Announcement

Collapse
No announcement yet.

News from Algeria 2011

Collapse
X
 
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Samedi 26 Février 2011 :


    10h30

    Le député RCD Mohamed Khendek a été blessé par la police à la Place des Martyrs. Il a été évacué à l’hôpital. Les magasins, ouverts en début de matinée, ont commencé à baisser rideau.

    Comment


    • Samedi 26 Février 2011 :


      10h35

      Dispersés par la police, de petits groupes de manifestants se sont formés dans les environs de la Place des Martyrs. La situation est tendue et la police semble plus agressive que la semaine dernière.

      Comment


      • Samedi 26 Février 2011 :


        10h40

        Said Sadi s’adresse à la presse : «Nous tiendrons le temps qu’il faudra. Nous jouerons la durée. Nous serons là le temps qu’il faudra pour que le peuple algérien puisse marcher librement dans son pays».

        Comment


        • Samedi 26 Février 2011 :


          10h50

          Des pro-Bouteflika entrent en scène. Brandissant des pancartes avec des slogans insolites comme «le peuple veut zetla» ils lancent des projectiles en direction des manifestants de la CNCD.

          Comment


          • Samedi 26 Février 2011 :


            11h00

            Said Sadi, Ali Yahia Abdenour et plusieurs manifestants sont maintenus par des dizaines de policiers au bas de la Place des Martyrs, alors que le groupe qui s'est formé au boulevard Che Guevara a été dispersé par la police, qui a laissé les contre manifestants, portant des portraits de Bouteflika manifesté sous les arcades, après avoir jeter des projectiles sur les autres. La Place des Martyrs totalement occupée par les hommes en bleu.

            Comment


            • Samedi 26 Février 2011 :


              11h20

              Dans une déclaration à la presse Said Sadi a fustigé le le directeur de la sureté nationale, le général Hamel, estimant que ce dernier "veut gagner ses galons en réprimant le peuple".

              Comment



              • February 26, 2011 -- Several hundred riot police were out in force Saturday to block a new opposition attempt to stage an anti-government march in the centre of the Algerian capital. The demonstration against President Abdelaziz Bouteflika's decades-old regime was set to start two days after the government lifted a state of emergency in force for 19 years, amidst a split in the Algerian opposition. Hundreds of police in helmets and shields blocked access to two central squares where protestors on February 12 and 19 tried to stage marches, which have been banned in the capital since 2001. Police were backed up by armoured vehicles as a helicopter flew overhead, but witnesses said their overall presence was less than for both earlier rallies this month.

                Last weekend, protesters clashed with riot police who stopped a bid by some 3,000 people to march in the capital. On Thursday, the 73-year-old Bouteflika also promised to place "anti-corruption" at the heart of government action, after unprecedented protests were staged in January that left five dead. The measures were seen as conciliatory efforts to appease public anger after anti-government protests sweeping much of the Arab world brought down the leaders in neighbouring Tunisia and in Egypt.

                The new protest was called after a split in the opposition this week. The Rally for Culture and Democracy (RCD) vowed it would march Saturday "and every Saturday". Its former ally, however, the National Coordination for Change and Democracy (CNCD), an opposition umbrella group formed last month, begged out, saying Friday it planned to "revamp the movement". The CNCD has said it wants the immediate end of Bouteflika's regime, citing the same problems of high unemployment, housing and soaring costs that inspired the uprisings in Tunisia and Egypt.

                Comment



                • Luanda, February 26, 2011 -- On Friday the National Defence Minister, Cândido Pereira Van-Dúnem, considered on as good and stronger the military co-operation with the Republic of Algeria. Cândido Pereira Van-Dúnem said so to the press at the end of an audience with an Algerian delegation comprised by former combatants in Luanda. Angop learnt that this meeting was aimed at the presentation of courtesy greetings. The official said that the visit of the Algerian delegation represents the support of this country to Angola during the struggle of national liberation, as well as showing the brotherly ties between the two peoples and governments. The minister said that discussions related to the current moment of the relations between both countries, mainly the Ministries of Defence and Armed Forces. For his part, the head of the Algerian delegation, Nouredine Djoudi, said that it was a meeting between former comrades-in-arms in which the Angolan Defence Minister praised the participation of Algeria in the struggle of the national liberation. In addition, the Algerian official said that his country supported Angola for the respect of the liberation movements, as Algeria always fought on the basis of liberation principles of all African peoples.

                  Comment


                  • Samedi 26 Février 2011 :


                    11h40

                    Prévue à 11h, la marche n’a pas eu lieu. Les manifestants – quelques dizaines – ont été bloqués par la police à la Place des Martyrs. Présent sur les lieux, Ali Yahia Abdenour s’est adressé à la presse. Selon lui, «le pouvoir veut faire baisser les prix des produits alimentaires pour calmer le front social. C’est une erreur. La levée de l’état d’urgence et le changement du gouvernement ne changeront rien. Nous continuerons à manifester chaque samedi jusqu’à ce que le régime tombe !»

                    Comment


                    • Samedi 26 Février 2011 :


                      11h45

                      Kamel Zait, correspondant à Alger de France 24 à Alger : «les policiers m’ont tabassé». «Nous étions à coté des manifestants. Je tenais le microphone de France 24 à la main. Les policiers m’ont demandé de quitter les lieux et l’un d’eux s’est mis à me frapper. Ensuite, trois autres sont venus l’appuyer pour me tabasser. J’ai des blessures au niveau des jambes. Pourtant, j’ai bien décliné mon identité et le fait que je travaille pour France 24. Un responsable de la police est venu ensuite présenter ses excuses en me disant que les policiers qui m’ont agressé étaient des stagiaires».

                      Comment


                      • Samedi 26 Février 2011 :


                        11h45

                        Les manifestants, parmi eux Ali Yahia Abdenour et Said Sadi, sont toujours encerclés au bas de la Place des Martyrs à Alger.

                        Comment


                        • Rafik Tadjer :


                          Samedi 26 Février 2011 -- Le rapatriement des Algériens fuyant le chaos libyen se poursuit. Après avoir rapatrié plus de 1.500 personnes par avion, le gouvernement a décidé de dépêcher, ce samedi 26 février, le navire Tassili de la société nationale ENMT, au port de Benghazi. Selon le ministère des Affaires étrangères, le navire devait quitter Alger samedi vers 11 h pour rejoindre Benghazi après une traversée, estimée à 40 heures. «Tous les ressortissants désireux de rentrer en Algérie sont invités à prendre leurs dispositions pour se présenter lundi tôt le matin au port de Benghazi pour procéder à l'embarquement», souligne le communiqué du ministère des Affaires étrangères. Selon le secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé de la Communauté nationale à l'étranger, Halim Benatallah, l'opération va se poursuivre pour rapatrier «en urgence» les 8.000 ressortissants algériens établis en Libye, désireux de rentrer au pays. Les Algériens rentrés au pays décrivent une situation chaotique en Libye, avec des civils armés et des combats un peu partout à travers le pays.

                          Comment


                          • Samedi 26 Février 2011 :


                            11h50

                            Saïd Sadi critique le DGSN. «Le général Hamel veut avoir ses étoiles en luttant contre le peuple», a déclaré le chef du RCD à la presse. Avant d’ironiser : «le dispositif sécuritaire est la preuve que l’état d’urgence a été levé».

                            Comment


                            • Abdellah Allab :


                              Samedi 26 Février 2011 -- Le syndicat national des agents de la protection civile renonce à son appel à la grève générale qui devait commencer dimanche 27 février pour dénoncer la mauvaise gestion, la corruption et le statut particulier des travailleurs, a‑t‑on appris samedi auprès de l’un des syndicalistes. La décision de renoncer à la grève est intervenue suite aux «fortes pressions exercées par la direction générale de la protection civile sur certains agents qui s’apprêtaient à faire grève», selon le syndicaliste qui a souhaité garder l’anonymat. La direction générale a menacé de «licencier tout agent qui répondrait à l’appel à la grève», selon la même source. Le ministère de l’Intérieur a également joué un rôle pour faire avorter le mouvement de contestation des agents de la protection civile, en émettant des réserves sur la légitimité du bureau syndical, a ajouté le syndicaliste. Le syndicat doit tenir une réunion dans les prochains jours pour décider d’une nouvelle date pour entamer la grève.

                              Comment


                              • Alger, Samedi 26 Février 2011 :





                                Comment

                                Unconfigured Ad Widget

                                Collapse
                                Working...
                                X