Announcement

Collapse
No announcement yet.

Algerian-Moroccan relations

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Algerian-Moroccan relations

    August 15, 2007 -- The late Moroccan King Hassan II, renowned for his historical expertise, used to say that Morocco, which is envied for its strategic location, has been in fact isolated for centuries.

    The northern portal to Europe has been blocked ever since the fall of Andalusia, which was followed by continuous wars on the borders of the two enemies. The occupation of the cities of Ceuta and Melilla still constitutes an obstacle hindering the normalization of relations between Morocco and Spain as well as impeding the Moroccan kingdom from benefiting from its European portal.

    As for the southern gateway to Africa, this has been closed since the French colonial presence on the southern bank of the Senegal River in the 17th century, which in fact had halted dynamic communication with Saharan countries and its extensions in the desert region of West Africa (Shanqeet, now known as Mauritania, as well as the Sudan).

    As for the eastern portal, it had been blocked since the disintegration of the Almoravid and Almohad dynasties. Such status was further rooted after the Turkish dominance of Algeria, which led to the rupture between the two twin countries and afterwards, a channel of communication began in Algeria with the colonial French.

    Undoubtedly, resistance movements in the two countries merged in the late 1940s and have adopted an ambitious integrative project that was embodied in the statement of the Conference of Tangier in 1958 in which the Tunisian Constitution Party had participated.

    When Morocco gained its independence in 1956, it had become the launch base of Algerian resistance.

    King Mohammed V had refused French proposals, which aimed at conciliating with colonial authorities on borders between the two countries, to withdraw from some areas that Morocco believed were usurped from it.

    This dilemma of borders has been a hotbed of tension in relations between the two countries after the independence of Algeria (1962). Tension reached its utmost in 1963 when the tragic war broke out leaving deep wounds in hearts that had not yet healed. I asked the former Algerian president, Ahmed Ben Bella, about this event after thirty years and the background of these painful confrontations. He replied saying that he himself is still confused by this event though he was inclined to say that various external parties were the ones that pushed the two brotherly countries into this terrible trap.

    The renowned late Moroccan journalist, Mohamed Bahi, may his soul rest in peace, was an eyewitness of the war by virtue of his strong affiliation to the Algerian leadership. He commented on this war saying that confrontation was an expression of a slow coup within the Algerian nationalist movement itself which led to the domination of the eastern wing that is hostile to Morocco versus the other movement that was closer in terms of Morocco during a severe stage of the Arab Cold War (between the revolutionary camp led by Gamal Abdel Nasser and the conservative camp, of which Morocco was one of its centers).

    In the early 1970s, it was clear that relations between the two countries had witnessed a state of qualitative improvement, especially after settling the Moroccan-Mauritanian ordeal, which was one of the pending sources of conflict between the two parties. This new climate allowed for a leap forwards in the Maghreb integration project, of which the 1969 Nouadhibou summit was one of its most important landmarks.

    However, the fundamental source of conflict was the stance towards the Sahara issue, which the United Nations put to negotiations between the Spanish colonial power and the two countries that contested for control over this territory, namely Mauritania and Morocco. This had re-launched the state of congestion between Algeria and Morocco after which it reached a phase of estrangement and was on the brink of armed confrontation once again.

    It seems that President Boumedienne had supported the Moroccan and Mauritanian positions towards distributing the desert; nevertheless he later adopted the demands of the Polisario Front for independence.

    This support had rapidly shifted into complete military sponsorship. Thus, Algeria had become a key player in a severe regional conflict, the first victim of which was the regime of former President Moktar Ould Daddah at a time when direct military confrontation erupted between Morocco and Algeria.

    In his memoirs that were published in 2003, President Ould Daddah stated that the Algerian position towards the Saharan conflict was a pattern of violent protest against the Moroccan government's delay of ratifying the agreement on the borders which was initially agreed upon between King Hassan II and President Boumedienne. In spite of the armed conflict, many Algerian and Moroccan sources confirmed that channels of communication between the two leaders were renewed before President Boumedienne left office at the end of 1978. The two leaders were supposed to meet in Geneva of the same year; however Boumedienne's health condition had deteriorated. According to the statement of one Algerian political figure that was close to the late President, a pattern of reconciliation between the two countries had been crystallized and it was expected that it would lead to a preliminary view of consensus on the issue of the Sahara.

    Although the relationship was resumed in the era of President Chadli Bendjedid once again, which allowed the announcement of [the establishment of the] Arab Maghreb Union and the end of armed conflict in the desert and the course of a referendum on self-rule to be initiated, years of turmoil and discord that Algeria witnessed in the 1990s did not provide the appropriate conditions for the normalization of Algerian-Moroccan relations.

    It was expected that bilateral relations would witness a boost after the assumption of President Bouteflika to power as he has been one of the closest Algerian politicians to Morocco where he lived during his youth and where he practiced his struggle. Nevertheless the apparent discrepancy between the parties with regards to resolving the Sahara dispute has stood in the way of a relationship of integration and harmony.

    I asked a prominent Moroccan political figure about how he would explain the continuing rifts between Morocco and Algeria despite the potential of integration and cohesion between the two countries. He answered mockingly saying, “We have experienced more conflict than convergence.” He added, “Years of distance might have created a complex that psychologists, not political scientists, could resolve.”


  • #2

    Mercredi 7 Juillet 2010 -- Les ministres marocain et algérien de l'emploi et des affaires sociales ont eu des entretiens mercredi ?* Rabat sur "la coopération bilatérale" et les "problèmes liés ?* la communauté maghrébine ?* l'étranger", a-t-on appris de source officielle. Ces discussions entre les ministres marocain Jamal Rhmani et algérien Taib Louh se sont concentrés notamment sur "les systèmes de retraite en vigueur aussi bien au Maroc qu'en Algérie", selon la même source. La rencontre des deux hommes a eu lieu en marge d'une réunion d'une journée mercredi ?* Rabat des ministres de l'emploi et des affaires sociales de l'Union du Maghreb Arabe (UMA). Les relations du Maroc et l'Algérie sont marquées par des tensions dues notamment ?* l'affaire du Sahara occidental. Lundi, le roi Mohammed VI a appelé ?* "renforcer davantage les relations bilatérales" entre Rabat et Alger dans un message adressé au président algérien Abdelaziz Bouteflika pour le 48e anniversaire de l'Indépendance de son pays. Samedi, le Maroc avait dépêché ?* Alger une importante délégation ministérielle pour transmettre un message de "condoléances" du roi Mohammed VI au président Bouteflika après le décès de son frère.

    Pour ce qui est de la réunion ?* Rabat de l'UMA, une organisation en panne depuis 1994, M. Rhmani a indiqué qu'elle avait été dominée par "l'emploi" et "la protection sociale". "Nous avons fait un constat commun au cours de cette réunion, ?* savoir que nous avons les mêmes défis et nous faisons face aux mêmes problèmes, notamment celui de l'emploi", a-t-il indiqué ?* l'AFP. "Malgré les difficultés d'ordre politique, nous voulons donner un coup de pouce ?* l'Union (ndlr: l'UMA)", a souligné le ministre. L'accélération de la mise en place d'une zone de libre échange et d'une Banque commune pour l'investissement et le commerce extérieur avaient été ?* l'ordre du jour de la 28e session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UMA, en avril 2009 ?* Tripoli. L'UMA a été fondée le 17 février 1989 par l'Algérie, la Libye, le Maroc, la Mauritanie et la Tunisie. Son dernier sommet régional date de 1994.

    Comment


    • #3

      Samedi 31 Juillet 2010 -- Les rapports algéro-marocains sont toujours conjugués au conflit du Sahara occidental par la grâce de Sa Majesté. À chaque discours du trône, Mohammed VI remet au goût du jour la théorie du complot algérien pour justifier le statu quo qui prévaut dans la région. Les relations entre l’Algérie et le Maroc doivent être davantage hissées, a affirmé le président Bouteflika dans un message transmis au roi du Maroc Mohammed VI ?* l’occasion du 11e anniversaire de son intronisation. «Je ne manquerai pas de souligner le développement enregistré au Maroc sous votre règne ainsi que toutes les réalisations remarquables qui l’ont accompagné au seul service de votre grand peuple», a souligné le chef de l’Etat dans son message, qui a été repris par l’APS. Sans fioritures, le président Bouteflika réaffirme solennellement sa «ferme détermination ?* hisser les relations bilatérales et ?* raffermir les liens de fraternité et de bon voisinage qui unissent nos deux peuples frères pour leur prospérité et leur progrès». En effet, les relations algéro-marocaines sont appelées ?* observer une mue, au-del?* des contingences et des quiproquos qui ont tendance parfois ?* les envenimer. Le chef de la diplomatie algérienne, M. Mourad Medelci, a toujours considéré «les relations entre l’Algérie et le Maroc comme normales». Mieux encore, l’Algérie a toujours refusé de parler de crise entre Rabat et Alger et a toujours affirmé que les relations entre les deux pays sont séparées du conflit sur le Sahara occidental qui est pris en charge par l’instance onusienne.

      Au sujet de la fermeture de la frontière terrestre, il faut se rappeler les déclarations du ministre des Affaires étrangères en mai dernier lorsqu’il avait signifié que celle-ci n’empêche pas l’existence de relations entre les deux pays. Seulement, l’Algérie exige du Maroc plus «de coopération sécuritaire en luttant contre le trafic de drogue et la contrebande transfrontalière». C’est le minimum qu’il convient d’assurer pour la sécurité de nos frontières. Pour l’heure, la réouverture de cette frontière n’est pas ?* l’ordre du jour pour Alger. Mais il faut dire que l’Algérie a toujours observé une ouverture sur le plan commercial avec son voisin. Pour preuve, le Maroc enregistre avec satisfaction un meilleur niveau du volume des échanges commerciaux. Actuellement, ce volume se situe autour de 600 millions de dollars. Contre toute attente, le roi Mohammed VI, qui fêtait hier le 11e anniversaire de son accession au trône, a déclaré que l’Algérie «va ?* l’encontre de la logique historique», en faisant allusion ?* la souveraineté du royaume sur ce territoire. Mohammed VI a indiqué que le Maroc «ne cèdera pas un pouce de son Sahara» dans un discours ?* la nation diffusé hier. «Le Maroc reste attaché ?* sa souveraineté» sur le Sahara occidental et «ne cèdera pas un pouce de son Sahara», a-t-il déclaré.

      Comment


      • #4

        Mercredi 17 Novembre 2010 -- Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a souhaité mercredi renforcer les relations de son pays et du Maroc dans un message ?* Mohamed VI pour le 55e anniversaire de l'indépendance du royaume, célébré le 18 novembre. Evoquant "les faits marquants de l'Histoire de nos deux peuples frères et les grands sacrifices consentis lors de la lutte commune pour la liberté et l'indépendance", le chef de l'Etat algérien a ajouté: "par fidélité ?* cette Histoire commune, je tiens ?* réitérer ma volonté de raffermir les relations et la solidarité entre nos deux peuples frères sur la base de relations solides mises au seul service de leurs intérêts mutuels". Les relations algéro-marocaines sont tendues notamment en raison du conflit du Sahara Occidental occupé en 1975 puis annexé par le Maroc. Rabat propose aux Sahraouis un statut d'autonomie sous sa souveraineté. Mais l'Algérie est favorable ?* la position du Front Polisario qui milite pour l'indépendance et réclame un référendum d'autodétermination.

        Comment


        • #5

          Mercredi, 1 Décembre 2010 -- La centrale d’intelligence américaine (CIA) a brusquement déplacé son intérêt du Sahel vers le nord du Maghreb. En effet, ces derniers jours les câbles qui proviennent ?* Langley - siège de la CIA - depuis Rabat, Alger et Madrid ne sont pas du tout rassurants. Ils parlent de la soudaine montée de tension entre l’Algérie et le Maroc. D’après une note urgente qui a été transmise ?* la maison blanche et au département d’Etat, les Marocains ont mis leurs forces armées en alerte maximale dans le sud du pays et ils s’apprêtent ?* en découdre avec le Polisario si jamais celui-ci tente la moindre opération militaire contre le Maroc. D’après les informations dont disposerait la CIA, l’Algérie aurait fourni ces derniers mois beaucoup de matériel militaire dernier cri aux combattants du front indépendantiste. Les agents du DRS - services de renseignement militaire algériens - tiennent régulièrement des réunions avec les cadres militaires du Polisario afin de les conditionner et les inciter ?* une action d’éclat contre les Forces armées royales marocaines. Cela dit, les experts de la CIA sont quasiment certains que l’armée marocaine ripostera avec beaucoup de détermination et pourrait même utiliser le droit de poursuite ?* l’encontre du Polisario sur le territoire algérien. Les hautes autorités marocaines auraient demandé ?* l’état-major des FAR quelles seraient les conséquences «réalistes» d’un tel scénario. De l’autre côté de la frontière, les généraux de l’APN feraient tout, selon la CIA, pour entraîner le Maroc dans une telle aventure. Depuis qu’ils ont acheté pour des dizaines de milliards de dollars de matériel militaire russe, ils ne rêvent que d’en découdre. La nouvelle génération de cadres de l’APN qui ont grandi dans la haine du Maroc -présenté comme l’ennemi stratégique de l’Algérie- caresse le rêve d’une guerre éclair contre le royaume, dans laquelle l’armée algérienne prendrait sa revanche sur son homologue marocaine et imposerait une nouvelle donne géopolitique dans la région. Si l’on regarde les derniers développements, on serait tenté de donner raison aux experts des services secrets américains.

          Comment


          • #6
            Lounes Guemache :


            Jeudi 2 Décembre 2010 -- Soixante-dix pages de mémos diplomatiques émanant essentiellement de l’ambassade américaine ?* Rabat et couvrant la période entre 2005 et 2009. TSA s’est procuré les notes de la diplomatie américaine sur le Maroc, avant leur publication sur le site américain Wikileaks. Ces documents relatent notamment les conversations entre des responsables américains et des officiels marocains ?* Rabat : les ministres de l’intérieur et des affaires étrangères, les chefs des renseignements intérieurs et du contre-espionnage, de hauts cadres de l’Etat… On y trouve un peu de tout mais certains sujets reviennent régulièrement dans les échanges entre les Américains et leurs interlocuteurs marocains : la lutte contre le terrorisme islamiste au Maghreb et dans la région du Sahel, l’Algérie, la gestion de l’islam dans le Royaume ainsi que des sujets internationaux comme le nucléaire iranien - on apprend par exemple que Rabat était opposé ?* la bombe dès 2006 bien avant la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays en 2009.

            Les documents mettent au jour l’obsession algérienne chez les responsables marocains. Dans leurs conversations avec les responsables américains, les Marocains mettent souvent en avant «le manque de coopération» des Algériens en matière de lutte contre le terrorisme dans la région. Ils imputent l’émergence d’Aqmi aux «échecs» d’Alger en matière de lutte contre le terrorisme. Une analyse que les Américains ne partagent pas. Selon eux, c’est au contraire grâce aux succès de l’Algérie que l’ex-GSPC a été contraint de s’associer avec Al-Qaïda pour créer Aqmi. Des responsables ont suggéré un lien direct entre le Front Polisario et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). On découvre aussi une implication plus importante qu’on pouvait l’imaginer de Rabat au Sahel. On apprend par exemple qu’en 2007, le Niger avait sollicité l’appui militaire du Maroc contre un groupe terroriste qui a pénétré depuis son territoire depuis l’Algérie. Pourquoi une telle demande n’avait-elle pas été adressée directement ?* l’Algérie ? Mystère. TSA publiera ce soir l’essentiel du contenu de ces mémos.

            Comment


            • #7
              Yazid Slimani :


              Jeudi 2 Décembre 2010 -- Dans leurs entretiens avec les diplomates et les responsables américains en visite ?* Rabat, les officiels marocains accusent les Algériens de mettre de la mauvaise volonté pour coopérer avec eux dans la lutte anti-terroriste. C'est par exemple le cas du Directeur général pour la surveillance du territoire (services de renseignements intérieurs), Abdelatif Hammouchi, Lors de la visite ?* Rabat de l'assistante du président américain pour la sécurité intérieure et l'antiterrorisme, Frances Fragos Townsend. «La coopération avec les Algériens est erratique affirme Hammouchi. Parfois ils nous fournissent de très bonnes informations et parfois on dirait qu'il s'agit d'impasse. Ces sont des partenaires difficiles, ajoute Yassine Mansouri (chef de la Direction générale des études et de la documentation, le service de contre-espionnage marocain, ndlr)», rapporte une note diplomatique du 31 juillet 2007, obtenue par TSA avant sa publication sur Wikileaks.

              Plus tôt la même année, le Directeur général des affaires bilatérales au ministère marocain des Affaires étrangères Youssef Amrani, avait ainsi «suggéré que l'émergence d'AQMI était principalement due aux échecs du gouvernement algérien», rapporte une note du 18 mai. Une position que ne partagent visiblement pas les Etats-Unis qui défendent la politique anti-terroriste de l'Algérie. À l'accusation de Amrani, un diplomate américain répond en effet que «le GSPC a été forcé de s'associer avec AQMI parce que le gouvernement algérien a réussi ?* le marginaliser». Dans la même note, le diplomate américain constate que Khalid Zerouali, en charge de la sécurité des frontières marocaines au ministère de l'Intérieur «s'est hérissé» lorsque les officiels américains ont cité l'Algérie comme «un modèle» dans la lutte anti-terroriste en Afrique du Nord. Pour Zerouali, «le Maroc est beaucoup plus stable et sûr alors que je ne peux pas voyager d'Alger ?* Oran sans crainte».

              Les documents de Wikileaks révèlent aussi que le Maroc soupçonne depuis longtemps l'Algérie de chercher ?* développer un programme nucléaire militaire. Une inquiétude rapportée notamment dans une note diplomatique américaine du 21 novembre 2006 transmise cinq jours après un entretien entre le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Omar Hilale et l'ambassadeur américain ?* Rabat au sujet du programme nucléaire de l'Iran. Hilale affirme ainsi qu' «un Iran doté de l'arme nucléaire serait un désastre pour la région et spécialement pour le Maroc. Cela provoquerait une course ?* l'armement dans la région et cela accélèrerait la poursuite de ce qu'il a décrit comme un programme nucléaire militaire algérien similaire même s'il n'est que naissant». «Si l'Iran réussit, dans les dix ans, d'autres pays du Moyen-Orient auront la bombe et les Algériens suivront peu après, a-t-il dit», précise la note.

              Enfin, selon Rabat, si les relations bilatérales avec Alger ne s'arrangent pas, la responsabilité serait entièrement algérienne. Dans le mémo du 31 juillet 2007, les diplomates américains rapportent qu'après une visite ?* Alger, Fouad Ali Himma, adjoint au ministre de l'Intérieur leur a affirmé que «les efforts marocains répétés pour réduire l'abîme diplomatique ont été rejetés. Il a assuré avoir dit aux Algériens que le Maroc était prêt ?* rouvrir sa frontière et ?* prendre d'autres mesures pour rétablir la confiance, mais les Algériens ne nous ont jamais dit ce qu'ils voulaient», citent-ils. Il a attribué ce qu'il décrit comme l'intransigeance algérienne ?* l'écart générationnel et de mentalités entre les dirigeants des deux pays », rapporte la note américaine qui précise que Himma est un proche du roi Mohammed VI souvent considéré comme plus puissant que le ministre de l'Intérieur lui-même.

              Comment


              • #8
                Samir Allam :


                Vendredi 3 Décembre 2010 -- C’est un portrait peu flatteur que les diplomates américains dressent de l’armée marocaine. Dans un câble classé «secret» daté d’août 2008 et révélé par le site Wikileaks, les diplomates américains en poste ?* Rabat évoquent une armée marocaine en proie ?* des problèmes de corruption, une bureaucratie inefficace, de faibles niveaux d'éducation dans ses rangs, des menaces récurrentes de radicalisation de certains de ses soldats, une marginalisation politique, des équipements vieillissants et un déploiement de la plupart de ses forces dans le Sahara occidental. Les effectifs de l’armée marocaine sont estimés ?* 218.000 soldats, selon le mémo de l’ambassade américaine ?* Rabat. L’armée de terre compte 175.000 soldats, 13.000 militaires composent la force aérienne est 7.800 sont dans la marine. La gendarmerie, qui «dépend directement du roi», compte 22.000 éléments. Le salaire moyen pour les militaires soldats est d'environ 2.000 dirhams (270 USD) par mois, note le mémo. Les officiers sont mieux rémunérés, avec un salaire de départ d'environ 6.000 dirhams (USD 850) par mois. «Avec des avantages tels que le logement gratuit, ces (salaires) sont raisonnablement compétitifs dans le contexte marocain», souligne le document. Le Sahara occidental constitue la principale préoccupation de l’armée marocaine. À une certaine période –que la note ne précise pas – entre 50% et 70% des effectifs des forces armées marocaines étaient déployés au Sahara occidental.

                Sans surprise, l’autre préoccupation majeure de l’armée marocaine concerne l’Algérie. Selon le document américain, l’armée marocaine possède des «plans d’urgence» et effectue des simulations stratégiques pour contrer une possible attaque algérienne. Toutefois, l’armée marocaine ne dispose pas de troupes déployées le long de la frontière algérienne, selon le mémo. Les militaires marocains sont stationnés dans des garnisons situées ?* des centaines de kilomètres de la frontière algérienne d’où ils pourraient se déployer en cas d’incursion algérienne. Selon les diplomates américains, bien que la frontière entre les deux pays soit fermée et les relations froides, l’Algérie ne constitue pas une menace imminente pour le Maroc. Dans le cas d’une confrontation entre les deux pays, celle-ci aurait lieu via le Front Polisario, estiment-ils. Enfin, les Américains évoquent une solide coopération militaire entre les Etats-Unis et le Maroc. Mais les rédacteurs du document doutent des capacités du Maroc ?* acquérir des équipements militaires haut de gamme pour moderniser son armée. La cause ? Les coûts élevés de ces équipements ne sont pas ?* la portée des modestes moyens du royaume.

                Comment


                • #9
                  Samir Allam :


                  Vendredi 3 Décembre 2010 -- Abdelaziz Bouteflika méprise le roi Mohamed VI. Et il l’a fait savoir aux Américains au cours d’entretiens au Palais d’El Mouradia, selon des documents du site WikiLeaks révélés vendredi 3 novembre dans la soirée par le quotidien espagnol El Pais. Mais le président algérien a assuré ?* ses interlocuteurs que l’Algérie ne fera pas la guerre au Maroc ?* cause du Sahara occidental et ne permettra pas au Front Polisario de combattre depuis le territoire algérien. Toutefois, la frontière restera fermée jusqu’?* la résolution du conflit au Sahara occidental, a expliqué le président Bouteflika.

                  «Je ne serrerai pas la main du roi». Le président Bouteflika a fait cette déclaration en juin 2006 ?* l'assistante du président américain George Bush pour la sécurité intérieure et l'antiterrorisme, Frances Fragos Townsend, en visite ?* Alger. Avant de décrire le monarque marocain comme «pas ouvert» et «sans expérience», selon la même source. Selon Abdelaziz Bouteflika, feu Hassan II et Moulay Rachid, frère de l’actuel roi, son plus ouverts. Le président Bouteflika raconte une rencontre avec Moulay Rachid lors d’un match ?* Séville, en Espagne. «Nous avons bavardé et plaisanté avec bonheur, mais je ne peux pas faire la même chose avec le roi, car nous n’avons pas le même sens de l’humour», a-t-il déploré.

                  Selon un document daté du 1er juillet 2006, le président Boutelika a avoué, selon l’ambassadeur américain ?* Alger, qu’il croyait au dialogue pour résoudre les problèmes avec le Maroc. Mais il ne croit pas ?* un dialogue avec le roi Mohamed VI. Les présidents Bush et Chirac ont essayé de rendre le président Bouteflika plus clément ?* l’égard du roi. Le président algérien a rappelé que le roi était encore un enfant quand lui était déj?* un vétéran de la diplomatie. Mais le roi a fait subir un affront au président Bouteflika en annulant ?* la dernière minute une visite du premier ministre ?* Rabat. «Je ne suis pas Jésus, je ne vais pas tendre l'autre joue», avait alors déclaré Bouteflika.

                  Comment


                  • #11

                    أبلغ السفير الأمريكي بالجزائر مساعد وزير الخارجية، ديفيد ولش، عشية زيارته للجزائر، في فيفري 2008، أن الجزائريين ''لا يفكرون أبدا في الدخول في نزاع مسلح مع المغرب''. وأن القادة الجزائريين يعتبرون استفتاء تقرير المصير في الصحراء ''قضية مبدأ''.

                    نشر موقع وكيليكس، أمس، برقيات جديدة عن مراسلات من السفارة الأمريكية بالجزائر، موجهة لديفيد ولش، مساعد وزير الخارجية آنذاك، تضمنت صورة عما يجري في البلاد على جميع الأصعدة. ومن أهم ما ورد في البرقيات المختومة بطابع السرية، أن ''القادة الجزائريين حريصون على استقرار المغرب''، وأنهم ''لا يفكرون أبدا في الدخول في نزاع مع المغرب''.

                    وسعت مراسلات السفير إلى توضيح الرؤية لموفد الخارجية بخصوص موقف الجزائر من الصحراء الغربية، جاء فيها بأن ملف الصحراء ''هو أهم ملف بالنسبة للحكومة الجزائرية''. وعبّر السفير لمساعد وزير الخارجية عن قناعته بأن المسؤولين الجزائريين سيحدثونه عن نزاع الصحراء عندما يلتقيهم خلال زيارته. وأضافت البرقية: ''الحكومة الجزائرية لازالت تأمل في تنفيذ مخطط بيكر لحل نزاع الصحراء رغم تأكيدنا في كل مرة بأنه انتهى''. وأضافت البرقية بأن الجزائريين يترقبون رحيل إدارة الرئيس جورج بوش الموالية للمغرب، على أمل أن يتغير الموقف الأمريكي من نزاع الصحراء الغربية.

                    وعرض السفير على مساعد وزير الخارجية نظرة المسؤولين الجزائريين لمسألة عودة معتقلي غوانتانامو. فهم، حسبه، يرفضون رجوعهم إلى الجزائر. مشيرا إلى أن الحكومة ''أبلغتنا بأنه بإمكاننا إعادتهم إلى البلدان التي تعرضوا فيها للاعتقال، أي أفغانستان وباكستان''. وطلب السفير من ديفيد ولش أن يبلّغ المسؤولين الجزائريين بأن قضية معتقلي غوانتانامو ستزداد أهمية مع مرور الوقت خاصة مع اقتراب موعد غلق السجن.

                    وبخصوص مقر القيادة الأمريكية بإفريقيا المعروفة اختصارا بـ''أفريكوم''، ذكرت برقية السفير المرسلة إلى ولش، أن المسؤولين الجزائريين ''يرفضون التعاون حول هذا الأمر''، بمعنى أن الجزائر متحفظة على إقامة القيادة في أي بلد إفريقي، وبالتالي فهي ترفض مناقشة الموضوع. وتوصلت عصارة ملاحظات السفير إلى النتيجة التالية: ''الجزائريون لا يرغبون في إقامة تعاون عسكري مع الأجانب''

                    Comment


                    • #12

                      February 25, 2011 -- Morocco and Algeria agreed to a new political initiative designed to boost bilateral relations, Algerian Foreign Affairs Minister Mourad Medelci confirmed on Wednesday (February 23rd). The agreement "will allow three ministers to visit the two countries next March to discuss the necessary ways to give new dynamism for bilateral relations in sensitive fields, especially energy and agriculture", Medelci said in a press statement. Medelci said that efforts were being made by Algeria and Morocco to foster a positive atmosphere that would enhance economic and social co-operation between the two countries. The Algerian official also said that the first visit would be by energy sector officials, to be followed by visits by officials in the agriculture, education, youth and sports sectors. Algeria was working with its "Moroccan friends and brothers" to create a suitable atmosphere in the Maghreb region, Medelci said. However, the minister did not address the issue of the countries' shared border, which has remained closed since 1994.

                      For his part, Moroccan Foreign Affairs Minister Taieb Fassi Fihri said that Rabat was prepared to receive members of the Algerian government as a start, "especially as there is a will from the two sides to exchange visits on the level of two governments soon". Speaking to Morocco's Channel One on February 15th, the Moroccan minister expressed his sorrow for the continued closure of borders between Algeria and Morocco; something that "hinders Maghreb integration". He added that opening the borders between Morocco and Algeria has become an inevitable necessity, calling on Algeria "to forget the past for the best interests of the two peoples, especially after the change of leadership in both countries". "We all pay a price every day for not creating the Arab Maghreb Union," Fassi Fihri said.

                      Last autumn, Rabat received Algerian Secretary of State for National Community Abroad Halim Ben Attallah. Meanwhile, the Moroccan foreign minister visited Algeria last year to represent the kingdom at the funeral of Algeria's former ambassador to Morocco. Morocco is also Algeria's largest trade partner in Africa. The official volume of trade between the two countries exceeds $570 million, on top of informal trade which some estimate at $2 billion. Half a million Algerians visited Morocco in 2007, while Algeria granted 250 commercial registers for Moroccans living on its soil. About 45,000 Moroccans currently live in Algeria.

                      For several years, Algerian and Moroccan business leaders have called for re-opening the border. Maghreb countries needed a Maghreb market and a Maghreb trade zone, as well as a strong economic bloc, with freedom of movement for persons and goods, according to Maghreb Shura Council Secretary-General Dr Said Mekedem. "We are looking for establishing Maghreb citizenship in the framework of a wider Maghreb space," he added. "Political differences between the two countries won't have an effect," said Slim Othmani, Vice-President of the Club for Action and Reflection on Enterprise (CARE). "The continued closure of borders can be dealt with." Addressing an economic conference in January, Othmani pointed to the experiences of China with regards to its co-operation with India to facilitate the movement of goods. "Why don't Algeria and Morocco resort to similar co-operation?" Othmani wondered. "Western areas of Algeria and eastern areas of Morocco suffer from shortage of development. Therefore, increased trade between the two countries could help develop these areas."

                      Comment


                      • #13
                        Sonia Lyes :


                        Mardi 8 Mars 2011 -- Les frontières entre l’Algérie et le Maroc, fermées depuis 1994, ne se rouvriront pas de sitôt. Ce mardi 8 mars, Mourad Medelci a affirmé que cette question n’est pas ?* l’ordre du jour. «L'ouverture de la frontière algéro‑marocaine n'est pas ?* l'ordre du jour et nous n'avons mandaté personne pour discuter de cela», a‑t‑il déclaré ?* des journalistes qui l’interrogeaient ?* Alger en marge d’une cérémonie en hommage ?* la femme. Les frontières ont été fermées en 1994 en raison des accusations marocaines contre les services algériens après un attentat terroriste ?* Marrakech. Rabat avait décidé d’instaurer un visa d’entrée pour les Algériens. En réponse, Alger avait réciproquement instauré le visa et fermé la frontière. Les relations entre les deux pays sont également tendues ?* cause du dossier du Sahara occidental. Le Maroc reproche ?* l’Algérie son soutien au Front Polisario. «L'Algérie adopte la même position que celle des Nations Unies par rapport ?* la question du Sahara occidental. Cela veut dire que nous avons notre vision et le Maroc a la sienne», a rappelé M. Medelci. Depuis quelques semaines, les relations entre Alger et Rabat connaissent une légère amélioration, avec notamment la visite ?* Alger de la ministre marocaine de l’énergie. D’autres visites ministérielles de part et d’autre sont attendues dans les prochaines semaines. «Le processus est engagé et nous allons nous mettre autour d'une table pour voir comment nous pouvons coopérer», a précisé M. Medelci.

                        Comment


                        • #14
                          Samia Amine :


                          Jeudi 24 Mars 2011 -- Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a tenté dans un entretien accordé au quotidien l’Expression de ce jeudi 24 mars d’expliquer la position algérienne sur plusieurs dossiers, notamment celui de la Libye. En effet, jugée quelque peu ambigüe, la position algérienne concernant la Libye était pourtant préventive, selon M. Medelci, qui a rappelé ?* maintes reprises la menace terroriste dans la région. «La situation dans ce pays se caractérise d’une part, par une déliquescence du pouvoir, et par un foisonnement d’armes dont l’utilisation est plus ou moins, incontrôlée…», a‑t‑il affirmé. Pour lui, l’intervention étrangère ne pourrait qu’«exacerber» d’avantage la situation en Libye, «dans la mesure où elle va donner une validité au développement de l’action terroriste sur le plan idéologique». Dans ce sens, il a rappelé que l’Algérie a eu le même message quant aux violences dans ce pays, qu’elles soient l’œuvre des Libyens ou des étrangers.

                          Questionné sur la position adoptée lors de la réunion de la Ligue arabe le 12 mars dernier autour du dossier libyen, Mourad Medelci a assuré encore une fois que l’Algérie n’avait alors exprimé aucune réserve. Sur la résolution onusienne adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU le 17 mars, il émet quelques «critiques». «Malheureusement, cette résolution ne s’est peut‑être pas suffisamment appuyée sur les précédentes expériences de même nature», souligne le chef de la diplomatie algérienne. Il explique que l’objectif de l’adoption de cette résolution était la protection des civils avec une zone d’exclusion aérienne. «Mais on n’a pas continué le processus de réflexion pour dire, concrètement ce qu’il fallait faire pour mettre en place cette exclusion aérienne… il y a eu une sorte de touiza sans chef d’orchestre. C’est une course, peut‑être, ?* celui qui ira le plus vite et sera le plus fort…», poursuit‑il.

                          Dans un autre chapitre, le premier responsable du département des Affaires étrangères a abordé les relations algéro‑marocaines. L’interviewé a assuré que l’ouverture des frontières terrestres n’est pas ?* l’ordre du jour. Même si les relations bilatérales tendent actuellement vers la normalisation, avec notamment l’échange de visites ministérielles. Cependant, M. Medelci précise que «la frontière ne peut pas être fermée tout le temps». «Il faudra bien que nous réunissions, des deux côtés, les éléments nécessaires tant au plan politique que sécuritaire et économique qui pourraient, a-t-il assuré, justifier la réouverture des frontières. Quand nous avons décidé de promouvoir nos relations au niveau ministériel, nous avons pris acte, des deux cotés, que cela ne signifie pas que ces visites ministérielles devaient avoir un effet sur notre façon de voir le problème du Sahara occidental. Cette question est gérée ?* part par l’instance onusienne».

                          Comment


                          • #15
                            Sonia Lyes :


                            Dimanche 17 Avril 2011 -- Le Président de la République a nié ce dimanche 17 avril ?* Tlemcen l’existence de problèmes entre l’Algérie et le Maroc. «Il n'y a pas de problème entre le Maroc et l'Algérie», a indiqué le chef de l’État alors qu’il inaugurait le palais royal du Mechouar, l’un des monuments les plus célèbres de Tlemcen. Selon lui, la question du Sahara occidental ne doit pas être un frein au renforcement des relations bilatérales. «Le problème du Sahara occidental est un problème onusien. Le Maroc est un pays voisin et frère. Il faut coopérer et nous devons coopérer (avec lui)», a insisté le chef de l’État, selon des propos rapportés par l'agence APS. Samedi soir, la délégation marocaine a boycotté la cérémonie officielle de «Tlemcen, capitale islamique 2011» présidée par le chef d’État algérien. Elle entendait protester contre la présence d’une délégation de la République sahraouie.

                            Le président de la République a même recommandé aux responsables du secteur du tourisme et ?* ceux chargés de la sauvegarde des sites historiques de solliciter la coopération des Marocains et des Espagnols. «Les Marocains ont conservé un patrimoine qui a été perdu en Algérie et nous devons le reconstituer avec l'aide des Marocains qui ont su préserver ce patrimoine et aussi avec les Espagnols, lesquels ont un patrimoine andalou extrêmement important», a‑t‑il recommandé. «Il ne faut pas avoir de réticences. Vous faites des recherches où vous pouvez trouver la solution tout de suite, en Espagne, au Maroc», a‑t‑il ajouté. Le chef de l’État n’a pas évoqué l’éventuelle réouverture des frontières fermées depuis 1994.

                            Comment

                            Unconfigured Ad Widget

                            Collapse
                            Working...
                            X