Announcement

Collapse
No announcement yet.

Algeria: Energy news: Oil / gas / electricity / solar / nuclear power developments

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Dimanche 20 mai 2007 -- La compagnie nationale Sonatrach et ses partenaires Sonangol (Angola), Samir (Maroc), Statoil (Norvège), Total (France), Repsol et Cepsa (Espagne) et ENI (Italie) ont procédé, hier à l’hôtel Hilton, sous les auspices de Sonatrach, activité Transport par canalisations (TRC), à la signature du pacte des actionnaires et la constitution des statuts de création de la société multinationale de lutte contre la pollution marine par les hydrocarbures dans la rive sud de la Méditerranée et la côte Ouest de l’Afrique.

    Dénommée Oil Spill Response Company (OSPREC – SPA), cette société a pour objectif la prévention et l’intervention contre la pollution marine dans cette région, sur une zone d’action de 20 000 kilomètres s’étalant des côtes égyptiennes jusqu’au golfe de Cabinda en Angola et qui touche 20 pays.

    Dotée d’un capital social de 600 000 dollars et de droit algérien, avec un siège basé à Alger, OSPREC reste ouverte à l’adhésion volontaire d’autres compagnies pétrolières activant en Algérie, en plus de ses actionnaires. Parmi les sociétés intéressées à rejoindre les compagnies fondatrices d’OSPREC, le vice-président TRC, Hocine Chekired, a cité la compagnie australienne BHP ainsi que des filiales du groupe Sonatrach, la société de transport des hydrocarbures STH et la société Naftal.

    En indiquant, avec un minimum de 8,5% des parts pour un siège, que Sonatrach détient 49,5% du capital avec 4 sièges au conseil d’administration de la SPA OSPREC qui sera installé en juin prochain et dont le P-dg et le directeur général seront de nationalité algérienne. En outre, Sonangol détient 17% des parts et Samir 10% soit respectivement deux sièges et un siège tandis que les cinq autres actionnaires possèdent chacun 4,7% des parts et sont représentés avec deux membres au conseil d’administration.

    Cette société sera réellement opérationnelle dans une année, dès l’achèvement du processus de constitution de la société (un siège à Alger et un centre d’intervention à Arzew), la constitution de stocks Piles en Tunisie et au Maroc et la constitution d’un centre d’intervention en Angola. Soit, l’OSPREC devant durant cette période s’organiser et s’équiper en équipements et moyens d’intervention prompte et efficace, avec un budget programmé de 4 millions d’euros d’investissements et 1 million d’euros pour l’exploitation.

    Une société impulsée, voilà 3 années, par l’Algérie qui a connu par le passé trois accidents de pollution marine par hydrocarbures dont celui survenu en 1976, l’année où le navire Ellen Conway échoua avec une cargaison de 32 000 tonnes de brut causant d’importants déversements le long de nos côtes.

    Selon les experts, chaque année un million de tonnes de brut ou équivalent sont déversées en zone méditerranéenne, en raison des différents déballastages et incidents de pollution des navires et des rejets le long du littoral. Rappelons également qu’un quart du trafic maritime mondial d’hydrocarbures, soit près de 400 millions de tonnes, longe les côtes du Maghreb.

    Comment


    • Dimanche 20 mai 2007 -- Le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, n’écarte pas la remise en cause du projet de gazoduc transméditerranéen Medgaz devant relier l’Algérie à l’Espagne, avec une capacité de 8 milliards de m3 de gaz par an, à l’horizon 2009.

      Hier, à l’hôtel Hilton, Chakib Khelil a indiqué que la commission espagnole de l’énergie a formulé des conditions pour autoriser Sonatrach à augmenter sa participation de 20 à 36% dans le projet Medgaz. Tout en précisant que la partie algérienne est “en train d’analyser ces conditions”, Chakib Khelil a estimé, médiatiquement, que ces conditions sont “trop contraignantes” pour la compagnie Sonatrach et, donc, l’Algérie. Selon les conditions de la commission énergétique espagnole, la compagnie algérienne ne peut baisser la capacité d’évacuation de moins de 80% et elle doit obligatoirement augmenter les capacités de transport. Cela, selon notre ministre de l’Energie, sans prendre en considération la capacité propre de Sonatrach. Ce qui “risque de mettre en cause” la réalisation de ce projet selon Chakib Khelil qui a appelé clairement la commission espagnole à reconsidérer ses conditions, pour ne pas porter atteinte aux principes de libéralisation et ouverture du marché énergétique européen.

      Autre facteur susceptible de faire avorter le projet Medgaz, l’entreprise espagnole ENDESA, partenaire dans ce dernier et client de l’Algérie, vient de changer de propriétaire, détenue désormais par les sociétés ENEL et Actiona. A ce propos, Chakib Khelil a indiqué qu’il ignore si les nouveaux propriétaires comptent poursuivre ou non leur politique à l’égard de Medgaz. Cela d’autant que Sonatrach a, selon lui, le droit contractuel, en cas de changement de statuts, de ne pas continuer à vendre du gaz au nouveau propriétaire et que la société ENEL achète déjà du gaz algérien via le gazoduc algéroitalien passant par la Tunisie. Cela étant, les négociations entamées depuis deux ans entre l’Algérie et l’Espagne en vue d’augmenter de 20% le prix du mètre cube de gaz vendu par Sonatrach à l’espagnole Gas naturel “n’avancent pas” selon Chakib Khelil. Ce dernier d’indiquer que les discussions en vue d’un accord stratégique sur l’énergie entre l’Europe et l’Algérie sont “en cours”, une mission de la Commission européenne devant se rendre prochainement dans notre pays.

      La 7e attribution de blocs sera plus exigeante

      Autre fait d’importance, le prochain appel d’offres pour l’attribution de blocs de recherche et d’exploitation d’hydrocarbures, le septième du genre, sera lancé “avant la fin de l’année 2007”, a assuré Chakib Khelil. Ce dernier selon lequel “tout est en place” en termes organisationnels et de réglementation pour le lancement de cet appel d’offres. Dans la lancée, l’Algérie demeure, en dépit des changements apportés à la loi sur les hydrocarbures, attractive même pour les compagnies américaines selon Chakib Khelil. Ce dernier a considéré que le 7ème appel d’offres permettra de vérifier si les appréhensions des compagnies américaines seront atténuées ou pas.

      Cependant, le choix des attributaires des blocs d’explorations sera plus exigeant, a affirmé le ministre de l’Energie qui a déclaré : “Nous n’allons pas choisir n’importe qui.” Pour Chakib Khelil, il ne suffira aux soumissionnaires étrangers potentiels de vouloir uniquement investir dans notre pays mais de satisfaire à d’autres exigences tels l’apport de technologies, l’accès à des marchés et des régions stratégiques, l’échange de réserves d’hydrocarbures, voire la prise de participations de Sonatrach dans des projets mixtes. Comme c’est le cas pour la compagnie italienne ENI qui a formulé une proposition à Sonatrach pour participer dans un projet d’ENI au Mali.

      “On ne s’associe pas pour s’associer seulement”

      De même, selon l’hôte de l’hôtel Hilton, qu’il ne suffira pas aux opérateurs étrangers d’acheter du gaz algérien seulement mais d’”apporter quelque chose de particulier, de spécifique” qui soit dans l’intérêt de notre pays. A ce propos, Chakib Khelil a estimé que l’Algérie a intérêt à diversifier ses marchés de vente de gaz et à ne pas dépendre exclusivement du marché européen. A propos d’un rapprochement entre le français Suez et Sonatrach, Chakib Khelil a précisé que l’Algérie est “rapprochée” à plusieurs opérateurs internationaux et qu’elle “discute avec tous”.

      Cependant, l’Algérie, selon Chakib Khelil, n’agit que selon ses intérêts et les avantages qu’elle peut obtenir en contrepartie et ne s’associera qu’”à ceux qui peuvent fournir un intérêt à l’Algérie chez eux”. Mais il n’est pas question pour le ministre de l’Energie de “s’associer pour s’associer”. Ce faisant, Chakib Khelil n’a pas fermé la porte définitivement au rapprochement entre Sonatrach et Gaz de France, affirmant la disponibilité de l’Algérie à engager des discussions en ce sens. Par ailleurs, le ministre de l’Energie s’est affiché plus ouvert à la coopération en matière nucléaire entre notre pays et la France, comme c’est le cas avec les Etats- Unis, la Chine, la Russie et l’Afrique du Sud.

      Le marché américain du GNL est porteur et plus rentable

      Dressant le bilan de son dernier déplacement aux Etats-Unis, le ministre de l’Energie a estimé que le marché américain du GNL est un marché “porteur” concernant l’accès aux terminaux d’hydrocarbures américains. Voire un marché américain “plus rentable” que le marché européen, “le prix du gaz algérien commercialisé étant plus rentable aux Etats-Unis qu’en Europe” et même si la question du transport se pose. Dans ce sens, Chakib Khelil a estimé que le marché du gaz est appelé, à terme, à être plus liquide, avec des quantités de GNL plus importantes et la possibilité de vente au spot et d’optimisation des ventes.

      Comment


      • May 20, 2007 -- British engineering and construction firm Petrofac has been awarded a US $16 million contract for work at the El Gassi field in Algeria. The job was awarded by SonaHess, a joint venture between Algeria's Sonatrach and US producer Hess.

        The contract covers the engineering work, procurement and management of the construction, as well as commissioning of new facilities at an existing production site at the El Gassi field.

        "We believe that our existing projects for BHP Billiton and BP in Algeria, recent awards in Egypt and Tunisia, and our investment as development partner and operator in the Chergui field, offshore Tunisia, were influencing factors in successfully bidding this project," said Mike Cannavina, Petrofac's European engineering and construction operations director.

        Comment


        • May 20, 2007 -- According to a release issued by the Algerian ministry of energy and mines, the energy minister, Mr. Chakib Khalil held talks with the U.S. ambassador to Algeria, Mr. Robert Ford Saturday May 19.

          Mr. Chakib Khalil discussed with the American ambassador the situation of bilateral relationships in the energy field and perspectives to develop it, read the release.

          The minister highlighted different opportunities for cooperation provided by the energy sector for oil American companies.

          Comment


          • ALGIERS, May 20, 2007: Algeria and the United States will sign a cooperation accord on civil nuclear energy next month, said the energy minister of the oil- and gas-rich North African country.

            A U.S. Energy Department envoy is expected in the Algerian capital for the June 9 signing of the accord, which involves information exchange and cooperation, Energy Minister Chakib Khelil said.

            The U.S. official, accompanied by several U.S. nuclear experts, plans to visit Algerian sites where nuclear energy is being developed for peaceful ends, the minister said.

            "The two sides will work toward organizing exchanges of experience, knowledge and experts, as well as carrying out joint programs," Khelil said.

            Comment


            • May 20, 2007 -- Sonalgaz, an Algerian national firm of energy decided to cut electricity in most municipalities of Tipaza (68 Km far from western Algiers) to people who have not paid their debts in electricity. These municipalities owe 400.000.000 DA to Sonalgaz.

              Ordinary customers and farmers’s debts reach 250.000.000 DA while the owners of big industrial companies owe 270.000.000 DA to Sonalgaz.

              According to the regional director of Sonalgaz in Tipaza, Mr. Latrech Abdelhak, Sonalgaz needs these huge sums to improve the quality of services and solve the problem of power disconnections in many regions of Tipaza.

              Mr. Latrech Abdelhak said his department prepared a special plan to deal with such problems.

              He said that in this regard, 2007’s investments will deal with the rehabilitation of the electricity network and setting up new bigger energy transformers in Kolea, Fouka, Douawda, Hajout and Damous.

              Comment


              • Lundi 21 mai 2007 -- En marge de cette double cérémonie, le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, a indiqué que l’accord de coopération pour le développement du nucléaire civil entre l’Algérie et les Etats-Unis sera signé le 9 juin prochain. Une coopération bilatérale conçue notamment en termes d’échanges d’expertises et de visites de laboratoires et centres de recherche dans les deux pays.

                Cela étant, Chakib Khelil a profité de cette cérémonie pour relancer son appel en vue de la séquestration ou stockage du gaz carbonique dans le sous-sol du gisement gazier. Cela, en citant en exemple le partenariat initié avec la compagnie britannique BP à In-Salah. La séquestration du CO2 ou un moyen de lutte contre le réchauffement climatique dans le monde, une tendance forte et favorisée essentiellement par le facteur humain. Également, une solution à même de résoudre, selon Chakib Khelil, l’équation du développement économique et écologique.

                En ce sens, le ministre de l’Energie et des Mines a prôné le recours à cette technologie et appelé à l’apport technologique des grands pays pollueurs. Une occasion pour le ministre de rappeler la bonne qualité du gaz naturel algérien, dans le contexte de développement à terme du marché liquide du GNL et de la réorientation de la politique énergétique de l’Algérie. Une réorientation dont Chakib Khelil avait évoqué la veille quelques aspects concernant notamment nos rapports avec l’Union européenne et les Etats- Unis, la commercialisation du GNL algérien ainsi que les critères de choix des attributaires de projets de développement d’hydrocarbures. Et dans le contexte de cette réorientation, l’Algérie demeurant encore un marché attractif et porteur à l’échelle internationale, selon les assurances de Chakib Khelil.

                Comment


                • Lundi 21 mai 2007 -- Parmi les thèmes retenus, celui relatif à la valorisation du potentiel thermique dont dispose l’Algérie, notamment le développement des énergies nouvelles et renouvelables, a fait l’objet d’un exposé par le directeur général de New Energy Algeria (NEAL), M. Tewfik Hasni.

                  Celui-ci a présenté le projet «Technopole solaire de Hassi R’Mel» avec tous les développements se rapportant à la production d’électricité et de carburants à partir du solaire thermique à coût plus faible, son financement et son importance dans le schéma énergétique national, a rapporté l’agence de presse officielle, ajoutant que la rencontre a été organisée par l’US Algeria Business Council (Conseil d’affaires Etats-Unis-Algérie), sous la présidence du ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, et en présence d’une délégation de dirigeants d’entreprises du secteur.

                  «Le marche américain est déjà présent par la fourniture d’équipements de production d’électricité. Nous attendons une présence plus effective des entreprises américaines pour les prochains appels d’offres. Nous attendons que les laboratoires dépendant de l’administration américaine de l’énergie (USDOE), à l’instar des centres de recherche européens, s’associent au projet hybride solaire-gaz de Hassi R’Mel», a indiqué le directeur général de NEAL, en marge de la rencontre, cité par la même source.

                  Il a, toutefois, regretté que les entreprises américaines n’aient pas manifesté d’intérêt au projet de Hassi R’Mel. «Les investisseurs américains, malgré le retrait des cahiers des charges, n’ont pas soumissionné au projet», a-t-il noté, justifiant ainsi la nécessité pour les entreprises algériennes d’aller à la rencontre des investisseurs et partenaires potentiels pour la promotion de leurs projets et les convaincre de leur importance.

                  La société NEAL, rappelle-t-on, a été créée avec pour mission le développement des énergies nouvelles et renouvelables. Elle inscrit son action dans le cadre des réformes du secteur de l’électricité pour la production d’électricité et d’autres formes d’énergies en utilisant les énergies renouvelables entre autres.

                  Le portefeuille de projets de NEAL comprend trois autres centrales hybrides (solaire gaz) de 400 MW chacune (Hassi R’Mel, Mghayer et Naâma). Un ensemble de quatre fermes éoliennes de 10 MW chacune dans le sud-ouest du pays (Tindouf, Timimoun, Béchar).

                  Ces projets seront lancés par appel à l’investissement privé en application de la loi sur l’électricité. La Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG) a retenu que la contribution des énergies renouvelables ou cogénération électrique devrait atteindre 5 % de la production nationale d’électricité à l’horizon 2012-2015.

                  «Nous visons par ailleurs des objectifs d’exportation d’électricité à partir de solaire thermique de l’ordre de 6 500 MW d’ici à 2020. Cet objectif s’inscrit dans le cadre de la valorisation de l’important potentiel de solaire thermique dont dispose le pays», a déclaré M. Hasni.

                  Par ailleurs, il convient de noter que le séjour du ministre de l’Energie aux Etats-Unis a été fructueux, notamment en matière de coopération dans le développement du nucléaire civil. M. Khelil avait annoncé, le premier jour de sa visite aux Etats-Unis, que les deux pays ont convenu de signer le mois prochain, à Alger, «un protocole d’accord dans le domaine de l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire» qui définira «les mécanismes de coopération et d’échanges d’expériences, de connaissances, de visites d’experts et de spécialistes, mais aussi les moyens de conduire des programmes communs».

                  M. Khelil a, dans ce cadre, reçu en audience, avant-hier à Alger, l’ambassadeur des Etats-Unis, M. Robert S. Ford. Les entretiens ont permis de passer en revue l’état des relations entre les deux pays dans le domaine de l’énergie et les perspectives de leur développement, indique le ministère de l’Energie dans un communiqué.

                  Comment


                  • May 22, 2007 -- The United States remained Algeria's largest client in April, after purchasing goods and services worth 991 million U.S. dollars, Algeria's National Center for Data Processing and Statistics was quoted as saying by the Algerian daily Le Jeune Independant Tuesday.

                    According to figures on foreign trade obtained from the center, Italy with 626 million U.S. dollars, Spain with 380 million U.S. dollars and France with 359 million U.S. dollars took the 2nd, 3rd and 4th positions, followed by the Netherlands, Belgium and Turkey, with 188 million U.S. dollars, 162 million U.S. dollars and 158 million U.S. dollars respectively.

                    With regard to suppliers during the same month, France maintained the first position, with 442 million U.S. dollars, followed by Italy, China and Argentina, with 189 million U.S. dollars, 165 million U.S. dollars and 136 million U.S. dollars respectively.

                    In April, Algeria exported goods and services worth 4.16 billion U.S. dollars, while its imports stood at 2.09 billion U.S. dollars. The hydrocarbon products continued to dominate Algerian exports during the period under review, taking 98.08 percent of the total value of exports from the country.

                    Imported products were primarily made up of plant and equipment intended for production purposes, as well as consumer goods both foodstuffs and non foodstuffs.

                    Comment


                    • LONDON, May 22, 2007 (Thomson Financial) - Gulf Keystone Petroleum Ltd said it expects the amalgamation of RAK Petroleum to be completed by August 11.

                      The announcement comes after the oil and gas exploration company entered into an amendment agreement with RAK Petroleum amending the terms of the Algerian Material Adverse Change termination clause yesterday.

                      RAK Petroleum will have the right to terminate the implementation deal, the amalgamation agreement and the amalgamation if an Algerian Material Adverse Change occurs between April 13 and five working days after the company declares the GKN and GKS fields commercially exploitable, Gulf Keystone said.

                      Comment


                      • PARIS (Thomson Financial) - The new French government made it clear for the first time today that it won't automatically follow its predecessor in backing the planned merger of Gaz de France and Suez, a move that broadens the tie-up options for both companies and others like Electricite de France.

                        Prime Minister Francois Fillon said the idea of a GDF-Suez merger is valid and didn't discard it, but stressed that other options should be examined and said this will happen by early July - just as GDF''s competitive environment changes with the further liberalisation of the energy market July 1.

                        Speaking on Europe 1 radio, Fillon said GDF doesn't have the critical mass to be one of France's real energy giants, but also that the government won't let it languish in that situation because it would become "more fragile."

                        He alluded to possible synergies between GDF and EDF without elaborating, but if his conservative UMP party backs the idea it would likely find broad political support as the opposition Socialist party has recently urged restoring the ties between the two utilities.

                        Fillon also declined to rule out a tie-up between GDF and Algerian state-run oil and gas giant Sonatrach. While Sonatrach recently said it wasn't interested, recent reports have said it has nonetheless been eyeing a more direct involvement in the French market for Algerian gas.

                        The two companies were also recently reported to be negotiating the creation of a GDF-led joint venture to operate a major Algerian gas field in which they both share operating rights.

                        A tie-up between GDF and Sonatrach could also ease the threat of any Sonatrach-Gazprom tie-up. The Russian energy giant has been laying plans to sell gas in France, and has reportedly been talking with Sonatrach about cooperating in ways that were never specified in the reports.

                        A failure of GDF and Suez to complete their merger would leave Suez open to new tie-up options as well. The merger plan stemmed from the Suez effort to avoid an expected hostile bid from Italian utility Enel.

                        Just last week, Suez raised its stake in Spain's Gas Natural to 11.3 pct from 5.4 pct in what a Gas Natural official called a friendly move.

                        Officials at GDF, Suez, EDF and Sonatrach could not be reached for immediate comment after Fillon's remarks.

                        Comment


                        • Mercredi 23 mai 2007 -- Sonelgaz a procédé, avant-hier, à l’ouverture des plis commerciaux et à l’évaluation des offres pour la réalisation des trois centrales électriques de Batna, de Relizane et de Larbaâ, d’une puissance totale de 2x 130 à 170 MW chacune.

                          La réalisation des centrales à turbines à gaz de Batna et de Larbaâ a été confiée à la société italienne Ansaldo, tandis que celle de Relizane a été confiée au français Alstom, selon un communiqué de Sonelgaz. La même source précise que les deux centrales à turbines à gaz et poste électrique de Batna et de Larbaâ seront livrées dans des délais respectifs de 24 et 22 mois, à partir de la signature du contrat.

                          La capacité de la centrale de Batna sera de 2 x 130 MW et celle de Larbaâ de 2x140 MW. La centrale turbine à gaz de Relizane de 2 x 150 MW sera réalisée dans 25 mois, a-t-on précisé. Il convient de rappeler que Sonelgaz a lancé un appel d’offres le 16 octobre dernier pour la réalisation de 8 centrales électriques pour remplacer son parc vieillissant et répondre à la demande croissante.

                          Outre les centrales de Batna, de Larbaâ et de Relizane, elle a lancé des appels d’offres pour la réalisation des centrales de Msila d’une puissance totale de 2x250 MW, les centrales de Koudet Edrauoch et de Terga d’une puissance de 3x400 MW chacune et les centrales d’Alger-Port et d’Annaba d’une puissance totale de 2x40 MW chacune.

                          L’ouverture des plis commerciaux pour la réalisation de ces deux centrales est prévue pour le 28 mai prochain à Sonelgaz, Gué de Constantine, précise le communiqué.

                          Comment


                          • May 23, 2007 -- Algerian Minister of Energy and Mines, Mr. Chakib Khelil told reporters that the current rise in oil prices was not caused by a shortage of oil supply. He also excluded the possibility of the Organization of Petroleum Exporting Countries (OPEC) raising oil production to stop the rise in oil prices.

                            Oil prices have been estimated at around $70 a barrel.

                            Khelil said the organisation could not get involved in an ephemeral problem linked to a decrease in Nigeria’s production.

                            He mentioned that oil prices are influenced by political, natural or security factors. Mr. Khelil added that the organisation could get involved when it is sure that there is a real need in the market to raise production, as happened in 2003, when Venezuelan production was stopped.

                            According to him, doubts are surrounding oil markets which have been used by speculators to raise the prices.

                            He added that these doubts are reinforced by the fears of oil-producing countries of useless heavy investments meant for raising oil production in big quantities in view of consumer countries’ policies to not develop energy organic sources, especially ethanol.

                            It’s worth mentioning that OPEC Secretary-General Abdulla el-Badri said this week that the organisation was concerned about the fact that future demand for oil would be hindered by the consumer countries’ policies that encourage consumption and the use of gas alternatives.

                            Comment

                            Unconfigured Ad Widget

                            Collapse
                            Working...
                            X