Announcement

Collapse
No announcement yet.

News from Algeria 2011

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts


  • ALGIERS, May 20, 2011 — Algerian political leaders are preparing to start talks on democratic reforms on Saturday, but the opposition plans a no-show to protest what they call a feeble attempt at real change. President Abdelaziz Bouteflika in April pledged a number of reforms to be introduced before the end of the year including modifying the constitution and revising electoral law, as popular uprisings swept through the Arab world against authoritarian regimes. He asked a panel of members of recognised political parties and experts in constitutional law to come up with further proposals that would be submitted to parliament or a referendum. He invited all political parties, regardless of whether they are represented in parliament or not, to take part in the process. He has tasked speaker of the National Council (Senate) Abdelkader Bensalah to start sounding political parties, flanked by two advisers to Bouteflika - General Mohamed Touati and a former minister Mohamed Ali Boughazi.

    But already opponents view the choice of the trio of negotiators as a thinly-veiled attempt by Bouteflika to keep his grip on power. "We wait for concrete action towards change in order to re-establish trust in power and the state, not just fiddling around," said Karim Tabbou, secretary of the Socialist Forces Front (FFS) which will boycott the talks. Said Sadi, leader of the Rally for Culture and Democracy (RCD) which was established after January 21 riots that left five dead and 800 injured, said that the government-initiated talks were simply a "monologue against change." "The era of political tinkering is over," he added.

    The French-language daily El-Watan on Thursday said that the government "will find itself consulting itself. It might as well ask its traditional clients to participate, which will be presented as external contributions to the regime." The independent newspaper earlier wrote that the president's proposals are aimed at supporting a system which "wants to keep things in hand while making it appear it is reforming, which it is not." Algeria's 1996 constitution was last amended in 2009 to allow the 74-year-old Bouteflika, first elected in 1999, to seek a third term. He has not indicated his intentions when his mandate ends in 2014. His promises came amid Algerian discontent over wages, jobs, working conditions, and corruption at the top echelons of the government. Protesters have staged regular protests since the beginning of the year, although they are often quashed by police.

    Comment



    • Vendredi 20 Mai 2011 -- Le Mali, le Niger, la Mauritanie et l'Algérie sont prêts à combattre Al‑Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui menace la sécurité au Sahel, mais ils ne feront pas de leur région une zone de guerre, ont affirmé vendredi à Bamako leurs ministres des Affaires étrangères. «Nous sommes prêts pour ce combat, pour cette lutte contre Al‑Qaïda», a déclaré le ministre malien des Affaires étrangères, Soumeylou Boubèye Maïga, à l'issue d'une réunion avec ses homologues nigérien, mauritanien et algérien sur le «terrorisme et la criminalité transnationale» au Sahel. Les quatre pays ont un état-major opérationnel conjoint (Cémoc), basé à Alger, qui «a clairement identifié la contribution de chaque État en terme de forces terrestres et aériennes», a‑t‑il dit. Mais, selon lui, ils n'ont pas l'intention de transformer «le Sahel en zone de guerre comme en Afghanistan où on voit des soldats en train de patrouiller avec des dizaines de kilogrammes d'armes sur le dos». «Nous, nous voulons faire des actions durables et faire du Sahara une zone de stabilité en matière d'actions, de coopération militaire», a‑t‑il ajouté.

      Les ministres, dont le Nigérien Bazoum Mohamed, ont estimé que d'autres pays devraient être associés à la lutte anti‑Aqmi pour qu'elle soit plus efficace, comme la Tunisie et le Maroc. Leurs discussions ont également porté sur les répercussions pour la région du conflit en Libye, «avec des armes de guerre qui tombent entre les mains d'Al‑Qaïda», selon M. Maïga. À l'ouverture des travaux, il avait affirmé que les quatre pays devraient «former et mobiliser dans les dix‑huit prochains mois des effectifs de 25.000 à 75.000 hommes dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale». «Les défis qui nous interpellent nous imposent une planification de plus en plus pointue et une coordination plus efficace de nos actions» avait estimé le ministre algérien des Affaires maghrébines et africaines, Abdel Kader Messahel, ajoutant : «il nous incombe d'évaluer les développements dangereux et la nouvelle dimension que prend la menace terroriste et ses connexions multiples».

      Comment


      • Comment



        • May 20, 2011 -- Algeria is to host an international summit to discuss ways of tackling crime and Islamist militancy in the Sahara desert region. The moves comes after ministers from Mali, Niger, Mauritania and Algeria met in the Malian capital Bamako. Mali has called for up to 75,000 troops to be trained for a joint task force to fight al-Qaeda in the Islamic Maghreb. The al-Qaeda branch has been blamed for several high profile kidnappings and attacks in the region in recent years. Al-Qaeda in the Islamist Maghreb is most active in Algeria, but loose border controls and disagreements between the countries mean it has spread right across the Sahara Desert to Mali and Niger. The area is vast, sparsely populated and barely controlled by the region's security forces. The BBC's Martin Vogel in Bamako said the Mali meeting was an attempt by the Sahara Sahel states to develop a unified approach to their shared problem of Islamist militancy and of drug smuggling. They agreed to ask Algeria to invite Western nations, principally the U.S. and EU states, to a conference to discuss the issues.

          "The challenges we face requires more focused planning and effective co-ordination," said Algeria's delegate Abdel Kader Messahel. "It falls on us to evaluate dangerous developments and the new dimensions the terrorist threat is taking." Mr Messahel told the BBC the talks would help the states reinforce their capacities, and share logistics and information. "Everyone has their strategy - the EU has their strategy, their road map, the US has their road map and other partners have theirs," he said. "What's important for this meeting, which will be held in Algiers, is that we all have the same agenda." But our correspondent says Mr Messahel was clearly not planning to invite Western nations to conduct their own military operations against Islamists in the region, something Algeria has long been opposed to. It also remains to be seen how Western government will react to the proposals and whether they will attend the meeting, our correspondent adds. Mali's delegate, Foreign Minister Soumeylou Boubeye Maiga, said it was vital the four countries work together, the AFP news agency reports. He called on them to train and mobilise between 25,000 and 75,000 troops "in the fight against terrorism and transnational crime". The United States has provided military training to Sahara states since 2002. A spokesman for the State Department told the BBC it would continue to help fight trans-national crime, as well as al-Qaeda.

          Comment


          • Samia Amine :


            Samedi 21 Mai 2011 -- Al Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) dispose aujourd'hui des moyens nécessaires pour doubler sa force de frappe dans plusieurs régions du monde, notamment en Algérie, selon un responsable français du renseignement. «Ce groupe dispose, grâce aux rançons versées pour libérer les nombreux otages étrangers enlevés au Mali, au Niger, en Algérie, et aux divers trafics locaux, d'un trésor de guerre», estime le chef du renseignement intérieur français Bernard Squarcini dans un entretien publié ce samedi 21 mai dans le quotidien Le Télégramme. Outre le matériel «dernier cri» dont elle a pu s'équiper, Aqmi a également pu recruter de nouveaux combattants. L’organisation terroriste a «désormais clairement les moyens de passer à la vitesse supérieure», précise-t-il.

            Des documents trouvés dans la maison où se cachait Ben Laden au Pakistan ont permis de dévoiler la stratégie de cette organisation dans le monde. Ils ont révélé, à titre d'exemple, que la cible prioritaire de l'organisation faisait l'objet de divergence entre Ben Laden et ses lieutenants. Alors que le premier souhaitait s'attaquer principalement aux intérêts américains et au territoire des Etats-Unis, ses lieutenants privilégient d’autres cibles, notamment l'Algérie, la Somalie et le Yémen. «Ben Laden dit : Vous devez vous concentrer sur les États-Unis et l'Occident. Certains commandants d'Al-Qaida apparaissaient plus intéressés à poursuivre des cibles régionales et se méfiaient sur les conséquences d'une opération qui entraînerait une réplique forte des Américains», avait expliqué à l'hebdomadaire Time, jeudi 12 mai, un responsable du renseignement américain sous couvert d'anonymat.

            Comment



            • Samedi 21 Mai 2011 -- Des dizaines de manifestants se sont rassemblés ce samedi 21 mai devant l'ambassade de Syrie à Alger pour réclamer le départ du président Bechar al Assad et de son frère cadet Maher, chef de la garde républicaine, a constaté un journaliste de l'AFP. Les manifestants, principalement des Syriens établis en Algérie qui demandaient la fin de la répression dans leur pays, brandissaient des drapeaux syriens et des photos de manifestants morts en Syrie dans la répression du mouvement de contestation par le régime. Ils scandaient des slogans hostiles au régime syrien notamment "le peuple veut la chute du régime" ou "Zenga zenga, dar dar, n'djibouk ya Bachar" (rue par rue, maison par maison, on finira par t'avoir Bachar), inspiré d'un discours du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Ces Syriens ont répondu à un appel du Comité de soutien aux revendications du peuple syrien. Environ 5.000 ressortissants syriens résident en Algérie, selon des responsables de ce comité. La répression en Syrie a fait plus de 850 morts, entraîné plus de 8.000 arrestations et poussé des milliers de personnes à l'exode, selon des organisations de défense des droits de l'Homme et l'ONU.

              Comment



              • May 21, 2011 (AFP) -- Dozens of protesters gathered on Saturday in front of the Syrian Embassy in Algiers to demand the departure of President Bashar al-Assad and his younger brother Maher al-Assad, the head of the Republican Guard, an AFP journalist said. The demonstrators, mostly Syrians who settled in Algeria, demanded an end to the repression in their country, waving Syrian flags and photos of demonstrators who were killed in anti-Assad protests.

                Comment


                • Riyad Hamadi :


                  Samedi 21 Mai 2011 -- Une femme de 45 ans a trouvé la mort, emportée par les eaux d’un oued en crue, dans les intempéries enregistrées ce samedi 21 mai à Tiaret, a indiqué la protection civile. Le corps de la victime a été emporté par les eaux de l'oued R'hiou au douar «Guedal» de la commune de Sebt dans la wilaya de Tiaret. Il a été évacué vers l'hôpital Youcef Damardji, a précisé à l'APS la direction générale de la Protection civile. Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le nord du pays ce samedi ont provoqué le blocage de routes et l'effondrement partiel de murs et d'habitations à Alger, Blida, Khenchela, et Bouira. Dans la wilaya de Khenchela, commune d’Ouled Rechache, la même source a enregistré des infiltrations d'eaux pluviales à l'intérieur de quelques habitations au lieu‑dit El M'rigued, ainsi que la perte de 27 têtes de cheptel. De son côté, la Gendarmerie nationale a indiqué samedi dans un communiqué que plusieurs routes avaient été coupées à la circulation à la suite d'intempéries dans les wilayas de M'Sila, Bechar et Biskra en raison de crue des oueds et d’inondation de chaussées.

                  Comment


                  • Comment


                    • Comment


                      • Samir Allam :


                        Dimanche 22 Mai 2011 -- La présence du président Bouteflika au sommet du G8 qui se tiendra les 28 et 29 mai à Deauville (nord de la France) se précise. Invité par Nicolas Sarkozy, dont le pays assure la présidence du G8, Abdelaziz Bouteflika n’a toujours pas répondu. Depuis maintenant quelques années, les déplacements du chef de l’Etat à l’intérieur du pays comme à l’étranger ne sont annoncés ou confirmés qu’à la dernière minute. Mais en fin de semaine dernière, la Présidence a envoyé à Paris la liste de la délégation officielle algérienne. Selon nos informations, Saïd Bouteflika, frère et conseiller du président, figure sur cette liste aux côtés de ministres et d’autres conseillers du chef de l’Etat. Pour les connaisseurs, la présence de Saïd Bouteflika à Deauville n’aurait aucun sens sans celle du président.

                        Pour le président Bouteflika, le déplacement à Deauville sera l’occasion de montrer à l’opinion publique nationale et internationale que malgré la contestation politique en Algérie, il reste un dirigeant «fréquentable». Il s’affichera en effet aux côtés des dirigeants tunisiens et égyptiens, deux pays qui viennent de connaître des révolutions démocratiques. Ces deux pays ont été invités à y participer pour que les huit puissances les plus industrialisées adoptent des plans d’action et d’aide en leur faveur.

                        D’ailleurs c’est sans doute dans la perspective de ce déplacement que le calendrier des «réformes politiques» a été accéléré en Algérie, avec le lancement de consultations politiques. Malgré l’absence d’une partie de l’opposition et les réserves formulées par des personnalités nationales, ces consultations sont considérées par le pouvoir comme un véritable processus de réformes démocratiques. D’ailleurs, aucun pays étranger n’a critiqué publiquement ce choix. Bien au contraire : lors de son dernier discours sur la situation dans le monde arabe, Barack Obama n’a pas parlé de l’Algérie.

                        Sur le plan régional aussi, le président Bouteflika a marqué quelques points précieux. Les complications en Libye font de lui un interlocuteur incontournable pour les Occidentaux. Dans la recherche d’une solution négociée, l’Algérie est l’un des rares pays à pouvoir servir de médiateur avec le leader libyen. Enfin, Alger a multiplié ces dernières semaines les gestes d’apaisement à l’égard du Maroc, en se montrant notamment disponible pour une réouverture prochaine des frontières terrestres entre les deux pays. Sans compter son soutien de 100 millions de dollars à la Tunisie. Un geste qui peut être perçu comme un soutien à la jeune démocratie voisine.

                        Comment



                        • Dimanche 22 Mai 2011 -- Les deux agresseurs du journaliste, chef de projet de la radio locale, Khaled Akchout, ont été condamnés ce dimanche 22 mai à 6 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Tizi Ouzou. Les faits remontent au 11 mai 2011 quand l’ex directeur de radio Soummam (Béjaia) a été grièvement blessé à l’arme blanche dans le bureau provisoire qu’il occupe au niveau de la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, par deux hommes venus pour la seconde fois afin de le forcer à les embaucher. La victime s’en est sortie avec un traumatisme fermé du rachis cervical qui lui a coûté une incapacité de travail de 15 jours.

                          Comment



                          • Dimanche 22 Mai 2011 -- Prévu ce dimanche le 22 mai à la chambre pénale près la cour de Constantine, le procès en appel des quatre policiers impliqués dans la fameuse affaire Toufouti Kamel, a été reporté par le juge au 5 juin prochain. Motif de la décision : l’absence de quatorze témoins parmi les agents de l’ordre ainsi que les deux médecins légistes ayant pratiqué l’autopsie. À noter que la défense des quatre prévenus a formulé une demande de liberté conditionnée pour les mis en cause. Une demande qui a été refusée par le procureur général-adjoint lors de l’audience, avant d’être rejetée par le juge après délibération. Pour rappel, le tribunal de première instance de Chelghoum Laid, dans la wilaya de Mila, avait déjà condamné, lors de son audience du 12 avril dernier, deux commissaires de police et un officier à deux années de prison ferme assorties d’une amende de 50.000 DA, alors qu’un autre officier a écopé d’un an de prison et une amende de 30 000 DA. Deux AOP s’en sortent avec une peine de six mois d’incarcération chacun, alors qu’un troisième agent a été acquitté. Les prévenus ont été poursuivis pour négligence ayant provoqué mort d’homme. La victime, Kamel Toufouti, est décédée, dans des conditions non encore élucidées, à la mi-décembre de l’année écoulée dans les locaux du commissariat central de Constantine.

                            Comment


                            • Samia Amine :


                              Dimanche 22 Mai 2011 -- Un rassemblement se tiendra, lundi, devant le tribunal de Ouargla en soutien aux deux chômeurs arrêtés en mars dernier alors qu'ils tentaient de s'immoler par le feu. «On s'adressera à l'appareil judiciaire devant tout le monde pour dénoncer les nombreux dépassements qui ne finissent jamais et le harcèlement des membres du comité par les services de l'ordre à travers tout le territoire national», indique‑t‑on dans un communiqué rendu public ce dimanche 22 mai par le Comité national pour la défense des droits des chômeurs.

                              Comment


                              • Hadjer Guenanfa :


                                Dimanche 22 Mai 2011 -- Le mouvement de grève des praticiens de la santé publique a été suspendu. «Nous avons décidé de geler la grève à l'issue d'un conseil national organisé le samedi compte tenu de notre rencontre avec le ministère de la Santé et de toutes les pressions subies par les praticiens», indique le Dr Lyes Merabet, porte-parole du Syndicat national des praticiens de la santé publique. Entamée le 16 mai dernier, la grève initiée par les praticiens et spécialistes de la santé publique avait paralysé de nombreux établissements de santé. Après des menaces de sanctions et des tentatives d'intimidations, la tutelle a finalement décidé d'organiser des réunions jeudi et vendredi derniers avec le Syndicat national des praticiens de la santé publique et le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique. Ce dernier devrait rendre public sa décision relative au maintien ou au gel de la grève à l'issue de son conseil national qui est toujours en cours ce dimanche en fin de journée.

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X