Announcement

Collapse
No announcement yet.

Algerian Safety

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Algerian Safety

    Gallup looks at why Algerians have one of the lowest personal safety percentages in the world.

    Sed et tortor vitae turpis blandit fermentum. Integer lacus turpis, sem. Aliquam erat volutpat. Suspendisse a nibh ut dolor facilisis molestie. Sed et pede. Sed vitae leo. Phasellus varius ultricies eros. Sed tempor, metus id adipiscing porttitor, diam turpis tempor eros. Nam id libero ut nisl posuere ultricies. Phasellus sed nibh eget lorem consectetuer tempus. Volutpat.

  • #2

    June 15, 2007 -- For a foreigner new to Algeria's capital people often tell you two things: "welcome" and "be careful."

    In most Mediterranean cities the boardwalk at night bustles with tourists and locals packing into seafood restaurants, but meandering past the Algiers port admiring the moonlight on the sea, it seems, is not an option here.

    "Oh no, it's too dangerous," warned a friend as we watched massive tankers coming into the port on a recent afternoon. She also advised me not to walk down the street while talking on my cellphone lest it be stolen from my hand, and not carry too much cash because there's a decent chance my purse will get snatched.

    Another friend told me it was too dangerous to wait in the street to hail a cab at night. She insisted on driving me around the block to a "taxi phone" shop with its bank of pay phones where I could call the hotel to send a taxi and wait inside until it arrived.

    When the West looks to Algeria, it sees the looming threat of global terrorism in the form of the new group there calling itself Al Qaeda in the Islamic Maghreb and the large bombings it claims to have carried out in April in the heart of Algiers.

    But the odd bombing doesn't worry most Algerians, who suffered through a civil war in the 1990s in which bombings, killings, and kidnappings were a daily occurrence. They're more concerned about mundane street crime.

    "No, we are not afraid [of terrorism] because we are vaccinated," says a woman named Asia waiting at a bus stop, referring to the years of civil war Algerians call the Black Decade.

    While numbers are hard to come by, anecdotal evidence suggests that robbery and other violent crime is high here. It's unusual for the Arab world, where authoritarian regimes and police states mean restrictions of basic freedoms but that the streets are safe to walk at any hour.

    Here most people have car alarms and lock their doors when they are in traffic for fear someone will snatch things from their back seat. Women don't go out alone at night, but there wouldn't be much for them to do anyway: most shops close down after dusk.

    It's a stark contrast from a place like Cairo – a city where 15 million people are so densely packed it makes New York City feel spacious – where a woman can walk alone or take the subway or a taxi at night without a second thought.

    The reasons why are hard to pinpoint. But the civil war during the 1990s may have had something to do with it. Up to 200,000 people died, most civilians, and the conflict seriously tested the security forces.

    Remnants of militant groups that fought the government still linger, reorganizing under the Al Qaeda banner and suggesting the grip of the regime is not as tight as in other Arab countries. Scattered militant attacks have continued in recent weeks despite heightened police patrols following the suicide bombings in April.

    In much of the Arab world, opposition groups are routinely rounded up in arrests, tortured, or banned as part of a systematic repression of any challenge to their governmental authority. But in Algeria, people on the street feel free to criticize their government and civil society is vibrant with groups advocating for a spectrum of issues – although the ruling party is strong enough to keep them from effecting any actual change.

    As a result of those freedoms, some say, crime is higher and personal security is on everyone's mind. Walking one afternoon with a colleague through winding, hilly streets lined with bougainvillea and whitewashed buildings, Algiers exuded charm. But a man passing by stopped us and spoke in thick Algerian Arabic.

    "Be careful, be careful," he said pointing to the camera in my colleague's hand, "Someone might try to steal it." We smiled and tucked it away.


    Different World: On her recent reporting trip to Algeria, Christian Science Monitor staff writer Jill Carroll says that she was impressed with how peaceful the country was.

    "The civil-war era [of the 1990s] was so awful, and there are all these new threats, with Al Qaeda coming in and a recent bombing," says Jill. "But in fact, it was very peaceful."

    While Jill didn't find the war-torn country she was expecting, she did find widespread concern about other security issues, like robbery.

    The Algerian government, which organized the visit for foreign journalists, assigned Jill a plainclothes secret police officer for her "protection," making it a little tricky to conduct interviews, Jill says.

    Nonetheless, Jill says that she found Algiers amazingly beautiful, a contrast with the country's often-violent history.

    "It looks like San Francisco with French architecture. I thought I'd see pockmarked buildings left from the civil war," she notes, "but that's not the case." Jill says that the city is filled with tiny, winding streets and buildings that have balconies and French doors. Older women move about in traditional coverings that are made up of yards of white fabric.

    The city also commands eye-catching views, Jill says. "Everywhere you look, you see beautiful white buildings and the Mediterranean Sea all around that.

    And, of course, history is all around. "I stayed in the same hotel where Eisenhower had stayed when he ran the North African campaign during World War II," Jill says. "Churchill had also been there."

    Comment


    • #3
      ALGIERS, July 2 (Reuters) - Algerian police will set up 300 extra security cameras in Algiers to fight crime, including a wave of kidnapping, a senior officer said in remarks published on Monday.

      The cameras, common in Western capitals, are still a novelty in the capital of Africa's second biggest country. Algeria began installing them in its cities in 2004 and has about 160 so far.

      Speaking to El Watan newspaper, Algiers police chief Abdelmoumen Abderabi said the police would also recruit an additional 5,000 officers to patrol the capital of 3.5 million inhabitants to try to combat rising crime.

      Dozens of children and adults have been kidnapped in Algiers and neighbouring eastern provinces in recent years, many of them by organised gangs seeking ransom.

      Last week, the dead body of a 4-year-old boy was found stuffed down a well on the outskirts of Algiers, 300 metres from his home. He had been missing for 55 days. In that case no ransom demand was received.

      Interior Minister Noureddine Yazid Zerhouni said security forces had been so busy fighting Islamist rebels in recent years that they lacked some of the latest skills to fight crime.

      Algeria has 180,000 police, who focus on urban areas, including several thousand stationed in Algiers.

      The separate 75,000-strong gendarmes are the main security force in rural areas and tend to handle the most serious criminal investigations.

      Algeria descended into violence in 1992 when the military-backed government scrapped legislative elections a radical Islamic party was poised to win.

      Authorities had feared an Iranian style revolution. Up to 200,000 people have been killed during the ensuing violence.

      The bloodshed has subsided sharply in recent years from a 1990s peak, and last year the government freed more than 2,000 former Islamist guerrillas under an amnesty designed to put an end to the conflict.

      Comment


      • #4
        Lundi 2 juillet 2007 -- Le premier responsable de la Sûreté de la wilaya d’Alger, le commissaire divisionnaire Abdelmoumene Abderabi, a annoncé, hier ?* Alger, l’installation prochaine de près de 300 caméras de surveillance ?* Alger. M. Abderabi a indiqué ?* la presse, en marge de la sortie de la 7e promotion des agents de l’ordre public de l’école de police de Kouba, que le projet est actuellement au niveau d’une commission spécialisée, ajoutant que les endroits où seront implantés les caméras ont été déj?* choisis.

        Comment


        • #5
          Les Algériens font face ?* un phénomène tout aussi meurtrier que ce qui est communément qualifié de « terrorisme routier » : les accidents domestiques:

          Mercredi 25 juillet 2007 -- Il ne se passe pas un jour sans qu’au moins une personne d’une quelconque région du pays ne soit victime de ce phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur en Algérie. Un véritable enjeu de santé publique : les accidents domestiques sont responsables chaque année de centaines de victimes. Les enfants sont les plus touchés par ces accidents qui surviennent surtout ?* la maison et son environnement immédiat. Ces accidents comptent parmi les causes de la morbidité et de la mortalité chez les jeunes enfants. Une seconde d’inattention et les conséquences sont dramatiques. Chute, choc, brûlure, intoxication, ingestion des produits caustiques, électrocution, asphyxie, strangulation… La maison est un vrai champ de mines.

          Durant la période de janvier ?* avril, 39 enfants ont été intoxiqués, 71 asphyxiés, dont 6 sont décédés, et 22 autres ont été brûlés, dont un a succombé ?* ses blessures. Pourtant, les accidents de la vie courante ne sont pas une fatalité. L’explosion qui s’est produite en mai dernier ?* Aïn Allah, qui a fait quatre morts, aurait pu être évitée, si les caves où l’accident avait eu lieu n’avaient pas été inondées et mal aérées. Mais malheureusement ce drame s’ajoute aux milliers d’autres accidents domestiques qui ont eu lieu ces dernières années ?* travers le pays.

          Comme pour les années précédentes, 2007 a débuté avec son lot de victimes. Les accidents de la vie courante ont déj?* causé la mort de 226 personnes durant les cinq premiers mois de l’année en cours. La direction générale de la Protection civile a en effet enregistré durant la période de janvier ?* mai 2007, 307 interventions pour asphyxie où 512 personnes ont été sauvées et 85 autres décédées. Le même corps a sauvé 755 personnes des intoxications. Il a été également enregistré 279 interventions pour brûlures au cours desquelles 297 personnes ont été sauvées et 27 autres sont décédées.

          Pas moins de 41 personnes ont été par ailleurs secourues dans des explosions de gaz qui ont fait 11 morts durant la même période. Le phénomène de strangulation ne cesse également d’augmenter. Les éléments de la Protection civile ont enregistré 103 personnes décédées par strangulation. En 2006, le bilan était accablant : 859 personnes sont mortes ?* cause de ces accidents. Près de 20 000 interventions – 19 947 interventions – ont été enregistrées par la Protection civile durant la même année ?* l’issue desquelles ont été secourus 19 061 blessés dont des cas graves qui auraient succombé par la suite ?* leurs blessures.

          Il est ?* remarquer qu’en termes de nombre de victimes, l’asphyxie demeure en première position devançant les autres types d’accident. Un tel phénomène revient de façon inquiétante durant la saison hivernale. La première cause de ces cas d’asphyxie incombe essentiellement ?* des fuites de gaz ?* partir d’appareils ménagers, tels que les chauffages, et qui n’arrivent pas ?* être évacuées pour absence de bouches d’aération du fait que beaucoup de ménages installent les appareils de chauffage domestiques dans des endroits dépourvus de bouches d’aération.

          Des dizaines de personnes meurent chaque année après avoir inhalé du monoxyde de carbone provenant des appareils de chauffage. Lesquels appareils commercialisés sur le marché sont pour la plupart non conformes aux normes de sécurité. Mais il n’en demeure pas moins que des vies pourraient être sauvées si les ménages connaissaient les premiers gestes d’urgence. Les familles sont en manque flagrant de culture des risques. « Les familles algériennes ne sont pas suffisamment informées, elles perçoivent les mesures de sécurité comme des contraintes », reconnaît le capitaine Achour, chargé de la communication au niveau de la direction de la Protection civile.

          Du coup, la maison est devenue un lieu où tout peut arriver et ?* chaque instant de la vie. Les familles se mettent inconsciemment en danger. Sachant qu’une mauvaise aération ou un défaut de rangement de certains produits peut être fatal. Parfois, même le fait de transvaser de l’eau de Javel dans une bouteille d’eau est une erreur qui peut conduire ?* un drame. Il est vrai que l’apprentissage des dangers ?* la maison est un long chemin pour l’enfant, il requiert une attention de tous les instants. Des précautions simples s’imposent alors ?* tous les parents pour éviter tous ces accidents qui surviennent dans la cuisine, la salle de bains, la salle de séjour, l’escalier, le jardin…

          Mais l’endroit le plus risqué reste la cuisine. C’est le lieu où tout type d’accident peut arriver : brûlures, asphyxie, explosion de gaz, ingestion des caustiques... Et les premières victimes sont toujours les enfants. Ceci du fait que pour ces derniers (les enfants), la période du tout ?* la bouche commence ?* partir de six mois. Le bilan de la Protection civile révèle d’ailleurs que les enfants recourent souvent ?* l’ingestion des produits caustiques. Des cas d’intoxication avec des produits alimentaires et ménagers sont également signalés. La protection des consommateurs est mise en danger.

          En dépit de l’application de textes en matière d’étiquetage depuis juin 2006, certains pays continuent de nous fourguer des produits dangereux et impropres ?* la consommation. Des produits dangereux en matière d’accidents domestiques inondent toujours nos marchés et mettent le consommateur algérien en danger. Il s’agit des produits non conformes, des fils électriques contrefaits, des jouets dangereux, etc. Des importations douteuses avaient créé il y a quelques années 5000 cas d’épidémie de botulisme et des intoxications dont 3500 ayant conduit ?* l’hospitalisation.

          Cependant, il n’est pas sans prendre en compte les risques liés ?* l’environnement dans les maisons. Les défauts de la planéité des sols, les marches isolées, les escaliers mal conçus sont ?* l’origine des chutes parfois mortelles. Pour les explosions, la quasi-totalité des cas a été provoquée par des bouteilles de gaz butane. « La mauvaise qualité des accessoires utilisés en est la raison essentielle », explique le capitaine Achour de la Protection civile. Quant aux brûlures, elles sont liées, selon notre interlocuteur, ?* la manipulation des produits de peinture. Il a été d’ailleurs enregistré avant le mois de Ramadhan de l’année dernière un pic important de ce phénomène. « Les familles algériennes refont souvent la peinture de leur maison ?* la veille du mois sacré, d’où le nombre important de brûlures enregistré », explique M. Achour.

          C’est dans les grandes villes, comme Alger, Constantine et Oran qu’ont lieu la plupart des accidents en raison du nombre d’habitants, selon la Protection civile. L’intervention pour ce corps commence par une étude de risques qui permet d’édicter des normes de sécurité et des mesures de prévention. Quant ?* ses actions, celles-ci se résument, selon l’officier Achour, en « informations, sensibilisation et formation des gestes du premier secours ».

          La population ciblée sont les parents. Pour le chargé de la communication de la Protection civile : « Il faut sensibiliser particulièrement les parents, car c’est ?* eux d’apporter un comportement de sécurisation ». La Protection civile invite les gens ?* dire : « Je ne veux pas avoir d’accident », explique notre interlocuteur qui précise aussi que « la Protection civile dispense une formation de gestes du premier secours pour les femmes au foyer ».

          Le capitaine Achour estime que « la culture de prévention doit être inculquée dans les esprits des familles ». Mais il avoue qu’un tel combat ne peut être effectué par un seul corps. « Il faut le concours de tout le monde pour réussir ?* diminuer le nombre d’accidents », reconnaît-il. La Protection civile s’emploie par ailleurs ?* sensibiliser plus les enfants scolarisés, lesquels pourraient jouer un grand rôle dans la sensibilisation de leurs parents. Dans ce cadre, une convention a été signée en 1999 entre le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales et celui de l’Education nationale sur la prévention des risques en milieu scolaire.

          Dans un premier temps, ce programme a été appliqué dans certaines wilayas, mais la Protection civile compte l’étendre dès les prochaines années ?* l’échelle nationale. Le capitaine Achour estime que pour « offrir aux enfants un environnement sain », il faut que « les recommandations de la Protection ne soient pas perçues comme des contraintes, mais plutôt comme des règles de sécurité ». Comme pour l’asphyxie qui est répandue en hiver, en été c’est la période des intoxications. Beaucoup de cas ont déj?* été enregistrés (755 personnes déj?* secourues), alors gare ?* ce phénomène !

          Comment


          • #6

            Comment


            • #7

              Comment


              • #8

                Comment


                • #9
                  July 31, 2007 -- In an effort to address shortcomings in the country's traffic regulations, Algeria's Transportation Minister Mohamed Maghlaoui announced two new measures on Saturday (July 28th), intended to enhance safety on public roads. In the first half of 2007, there were 1,600 traffic-related deaths and 1,900 injuries, according to National Police records.

                  The new measures announced Saturday include the computerisation of driver records and stricter conditions for licensing. The first change will computerise the issuance of driver's licences and create a database for maintaining central driving records, to regulate the transport sector and to prevent exploitation of the archaic current system.

                  The second measure adds stiffer requirements to be satisfied before receiving a driving licence. In an effort to reduce corruption, the new measures will minimise the involvement of human examiners by using computers to train and test applicants.

                  "It is unfortunate, but driving licences are sold now like bread in a bakery," said driving school proprietor Ayache Azzedine. Some candidates who buy licenses "have not taken a single test", he added.

                  Algeria has made previous efforts to address its road safety problems; a new road law introduced in November 2004 ultimately did little to reduce the number of incidents. Alarmed by the scale of road accidents, the Algerian legislature introduced stiffer punitive measures: prison sentences from six months to five years and fines as high as 150,000 dinars.

                  These measures did not have the expected effect and Algeria still ranks fourth in the world and first in the Maghreb and the Arab world in number of road accidents. Additionally, Algeria's police report a rise in the number of accidents from 10,772 during the first half of 2006 to 11,396 for the same period in 2007.

                  National Police statistics point to human error as the main cause of accidents. A chart drawn up by police indicates that unsafe passing, speeding, loss of vehicle control, drunk driving and failure to respect the right-of-way are the causes of more than 60% of accidents. Secondary elements such as the absence of lighting, pouring rain and pavement deterioration also appear on the chart. According to a report by Algeria's Civil Protection, 70% of accidents are caused by light vehicles, followed by trucks, and public transportation vehicles. 80% of victims are male, 15% female, and 5% children. Large cities are the most affected and Setif, Oran, Algiers, Tlemcen and Mascara have registered the greatest number of accidents for two consecutive years. RN2 and RN3 are among the most deadly roads.

                  Comment


                  • #10
                    Les accidents de la route, un drame au quotidien :

                    Jeudi 2 Aout 2007 -- Encore une semaine meurtrière sur nos routes : près de 90 personnes ont trouvé la mort et 1 109 autres ont été blessées dans 570 accidents de la circulation depuis le 25 juillet dernier. C’est le commandement de la Gendarmerie nationale qui avance ces chiffres dans son bilan hebdomadaire. Le dernier accident spectaculaire en date remonte ?* hier matin sur la route nationale n°8, reliant Aïn Bessam et Sour El Ghozlane ?* Bouira dans lequel sept personnes ont péri.

                    Le chauffeur de la camionnette, qui effectuait un dépassement dangereux, a perdu le contrôle de son véhicule et a percuté de plein fouet le camion circulant en sens inverse.

                    Le bilan de la Gendarmerie nationale montre une hausse du nombre de morts estimé ?* plus de 20. En revanche, on note une baisse du nombre d’accidents (moins de 40) et de blessés (moins deux) par rapport ?* la période précédente.

                    Les wilayas d’Oran et d’Alger arrivent en tête de liste des villes ayant enregistré le plus grand nombre d’accidents : elles recensent 30 accidents chacunes, suivies des wilayas de Médéa avec 28 accidents, Sétif (25), Tipasa et Chlef avec 24 accidents chacune. Parmi les raisons principales de ces accidents, la perte de contrôle du véhicule arrive en première position (95 cas). Le reste des accidents est dû notamment ?* l’excès de vitesse (72 cas), ?* la négligence des piétons (57 cas), aux dépassements dangereux (51 cas), au non-respect de la distance de sécurité (43 cas) et de la priorité (42 cas). Ces chiffres effarants révèlent encore une fois l’ampleur des pertes humaines et des dégâts matériels occasionnés par les accidents de la circulation, devenus un véritable drame et un fléau social en Algérie.

                    Ainsi, rien ne semble arrêter ces accidents qui ne connaissent pas de répit et font chaque jour davantage de victimes et de familles endeuillées. Il est d’autant plus regrettable de constater que le nombre de ces accidents ne cesse d’augmenter en dépit de l’entrée en vigueur, le 1er mars 2005, d’un nouveau code de la route basé sur des mesures coercitives.

                    Comment


                    • #11
                      Jeudi 2 Aout 2007 -- Quelque trois cents nouvelles caméras de surveillance seront installées prochainement ?* Alger par la police, pour renforcer la lutte contre la délinquance. Vingt-cinq caméras avaient déj?* été installées en 2004 dans les points stratégiques d’Alger. Avec ces nouvelles caméras, l’ensemble de la capitale devrait être couvert. L’expérience s’étant révélée fructueuse, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a décidé d’étendre le réseau de télésurveillance ?* l’ensemble de la capitale.

                      La salle de télésurveillance se trouve au milieu de la salle d’opérations de la Sûreté de wilaya d’Alger, où des équipements de réception ont été mis en place afin de recevoir les images captées par les caméras installées dans plusieurs endroits de la capitale pour identifier les contrevenants au code de la route et les auteurs de délits et de crimes sur la voie publique. Elles serviront également dans la lutte contre le terrorisme. La police pourra alors relever des mouvements suspects de personnes et prévenir ainsi un attentat avant qu’il soit commis.

                      Grâce ?* l’assistance des caméras de télésurveillance, il est possible d’orienter les brigades mobiles dans la poursuite des criminels. Cette assistance permettra également aux agents de l’ordre public déployés sur le terrain de gagner du temps. Tout est réglé de manière minutieuse au niveau de la salle d’opérations. A droite de cette salle se trouve le bloc de la police de secours et d’exploitation qui reçoit les appels au secours et des informations concernant des crimes ou des délits, tandis que la salle d’émission radio est située ?* gauche où sont communiquées les consignes par radio aux différents agents déployés sur le terrain. Séparant les deux salles, la salle de télésurveillance est la première ?* traiter les appels au secours. Sitôt alertés, les agents chargés des caméras tenteront de localiser l’endroit concerné par l’appel au secours ou le renseignement afin de fournir les informations nécessaires aux agents déployés sur le terrain.

                      Les caméras qui sont activées 24h/24 jouent un rôle «préventif» qui consiste en la surveillance des lieux de transit, ?* savoir les stations de transport des voyageurs ou les endroits ?* vols répétés afin que la salle d’opération puisse donner des instructions aux agents se trouvant sur place pour une éventuelle arrestation de suspects. En réponse ?* ceux qui voient en ces caméras de surveillance une atteinte ?* la liberté individuelle des citoyens, un officier de police a précisé que ces appareils sont installés essentiellement sur les routes publiques pour veiller ?* la sécurité des citoyens et de leurs biens.

                      Comment


                      • #12
                        Jeudi 2 Aout 2007 -- Est-ce une bonne nouvelle ? diront certains, la DGSN annonce la mise en fonction prochaine de 25 caméras de télésurveillance qui seront installées au niveau de certains quartiers et des artères principales, 300 autres caméras devant être incessamment dispersées dans l’ensemble de la capitale. Ainsi dotés, les policiers d’Alger la Blanche pourront ?* loisir surveiller, ?* partir de la salle d’opérations de la Sûreté de wilaya, les contrevenants au code de la route et les auteurs de délits et de crimes sur la voie publique.

                        A priori, cette innovation a le mérite de faciliter le travail des brigades mobiles dont les interventions seront mieux régulées, outre qu’elles agiront ?* bon escient. Exemple : mardi soir, vers dix-huit heures trente, ?* El Harrach, sur la place du marché, un individu est demeuré «planté» sur un pylône électrique pendant plus d’une heure, se lacérant le visage, le cou, le torse et les mains avec une arme blanche, tout en éructant des injures ?* l’adresse des habitués de la «tchipa».

                        S’il y avait eu des caméras ?* cet endroit, l’incident qui a engendré un attroupement et déclenché les commentaires divers des badauds en attente de l’intervention des pompiers ou de la police n’aurait duré que quelques minutes et le drame annoncé aurait été rapidement circonvenu. Mais en l’absence d’une télésurveillance en cet endroit et compte tenu du civisme relatif de la foule agglutinée, le spectacle a perduré plus que de raison.
                        Préventive, la présence de caméras dans des endroits mouvementés comme les gares et autres lieux de transit suffit souvent ?* dissuader les candidats au larcin ou aux agressions caractérisées.

                        Dans toutes les métropoles du monde, elles sont, en effet, des auxiliaires précieux et irremplaçables de la force publique dans l’action de surveillance et de dissuasion. Dans notre pays qui souffre encore des stigmates d’un terrorisme résiduel, il est évident que le dispositif de télésurveillance est primordial en ce qui concerne la sécurité des endroits sensibles et on peut même s’étonner qu’il ne soit pas généralisé ?* tous les sites pouvant constituer une cible éventuelle. La preuve, les aéroports et les ports bénéficient depuis longtemps de ce genre d’équipement dont on a pu apprécier l’efficience et l’opportunité.

                        Cette initiative de la DGSN conforte l’effort entrepris depuis 2005 pour doter cette institution en moyens et en compétences technologiques ?* la mesure des défis auxquels elle doit faire face.

                        La lutte contre une petite et moyenne criminalité ainsi que celle, continue, contre le terrorisme exigent cette adaptation humaine et technique dont l’objectif majeur concerne, d’abord et surtout, la protection des citoyens et de leurs biens ainsi que des usagers de la route. L’explosion de la grande criminalité qui laisse perplexes bien des observateurs requiert, quant ?* elle, d’autres moyens et d’autres méthodes. Le rapt d’enfants, souvent suivi de meurtre constitue actuellement la préoccupation fondamentale des familles et des services de sécurité, et les enquêtes demeurent lentes et difficiles. C’est en cela que l’urgence et la nécessité d’un travail de formation et de perfectionnement des structures appelées ?* combattre ce type de crime sont ?* souligner davantage, la police scientifique ayant, sur ce terrain, une longueur d’avance ?* rattraper.

                        Comme aussi doivent être entrepris l’assainissement et la promotion des rangs d’une institution qui a fait, ?* juste titre, du slogan «l’Etat de droit commence d’abord au sein de la police» son leitmotiv, de sorte que la moralisation s’accompagne d’une juste récompense des éléments les plus méritants qui sont, il faut le reconnaître, nombreux ?* se dévouer corps et âme malgré les multiples et contraignantes insuffisances dont ils sont tributaires, tout juste levées par l’avènement d’un statut enfin régulateur.

                        Comment


                        • #13

                          Jeudi 2 Août 2007 -- Afin de renforcer la sécurité dans la capitale et faire face aux différentes formes de criminalité, la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a doté les services de sûreté de 25 caméras de télésurveillance, installées au niveau de certains quartiers et des artères principales de la ville d’Alger. Des informations concordantes recueillies auprès des services de la DGSN font état de l’installation, prochainement, de 300 autres caméras pour couvrir l’ensemble de la ville.

                          À ce titre, il est indiqué que la salle de télésurveillance se trouve au milieu de la salle d’opérations de la sûreté de wilaya d’Alger, où des équipements de réception ont été mis en place afin de recevoir les images captées par les caméras installées dans plusieurs endroits de la capitale pour identifier les contrevenants au code de la route et les auteurs de délits et de crimes sur la voie publique.

                          Dans une déclaration ?* l’APS, le chef de la salle d’opérations ?* la sûreté de la wilaya d’Alger, l’officier de police, M. Hachemi, a indiqué que la technologie de la télésurveillance a été adoptée en 2004 lorsque la DGSN a fourni ?* la sûreté de la wilaya d’Alger 16 caméras installées, ?* titre expérimental, entre la cité de la Concorde ?* Bir-Mourad-Raïs et la place Mohamed-Nouri. Ainsi et après une expérience fructueuse, la sûreté de wilaya ?* décidé d’installer 9 caméras supplémentaires dans la partie sud d’Alger, tout en exprimant le souhait de voir l’ensemble de la capitale couvert par le réseau de télésurveillance qui sera d’une aide précieuse ?* l’identification des contrevenants au code de la route et aux auteurs de délits ou de crimes, affirme M. Hachemi.

                          Aussi, il sera possible, grâce ?* l’assistance des caméras de télésurveillance, d’orienter les brigades mobiles dans la poursuite des criminels. Cette assistance servira également ?* gagner du temps pour les agents de l’ordre public déployés sur le terrain. Tout est réglé de manière minutieuse au niveau de la salle d’opérations qui représente le cœur battant de la sûreté de la wilaya d’Alger. À droite de la salle se trouve le bloc de la police de secours et d’exploitation qui reçoit les appels au secours et des informations concernant des crimes ou des délits, tandis que la salle d’émission radio est située ?* gauche où sont communiquées les consignes par radio aux différents agents déployés sur le terrain. Séparant les deux salles, la salle de télésurveillance est la première ?* traiter les appels au secours.

                          Sitôt alertés, les agents chargés des caméras, qui reçoivent une formation continue sur les équipements, tenteront de localiser l’endroit concerné par l’appel au secours ou le renseignement afin de fournir les informations nécessaires aux agents déployés sur le terrain. Il est, par ailleurs, expliqué que les caméras qui sont activées H24, jouant un rôle “préventif” qui consiste en la surveillance des lieux de transit, ?* savoir les stations de transport des voyageurs ou les endroits ?* vols répétés afin que la salle d’opérations puisse donner des instructions aux agents se trouvant sur place pour une éventuelle arrestation de suspects.

                          Les services de sécurité invitent les citoyens ?* signaler tout comportement suspect en appelant le numéro vert 1548 ou celui de la police (le 17). En réponse ?* ceux qui voient en ces caméras de surveillance une atteinte ?* la liberté individuelle des citoyens, l’officier de police a précisé que ces appareils sont installés essentiellement sur les routes publiques pour veiller ?* la sécurité des citoyens et de leurs biens. M. Hachemi a, par ailleurs, indiqué qu’une étude est en cours de réalisation pour améliorer l’action du corps de la police en dotant ce dernier de moyens modernes de haute technologie. Une deuxième étude, a-t-il dit, vise ?* doter Alger d’un nombre supplémentaire de caméras estimées ?* 300 appareils par le chef de la sûreté de la wilaya d’Alger, M. Abdelmoumen Abderrabi.

                          Comment


                          • #14
                            August 2, 2007 -- Algeria's General Directorate of National Security (DGSN) announced Wednesday (August 1st) that it has deployed 25 traffic surveillance cameras in an effort to impose stricter controls on drivers in order to prevent traffic offences. The DGSN also announced it will roll out 300 additional cameras on all of the capital's main boulevards and intersections. The cameras will operate 24 hours per day and the DGSN said that in addition to helping reduce traffic offences the cameras will boost the fight against crime and terrorism.

                            Comment


                            • #15
                              Mercredi 15 Août 2007 -- 327 personnes ont trouvé la mort et 4 554 autres ont été blessées dans 2 520 accidents de la circulation sur les routes du territoire national durant le mois de juillet dernier, a indiqué, hier, un communiqué du commandement de la Gendarmerie nationale. En matière de nombre d’accidents, la wilaya d’Alger vient en tête avec 139 accidents (11 morts et 137 blessés), suivie de la wilaya de Sétif avec 123 accidents (19 morts et 257 blessés), la wilaya d’Oran avec 102 accidents (11 morts et 182 blessés), la wilaya de Tipasa avec 101 accidents (5 morts et 161 blessés), la wilaya de Blida avec 93 accidents (4 morts et 172 blessés), et enfin la wilaya de Chlef avec 90 accidents (18 morts et 143 blessés), a précisé la même source. Ces accidents sont dus essentiellement ?* “l’excès de vitesse (539 accidents), aux dépassements dangereux (285 accidents), aux défaillances mécaniques (80 cas) ainsi qu’?* la négligence des piétons (263 cas)”, a ajouté le communiqué. Le non-respect de la priorité et de la distance de sécurité ont été également parmi les causes de ces accidents, conclut le communiqué.

                              Comment

                              Unconfigured Ad Widget

                              Collapse
                              Working...
                              X