Announcement

Collapse
No announcement yet.

News from Algeria 2011

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts


  • Lundi 14 Mars 2011 -- Au lendemain de la publication par TSA d’un article sur la politique étrangère de l’Algérie, une source autorisée au ministère des Affaires a contacté notre journal pour apporter des précisions concernant la position algérienne sur plusieurs dossiers soulevés : la Libye, révoltes arabes et islam en France. Ci-après l’essentiel des commentaires de la source autorisée au ministère des Affaires étrangères :

    Selon votre journaliste, l’Algérie s’est alliée avec la Syrie, pays où il n’existe aucune démocratie, pour refuser la décision de la Ligue arabe :

    Je démens catégoriquement cette information. L’Algérie ne s’est ni opposée ni n’a mémé exprimé de réserves. D’ailleurs, j’invite votre journaliste a réécouter attentivement la conférence de presse du SG de la Ligue arabe et du ministre omanais des AE a l’issue de la réunion du Conseil. Ces deux responsables ont clairement souligné qu’aucun pays arabe ne s’est opposé à la position du Conseil qui a cristallisé un consensus. Un seul pays a déclaré ne pas se reconnaitre dans cette position et il ne s’agit pas de l’Algérie mais bien d’un autre pays du Moyen-Orient. Ainsi, contrairement a ce qui a été rapporté de manière erronée par l’AFP qui a bâti toutes ses assertions sur les propos d’un diplomate arabe anonyme, dont je subodore la nationalité, puisque l’agence officielle de presse de son pays ne cesse de relayer ces allégations infondées, l’Algérie n’a fait en fait qu’enregistrer sa position qui se décline comme suit :

    1- Elle a rappelé la décision des ministres arabes des affaires étrangères qui, en date du 2 mars 2011, avaient affirmé leur refus catégorique de toute ingérence étrangère en Libye

    2- Elle a insisté sur la nécessaire coordination avec l'Union africaine (UA) qui a décidé l’envoi d’une mission de haut niveau à Tripoli pour engager toutes les parties dans un dialogue inclusive.

    3- Enfin, elle a rappelé que la légalité internationale impose que la question de l’établissement d’une éventuelle zone d’exclusion aérienne relève du seul ressort du Conseil de sécurité des Nations Unies.

    Pour assumer ses responsabilités en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales, ce dernier fait sa propre évaluation de la situation et met en œuvre les mesures prévues par la Charte des Nations Unies qui lui paraissent les plus appropriées.

    Deuxième point soulevé par l’article : des semaines après le début du soulèvement populaire contre la dictature de Tripoli, la position officielle algérienne est restée ambiguë

    Je rappelle que, depuis le début, l’Algérie a appelé avec constance à la cessation immédiate de l’effusion de sang et des violences et à l’engagement d’un dialogue sans conditions préalables entre les autorités et l’opposition. Elle a exprimé ses inquiétudes sur les risques d’atteinte à l’unité et a l’intégrité territoriale de la Libye en rejetant toute intervention étrangère dans ce pays.

    Vous avez écrit : la diplomatie algérienne est restée muette. L’Algérie n’a apporté aucun soutien clair aux révoltes des populations tunisienne et égyptienne

    Nous avons à plusieurs reprises, et sans nous immiscer dans les affaires intérieures de ces pays parce que c’est notre position doctrinale, affirmé que l’Algérie respecte le choix et la volonté de ces peuples frères et souhaitent qu’ils sortent le plus rapidement et encore plus forts de leur phase de transition respective.

    Selon vous, la Libye a imposé le visa aux Algériens sans que l'Algérie ne réagisse. L'Algérie n'a rien dit non plus sur la situation des Algériens délestés de leurs biens en Libye….

    Aucune notification officielle ne nous est parvenue mais il n’est pas exclu que des mesures de sauvegarde soient prises par les autorités locales a l’égard de tous les étrangers à la frontière compte tenu de la situation sécuritaire qui y prévaut dans ce pays.

    Enfin vous avez écrit : Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris, une institution gérée par l’Algérie

    Là aussi, je rappelle a votre journaliste que la société des Habous qui gère la Grande Mosquée de Paris est une association de droit français type 1901. Et sans nous immiscer, encore une fois, dans des questions d’ordre intérieur, nous suivons avec la plus extrême attention les débats engagés en France sur des questions aussi problématiques, comme ce fut le cas lors du débat sur l’identité nationale, parce que ces débats ne peuvent pas ne pas toucher notre communauté nationale établie dans ce pays.

    Comment


    • Comment


      • Nacer Ayadi :


        Lundi 14 Mars 2011 -- L’inspecteur général au ministère de la justice, M. Badaoui, a été relevé de ses fonctions lundi 14 mars, a‑t‑on appris de source judiciaire. Ce limogeage fait suite à une levée de boucliers des magistrats, chefs de juridictions, présidents de tribunaux juges et procureurs qui avaient dressé un véritable réquisitoire contre ce responsable. La lettre en question dont le syndicat national de la magistrature a été destinataire «charge» ce fonctionnaire en dénonçant ses comportements à l'égard des magistrats le qualifiant «de censeur de toutes les activités judiciaires monopolisant ainsi depuis deux années, les attributions de tous les autres départements de la chancellerie et celles des chefs de juridictions», selon la même source. «Techniquement, il (l’inspecteur général, ndlr) pilote le ministère par des instructions à caractère dictatorial qu’il assène aux chefs de cours, verbalement et par téléphone dans la majorité des cas, parce qu’il sait qu’elles sont illégales, et par des menaces à l’intention des magistrats, dans le but de n’obéir qu’à ses ordres et directives dans toutes les affaires, même s’il faut bafouer la loi», ajoute la même source.

        Comment


        • Sonia Lyes :


          Lundi 14 Mars 2011 -- La coordination nationale pour le changement et la démocratie, aile partis politiques a appelé ce lundi 14 mars l’ensemble des Algériennes et des Algériens à organiser des marches dans les wilayas et à l'étranger «chacun selon ses possibilités», pour «la libération de notre peuple», indique un communiqué rendu public au lendemain d’une réunion tenue à Alger. «Les marches d’Alger et de l’intérieur, même réprimées et empêchées, sont un défi politique lancé au pouvoir et une ouverture pour la poursuite des luttes démocratiques qui doivent enfin donner une suite digne et fidèle aux sacrifices consentis par le peuple algérien pour sa libération du colonialisme», écrit la CNCD. L'organisation soutient que le pouvoir continue à «manœuvrer pour gagner du temps», espérant «diviser et user les Algériens en vue de tenter de pérenniser le système». «L’annonce factice de la levée de l’état d’urgence, aussitôt reniée, trouve son prolongement dans des promesses démagogiques faites à toutes les catégories sociales en lutte qui ne connaitront aucune concrétisation», estime-t-elle. «Fidèle aux objectifs qui ont présidé à sa création, la CNCD est plus que jamais mobilisée pour le changement du système et non un changement dans le système», conclut le communiqué.

          Comment


          • Hakim Arous :


            Lundi 14 Mars 2011 -- Le premier ministre tunisien, Beji Caied Essebsi, entame demain mardi 15 mars sa première visite officielle à l'étranger et il a choisi ses voisins du Maghreb pour ce premier déplacement. Selon nos sources, monsieur Essebsi sera demain matin à Alger, où il devrait rencontrer le président Abdelaziz Bouteflika. Il sera acompagné d'un porte-parole. Il partira ensuite au Maroc, à Rabat, où il sera reçu par le roi Mohamed VI, selon l'agence officielle marocaine. Béji Caïd Essebsi a succédé le dimanche 27 février dernier à Mohamed Ghannouchi qui avait annoncé sa démission le même jour, suite aux demandes répétées du peuple tunisien de le voir quitter le pouvoir.

            Comment



            • Lundi 14 Mars 2011 -- Le ministre soudanais de l'Agriculture Halim Ismaïl El Moutaafa, envoyé spécial du président soudanais Omar el-Béchir, est arrivé ce lundi 14 mars à Alger porteur d'un message au chef d'Etat Abdelaziz Bouteflika, a rapporté l'agence APS. M. Moutaafa, accueilli par Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires africaines et maghrébines, a précisé à son arrivée qu'il était porteur d'un message de son président dont il n'a pas fourni la teneur. Le 7 janvier, un autre envoyé, le ministre soudanais de la Défense, le général Abderrahim Mohamed Hocine, avait été reçu par M. Bouteflika. Les deux hommes s'étaient entretenus de la question du Darfour et du référendum du 9 janvier sur l'indépendance du sud-Soudan. Le "oui" l'a depuis emporté mais les deux zones sont en proie à des affrontements meurtriers. Le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM), bras politique de la SPLA, a annoncé samedi dernier avoir suspendu le dialogue avec le pouvoir du président Omar el-Béchir, l'accusant de comploter pour faire tomber leur gouvernement avant l'indépendance prévue en juillet.

              Comment


              • Comment


                • Imene Brahimi :


                  Lundi 14 Mars 2011 -- L’affaire de détournement à la BNA de quelques 3.200 milliards de centimes a été examinée ce lundi 14 mars par le tribunal correctionnel d’Azazga (Tizi Ouzou). L’homme d’afffaires Abderahmane Achour est notamment accusé d’avoir offert des cadeaux mirobolants aux policiers pour le discupler dans cette affaire de détrournement. Dans son requisitoire, le procureur de la Républiquye a requis une peine de 20 ans de prison ferme assortie d’une amende de 1 milion de dinars contre deux cadres de la police impliqués dans cette affaire et 10 ans de prison contre les trois autres incuplés. Le procès, ouvert depuis la matinée, a durée toute la journée. Abderahmane Achour a nié les charges retenues contre lui. Le verdit devrait tomber tard dans la soirée.

                  Comment



                  • March 14, 2011 -- United Nations Humanitarian Co-ordinator for Libya Rashid Khalikov arrived in Tripoli on Saturday (March 12th) to assess areas affected by the Libyan civil unrest, the UN reported. International aid organisations have claimed that access to many areas remains limited.

                    Comment



                    • March 14, 2011 -- Some 5,000 former political prisoners gathered in Tunis on Sunday (March 13th) for a peaceful celebratory demonstration, Babnet reported. The International Association to Support Political Prisoners (AISPP), banned under the regime of ousted president Zine El Abidine Ben Ali, organised the event. Tunisia's general amnesty for political prisoners came into force on February 19th.

                      Comment


                      • Comment


                        • Comment



                          • March 14, 2011 -- A curfew was imposed Saturday on the central Tunisian mining town of Metlaoui after clashes between police and protesters killed two and injured 20, TAP reported on Sunday (March 13th). The protests began last Thursday when rumours circulated that the Gafsa Phosphate Company (CPG) was secretly recruiting mine workers from a specific tribal area instead of opening up jobs to the local population.

                            Comment


                            • Merouane Mokdad :


                              Mardi 15 Mars 2011 -- Les chercheurs des Centres de recherche scientifique et technique nucléaires de Draria (CRND) et d’Alger (CRNA), qui relèvent du Commissariat national à l’énergie atomique (Comena), sont en colère. Cela fait presque un mois qu’ils organisent des arrêts de travail de courte durée pour dénoncer leur situation socio-professionnelle. Ce mardi 15 mars, ils envisagent d’organiser un sit-in devant le CRNA pour forcer l’administration à mettre en application le décret du 20 octobre dernier relatif au régime indemnitaire et l’éléboration du statut particulier du chercheur permanent. Ce statut était prévu depuis 1996 avec l’entrée en vigueur du texte sur le fonctionnement du Comena. Les protestataires dénoncent le refus des responsables du Comena, qui dépend du ministre de l'Energie et des Mines, à adhérer à leurs revendications pourtant basées sur des textes de loi. Ils disent avoir saisi par lettre, et à plusieurs reprises depuis l’automne 2010, tous les responsables. Sans obtenir de réponse. Ils accusent le Comena de faire preuve de «mauvaise volonté» dans la prise en charge de leurs problèmes. Selon eux, les chercheurs de l’Agence spatiale algérienne (Asal) ont bénéficié du nouveau régime indemnitaire alors que l’Asal et le Comema ont un statut juridique similaire. Outre Draria et Alger, le Comena gère également les centres de Birine (Djelfa) et de Tamanrasset. Le CRN Alger développe des programmes de recherche dans les domaines de la physique, des techniques et applications nucléaires, de la physique radiologique, de l’environnement et de la sûreté nucléaire. Le CRN Draria, qui gère le réacteur expérimental Nur (lancé en 1989 d’une puissance d'1Mwatts), s’occupe, lui, de la la valorisation des matériaux liés à la fabrication de combustible nucléaire, de la physique et du génie nucléaire.

                              Comment


                              • Originally posted by Al-khiyal View Post

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X