Announcement

Collapse
No announcement yet.

Algeria: Energy news: Oil / gas / electricity / solar / nuclear power developments

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • A draft bill on nuclear energy, which will create a Nuclear Safety and Security Agency, will be submitted to the cabinet "very soon", Algeria's Energy and Mining Minister, Chakib Khelil, said on national radio on Saturday (May 26th). The agency will be "powerful and autonomous" and will be provided with the financial means necessary to implement a civil nuclear energy programme, Khelil said. In addition to the US, "Algeria already cooperates in this field with China, Argentina and Russia, and intends to expand this co-operation to Egypt and South Africa," he pointed out. Khelil said that the Americans "will work with us in the fields of expertise and technology transfer", as part of the nuclear cooperation agreement expected to be signed on June 9th in Algiers. The minister reiterated that Algeria's nuclear installations are subject to regular inspection by the International Atomic Energy Agency (IAEA) and that the country is developing its nuclear energy within the framework of peaceful use.

    Comment


    • Dimanche 27 mai 2007 -- La loi sur le nucléaire civil sera bientôt finalisée et soumise “très prochainement” à l’aval gouvernemental et parlementaire, a indiqué hier le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil. Dans une double déclaration faite à la Chaîne III de la Radio nationale et en marge de la cérémonie de signature des accords de coopération avec la compagnie brésilienne Petrobras, Chakib Khelil a indiqué que le groupe de travail chargé d’élaborer l’avant-projet de loi y apporte les dernières retouches avant de le soumettre à l’examen par les départements ministériels.

      En fait, cette loi est appelée à réorganiser le secteur en séparant entre le rôle de l’Etat et celui des sociétés opérantes et en mettant en place une agence de sûreté et de sécurité nucléaire. Selon Chakib Khelil, cette agence sera autonome, financièrement notamment, afin qu’elle ne soit pas sujette aux aléas budgétaires. Elle aura pour mission le contrôle des installations nucléaires et électronucléaires, l’attribution de permis de construction de centrales et le suivi de l’application de la réglementation et des normes en la matière. Par ailleurs, cette loi renforce les moyens de recherche pour l’utilisation de l’énergie atomique à des fins pacifiques et de développement, notamment dans la santé, l’agriculture et l’eau.

      En rappelant que l’Algérie a développé “une coopération très poussée”, selon Chakib Khelil, avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dont les inspecteurs effectuent régulièrement des inspections dans les installations nucléaires de notre pays. En précisant que notre pays possède deux réacteurs nucléaires expérimentaux ou centres de recherches nucléaires de 3 et 15 mégawatts, le premier, appelé Nour est installé à Draria (Alger) a été construit par les Argentins, et le second, Essalem, a été réalisé par les Chinois à Aïn- Oussera (Djelfa). Quant au coût du programme de développement du nucléaire civil, le ministre de l’Energie et des Mines s’est limité à dire qu’il était “conséquent” en précisant que le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) dispose déjà d’un budget de recherche et d’un financement accordé par l’AIEA dans le cadre de la coopération avec cette agence.

      La coopération avec les Etats-Unis n’est pas spéciale

      Cela étant, le développement du nucléaire requiert, selon Chakib Khelil, et du temps et la nécessité de développer tant l’expertise nationale que le développement de partenariats avec les autres pays dont les Etats-Unis avec lequel l’Algérie signera justement un accord de coopération dans le nucléaire civil, le 9 juin prochain à Alger. Cet accord sera signé, du côté algérien, par le secrétaire général du ministère de l’Energie et des Mines, et du côté des Etats-Unis, par un représentant du département américain de l’Energie. Une coopération qui vise à favoriser des échanges d’experts des différents laboratoires spécialisés dans le domaine nucléaire civil.

      Appelés, selon Chakib Khelil, à “travailler avec nous dans les domaines de l'expertise et du transfert de technologie”, des experts américains visiteront le lendemain le Centre de recherche nucléaire de Aïn Oussera pour discuter des programmes de recherche et prévoir une visite d'experts algériens dans les laboratoires américains. Un bémol cependant du ministre de l’Energie, la coopération algéro-américaine dans le domaine nucléaire n’est pas “spéciale” puisque notre pays entend, selon lui, poursuivre sa collaboration en la matière avec ses anciens partenaires et envisage même de l'étendre à d'autres pays. A ce propos, Chakib Khelil a précisé que notre pays “coopère déjà dans ce domaine avec la Chine, l'Argentine et la Russie, et ambitionne d'élargir cette coopération à l'Egypte et à l'Afrique du Sud”.

      Comment


      • Dimanche 27 mai 2007 -- Hier, au siège de Sonatrach et en présence du ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, et de l’ambassadeur du Brésil en Algérie, la compagnie nationale et la société pétrolière brésilienne Petrobras ont signé deux accords destinés à aider à renforcer la coopération énergétique entre les pays. Ainsi, ont été signés un Memorandum of Understanding (MOU, mémorandum d’entente) dans le domaine de la recherche et l’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux, en onshore et en offshore, le raffinage et la pétrochimie, et un accord cadre d’achat/vente de GNL.

        Un MOU qui ouvre à la voie à un partenariat voulu mutuellement bénéfique, en termes essentiellement d’identification des bonnes opportunités de coopération, de lancement de projets communs d’investissements et de transfert d’expertises. Quant à l’accord-cadre, il porte sur l’achat/vente en spot de GNL algérien à destination du marché brésilien. En ce sens, Petrobras envisage d’importer du GNL à partir de 2008 à travers deux projets de terminaux de regazéification flottants (FSRU) qui seront implantés à Guanabara Bay (Rio de Janeiro) et à Pecem (Ceara) essentiellement pour la génération électrique. Ce qui permettra à Sonatrach de diversifier ses ventes de GNL et de tirer profit de toutes les opportunités de marché, notamment sur le Bassin atlantique et en Amérique du Sud.

        L’objectif de ces deux accords étant d’insuffler une synergie à l’ensemble des segments de la chaîne des hydrocarbures dans les deux pays et partout ailleurs dans le monde. En fait, la compagnie brésilienne s’intéresse à l’exploration d’hydrocarbures tant dans l’offshore algérien qu’en Méditerranée, tel que fortement affirmé par le P-dg de Petrobras, José Sergio Gabrielli de Azevedo, d’autant que le MOU prévoit justement cette possibilité. Permettant ainsi à Sonatrach, engagée dans une politique de développement à l’international, de tirer profit du savoir-faire technologique de la compagnie brésilienne dans le forage en eau profonde et ultra-profonde avec des records mondiaux de profondeur (2 à 3 km).

        En rappelant que Petrobras active dans l’offshore de la mer Noire et du Portugal, outre le Golfe du Mexique. En contrepartie, Petrobras bénéficiera de l’expertise de Sonatrach en matière de commercialisation et développement du GNL, en particulier, et des hydrocarbures liquides et gazeux, en général. Cela lui permettant de satisfaire les besoins du Brésil en pétrole, en gaz naturel, GNL et gaz légers et même si Petrobras compte parmi les grands producteurs et exportateurs de pétrole, de kérosène et de Naphta.

        Comment


        • La compagnie nationale d’hydrocarbures, Sonatrach, a signé un contrat avec le groupe constitué des deux compagnies « Cepam », et « Lead Contracting », pour la réalisation d’une station de traitement de pétrole brut à Hassi Messaoud.

          Cette station, qui sera réalisée, selon un communiqué de la compagnie nationale, en 37 mois, est constituée d’une unité pour la conservation de la stabilité du pétrole brut et sa sécurité, constituée de trois unités de production avec une capacité de 100 000 barils par jour chacune, ainsi qu’une unité de maintenance constituée de quatre réservoirs avec une capacité d’assimilation pouvant atteindre 50 000 mètres cubes, en plus d’un tuyau pour le transport des huiles, de l’eau et du gaz sur 45 kilomètres.

          Ce projet vise, selon le communiqué, à améliorer la qualité du pétrole brut et à doubler la production, en plus d’assurer la sécurité des unités et des structures.

          Comment


          • MADRID, May 28, 2007 (Thomson Financial) - Enagas SA will study with interest a project to build a gas pipeline linking Nigeria to the Algerian coast if this eventually materialises, and as a long as it is beneficial for the gas system in Spain and Europe, a company spokesman said, confirming an earlier Cinco Dias report.

            The pipeline will be 4,500 km long and cross Nigeria, the Niger and Algeria up to the Mediterranean coast, and is set to begin operations in 2015, the newspaper noted.

            The Enagas spokesman confirmed that Algerian energy minister Chakib Khelil invited the Spanish gas infrastructure group's chairman Antonio Llarden to participate in the new project at a recent natural gas conference in Barcelona.

            He noted, however, that the main topic of the meeting between Khelil and Llarden was Medgaz, the company managing the project to build a gas pipeline running between Spain and Algeria.

            Algeria state-owned oil and gas firm Sonatrach has a 36% stake in Medgaz.

            Comment


            • ROME (MarketWatch) -- Italy's Industry Minister will decide soon on the fate of BG Group PLC's controversial liquefied natural gas receiving terminal at the southern port of Brindisi, a government official said Tuesday.

              The facility is planned to have an annual capacity of 8 billion cubic meters. "It was decided that those that oppose the (Brindisi) terminal will have 10 days to present their observations," said a spokeswoman for the Industry Ministry. She added the ministry will decide soon after these are handed over.

              The Industry Ministry Monday met representatives from BG's local company, as well as those from the regional government of Apulia, the Environment Ministry, Brindisi provincial and city officials.

              The Environmental Ministry, the municipality and provincial government of Brindisi are against the construction of the terminal, as is the Apulia region, on environmental grounds.

              The Apulia region asked the Industry Ministry Monday to proceed with scrapping previously-granted permits for the construction of the terminal after BG opposed allowing an environmental impact study, a spokesman for the region said.

              The region said BG presented a document at the meeting Monday in which it said it had all the necessary permits and didn't agree on an environmental impact study.

              A spokeswoman for BG's local unit wasn't immediately available to comment. The Italian government authorized the project in 2003. BG said in February the terminal is expected to come onstream during 2010, one year later than expected. BG Group intends to supply the terminal with gas from Egypt.

              The Apulia region, in the southeast of Italy, is ready to host a regassification terminal on its territory but says it shouldn't be in the heavily-industrialized port of Brindisi, local officials have said.

              Construction at the Brindisi LNG plant is currently suspended following a request from magistrates in February investigating possible wrongdoing in obtaining the permits by the former mayor of Brindisi, as well as former and current BG employees.

              Industry Minister Pierluigi Bersani sees as crucial having up to four new regassification terminals by the end of 2010 to diversify Italy's supplies of gas. The bulk of the peninsula's gas supplies come from Algeria and Russia through pipelines.

              LNG, seen by observers as a key growth area in the industry, allows gas to be transformed into liquid form for transportation by ship to those countries where using pipelines would be unprofitable or unachievable. Regassificators at receiving terminals turn the gas back to its original form.

              Italy currently has only the Panigaglia LNG receiving terminal, with an annual capacity of 3.5 billion cubic meters.

              Edison SpA and Qatar Petroleum are slated to complete next year their 8 billion cubic meter offshore LNG plant near the northeastern city of Rovigo. Construction started in recent months to the offshore LNG terminal near the Tuscan port of Livorno, with an annual capacity of 3.75 billion cubic meters. This plant is seen operational in 2009.

              Around a dozen of LNG projects have been presented across the country but they are pending necessary approval from central and local governments.

              Comment


              • Algeria's national oil company Sonatrach and a consortium made up of Saipem and Lead Contracting have signed a deal for the construction of an oil processing and stabilisation plant in Hassi Messaoud, according to a statement by the Sonatrach group, quoted by APS. The new facility, which should be completed by 2010, will consist of one stabilization unit comprising three trains with a total capacity of 300,000 barrels per day, one maintenance unit and a 45km oil pipeline. The project aims at improving the quality of crude oil and boosting oil production, the company said in a statement. Hydrocarbons remain the government's main source of revenue and exceeded $52 billion in 2006. Sonatrach recently announced that it will invest $7.5 billion on oil and gas exploration by 2011, doubling previous allocations.

                Comment


                • MUMBAI, May 30 2007: Dabhol power plant seems to have been given a fresh lease of life. In what could ease gas supplies for Dabhol power, Petronet LNG (PLL) has tied up with companies in Qatar and Algeria to import 1.5MT of liquified natural gas (LNG), that will be used to run the power plant.

                  Ratnagiri Gas and Power Private, which is the new name for Dabhol Power, will get LNG at a cost of $4.93 per million British thermal units (MmBtu). Petronet will supply the LNG from its terminal in Dahej through a pipeline which is scheduled to be completed by June, Petronet managing director P Dasgupta told The Economic Times.

                  Initially, PLL will supply 1.5MT of LNG which will be increased to 2.1MT, when the power plant runs at its full capacity of 2,100MW.

                  The price of $4.93 per MmBtu will remain till September 2009. Meanwhile, the proposed LNG terminal will be completed near Dabhol plant and GAIL would tie up for the long-term LNG later on. GAIL has approached LNG suppliers in Australia, Malaysia, Indonesia, Abu Dhabi, Oman, Qatar, Egypt and Algeria for tying up supply from 2009. No commitment has so far been received, said a source.

                  Maharashtra is getting almost 700MW from Dabhol unit II, at Rs 5.01 per unit, since the project is being run on naphtha, which is costlier than gas. If the price remains same, then MahaDiscom, the distribution arm of Maharashtra State Electricity Board, is not likely to buy the power during the monsoon when the demand falls.

                  In the previous monsoon, MahaDiscom had stopped buying power from Dabhol that resulted in the shutdown of the plant.

                  Recently MahaDiscom, the sole customer of RGPPL, signed a power purchase agreement with RGPPL. Under the agreement, power will be supplied to MahaDiscom at a fixed cost of 98.50 paise and a variable cost of Rs 1.96, taking the total cost per unit to Rs 3.02, inclusive of VAT and interest component, said Ratnagiri Gas MD Chandan Roy.

                  Last month, RGPPL had assured 1,400MW electricity to MahaDiscom from June 2007. But sources say that schedule could be difficult as there have been problems in laying pipelines.

                  Comment


                  • Mercredi 30 mai 2007 -- La société américaine General Electric a été retenue hier par Sonelgaz pour la réalisation de deux centrales électriques de type turbines à gaz à Alger-Port et à Annaba, à l’issue d’une opération d’ouverture de plis commerciaux.

                    Ainsi, General Electric a été classé premier pour la réalisation à Alger-Port, dans un délai de 23 mois (à partir de la date de signature du contrat), d’une centrale 2 x 35,4 MW. Cela, pour un coût moyen du KWh estimé à 4,91 DA (au prix du gaz local, le coût moyen du KWh est de 2,736 DA). General Electric a été aussi classé premier pour la réalisation à Annaba, dans un délai de 21,5 mois (à partir de la date de signature du contrat), d’une centrale 2 x 35,4 MW. Cela pour un coût moyen du KWh estimé à 4,88 DA (au prix du gaz local, le coût moyen du KWh étant de 2,704 DA). Sur la base du calcul du KWh installé et du coût moyen du KWh actualisé, sur la base d’un prix du gaz à l’international de 3 dollars le MBTU, l’offre commerciale de General Electric, avec un prix du KWh le moins-disant, a été retenu contre celle du consortium Siemens Entrepose.

                    Ces deux sociétés avaient été retenues le 5 février 2007 en phase technique, soumissionnant dans le cadre de l’appel d’offres lancé le 16 octobre 2006 par la société Sonelgaz pour la réalisation de 8 centrales électriques dont celles d’Alger- Port et d’Annaba. Sonelgaz indique, par ailleurs, que l’ouverture des plis commerciaux des centrales de Koudiet Edraouch (3 x 400 MW), Terga (3 x 400 MW) et de M’sila (2 x 250 MW) se déroulera vers la fin du mois de juin prochain.

                    Comment


                    • 30 May, 2007 -- Norwegian oil group Statoil has reported a 28% drop in first-quarter earnings to 7.68 billion kroner (€946.5m), due to falling oil prices and production.

                      Pre-tax profits dropped to 24.79 billion kroner from 34.34 billion, while sales shrank by 10% to 100 billion kroner. The figures came in below analysts' forecasts.

                      The group attributed the weaker earnings to an 11% decline in oil prices and a 14% drop in gas prices.

                      The group's oil and gas production dipped by 3% during the period, to almost 1.2 million barrels of oil equivalent per day. On May 10, the company revised downwards its 2007 production target for the third time in a year.

                      The company said delays at several oil fields in Norway, Azerbaijan and Algeria were expected to lead to a rise in production costs.

                      Statoil is the leading oil and gas group in Norway and the country is the world's fifth-biggest exporter of oil and third-biggest exporter of gas.

                      The company last year sold its retail and commercial division in the Republic of Ireland to the Topaz Energy Group.

                      Comment


                      • MILAN (Thomson Financial) - Saipem SpA has been awarded a contract - as part of a consortium with Lead Contracting - by Sonatrach to build a crude oil treatment and stabilisation plant at Hassi Messaoud in Algeria, Sonatrach said on its corporate website.

                        The contract, which was signed on May 27, envisages the construction of the facility within 37 months, Sonatrach said.

                        According to Sonatrach, the aim of the project is to improve the quality of crude oil at the Hassi Messaoud field, increase production and improve safety and security of the facilities.

                        Although Sonatrach did not disclose the value of the contract, a Milan-based analyst estimated it to be worth around $US 800 million, based on a similar contract awarded last September in Saudi Arabia.

                        The analyst said the project is part of two contracts worth an overall $US2 billion that Saipem has indicated are probable in the second quarter of this year.

                        Comment


                        • Representatives of Portugal, France, Italy, Spain, Morocco, Tunisia and Libya are taking part in a joint exercise in Oran as part of a larger plan to control environmental disaster, El Khabar reported on Wednesday (May 30th). The joint exercise is based on the scenario of a full oil tanker colliding with a cargo ship two miles out from Oran harbour. El Khabar quoted Major Defairi Slimane as saying that the exercise is very useful as maritime pollution threatens Algeria's coast. The operation is taking place within the context of the Mediterranean Dialogue "5+5" group, which includes France, Italy, Spain, Portugal, Algeria, Morocco, Tunisia, Malta, Libya, and Mauritania.

                          Comment


                          • Jeudi 31 mai 2007 -- L’Union européenne et l’Algérie avancent dans la bonne voie vers la finalisation d’un accord énergétique relatif, notamment, à l’approvisionnement en gaz du continent européen, selon l’ambassadeur d’Allemagne à Alger, Johannes Westerhoff. Ce dernier, qui a animé hier au siège de son ambassade une conférence de presse consacrée à plusieurs focus dont la participation allemande à la 40e Foire internationale d’Alger, prévue du 2 au 7 juin, a indiqué qu’au plan bilatéral algéro-allemand, «les choses sont très bien avancées».

                            Cela étant, il reviendra aux grandes entreprises germaniques de distribution énergétique de décider, l’ambassadeur allemand ne manquant pas de relever la nécessité de prendre en considération davantage l’Algérie. Les discussions sont également bien avancées au plan multilatéral, selon Johannes Westerhoff, rappelant la disponibilité de notre pays à conclure un tel accord et précisant que la thématique énergétique est traitée au niveau du comité d’association entre l’Algérie et l’Union européenne.

                            Une thématique qui sera également traitée au prochain Forum d’affaires germano-arabe, prévu du 11 au 13 juillet 2007 à Berlin, sous le parrainage du ministère allemand de l’Economie et qui aura l’Algérie comme partenaire, représentant pour la première fois un pays du Maghreb à ce type de manifestation. Plus de 200 opérateurs membres de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (Caci) ainsi qu’un membre du gouvernement algérien représenteront notre pays à cette rencontre.

                            En prélude à ce forum, une conférence sur les énergies renouvelables en Algérie, organisée par la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie (AHK Algérie) en collaboration avec la Fédération allemande des entrepreneurs dans le domaine de l’énergie solaire, permettra de présenter le potentiel algérien en énergies renouvelables et de susciter d’éventuels partenariats.

                            En marge de ce forum germanoarabe se tiendra une exposition de peinture, organisée par une institution privée allemande et à laquelle participeront des peintres algériens qui n’ont pas quitté leur pays durant la décennie «noire» (les années 90). L’objectif de cette exposition étant, selon l’ambassadeur allemand, de contribuer, de manière active, à changer l’image de marque de l’Algérie, une image encore perçue négative.

                            Cela étant, l’autre point focal de cette rencontre médiatique avait trait à la participation de l’Algérie au Sommet du G8 (groupe des sept pays industrialisés + la Russie) qui se tiendra du 6 au 8 juin 2007 à Heiligendamm sous présidence allemande. Un sommet auquel participera le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, répondant à l’invitation de la chancelière fédérale, Angela Merkel, avec laquelle il aura un entretien. Le chef de l’Etat algérien sera présent également au Sommet du G8 en tant qu’un des chefs d’Etats africains promoteurs de l’initiative du Nouveau partenariat pour le développement en Afrique (Nepad).

                            Le Nepad qui bénéficie du soutien du G8 dont le sommet, placé sous le slogan «Croissance et responsabilité », sera consacré essentiellement, outre la protection du climat et la mondialisation sociale, à la bonne gouvernance, les investissements durables, dans l’objectif de doublement de l’aide publique au développement à Afrique à 50 milliards de dollars par an jusqu’en 2010, ainsi qu’à la lutte contre la pauvreté et le VIH/sida et au maintien de la paix en Afrique.

                            Comment


                            • May 31, 2007 -- German enterprises envisage investing over 100 million dollars in the petrochemistry sector in Algeria, the director of the Algerian-German chamber of commerce and industry, Andreas Hergenröther, announced on Wednesday in Algiers.

                              Mr Hergenröther said that 5 investment projects were currently under negotiation between the Algerian authorities and German companies.

                              The negotiations are going on smoothly and the two sides are now finalizing the accords, he said.

                              Mr Hergenröther further indicated that the Algerian-German chamber, in conjunction with the German entrepreneurs' federation in the field of solar energy, would organize a conference on renewable energies (ENR) in Algeria next July 2007 in Berlin.

                              German exports to Algeria increased by 16% in 2006 compared to 2005 to reach 1 billion Euros.

                              Algerian imports to Germany reached 1.2 billion Euros, mainly hydrocarbons, according to recent figures issued by the Algerian-German chamber of commerce.

                              Comment

                              Unconfigured Ad Widget

                              Collapse
                              Working...
                              X