Announcement

Collapse
No announcement yet.

News from Algeria 2011

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • #16

    Mercredi 5 Janvier 2011 -- L'opérateur du MV Blida, un navire battant pavillon algérien capturé par des pirates dans l'océan Indien, a réussi ce mercredi ?* contacter pour la première fois le capitaine ukrainien du bateau qui a indiqué que tous les marins étaient sains et saufs, a annoncé la diplomatie ukrainienne. Le capitaine du vraquier MV Blida a indiqué ?* son opérateur grec Sekur Holding Inc qu' «aucun membre d'équipage n'avait été blessé» lors de l'attaque des pirates et que l'état de santé des marins «était satisfaisant», a précisé le ministère ukrainien des Affaires étrangères dans un communiqué. En revanche, les tentatives d'entamer des négociations avec les pirates «n'ont pas encore abouti», selon le communiqué. Mercredi, le MV Blida «est arrivé ?* son lieu d'amarrage sur la côte somalienne, près du port de Garacad», selon la même source. Le cargo avec 27 membres d'équipage, parmi lesquels six Ukrainiens et 17 Algériens, a été capturé le 1er janvier alors qu'il se trouvait ?* 150 miles au sud-est du port de Salalah (Oman), selon la force navale européenne Atalante ?* Bruxelles. Cette capture porte le nombre de navires détenus par des pirates au large des côtes somaliennes ?* 28 avec 654 membres d'équipage.

    Comment


    • #17

      Comment


      • #18

        ALGIERS, January 6, 2011 (Saba) -- Almost all the 27 members of the crew of MV Blida have contacted their respective families to reassure them about their safety, CEO of International Bulk Carriers (IBC) - the owner of the hijacked vessel - Nacereddine Mansouri said Thursday evening. "We were informed by their families that all the crew members, except two or three, have reassured their respective families," Algérie Presse Service (APS) quoted Mansouri as saying in a press conference here. "These information have been conveyed to the Foreign Ministry's follow-up panel," he said. "There has been no contact with the captain of the ship since Wednesday when he confirmed the act of piracy" Mansouri added. The cargo ship was captured by suspected Somali pirates in the Arabian Sea off Oman on Saturday while on route to Mombasa, Kenya.

        Comment


        • #19

          January 6, 2011 -- Justice Minister Tayeb Belaiz said Thursday his country would not pay a ransom after pirates seized an Algerian flagged cargo ship in the Indian Ocean last week. Belaiz could not give details about the pirates' identity or data that would allow to take legal action against them. The captain of the Blida bulk carrier told the Greek operator Sekur Holding Inc on Wednesday that "no crew member had been injured" during the attack and that the sailors were in "satisfactory" condition. Attempts to launch negotiations with the pirates have yet to bear fruit. Shipowner International Bulk Carriers (IBC) said it had received no ransom demand from the unidentified pirates. Nasseredine Mansouri, the head of the Algerian-Saudi company, told AFP the pirates were "most probably Somalis". Belaiz said in a statement to the press that Algeria was the first country to have "called, before the UN general assembly, for the payment of ransom to criminals and kidnappers to become a criminal act". Paying ransom encourages criminals and finances terrorism, he said. "Algeria does not pay ransom," he said adding that the kidnapped crew had been able to contact their families by telephone. The Blida was seized around 150 nautical miles southeast of the Omani port of Salalah on Saturday as it was heading for Dar es Salaam, Tanzania, according to the Brussels-based European Union naval task force Atalante.

          Comment


          • #20

            Comment


            • #21

              Vendredi 7 Janvier 2011 -- La France a appelé, vendredi 7 janvier, ses ressortissants résidant ou voyageant en Algérie ?* observer des mesures de précaution ?* cause des émeutes. «Dans les grandes villes algériennes, des émeutes d'ampleur importante peuvent se produire, comme ce fut le cas dans plusieurs quartiers d'Oran le 5 janvier et d'Alger pendant la nuit du 5 au 6 janvier, ainsi que dans d'autres centres urbains ces derniers jours», écrit le ministère français des Affaires étrangères sur son site internet de conseils aux voyageurs. «Il convient donc d'adopter un comportement aussi peu ostentatoire que possible, de se tenir informé de la situation en ville et d'entourer ses déplacements, notamment dans les quartiers sensibles, de mesures de précaution et d'une attitude de vigilance», ajoute le ministère. «Par ailleurs, le risque terroriste est contenu par le dispositif sécuritaire déployé, mais il reste nécessaire de faire preuve de prudence et de se garder ainsi également des risques de délinquance», précise le Quai d’Orsay. Près de 35.000 Français sont recensés en Algérie dont 90% de binationaux. La France est le premier pays occidental ?* appeler publiquement ses ressortissants ?* la prudence.

              Comment


              • #22
                Imene Brahimi :


                Vendredi 7 Janvier 2011 -- Le secrétariat national du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a estimé, vendredi 7 janvier, que le pouvoir algérien, face ?* la misère rampante, ne réagit que par le mépris, la répression ou la corruption. Dns une déclaration rendue publique ?* l’issue d’une réunion extraordinaire tenue vendredi, le RCD considère que ce qui se passe dans la rue «est la conséquence directe d’un autisme politique qui a faussé depuis toujours la volonté citoyenne par la fraude électorale, préalable au détournement de la richesse nationale au profit de castes d’autant plus voraces qu’elles se savent illégitimes.» Pourtant le RCD n’a eu de cesse d’alerter, ?* travers l’ensemble de ses structures, sur la gravité de la crise sociale et politique qui s’éternise en Algérie, selon le parti. Pour la formation de Saïd Sadi, «la fermeture de tout espace d’expression et d’organisation autonome ne laisse que l’émeute et la rue comme moyen et place pour la contestation.» «Outre qu’il est le seul responsable de l’incurie nationale, le pouvoir est mal venu pou se dérober ou s’indigner des actes de violence enregistrés ici et l?*», affirme le parti d’opposition qui ajoute : «Quand un régime n’a que la censure, le mépris et la répression ?* opposer aux citoyens, il est de l’ordre des choses que ceux-ci se défendent par les seuls recours qui leur soient laissés : la protestation improvisée.» Malgré ce désespoir et cette exaspération, notera encore le RCD, les dirigeants s’occupent ?* «manœuvrer pour assurer leur survie au lieu de se préoccuper d’une situation qui peut évoluer ?* tout instant vers un embrasement généralisé.» «Quelle que soit l’issue des événements en cours, ils auront déj?* contribué au renforcement de la résistance citoyenne et ?* la disqualification du système en place», explique encore le Rassemblement qui dit s’associer et soutenir toutes les initiatives citoyennes exprimant une colère légitime.

                Comment


                • #23
                  Samia Amine :


                  Vendredi 7 Janvier 2011 -- Les manifestations et les émeutes qui se sont propagées, en moins de vingt-quatre heures, sur l'ensemble du territoire national constituent «l’aboutissement d’une gestion violente du pays qui dure depuis deux décennies», selon le secrétaire national du FFS Karim Tabbou. En l'absence d'espaces d'expression et d'une médiation politique et sociale, «la rue demeurera le seul espace possible pour faire entendre ses revendications», affirme M. Tabbou joint, vendredi 7 janvier, au téléphone. «Ces récentes augmentations obéissent-elles ?* une logique économique ?», s’interroge-t-il concernant la soudaine hausse des prix des produits alimentaires de large consommation. Pour M. Tabbou, un pays qui regorge de richesses comme l'Algérie et qui connaît une grande aisance financière est dans l'impossibilité d'expliquer ou encore de justifier les motifs de ces augmentations. Actuellement, «la vie politique en Algérie est caractérisée par l’affrontement entre deux camps. D’un côté, il y a les émeutiers et d’un autre la police», explique-t-il. «Sans l'instauration d'une réelle démocratie, sans une société civile organisée, l’affrontement restera le seul mode d’expression comme vous le voyez si bien», ajoute-t-il. Tout en insistant sur la nécessité de l'implication de l'élite, Karim Tabbou précise que dans l’absence d’une réelle ouverture et d’un combat politique bien structuré, «le pays restera l'otage de la violence».

                  Comment


                  • #24

                    Vendredi 7 Janvier 2011 -- Les Etats-Unis sont "préoccupés" par les troubles sociaux en Tunisie et ont convoqué l'ambassadeur de ce pays, Mohamed Salah Tekaya, pour demander le respect des libertés individuelles, notamment en matière d'accès ?* l'internet, a déclaré vendredi un haut responsable américain. "Nous avons fait venir l'ambassadeur de Tunisie hier et avons exprimé notre préoccupation ?* l'égard de ce qui se passe avec les manifestations et avons encouragé le gouvernement tunisien ?* faire en sorte que les libertés civiles soient garanties, notamment la liberté de rassemblement", a déclaré ce responsable sous couvert d'anonymat. "Nous avons aussi soulevé la question de ce qui ressemble ?* une ingérence du gouvernement tunisien dans l'internet, particulièrement dans les comptes Facebook", a-t-il ajouté devant la presse. Le responsable américain s'est montré beaucoup plus prudent ?* l'égard de l’Algérie, en proie aussi ?* une vague d'agitation sociale depuis le début de la semaine ?* la suite d'une hausse des prix alimentaires et de ce qu'il a qualifié de "pénurie aiguë de logements, qui n'a pas été bien gérée par le gouvernement". "Il est trop tôt pour comprendre exactement ce qui se passe" en Algérie, a remarqué le haut responsable américain. "Nous essayons aussi de déterminer quelles sont les choses les plus efficaces et les plus urgentes ?* dire et ?* faire".

                    Comment


                    • #25

                      Vendredi 7 Janvier 2011 -- L'administration américaine «continue de surveiller» les affrontements entre jeunes manifestants et forces de l'ordre en Algérie, a indiqué vendredi 7 janvier le porte-parole du département d'Etat. «En Algérie, nous continuons de surveiller la situation (...), d'être en contact avec le gouvernement algérien et de veiller ?* la sécurité de nos compatriotes», a déclaré Philip Crowley. Avant M. Crowley, un responsable américain avait attribué la crise en Algérie ?* «une pénurie aiguë de logements, qui n'a pas été bien gérée par le gouvernement». «Il est trop tôt pour comprendre exactement ce qui se passe» en Algérie, avait remarqué ce haut responsable parlant sous couvert de l'anonymat: «Nous essayons aussi de déterminer quelles sont les choses les plus efficaces et les plus urgentes ?* dire et ?* faire».

                      Comment


                      • #26
                        Rafik Tadjer :


                        Vendredi 7 Janvier 2011 -- Un jeune manifestant de 18 ans a été tué, vendredi 7 janvier, ?* Aïn Hjel, dans la wilaya de M’Sila. Selon le quotidien El Khabar, qui rapporte l’information vendredi soir, Azzedine Lebza, a été tué lors d’affrontements entre manifestants et forces antiémeutes. Ces dernières sont intervenues pour empêcher les manifestants de pénétrer ?* l’intérieur du siège de la daira et de la mairie de Ain Hjel. Au cours des affrontements avec les manifestants, un policier a tiré ?* balles réelles tuant le jeune Azzedine sur le coup, précise El Khabar. C'est la première fois qu'une information fait état de l'usage par la police de balles réelles contre les manifestants. Trois autres manifestants ont été blessés. Si ce décès est confirmé, Azzedine deviendrait la première victime des émeutes contre la cherté de la vie.

                        Comment


                        • #27

                          Comment


                          • #28

                            January 8, 2011 (Reuters) -- Fresh rioting broke out in Algiers on Friday as police deployed around mosques and authorities suspended soccer championship matches after violent protests over food prices and unemployment. Riot police armed with tear gas and batons maintained a strong presence around the Algerian capital's main mosques. In the working class Belcourt district of the capital, rioting resumed after Friday prayers. Young protesters pelted police with stones and blocked access to the area. The El Khabar newspaper, citing local sources, said in its online edition that one young man had been killed in clashes on Friday in the city of Msila, about 250 km (155 miles) southeast of the capital. If confirmed, it would be the first fatality. There was no official comment on the report, and no details on how the man was killed.

                            The official APS news agency said protesters ransacked government buildings, bank branches and post offices in "several eastern cities" overnight, including Constantine, Jijel, Setif and Bouira. "The unrest resumed in Ras El Oued on Friday morning ... Government buildings were seriously damaged such as (state-run gas utility) Sonelgaz, the local council's, the tax authority's ... as well as several schools," APS said. Riots have also hit on Friday afternoon the cities of Annaba, 500 km (310 miles) east of Algiers and Laghouat, 700 km south of Algiers, witnesses said. But cities with oil or gas facilities are calm for now. "In Hassi Messaoud, it is business as usual. All is quiet here," a resident told Reuters by phone. Hassi Messaoud is Algeria's biggest oil field producing an estimated 300,000 barrels per day.

                            Analysts say the riots are still far from dragging the oil and gas-producing nation back to the sort of political upheaval of the 1990s that caused 10 years of civil strife. Hundreds of youths clashed with police in several Algerian cities earlier this week, and ransacked stores in the capital. On Wednesday, riot police used tear gas to disperse youths in the Algiers neighbourhood of Bab el-Oued, where the most violent of the protests occurred. The Algerian Soccer Federation said Friday's league fixtures would be postponed to prevent the organisation of rallies, which the country has banned under emergency law in force since 1992.

                            The cost of flour and salad oil has doubled in the past few months, reaching record highs, and 1 kg of sugar, which a few months ago cost 70 dinars (27 U.S. cents), is now 150 dinars. Unemployment stands at about 10 percent, the government says. Independent organisations put it closer to 25 percent. Official data put inflation at 4.2 percent in November. The riots, more intense than the periodic outbreaks of unrest the country of 35 million has grown accustomed to, put authorities under pressure to deliver economic results that reflect strengthening state revenues from energy exports. But political analyst and university lecturer Mohamed Lagab said: "Without a social or a political force behind the rioters, it is quite difficult for this spontaneous movement to last." He said that through the riots, Algerians were expressing a desire for "change, freedom, and development".

                            Benjamin Stora, a leading French historian of the Maghreb, said brief outbursts of youth unrest due to unemployment, housing shortages, poverty and frustration were quite frequent in Algeria but rarely drew much attention because they took place far from the capital. "You get 48-hour flare-ups, with young people burning tyres, blocking streets and attacking symbols of the authorities like town halls. But it blows over because there's no political follow-up, no opposition structure," Stora said. With oil prices soaring, Algeria can afford to spend more on more on subsidies to placate the rioters. Its foreign exchange reserves hit $155 billion by the end of 2010.

                            Shortly after the first riots broke out in Algiers on Wednesday, Trade Minister Mustapha Benbada said prices of sugar and edible oil would be reduced "in the coming days". The Algerian government will also hold a special cabinet meeting on Saturday on soaring food prices, state radio said. In the 1990s, Islamists under the banner of the outlawed Islamic Salvation Front (FIS) took leadership of street riots and pushed the government to allow multiple political parties and press freedom. But the army cancelled elections in 1991 which FIS looked set to win, plunging Algeria into a vortex of violence that killed at least 150,000.

                            Comment


                            • #29
                              Rafik Tadjer :


                              Samedi 8 Janvier 2011 -- Les émeutes commencent ?* prendre une tournure dramatique. Au quatrième jour des manifestations contre la cherté de la vie, deux manifestants ont déj?* trouvé la mort et plusieurs dizaines blessés. Un manifestant de 32 ans est mort vendredi 7 janvier lors d'une manifestation ?* Bou Smaïl, dans la wilaya de Tipaza, selon l’agence AFP qui cite des sources médicales. Akriche Abdelfattah serait décédé après avoir reçu une grenade lacrymogène en pleine figure, selon cette source médicale. Son corps a été transporté ?* la morgue de la petite ville de Qolea, ?* un vingtaine de kilomètres d'Alger, selon cette même source. Vendredi, un jeune manifestant de 18 ans a été tué, ?* Aïn Hjel, dans la wilaya de M’Sila. Azzedine Lebza, a été tué lors d’affrontements entre manifestants et forces antiémeutes. Ces dernières sont intervenues pour empêcher les manifestants de pénétrer ?* l’intérieur du siège de la daïra et de la mairie de Ain Hjel. Au cours des affrontements avec les manifestants, un policier a tiré ?* balles réelles tuant le jeune Azzedine sur le coup, selon El Khabar.

                              Comment


                              • #30

                                Algiers, January 8, 2011 -- A young Algerian man died Saturday of injuries sustained in riots linked to high prices for food in the North African country, raising the death toll to two. The man was shot when protesters tried to storm a police station in Ain al-Hadjel, south of the capital Algiers, sources told the German press agency Deutsche Presse-Agentur. On Friday, a 20-year-old man became the first fatality of the protests when he was hit by a bullet in the same town. Hundreds of demonstrators have clashed with police in the capital and other towns since price increases in basic commodities were announced earlier this week. The riots come after violent protests over unemployment and living costs overshadowed the start of the new year in neighbouring Tunisia.

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X