écarter la possibilité de recourir à l’arbitrage commercial international. De même, notre pays attend encore l’aval des autorités espagnoles permettant à l’opérateur espagnol Gas naturel d’acquérir 10% de la part de Sonatrach dans le projet du gazoduc entre l’Espagne et l’Algérie Medgaz.

                    Un projet où la participation de Sonatrach doit attendre 36%, cette cession étant conditionnée par l’obtention par Sonatrach d’une autorisation de commercialiser du gaz sur le marché intérieur espagnol par le biais d’une société de distribution. Une position espagnole attentiste, motivée par des contingences politiques et commerciales internes, qui contredit le discours volontariste de l’ambassadeur d’Espagne en Algérie qui, lors de cette cérémonie, a estimé que la coopération bilatérale “se développe dans la bonne voie et dans de nombreux domaines” avec “la volonté de résoudre les difficultés”.

                    A contrario de l’Espagne, l’Italie a adopté, elle, une position plus ouverte en permettant l’augmentation de 2,5 milliards de mètres cubes de gaz supplémentaires de la quantité commercialisée en Italie et transitant par le gazoduc qui passe par la Tunisie. Par ailleurs, Sonatrach négocie encore avec l’Italie l’augmentation du volume devant transiter via le futur gazoduc Galsi.

                    Comment


                    • Conférence internationale sur les énergies renouvelables

                      Dimanche 6 Mai 2007 -- Placée sous le signe “politiques de développement des énergies renouvelables”, la deuxième conférence internationale sur les énergies renouvelables, CEER 2007, qui se tiendra à Alger du 18 au 20 juin 2007, constituera un espace de concertation qui permettra aux participants de s’informer sur les politiques et stratégies à travers le monde pour le développement des énergies renouvelables. Une occasion pour débattre de l’état et de l’art des différentes technologies d’utilisation ainsi que de la problématique du développement durable.

                      Ces objectifs ont été mis en exergue lors de la conférence de presse tenue hier au siège du ministère de l’Energie et des Mines et animée par le ministre Chakib Khelil. Ce dernier a indiqué que “cette conférence permettra d’explorer de nouvelles pistes qui constituent un des axes de la politique énergétique de l’Algérie” avant d’ajouter que “notre volonté de développer ces énergies se traduit par la réalisation d’importants programmes au profit des populations enclavées des Hauts- Plateaux et du Sud”. Ainsi l’enjeu des ENR c’est une place de plus en plus importante dans la consommation mondiale d’énergie.

                      En Algérie, l’on note une très faible part dans le bilan énergétique national avec 0,02 % de la consommation nationale d’électricité. L’objectif serait alors de contribuer à hauteur de 6% à l’horizon 2015. Par ailleurs, il a été annoncé pour cette CEER 2007, la participation de 400 délégués issus de 12 pays et 33 communicants de 21 institutions dont 13 étrangères et de 12 entreprises dont 8 étrangères. Les thèmes abordés lors de cette rencontre porteront sur les expériences dans le domaine du développement des énergies, les mesures incitatives, l’industrie liée à cette pratique, le solaire thermique et ses applications. Quatre ateliers se tiendront pour débattre du développement des chauffe- eaux solaires, le dispositif réglementaire, la normalisation et enfin les changements climatiques.

                      Comment


                      • Dimanche 6 Mai 2007 -- La requête de Sonelgaz au sujet de l’augmentation des tarifs de l’électricité n’a toujours pas reçu de répondant. La Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG), qui a étudié la demande de Sonelgaz, a fait savoir, hier, qu’après étude du dossier, un rapport a été transmis au gouvernement. Qu’en a fait ce dernier ? Mystère et boule de gomme. M Othmane, le premier responsable de la CREG, qui a présenté hier le bilan de l’activité de son organe, s’est contenté de faire un récapitulatif du “feuilleton” augmentation.

                        Il a à cet effet déclaré que “le gouvernement qui a été destinataire du rapport établi par la CREG a demandé un complément d’informations afin de tenter de trouver d’autres alternatives qui permettent à Sonatrach de maintenir les équilibres financiers. Il s’agit notamment d’allégements fiscaux et de réductions de charges. Ces dispositions ont déjà été introduites dans la loi de fiances 2006”. Hormis ce rappel, impossible de savoir avec exactitude le devenir du dossier. La rencontre s’est donc terminée sur un goût d’inachevé…

                        Comment


                        • May 6, 2007 -- Algerian Energy Minister, Chakib Khelil is expected to go to Washington and New York in order to participate in discussions on energy due to be held from May 8 to 15th, said a press release.

                          Mr. Khalil will be accompanied by energy officials. He will take part in the second session of “gas producer-consumer dialogue” in addition to the UN Commission on Sustainable Development, May 9-11 in U.N. headquarters.

                          “This session will deal with energy for sustainable development, industrial development, atmospheric pollution and climate changes”, said the minister.

                          The Algerian delegation is expected to participate on May 15th in an “Energy Symposium” organised by U.S. Algeria Business Council (USABC) in Washington.

                          Mr. Chakib Khelil will hold talks with his American counterpart, Samuel Bodman. The minister will also meet managers of American and Canadian oil companies, said the press release.

                          Comment


                          • Comment


                            • Comment


                              • May 8, 2007 -- Algeria and the United States will sign, next June a draft-agreement on bilateral co-operation in the field of civil nuclear power, today announced the Algerian Oil Minister.

                                Mr. Chakib Khelil. “Algeria and the United States will sign, at the beginning of June in Algiers, a draft-agreement in the field of the civil nuclear co-operation. This is aimed at installing mechanisms of co-operation and various exchanges”, said Mr. Khelil to the press at the end of discussions he had with the US Energy Secretary of State Mr Samuel Bodman.

                                Mr. Khelil, on a visit to the United States, explained that “Both the United States and Algeria will work on exchanging experiences, experts visits and specialists as well as jointly undertake programs in the nuclear field”.

                                This agreement will enable different Algerian organizations and research centres in the nuclear field “to quantify the results and to measure the accumulated experiences, to profit from US expertise and technological projections”, added Khelil.

                                Algeria possesses two experimental nuclear plants of 3 and 15 megawatts capacity respectively. The first, baptized Nour (Light), installed in Draria, in Algiers suburbs, was built in cooperation with Argentina, the second “Essalem” (peace), in Aïn Oussera (250 km south of Algiers) was built in cooperation with China. The two plants are regularly inspected by the IAEA.

                                Mr. Khelil also indicated that he discussed the ties between Algerian state-owned petroleum company “Sonatrach” and Russian Gazprom. In this connection, he specified that the ties “obey a commercial logic” adding “It is the same tie Sonatrach has with many American and European companies”. “We encourage petroleum companies to cooperate in various fields and segments. We do not seek the control of the world oil and gas market or fix of the prices ", Chakib Khelil ended.

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X