Announcement

Collapse
No announcement yet.

News from Algeria 2011

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Comment


    • Comment


      • Comment


        • Comment


          • Comment


            • Ahmed Achaibou, PDG Socothyd, Lundi 21 Février 2011 :


              Suite à l’article paru dimanche 20 Février 2011 sur TSA, la direction générale de Socothyd tient à apporter les précisions suivantes : Les faits rapportés dans votre article concernent un groupe de 25 travailleurs licenciés en 2006 pour faute grave de 3e degré. 11 travailleurs parmi les 25 ont fait l'objet d’une condamnation définitive par la justice, les 14 autres travailleurs restants ont fait l’objet d’une réintégration par voie judiciaire. À cet effet, la Socothyd a déposé un pourvoi en cassation auprès de la cour suprême ; la décision définitive n’est pas rendue à ce jour. Suite à la demande de réintégration de ces travailleurs, le conseil d’administration s'est réuni le 20 février 2011 au siège de l’entreprise et, dans le but d'apaiser le climat social, a décidé la réintégration immédiate des 14 travailleurs bénéficiant d’une décision par voie de justice malgré le pourvoi en appel déposé par la Socothyd auprès de la cour suprême. Concernant les 11 travailleurs licenciés et confirmé par la justice, le conseil d'administration a décidé le maintien de leur licenciement. Pour ce qui est de la tentative d’immolation des 3 travailleurs, le PDG de la Socothyd et le syndicat de l'entreprise regrettent cet état de fait malgré les décisions sages du conseil d'administration. Il s’agit en fait d’une tentative d’immolation sans gravité ni brûlure comme indiqué dans votre article. D’ailleurs, ces trois personnes qui ont été transférées à l’hôpital de Bordj Menaïel dans un premier temps ont regagné leurs domiciles dans la même journée, saines et sauves. Le PDG lance un appel à la sagesse et confirme que les portes de dialogue restent ouvertes pour un climat social serein.

              M. Ahmed Achaibou

              PDG Socothyd

              Comment


              • Samia Amine :


                Lundi 21 Février 2011 -- Des affrontements opposent policiers et étudiants, depuis le début de la matinée de ce lundi 21 février, à proximité du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Plusieurs étudiants ont été blessés, selon des témoins sur place. Hier dans l’après-midi, au moins 20 étudiants ont été blessés dans des affrontements avec la police. Insatisfaits des résultats de la dernière rencontre avec la tutelle, ils étaient des milliers d’étudiants à avoir fait le déplacement, ce lundi matin, à Ben Aknoun pour observer un sit-in devant le département de Rachid Haraoubia. Ils réclament, encore une fois, l’abrogation du décret présidentiel 10-315 relatif à la grille indiciaire des fonctionnaires. Les protestataires ont été bloqués par les forces de l’ordre déployées sur les lieux. Des cordons de sécurités ont été mis en place tôt le matin. Actuellement la route menant vers le ministère est complètement fermée à la circulation par les étudiants.

                Comment


                • Abdellah Allab :


                  Lundi 21 Février 2011 -- Le Syndicat national des travailleurs de la formation professionnelle (autonome) rejoint la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD). «Nous adhérons à la CNCD pour prendre part à la lutte pour le changement pacifique et la stabilité de l’Algérie est au-dessus de tout», a indiqué, dimanche 21 février, ce syndicat dans un communiqué dont TSA a reçu la version rédigée en arabe. Le syndicat a jouté qu’il soutient la CNCD dont les revendications répondent à ses «espérances». Le conseil syndical qui a tenu, samedi 19 février, une session extraordinaire, a décidé de se joindre au mouvement de protestation initié par la CNCD. «La liberté syndicale consacrée par la Constitution n’est pas respectée par le pouvoir», a expliqué le secrétaire général de ce syndicat, Djilali Oukil. «Les syndicats autonomes sont étouffés et leurs activités réduites. Ils sont menacés de disparition», a‑t‑il déploré. Le syndicat national autonome des travailleurs de la formation professionnelle «ne peut pas rester à l’écart des luttes pour les libertés syndicales», a ajouté M. Oukil. «Les poursuites et les dépassements à l’encontre des adhérents aux syndicats autonomes sont devenues des pratiques au quotidien de l’administration», a‑t‑il dit. Le SG du syndicat a enfin dénoncé la non prise en charge par les autorités des revendications exprimées par les syndicats autonomes.

                  Comment


                  • Hakim Arous :


                    Lundi 21 Février 2011 -- Jean-Pierre Raffarin sera reçu ce lundi 21 février par Abdelaziz Bouteflika, a-t-on appris de source proche de l’entourage de l’homme politique français. Dans le cadre de sa visite officielle à Alger entamée hier, l'ex-premier ministre français, nommé par le président français Nicolas Sarkozy «Monsieur Algérie» pour les questions économiques, doit avoir un entretien à partir de 15 heures cet après-midi au palais d'El Mouradia. Rien n'a vraiment filtré sur le contenu des discussions entre les deux hommes, mais la situation politique actuelle, marquée par une demande de changement en Algérie, devrait être évoquée. La France a été critiquée sur sa gestion des événements en Tunisie et en Egypte. Plus concrètement, la partie française entend mettre en avant les potentialités de création d'emplois induites par ses projets d'investissement en Algérie comme un moyen d'aider les autorités algériennes à avancer dans le traitement du problème majeur du chômage, à l'origine de nombreux mouvements de protestation dans le pays. Dans la matinée, Jean-Pierre Raffarin s'est entretenu avec le ministre de l'Industrie Mohamed Benmeradi pour évoquer «une dizaine de dossiers économiques» selon une déclaration du ministre algérien à l'issue de cette rencontre. Selon Jean-Pierre Raffarin «un certain nombre de difficultés ont été levées, d'autres sont toujours en cours de discussion». Il s'est dit «confiant» de voir aboutir les dossiers Total, Lafarge et Renault dans les prochains mois.

                    Comment


                    • Akram Slimani :


                      Lundi 21 Février 2011 -- Le tribunal pénal de Constantine connait depuis ce matin une nouvelle action de protestation des greffiers qui ont empêché les avocats et les citoyens de gagner le tribunal. La plupart des affaires qui devaient être traitées aujourd’hui ont été reportées. Ils étaient environ une cinquantaine de grévistes à se rassembler à l’intérieur du tribunal. Ils ont crié différents slogans hostiles au procureur général qui a eu recourt hier à la force publique contre eux. Un dispositif policier était encore positionné aujourd'hui devant le tribunal pour tenter de disperser les grévistes. Le mouvement s’est accentué notamment après l'envoi hier aux procureurs généraux d'une note les sommant de prendre des mesures disciplinaires à l’encontre des grévistes. Les contestataires se disent «désormais mobilisés plus que jamais». Ils ont dénoncé «le silence» de la hiérarchie et exigé le départ du procureur général. «La réaction du procureur général est inacceptable. On ne répond pas par la violence au droit de grève», déclare un gréviste. Cette grève des greffiers de la wilaya de Constantine se poursuit depuis mercredi dernier paralysant ainsi la plupart des institutions juridiques de la wilaya. Ils attendent que leurs revendications soient prises en considération. Ils demandent une «hausse des salaires», «un statut à la hauteur de notre mission» et des conditions de travail qui «respectent notre dignité».

                      Comment



                      • ALGIERS, February 21, 2011 — About 500 students have rallied in Algeria's capital, part of the wave of unrest in Arab world to register discontent with national governments. Monday's protest near the ministry of higher education follows scattered strikes and protests in recent weeks in defiance of a ban on public gatherings in Algiers dating to a bloody Islamic insurgency in the 1990s. The students want the government to scrap a new law that dilutes the value of their diplomas by giving equal status to less-qualified degree holders in the job market. Police were out in force, and some students claimed they were beaten bloody with police sticks. President Abdelaziz Bouteflika has promised to lift a 19-year-long state of emergency, including the ban on public gatherings, by month's end.

                        Comment


                        • Imene Brahimi et Lyes Amara :


                          Lundi 21 Février 2011 -- La rue ne décolère pas à Tizi Ouzou. Les fonctionnaires bénéficiaires du dispositif du pré‑emploi ont observé, ce lundi 21 février, un rassemblement de contestation devant le siège de la wilaya de Tizi Ouzou. Malgré la pluie, ils étaient des centaines à être venus manifester leur colère et dénoncer la précarité dans laquelle ils se sont retrouvés, selon eux. Les jeunes diplômés engagés dans le cadre du dispositif du pré‑emploi ont rappelé durant leur sit‑in l’engagement des pouvoirs publics à les intégrer dans le plein emploi. Un engagement qui n’a pas été respecté. Ils dénoncent également leur marginalisation suite aux dernières augmentations de salaires décidées par l’État au profit de certaines catégories de la Fonction publique. «Nous ne sommes pas considérés comme des fonctionnaires à part entière», regrette un protestataire.

                          Pour leur part, les paramédicaux ont organisé un autre sit‑in devant le siège de la wilaya de Tizi Ouzou. Par cette action, les infirmiers, qui sont en grève illimitée depuis le 8 février, comptent dénoncer le silence de la tutelle. Ils ont remis symboliquement des blouses blanches au wali de Tizi Ouzou. Tout en dénonçant le mépris de la tutelle, les grévistes ont exigé le départ du ministre de la Santé. «Ould Abbès dégage !», ont‑ils scandé. À Béjaïa, des dizaines d’enseignants contractuels exerçants dans les trois paliers scolaires – lycées, collèges et écoles primaires – ont observé, ce lundi 21 février, un rassemblement devant le siège de l’Académie. Les protestataires revendiquent leur intégration dans le corps de l’Éducation et le paiement de leurs arriérés de salaires depuis l’année scolaire 2007/2008. Une délégation des enseignants contractuels protestataires a été reçue par le directeur de l’Académie. Aucune indication n’a été fournie concernant le résultat de cette rencontre.

                          Comment


                          • Samia Amine :


                            Lundi 21 Février 2011 -- Après les tribunaux, ce sont les administrations communales qui risquent d’être paralysées par un mouvement de protestation enclenché par la Fédération nationale des fonctionnaires des communes (Fnfc), affiliée au Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (Snapap). En effet, les fonctionnaires des communes ont observé, ce lundi 21 février, une grève dans plusieurs localités en Algérie. Le taux de suivi est de 65% à l’échelle nationale, selon Ali Yahia Mohamed, responsable de la fédération. Ce dernier a souligné que le taux de suivi varie d’une ville à une autre. «Le taux de suivi est de 75% à Tizi Ouzou, 60% à Oran, 70% à Setif, 40% à Sidi Bel Abbès, 50% à Oum El Bouagui, 60% à Annaba… Cependant le taux le plus élevé a été enregistré à Bejaïa où les fonctionnaires dans toutes communes ont débrayé aujourd’hui», précise‑t‑il dans une déclaration à TSA. Au niveau de la capitale, la grève a été observée dans les communes de la Casbah, Baba Hassen, Chéraga et Rouiba. «La grève est en train de s’installer. Il ne faut pas oublier que les fonctionnaires subissent une forte pression, surtout à Alger. Hier, un communiqué a été envoyé aux administrations disant qu’il n’y a pas de grève. Il a été envoyé par le Snapap version Felfoul, un ex‑député, qu’on utilise souvent pour torpiller chaque mouvement de contestation», explique Ali Yahia Mohamed. Il affirme que son organisation attend une forte participation dans les prochains jours. Parmi les revendications de ces travailleurs figure en premier lieu la «promulgation du statut particulier, le régime indemnitaire avec effet rétroactif à partir de 2008, la non‑ingérence des administrations dans les affaires syndicales, l’abrogation de l’article 87 bis empêchant l’augmentation du Snmg, être associés à l’élaboration du nouveau code du travail et l’intégration des contractuels et des vacataires», rappelle‑t‑il.

                            Comment


                            • Comment


                              • Lyes Amara :


                                Lundi 21 Février 2011 -- À défaut de pouvoir marcher aujourd’hui pour des raisons météorologiques, les étudiants de l’université Abderrahmane Mira de Bejaïa ont procédé à la fermeture de leur établissement en bloquant ses accès. Les étudiants continuent à protester contre la promulgation du décret n° 10/315 du 13 décembre dernier. De leur côté, les enseignants de l’université, qui se sont réunis hier, saluent ce mouvement autonome des étudiants qui luttent contre la dévalorisation du diplôme de l’ingénieur d’état et du Magistère et demandent, eux aussi, l’abrogation du même décret. Dans sa déclaration, le collectif des enseignants estime que «pour mettre fin à ces dérives dans la gestion de l’université et éviter les dérapages qui visent l’achèvement de ce qui reste de l’université algérienne, il est plus qu’urgent de se mobiliser pour imposer la gestion démocratique de l’université». Une gestion démocratique qui, selon les rédacteurs du document, doit placer les acteurs de la pédagogie au centre des décisions. Ainsi, le collectif des enseignants appelle à un rassemblement de tous les travailleurs, enseignants et ATS, pour demain mardi 22 février à 10 heures devant le rectorat, afin d’exiger «le paiement immédiat des salaires et des rappels». En cas de non versement des salaires au plus tard le 15 du mois, l’assemblée générale des enseignants a arrêté le principe d’un débrayage le 16 de chaque mois.

                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X